La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 TUBERCULOSE DE LENFANT Quelques aspects particuliers.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 TUBERCULOSE DE LENFANT Quelques aspects particuliers."— Transcription de la présentation:

1 1 TUBERCULOSE DE LENFANT Quelques aspects particuliers

2 2 1 - EPIDEMIOLOGIE CHEZ LENFANT Malgré une apparente stabilité dincidence en France ( 6 / ) Augmentation dincidence chez le sujet de 15 à 39 ans de nationalité étrangère ( X 10 ) Certains pays de naissance ( Afrique subsaharienne ) majorent le risque ( X 25 )

3 3 MILIEUX A RISQUE : Familles de migrants de pays à haute prévalence Enfants adoptés Familles socialement défavorisées Famille VIH Où se posent les questions du dépistage et de la prévention

4 4 2 - LA TUBERCULOSE MALADIE Avec des signes cliniques et/ou radiologiques 500 cas / an en France Asymptomatique dans 20 à 60 % des cas Des symptomes non spécifiques, mais résistants aux traitements antibiotiques habituels : Toux 37%, Dyspnée 7 % Fièvre 25 % Asthénie 19 % Amaigrissement 9 %

5 5 Examens complémentaires ( TM ) TDM thoracique : nombre dadénopathies, caractère compressif. Systématique chez le petit nourrisson et jusquà 5 ans pour certains Fibroscopie bronchique : Granulome endobronchique Degré dobstruction ( > 50 % ) Prélèvement in situ

6 6

7 7

8 8

9 9

10 LINFECTION TUBERCULEUSE LATENTE Positivité de lIDR sans signes radiologiques ni cliniques LIDR post vaccinale est supprimée. Cest donc une découverte systématique dans le bilan dun enfant au contact dun patient contagieux

11 11

12 12 Exposition : Durée minimale denviron 8 heures ( OMS ) mais …..2 heures peuvent suffire Confinement Fréquence Contact étroit : Famille : vivant sous le même toit Ecole : même classe Entreprise : même bureau Facteurs de risque dinfection – 1 -

13 13 Facteurs de risque dinfection – 2 - Hôte : jeune âge ( < 2 ans ….. 5 ans ) immunodépression ( maladie ou thérapeutique ) dénutrition Contaminateur : caverne ou forte concentration de bacilles à lexamen direct

14 14 Normalité de la radiographie ? Supériorité de la TDM pour visualiser de petites adénopathies utile chez le nourrisson (< 2 ans ) devant un cliché dinterprétation difficile Sinon la radiographie pulmonaire reste suffisante pour le diagnostic de latence et donc prédire lefficacité thérapeutique «

15 15 LIDR à la tuberculine Post BCG elle est souvent inférieure à 10 mm Elle tend à diminuer avec le temps expliquant des seuils différents chez lenfant et ladulte Une induration > 15 mm nest à priori pas post –vaccinale Son interprétation doit tenir compte des facteurs de risque

16 16 LENFANT ASYMPTOMATIQUE AU CONTACT DUN PATIENT CONTAGIEUX. QUAND TRAITER ? Situations imposant un traitement quel que soit le résultat des tests tuberculiniques : Enfant < 2 ans Immunodéprimé Les tubages restent justifiés dans ces 2 cas

17 17 Quand traiter ? – 2 - Chez lenfant > 2 ans immunocompétent : Non vacciné par le BCG IDR >1O mm ou phlycténulaire IDR > 5 mm si très fort risque ( contact étroit + caverne ) Vacciné par le BCG IDR > 15 mm ou phlycténulaire IDR > 10 mm si très fort risque En labsence de traitement contrôle à 3 mois

18 TRAITEMENT : 1 - MOYENS posologie ( mg/k/j ) Effets IIaires INH5 à 1O < 2ans 5 > 2ans Hépatite, rash cutané, neuropathies RIF10Hépatite, douleur abdominale, sd grippal EMB15NORB, neuropathies réactions cutanées PZA20 à 30Réactionscutanées hépatite, arthragies

19 19 TRAITEMENT : 2 - les indications FormeMédicamentsDuréeDurée totale LatenteINH /RIF3 mois Médiastino pulmonaire INH/RIF/PZA Puis INH/RIF 2 mois 4 mois 6 mois Type adulteINH/RIF/PZA/EMB2 mois 4 mois 6 mois Corticothérapie, Vitamine B6, adaptation durée possibles …….

20 20 TRAITEMENT : 3 - Surveillance Clinique mensuelle Bilan hépatique initial, puis tous les 15 jours le 1 er mois, la famille étant prévenue des signes évocateurs de toxicité ( vomissements, ictère ) Lobservance est un réel problème.

21 HARO SUR LE BCG !!!! Cest cher !! On atteint le seuil pour lever lobligation vaccinale ( 5 cas / ). Mais le BCG est efficace dans la prévention des formes disséminées ( méningite & miliaire ) La protection contre les formes pulmonaires est plus faible

22 22 Le premier pas …..en 2005 Les tests tuberculiniques après BCG sont inutiles : pas de corrélation tests cutanés / immunité cellulaire réelle La revaccination par BCG est inutile Le Monovax est remplacé par le BCG intra dermique ……

23 23 Ce qui va arriver…..bientôt BCG ciblé Lobligation serait levée Vaccination ciblée : Histoire familiale de tuberculose ou contact familial avec un patient tuberculeux Famille provenant dune zone à forte prévalence Prévision dun voyage dans une zone de forte prévalence Renforcement de la lutte anti-tuberculeuse autour dun cas


Télécharger ppt "1 TUBERCULOSE DE LENFANT Quelques aspects particuliers."

Présentations similaires


Annonces Google