La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

D.MACHEFERT Cadre hygiéniste 2011 1 LES INFECTIONS NOSOCOMIALES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "D.MACHEFERT Cadre hygiéniste 2011 1 LES INFECTIONS NOSOCOMIALES."— Transcription de la présentation:

1 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

2 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste La vocation d un établissement de soins est de : Soigner des personnes malades D héberger des personnes fragiles du fait de leur convalescence ou leur grand âge. L établissement de soins n est donc pas une collectivité comme les autres.

3 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ont des origines aussi variées que le sont leurs manifestations. Les conséquences sont dommageables, et parfois dramatiques, pour le patient, et financièrement sensibles pour la société.

4 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quest-ce quune IN ? infection contractée dans un établissement de soins. si l'infection apparaît très tôt, moins de 48h après l'admission, on en déduit généralement que l'infection était en incubation au moment de l'admission, et qu'elle n'a vraisemblablement pas pu être contractée dans l'établissement de soins. L'infection n'est alors pas considérée comme nosocomiale mais communautaire.

5 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quest-ce quune IN ? A linverse, une infection qui se révèle après la sortie de létablissement de soins peut très bien être nosocomiale. On considère que toute infection du site opératoire qui se révèle dans les 30 jours suivant une intervention chirurgicale est a priori nosocomiale. Ce délai est porté à un an pour les infections survenant en cas de mise en place de matériel prothétique (prothèse articulaire, matériel métallique de fixation ou de suture).

6 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quelle définition retenir ? Infection contractée dans un établissement de soins l IN est considérée comme telle lorsqu elle est absente au moment de l admission du patient apparaît après un délai de 48 heures ce délai est artificiel et ne doit pas être appliqué sans réflexion.

7 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Comment surviennent-elles ? L Infection Nosocomiale Survenir lors de l hospitalisation indépendamment de tout acte médical Peut être directement liée aux soins

8 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Comment surviennent-elles ? L'apparition d'une infection nosocomiale en établissements de santé dépend de nombreux facteurs: Présence de nombreuses sources germes (réservoirs) Situations favorisant la transmission de germes Mode de contamination (endogène/exogène) Lhôte réceptif

9 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Sources de germes le patient et le personnel, constituent la plus importante source de germes le matériel et les surfaces, sont recouverts naturellement de nombreux microorganismes, apportés par les personnes, (présents sur les mains, dans la bouche, etc. l'environnement : L'air, l'eau, l'alimentation contiennent des germes qui ne sont pas dangereux dans les conditions normales mais peuvent provoquer des infections chez les patients fragiles, ou bien lorsque ces germes sont introduits directement à l'intérieur du corps (par exemple lors d'une opération chirurgicale).

10 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Facteurs favorisant la transmission des IN Architecture mal adaptée Entassement et promiscuité Encombrement des services Manque de possibilités d isolement Circuits non conformes Entretien des locaux et désinfection non respectés Mauvais usage des produits

11 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Facteurs favorisant la transmission des IN Gestes de soins non rigoureux Non respect des procédures et des protocoles Manque d hygiène corporelle des patients et du personnel Désinfection des mains insuffisante Contamination de l environnement Mauvaise organisation du travail Facteurs liés au germe : virulence Pression thérapeutique ( ATB, corticoïdes,...)

12 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Facteurs favorisant la transmission des IN La réalisation d'actes invasifs (tels que la pose d'une perfusion, d'une sonde urinaire, les opérations chirurgicales), nécessaires au traitement du patient. Ceci explique que les infections soient plus fréquentes dans les services de réanimation où les patients, déjà fragilisés par leur maladie, sont ventilés, sondés, perfusés, plutôt qu'en médecine interne où les actes invasifs sont moins fréquents et où les patients accueillis sont généralement moins fragiles.

13 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Mode de contamination Infections endogènes : Les propres germes du malade présents sur la peau, les muqueuses et dans le tube digestif peuvent être responsable d infections nosocomiales facilitées par l acte opératoire, une suture non étanche, les soins... Infections exogènes : Transmises par l environnement du malade : infections manu portées (personnel soignant) flore extra-hospitalière importée (malade, personnel, visiteurs) germes importés accidentellement (eau polluée, mauvaise stérilisation, filtre à air fracturé...) alimentation (toxi-infection alimentaire collective)

14 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Modes de transmissions variés endog ène exogè ne Alimentation L eau L a i r

15 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Sujets Réceptifs Malades immunodéprimés ( Cancer,Sida,...) Malades au revêtement cutané lésé ( Brûlés, Escarres, Polytraumatisés) Diabétiques Insuffisants respiratoires Polypathologies du grand âge Nouveaux-nés et surtout prématurés (système immunitaire immature) Toxicomanies tabac Alcool …etc

16 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Sujets Réceptifs Tout malade est + ou - immunodéprimé donc susceptible de développer une infection contractée à l hôpital Le personnel est très souvent exposé à la contamination mais rarement victime d infection.

