La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Libreville, 12-15 avril 2011 Par Jean NDIMUBANDI, PhD Joseph NDUWIMANA Benjamin SEZIBERA Vénérand NIZIGIYIMANA.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Libreville, 12-15 avril 2011 Par Jean NDIMUBANDI, PhD Joseph NDUWIMANA Benjamin SEZIBERA Vénérand NIZIGIYIMANA."— Transcription de la présentation:

1 Libreville, avril 2011 Par Jean NDIMUBANDI, PhD Joseph NDUWIMANA Benjamin SEZIBERA Vénérand NIZIGIYIMANA

2 PLAN DE LEXPOSE 1. Articulations de la PNRSIT 2. Contexte du Burundi 3. Vision et Objectifs de la nouvelle PNRSIT 4. Articulations de la PNRSIT au sein des stratégies régionales 5. Domaines prioritaires dintervention 6. Cadre institutionnel de mise en œuvre de la politique nationale 7. Conclusion

3 Articulations de la PNRSIT la situation du secteur de la Science, Technologie et Recherche au Burundi, ses contraintes et ses atouts. les éléments de réflexions et les idées sur les domaines prioritaires pouvant contribuer à relever les défis dans le secteur. les structures de mise en œuvre, suivi et évaluation de la PNRSIT.

4 Contexte du Burundi Burundi parmi les pays les plus pauvres en Afrique – Population : +8 million (est. 2008) – Spéculations agricoles : – 40 à 56% du PIB – 86 % aux recettes dexportation – 95% de loffre alimentaire – Agriculture de subsistance = - pierre angulaire de léconomie nationale et familiale & moteur de croissance des autres secteurs de la vie nationale. - 90% de la population Crise socio-économique: depuis 1993

5 Principaux axes du CSLP 2. Promotion dune croissance économique durable et équitable 4. Lutte contre le VIH/SIDA Consolidation de la Paix et croissance durable et auto- entretenue 1. Amélioration de la Gouvernance et de la sécurité 3. Développement du capital humain

6 Etat de la STI au Burundi , lUniversité du Burundi compte 132 enseignants détenteurs dun doctorat contre 189 pendant lannée académique , soit une réduction de 30%. Pour lannée académique , leffectif des enseignants à temps plein à lUB (toutes facultés et instituts confondus) sélevait à 295 et les femmes ne sont que 44 ; En 2010, lISABU comptait 198 chercheurs et techniciens toute catégorie confondue.

7 Vision de la nouvelle PNRSIT Contribuer à lamélioration de la qualité de vie des populations, à la croissance économique et à lamélioration des connaissances en sciences et technologie de la population

8 Objectif global contribuer au développement social et économique juste, équitable et durable des burundais; Elle vise à répondre aux nombreuses préoccupations du Gouvernement du Burundi formulées dans ses politiques sectorielles et programmes de développement. Elle entend intégrer ces politiques dans le développement socio-économique du Burundi comme facteurs de la créativité, de la productivité, de la création d'emplois et du bien-être.

9 Objectifs spécifiques Assurer une coordination de la recherche centrée sur le développement du Burundi en intégrant toutes les institutions et centres impliqués dans la STI, dans une même dynamique ; Valoriser les atouts disponibles et combler les lacunes existantes dans tous les domaines clés pour promouvoir la STI au Burundi ;

10 Objectifs spécifiques – (2) Focaliser la STI dans la résolution des problèmes majeurs auxquels fait face la population burundaise pour le moment et dans lavenir ; Faire de la STI un outil de développement pour le pays et les communautés locales.

11 Articulations de la PNRSIT au sein des stratégies régionales Les articulations de la PNRSIT doivent viser: le renforcement des capacités de la coopération régionale et internationale, la promotion des échanges de bonnes pratiques de la coopération en STI et la création dun cadre commun de coopération en STI.

