La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod1 Méthodologies pour « LArchitecture dEntreprise » L'initiative Praxeme Description et critique dune méthode pour la conception.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod1 Méthodologies pour « LArchitecture dEntreprise » L'initiative Praxeme Description et critique dune méthode pour la conception."— Transcription de la présentation:

1 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod1 Méthodologies pour « LArchitecture dEntreprise » L'initiative Praxeme Description et critique dune méthode pour la conception de systèmes logiciels

2 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod2 Métadonnées Linitiative Praxeme –Sources : –Dominique Wauquier

3 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod3 Rappel sur la notion de « système dinformation » Le Système dinformation – inclût ou non des Systèmes informatiques mais ne s'y réduit pas. – intègre la circulation des informations au travers des humains, utilisant des applications informatiques, – est la représentation opérationnelle du fonctionnement de lorganisation quil sert. – est tributaire de la capacité de son système informatique à saligner sur le fonctionnement de lorganisation. – évolue identiquement avec lorganisation quil sert. exemple : il y a corrélation entre modernisation de lÉtat et modernisation de son système dinformation

4 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod4 Rappel sur le métier de Directeur de Système Informatique Adapter le système dinformation à la stratégie de lentreprise. Mots clés : flexibilité, agilité, souplesse, alignement –Modifier et étendre les services rendus par le système dinformation Sadapter en temps voulu à la stratégie impermanente souhaitée par lorganisation Établir tous les moyens de constituer et apporter les informations utiles par linteropération des applications du système informatique. –Des préoccupations : acheter ou développer quels composants informatiques ? acheter ou développer quelles compétences ? suivre ou se distinguer, par quoi comme élément de compétitivité ? obtenir et maintenir la qualité de service nécessaire. gérer le cycle de vie des composants informatiques logiciels et matériels. optimiser les coûts.

5 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod5 Praxeme : Origine et motivations Praxeme est une méthode produite par le « Praxeme institute » (association française soumise à la loi de 1901). Praxeme a été créé en 2004 Praxeme vise le marché des systèmes dinformation fondés sur des systèmes informatiques complexes difficiles à maîtriser. Praxeme est linitiative de consultants en ingénierie logicielle, et de producteurs doutils de génie logiciel. –Praxeme vise à rationaliser lusage des représentations semi-formelles redondantes du langage graphique UML, –Praxeme vise à établir une productivité effective dUML pour la maîtrise des systèmes informatiques dun système dinformation. –Praxeme applique pour cela la démarche MDA (Model Driven Architecture) –Praxeme intègre la mode en cours des architectures orientées services

6 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod6 Praxeme en grandes notions Sémantique Pragmatique Géographique Logique Logiciel Technique Matériel Physique Praxeme fonde sa méthode sur une partition daspects, affectés à des questions et des compétences spécifiques.

7 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod7 Praxeme et MDA Sémantique Pragmatique Géographique Logique Logiciel Technique MatérielPhysique Platform Independant Model Platform dependant Model Platform Specific Model

8 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod8 Praxeme en grandes questions Sémantique Pragmatique Géographique Logique Logiciel Technique Matériel Physique Les questions Quand ? et Pourquoi ? De Zachman sont intégrées aux aspects logique et à la sémantique quoi qui où commen t avec quoi commen t

9 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod9 Zachman

10 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod10 À travers laspect physique, on décrit la localisation des composants logiciels (bases de données comprises) sur les matériels. Déploiement Physique Laspect logiciel couvre lensemble des composants logiciels qui automatisent une partie des actions du système. Applicatif, informatique Logiciel Laspect matériel du système est lensemble des machines physiques composant le système, avec leurs propriétés (capacité…). Logistique Matériel Laspect technique est celui des choix de technologies et des façons de les mettre en œuvre. Technologique Technique Aspect intermédiaire permettant de fixer les grandes décisions de structuration du système dinformation, dans une relative indépendance par rapport aux solutions techniques. «Fonctionnel» Logique Laspect géographique est celui de la localisation des objets et des actions. Il fait apparaître les notions de sites, demplacements et de besoins de communication. «Communication », «Contexte» Géographique Laspect pragmatique réunit les choix relatifs à la manière de mener lactivité : acteurs, responsabilités, actions sur les objets, processus, situations de travail. Organisationnel Pragmatique Laspect sémantique ne retient que les objets au cœur de lactivité. On décrit le noyau fondamental indépendant de la manière de mener lactivité. Conceptuel, essentiel, « Cœur de métier » Sémantique DéfinitionsTermes équivalents Aspect Définition des aspects Praxeme