17 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Les IN sont-elles graves ? Toutes les infections n'ont pas la même gravité. Cette gravité dépend, d'une part de l'état du patient et d'autre part, de la virulence de l'agent infectieux. Plus le patient est fragilisé, plus l'infection sera grave. Les infections urinaires, qui représentent les infections nosocomiales les plus fréquentes, ne sont en général pas graves. En revanche, certaines infections pulmonaires ou certaines septicémies (infections provoquées par des agents pathogènes présents dans le sang) peuvent être très graves et parfois entraîner la mort.

18 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quelle est la probabilité de contracter une IN ? En 2006, une enquête a été réalisée à l'échelon national dans 2337 établissements de santé (environ 95 % des lits d'hospitalisation en France).

19 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quelle est la probabilité de contracter une IN ? Les résultats de cette étude montraient que: 4,97 % des patients présentaient une ou plusieurs infections nosocomiales actives, soit 1 malade sur 20. Mais ce taux varie en fonction de: la situation médicale du patient de la charge en soins et par conséquent du service d'hospitalisation. Ainsi, les services de réanimation où les patients sont plus fragilisés et subissent plus de soins, sont plus touchés.

20 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste % de patients infectés par type de service MEDECINE 5,25 % CHIRURGIE5,37 % OBSTETRIQUE 0,89 % REANIMATION 22,40 % Source : InVS & Réseau d'Alerte, d'Investigation et de Surveillance des Infections Nosocomiales (RAISIN). Enquête nationale de prévalence 2006 des infections nosocomiales –Résultats préliminaires. ats_preliminaires/enp_2006_resultats_preliminaires.pdf

21 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste IN les plus courantes les infections urinaires (30,3%) sont les plus fréquentes les pneumopathies infectieuses (14,7%) les infections du site opératoire (14,2%). Ces trois localisations dinfections nosocomiales représentent 59,2% des sites infectieux documentés. Les infections urinaires étaient les infections nosocomiales les plus fréquentes dans toutes les disciplines, à lexception de la réanimation et de la chirurgie, où les pneumopathies infectieuse (43,2%) et les infections du site opératoire (40,6%) étaient respectivement les plus fréquentes.

22 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste % dIN selon le site

23 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Germes Responsables Les micro-organismes les plus fréquemment rencontrés sont : Escherichia coli 24,7% Staphyloccocus aureus 18,9 % Pseudomonas aeruginosa 10% Ces trois micro-organismes représentaient plus de la moitié (53,5%) des micro-organismes isolés des infections nosocomiales.

24 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Résistance bactérienne De façon globale, le taux de résistance des bactéries responsables dIN est élevé les BMR (Staphylococcus sp, Klebsiella sp, Enterobacter sp, Acinetobacter sp, Pseudomonas sp) sont plus fréquemment observées en France que dans la majorité des pays européens. Ces BMR ne sont sensibles qu'à un petit nombre de familles ou de sous-familles d'antibiotiques. Le traitement d'infections pour lesquelles sont impliquées des BMR apparaît donc souvent problématique. La proportion de résistance à la méticilline des Staphylococcus aureus (SARM) isolés dinfection nosocomiale reste élevée, même si elle passe de 64% en 2001 à 52% en 2006

25 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Bacteries MultiResistantes 4Certains germes sont résistants aux traitements anti-infectieux. 4Cette résistance peut être naturelle ou acquise. 4De nouvelles populations bactériennes sont ainsi sélectionnées. 4Cette sélection est souvent liées à l emploi des antibiotiques. 4Les bactéries résistantes possèdent de nouveaux gènes de résistance.

26 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Bacteries Multi Resistantes

27 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Bacteries Multi Resistantes èLa résistance peut se transmettre aux autres générations de bactéries (cellule mère à sa descendance). èLa résistance peut s échanger d une espèce à l autre par l intermédiaire de « plasmides ».