12 Défis de la PNRSIT le faible niveau dinvestissement dans le domaine et le faible taux de financement public ; linsuffisance de ressources humaines, matérielles et financières pour la mise en œuvre des programmes définis ; labsence à lenseignement supérieur de beaucoup de domaines importants dans la vie socio-économique du pays ; le manque de professionnalisation de lenseignement à tous les niveaux et surtout à lenseignement supérieur ;

13 Défis – (2) le nombre très limité de programmes de master, DEA, DESS, et absence de formation doctorale ; le manque dune politique claire orientant les activités de la recherche dans un cadre légal et institutionnel de coordination ; labsence de structure institutionnelle.

14 Ladhésion du Burundi à différentes organisations régionales et internationales ; La volonté manifeste du Gouvernement de faire de la science, la technologie et la recherche un outil de développement durable ; La connaissance des réalités du terrain et de létat des besoins ; Atouts du secteur

15 La disponibilité du C.S.L.P. et des politiques sectorielles des ministères. Lexistence de quelques institutions scientifiques et de formation (quelques centres de recherche et Universités) ; Le nombre de chercheurs ayant acquis des connaissances poussées dans leurs domaines dexpertise. Atouts – (2)

16 créer un Campus Central pour la science, la technologie et la recherche ; créer un Campus pour la technologie agro- alimentaire regroupant les Facultés, Centres et Instituts à vocation agro-alimentaire sur le site de Zege (Gitega, centre du pays) ; créer des Instituts Supérieurs professionnels avec des filières répondant aux besoins prioritaires de la communauté burundaise. Premières grandes orientations

17 Domaines prioritaires dintervention Liens avec OMDs 1TECHNOLOGIE AGRO ALIMENTAIREOMD1, 3 2SCIENCES MEDICALESOMD4, 5, 6 3 ENERGIE, EAU, DESERTIFICATION, ENVIRONNEMENT OMD7 4BIOTECHNOLOGIE, CONNAISSANCES INDIGENES OMD1, 3, 6

18 Domaines prioritaires dintervention Liens avec OMDs 5 SCIENCES DES MATERIAUX, INGENIERIE ET INDUSTRIES DE TRANSFORMATION OMD1, 3 6 TECHNOLOGIE DE LINFORMATION ET DE LA COMMUNICATION, TECHNOLOGIE DE LA SCIENCE SPATIALE, SCIENCES MATHEMATIQUES OMD1, 4, 5, 6, 7 7SCIENCES SOCIALES ET HUMAINESOMD2, 3 8CADRE INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE OMD8

19 Ministère de lEnseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale de la Science, la Technologie et la Recherche Commission Nationale de la Science, la technologie et la Recherche Comité multisectoriel de coordination Points Focaux Cadre institutionnel de mise en œuvre de la politique nationale

20 assurer la coordination et le suivi de toutes les entités de la STR au niveau national ; renforcer les capacités institutionnelles et humaines en organisant des formations et des rencontres de tous les intervenants et les autres partenaires ; définir les missions et les stratégies de travail ; élaborer les plans dactions par secteur dintervention ; Objectifs du suivi-évaluation de la PNRSIT

21 chercher les financements ; créer et promouvoir les échanges de bonnes pratiques au niveau national, régional et international diffuser et vulgariser les résultats de la STI ; participer aux programmes régionaux et internationaux de la STI. Objectifs du suivi-évaluation de la PNRSIT – (2)

22 La politique nationale de la STI sinscrit dans la ligne directe du Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) et saligne au Plan dActions Consolidé pour lAfrique en sciences et technologies. Elle va contribuer au développement social et économique juste, équitable et durable des burundais. Conclusion

23 Elle répond aux nombreuses préoccupations du Gouvernement du Burundi formulées dans ses politiques sectorielles et programmes de développement en vue dassurer la prospérité économique future et lamélioration des conditions de vie des citoyens. Conclusion - (2)

24 24 Merci pour votre attention


Télécharger ppt "Libreville, 12-15 avril 2011 Par Jean NDIMUBANDI, PhD Joseph NDUWIMANA Benjamin SEZIBERA Vénérand NIZIGIYIMANA."

Présentations similaires


Annonces Google