11 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod11 Exemples de peuplement des aspects Praxeme Les composants logiciels sont localisés sur les matériels informatiques qui composent larchitecture matérielle. Composants logiciels et matériels Physique Les composants logiciels sobtiennent par combinaison entre les unités logiques et les choix techniques. Composants logiciels, applicatifs Logiciel « nœuds » et connexionsMachines, processeurs, liaisons, réseaux Matériel Larchitecture technique explique comment dériver la description logique en logiciel, pour une cible donnée. Choix techniques, frameworks Support de données, middleware, composants techniques, langages… Technique Cela permet de prendre les décisions de structuration du système. Machines logiques, services logiques « domaines », ressources communes, « Structures », « blocs, quartiers… » Logique Le modèle géographique fournit les hypothèses et contraintes de localisation physique. Type de sites, réseaux (au sens courant) Siège, directions régionales, agences, étranger, poste nomade Géographique Les pratiques et règles dorganisation sont isolées. Elles pourront évoluer plus facilement. Acteurs, cas dutilisation, processus Acteur, partenaire, règles dorganisation, habilitations, « Déclarer un sinistre », « Commander un produit » Pragmatique Le modèle sémantique capture et formalise les fondamentaux du métier. Très stables. Classes, automates à étatsProduit, Contrat, Sinistre, Objet (objet assuré ou sinistré) Sémantique CommentairesPrincipales catégories de représentation IllustrationsAspects

12 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod12 Praxeme et ses relations entre aspects Praxeme fonde sa méthode sur une partition daspects, affectés à des questions et des compétences spécifiques. Sémantique Pragmatique Géographique Logique Logiciel Technique Matériel Physique Se réfère à Situe formalise applique contraint implémente utilise déploie héberge exploite

13 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod13 Praxeme : aspect sémantique

14 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod14 Praxeme : objectif qualité du modèle sémantique Ishikawa !

15 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod15 Praxeme et laspect sémantique Laspect sémantique vise à décrire les notions, concepts et objets du domaine étudié, les informations quils portent, les comportements dont ils sont capables, les relations qui les connectent en un réseau de signification efficace, les règles qui les contraignent. Laspect sémantique est une représentation de métiers indépendante des organisations possibles pour lexercer, et de ses moyens de réalisation, Laspect sémantique laisse libre la créativité.

16 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod16 Praxeme et laspect sémantique (critique) Praxeme a pour objet dintégrer dans sa méthode la tracabilité de lensemble de la démarche, quil conçoit comme une application et une extension de lapplication dUML. Praxeme fait pour cet aspect deux injonctions contradictoires –Il recommande que la modélisation de laspect sémantique soit effectuée par un expert métier non informaticien, pour ne pas biaiser les modèles par des préjugés dimplémentation. –Il recommande que la modélisation soit effectuée en UML. (pour faciliter lintégration des modèles) Diagramme de classes, Diagramme état transition. La démarche Praxeme se heurte aux limites de capacité dexpression de UML –Tout métier a besoin un jour ou lautre des compétences dun autre; il est dangereux quil prétende sen passer, et improvise sur cette partie dont il juge limitée la contribution à sa problématique. –La terminologie est devenu un domaine de compétence informatique, avec les technologies de traitement automatique du langage naturel. –Une véritable étude des pratiques terminologiques aboutit à séparer les termes en champs sémantiques, qui sont éligibles pour définir les espaces de noms des informations. –Imposer la terminologie UML réduit la capacité dexpression à ses diagrammes, ce quun langage ontologique tel que EXPRESS ou maintenant OWL nimpose pas. Praxeme nintègre pas les modalités dexpression classiques des conseils en entreprise : –Diagramme dIshikawa pour les définitions stratégiques, –Diagramme de Porter pour lexpression de macro-processus, –Diagramme BPMN pour lexpression de procédures sérialisées en BPEL (et non en XMI).