28 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste

29 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste

30 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste

31 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste

32 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Comment prévenir les IN ? En médecine, le « risque zéro » n'existe pas. Pour cette raison, il n'est pas toujours possible d'éviter les infections nosocomiales. En revanche, Il est possible d'en limiter la fréquence et la gravité En respectant scrupuleusement de simples règles d'hygiène Par les visiteurs Les patients Les personnels

33 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Les visiteurs Les visiteurs peuvent constituer une source ou un vecteur d'infection. Les visiteurs présentant une infection des voies respiratoires ou toute autre maladie contagieuse ne devraient pas entrer dans les secteurs de soins. Les visiteurs doivent se laver les mains avant et après la visite d'un malade afin d'éviter la transmission manuportée de germes. Les visiteurs doivent accepter qu'un malade contagieux ou fragile soit placé en isolement, particulièrement adapté à la prévention de maladies transmissibles et de la transmission de bactéries résistantes aux antibiotiques. Cet isolement ne préjuge pas de la gravité de l'état du patient

34 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Plantes et fleurs Les plantes en pot ne sont pas autorisées en secteurs de soins Les fleurs coupées peuvent être autorisées dans les chambres des malades sous certaines conditions Elles sont interdites dans les services recevant des patients immunodéprimés ou à risque (réanimation, néonatalogie,…). L'eau des fleurs coupées est changées tous les jours, elle est évacuée dans les toilettes et non le lavabo Leau des fleurs doit contenir quelques gouttes d'eau de Javel, afin d'éviter le développement des germes Le vase est nettoyé et désinfecté tous les jours Le soignant pratique une hygiène des mains par friction après sêtre occupé des fleurs.

35 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Le patient En cas d'intervention, le patient est personnellement impliqué et doit respecter les consignes de préparation chirurgicale : La douche antiseptique doit être prise de façon minutieuse. La dépilation de la zone opératoire ne doit pas être faite au rasoir mais à l'aide d'une tondeuse. Le patient ne doit pas manipuler personnellement les dispositifs invasifs tels que les cathéters,sondes, drains ou redons. Le patient doit avoir une bonne hygiène corporelle générale, il lui est indispensable de se laver les mains après les toilettes et de prendre une douche si possible chaque jour.

36 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Le personnel au quotidien doit maintenir son niveau dhygiène corporel doit respecter les règles dhygiène lors du port de sa tenue professionnelle doit respecter les précautions standard : Hygiène des mains (lavage ou friction à l'alcool) : entre 2 patients, 2 activités. Port de gants : si risque de contact avec du sang ou tout autre produit d'origine humaine. Changement entre 2 patients. Port de surblouse, lunettes ou masque : si les soins exposent à un risque de projection de sang ou tout autre produit d'origine humaine. Matériel au statut infectieux contrôlé, et chaque fois que possible à usage unique. Nettoyage et désinfection du matériel et des surfaces entre chaque patient.

37 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Le personnel lors de situations particulières En complément de ces précautions simples, certaines infections (ou suspicions d'infection) nécessitent la mise en oeuvre de précautions particulières, définies en fonction de l'agent infectieux et de la localisation et la gravité de l'infection : Isolement en chambre individuelle. Renforcement de lhygiène des mains. Port de vêtements de protection. Précautions accrues lors de l'élimination des instruments et du linge contaminés, des déchets.

38 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Ainsi, la prévention des IN est complexe, car relève de plusieurs facteurs Impossible de maîtriser tous les facteurs Donc, vigilance accrue et gestes simples de prévention, d efficacité démontrée (ex : hygiène des mains, port de gants lors de gestes invasifs) réduiront la part « évitable » des IN et contribueront à la sécurité et qualité des soins.

39 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Conséquences les infections nosocomiales sont responsables de : l allongement de la durée de séjour la surconsommation de traitement (ATB) de graves séquelles et/ou décès. les IN touchent environ 5 à 6 % de patients hospitalisés ( à cas par an)

40 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste La prévention et la lutte contre les infections nosocomiales Est devenue une priorité de santé publique Est un élément fondamental de la politique d amélioration de la sécurité et de la qualité des soins

41 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Elle est inscrite parmi les missions de tous les établissements de santé, publics et privés, dans leur fonction « hygiène hospitalière ». Il n est plus possible de parler de qualité des soins si l on n intègre pas la notion de gestion du risque infectieux.