17 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod17 Méta modèle de laspect sémantique

18 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod18 Exemple dapplication (résultat UML)

19 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod19 Praxeme et laspect pragmatique Laspect Pragmatique sinsère entre –laspect sémantique, théorique dun métier et, –laspect géographique, qui situe lorganisation à servir. Le modèle pragmatique montre le rôle des acteurs humains dans ou face au système. Laspect pragmatique vise à décrire –Les situations réelles au travers de modèles de cas dutilisation, –Les fonctionnements pratiques au travers de modèles de processus. 3 compétences : –Enquête de terrain pour lexpression des besoins met en œuvre lapproche par les « use case », –une connaissance approfondie de lorganisation pour la conception organisationnelle, –la modélisation des processus exige lappréhension de la réalité des lactivités et une grande rigueur formelle.

20 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod20 Praxeme : les limites de laspect pragmatique La finalité de larchitecture interopérable conduit à traiter ceci au niveau sémantique. Lextension de capacités (partage dobjets métier entre partenaires) Avant tout : sémantique (si Mission est une classe sémantique). Les missions Idem. Les comportements exceptionnels ou dégradés émergent de la sémantique. Il est nécessaire de montrer comment lorganisation réagit. ( ) Les perturbations dans le traitement dun dossier Oui si implique les acteurs. Non si directement lié à létat des objets métier. ( ) Les situations de contrôle (interopérabilité) Complètement pragmatique. Le modèle pragmatique est le seul endroit où ces informations sont traitées. Le nombre et le rôle des acteurs La logistique est traitée dans laspect matériel [2]. [2] Les moyens de communication Si ces étapes appartiennent à la logique du traitement, elles sont formulées sous la forme du cycle de vie de la classe Sinistre, dans le modèle sémantique [1]. [1] Les étapes dans le traitement dun sinistre Repris, au moins en partie, par des cas dutilisation. Les « actes de gestion » Compris comme étant rendus à des personnes. La liste des services rendus RemarquePqNotion

21 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod21 Praxeme : le métamodèle pragmatique

22 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod22 Praxeme : parallélisme des démarches pragmatique et sémantique

23 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod23 Praxeme : aspect pragmatique dun cas dusage

24 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod24 Praxeme : aspect pragmatique dun diagramme dactivité

25 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod25 Praxeme : vers laspect logique

26 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod26 Praxeme : strates de laspect logique

27 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod27 Praxème : aspect logique (de description) « Il est difficile de situer laspect « logique ». Cela tient à son rôle intermédiaire et à la nature quelque peu arbitraire de son expression. Laspect logique est intermédiaire entre : -La « vue externe » : le monde réel des objets du domaine et des acteurs du système. -Le système informatique (choix techniques, composants logiciels, déploiement). « Laspect logique na pas de réalité propre. Il ne vaut que comme intermédiaire entre la vue externe (aspects : cœur de métier, organisation et géographie) et la vue interne (système logiciel) (..) son mode dexpression repose sur la métaphore, par exemple : -métaphore de lurbanisation, le système dinformation étant comparé à une ville à organiser ; -métaphore du service, le système étant conçu comme un ensemble de réponses élémentaires à des demandes. » À laspect logique correspondrait en pratique, (selon une culture W3C par opposition à une culture OMG), une description formelle ontologique, dotée des règles régissant les informations et lorganisation du système à réaliser. Le modèle logique est structurant de lorganisation du système que lon bâtit

28 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod28 Praxeme, une logique de description applicable pour les urbanistes comme pour les architectes « Larchitecture logique est le premier niveau de description du système informatique. Elle sexprime par un graphe darchitecture, préexistant au système futur et guidant ses évolutions. La description ne sarrête pas là : larchitecture logique doit être considérée comme un référentiel de description qui rassemble toute linformation au niveau logique et la met à la disposition des développeurs. La conception logique sapplique, également, au niveau des applications. Dune part, le concepteur recherche dans larchitecture logique les services qui peuvent contribuer au fonctionnement de lapplication. Dautre part, le développement contribue – en retour – à consolider et enrichir larchitecture logique, sous la pression des nouveaux besoins. » Dans leurs bureaux détudes, les architectes et les urbanistes avaient coutume dutiliser les mêmes outils crayon, équerre planche à dessin. Seule les échelles sur leurs cutchs étaient différentes.

29 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod29 Les ateliers puisant dans une même base de données (ou un ensemble cohérent de BD) sont installés dans une même fabrique. Les machines attaquant une même table sont rangées dans un même atelier. Des machines dun même atelier peuvent (par dérogation) entretenir des relations dutilisation mutuelle. Leurs relations Correspond à une base de données.Correspond à une table (tous les services imaginables, synchrones et asynchrones). Correspond à la manipulation d'une ligne dans une table (un objet). Leur contenu Les fabriques correspondent sensiblement aux domaines dobjets, augmentés des dispositifs transverses. Les notions encapsulées par les machines de latelier sont proches. Les services portent sur la même classe (la même notion). On sépare les services élémentaires et les services ensemblistes. Le critère de délimitation Ensemble d'ateliers logiquesEnsemble de machines logiquesEnsemble cohérent de services logiques Leur définition Fabrique logiqueAtelier logiqueMachine logiqueLes agrégats Le service logique est le grain élémentaire du système, décrit sur le plan logique. Les milliers de services sordonnent dans différents niveaux dagrégats logiques. Les termes Du fait de sa position intermédiaire entre, dun côté, la vue externe du système (la vraie vie) et, de lautre, le système informatique, le modèle logique doit se doter dun vocabulaire qui lui est propre. Ce vocabulaire doit permettre de restituer la réalité (sémantique et pragmatique) dans le système, tout en facilitant les décisions de structuration de celui-ci. Dans notre cas, la terminologie de la modélisation logique sélabore à partir de la notion de service logique (cf. définition p. 20). La terminologie Praxeme : le service logique comme unité élémentaire

30 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod30 Praxeme : notions de « machine logiques » Chaque classe identifiée au niveau sémantique est représentée au niveau logique comme une « machine logique » –Les machines qui traduisent une classe sémantique sont dites « Machines Logiques Métier » (MLM) ou « distributeurs ». –Les machines qui expriment des choix dorganisation sont dites « Machines Logiques Organisation » (MLO) ou « orchestrateurs ». –Des « Machines transverses » ou « utilitaires » fournissent des dispositifs généraux tels que la gestion des événements ou les codifications. –En plus des termes présentés jusquici, la conception logique distingue : les machines logiques individuelles, dont les services traitent une seule instance (un seul objet ou occurrence) ; les machines logiques ensemblistes, qui rassemblent les services tels que linstanciation, les requêtes, les statistiques.

31 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod31 Praxeme aspect logique Au niveau logique seffectue des grandes décisions darchitecture, et en particulier de structuration des appels aux services –Avec des règles de hiérarchisation des appels au services, –Avec linsertion de services dintermédiation, Avec des rôles doptimisation de performances et de fiabilisation. Au niveau logique se décide aussi le découpage et la structure des librairies de services disponibles.

32 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod32 Praxeme et les aspects logiciel, matériel, physique La dérivation du modèle logique pour une implémentation logicielle fait appel, dans la terminologie de « model driven architecture » en un « platform specific model » (PSM). Lesprit de la méthode Praxeme consiste à donner aux machines logiques les règles de leur implémentation, selon leur strate (métier, organisationnel ou dinterface) selon une modalité technique (telle que SOA classique, ou plus génériquement SCA. Les aspects logiciel, et déploiement physique sur les matériels sont ainsi autant que possible automatisés selon une démarche MDA, par des méthodes associées aux machines logiques. Les aspects logiciel, matériel et physique exploitent loffre du marché en matière de : –Modalités de création de librairies de composants logiciels de constitution et de déploiement de services. –Offres de middlewares –Offres matérielles et logicielles génériques (serveurs, système dexploitation, navigateurs, traitement de lesperanto XML etc.)

33 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod33 Ceisar& Praxeme : quelques points de synthèse Comparée à Praxeme, Ceisar est une méthode organisationnelle, sans préjugé dune formalisation informatique, Ceisar adopte les paradigmes des architectures orientées services, sans imposer les implémentations des standards, Ceisar définit limplémentation de moteurs de règles et de processus pour le processus de transformation, Ceisar et Praxeme sont complémentaires, si on fait le choix de formalisation exclusive via des profils UML.

34 Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod34 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Cours MIAGE Henry Boccon-Gibod1 Méthodologies pour « LArchitecture dEntreprise » L'initiative Praxeme Description et critique dune méthode pour la conception."

Présentations similaires


Annonces Google