42 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Les bases de la prévention Prévenir les Infections Nosocomiales

43 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste LAS MALADIES A DECLARATIONS OBLIGATOIRES

44 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Maladies à déclaration obligatoire Botulisme Brucellose Charbon Chikungunya Choléra Dengue Diphtérie Fièvres hémorragiques africaines Fièvre jaune Fièvre typhoïde et fièvres paratyphoïdes Hépatite aiguë A Infection aiguë symptomatique par le virus de lhépatite B Infection par le VIH quel quen soit le stade Infection invasive à méningocoque Légionellose Listériose Orthopoxviroses dont la variole Paludisme autochtone Paludisme dimportation dans les départements doutre-mer Peste Poliomyélite Rage Rougeole Saturnisme de lenfant mineur Suspicion de maladie de Creutzfeldt-Jakob et autres encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles humaines Tétanos Toxi-infection alimentaire collective Tuberculose Tularémie Typhus exanthématique

45 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Pourquoi: La déclaration obligatoire ? consiste à recueillir des informations aussi exhaustives que possible concernant tous les cas de certaines maladies dites « maladies à déclaration obligatoire » (MDO) auprès des biologistes et médecins La déclaration obligatoire met en jeu deux procédures successives : le signalement et la notification.

46 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Le signalement Les médecins et les biologistes qui suspectent ou diagnostiquent une des maladies à déclaration obligatoire doivent les signaler sans délai et par tout moyen approprié (téléphone, télécopie) au médecin inspecteur de santé publique de la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass) de leur lieu dexercice. Le signalement permet au médecin inspecteur de santé publique de mettre en place les mesures de prévention individuelle et collective autour des cas, et le cas échéant, de déclencher des investigations pour identifier lorigine de la contamination et agir pour la réduire.

47 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste La notification La notification intervient après le signalement et le plus souvent après confirmation du diagnostic. Les médecins ou les biologistes déclarant notifient le cas au médecin inspecteur de santé publique de la Ddass du lieu dexercice au moyen dune fiche spécifique à chaque maladie. Les fiches de notification sont téléchargeables sur le site de lInstitut de veille sanitaire.fiches de notification La notification permet danalyser et de suivre lévolution de ces maladies au sein de la population afin de mieux cibler les actions de prévention locales et nationales.

48 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Lobjectif est de détecter et de déclarer les 30 maladies à déclaration obligatoire pour agir et prévenir les risques dépidémie, mais aussi pour analyser lévolution dans le temps de ces maladies et adapter les politiques de santé publique aux besoins de la population. Linscription dune maladie sur la liste des maladies à déclaration obligatoire fait lobjet dune décision du ministre de la Santé, après avis du Conseil supérieur dhygiène publique de France (CSHPF). Elle traduit la volonté de lEtat de disposer de données sur une maladie afin de préserver la santé de la population.

49 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Comment est définie cette liste ? Pour figurer sur cette liste, les maladies doivent répondre à deux types de critères définis par le CSHPF. Des critères principaux, par ordre dimportance : les maladies qui justifient de mesures exceptionnelles à léchelon international ; les maladies qui nécessitent une intervention urgente à léchelon local, régional ou national ; les maladies pour lesquelles une évaluation des programmes de prévention et de lutte est nécessaire ; les maladies graves dont il est nécessaire dévaluer et de suivre la létalité, la morbidité et le risque de séquelles ; les maladies quil est nécessaire de mieux connaître (notamment les maladies émergentes).

50 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Comment est définie cette liste ? Et des critères de faisabilité : la maladie ne doit pas être trop fréquente pour garantir un bon niveau de notification et permettre une réponse rapide des services déconcentrés ; une définition ou une classification des cas simple et spécifique doit être disponible ; la déclaration doit être acceptée par le milieu médical et par la société ; Le coût de mise en œuvre de la surveillance pour les acteurs doit rester proportionné aux enjeux de santé publique que présente la surveillance de la maladie. La déclaration obligatoire nest quune des modalités retenues pour la surveillance de ces 30 maladies. Elle ne dispense pas des autres procédures de déclaration ou de signalement.

51 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste MALADIES ÉMERGENTES ET RÉÉMERGENTES

52 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Introduction Les plus anciens témoignages historiques en Inde, Chine, Égypte ou Grèce rapportent la description de maladies infectieuses. Certaines pathologies frappant jadis les populations européennes - lèpre, peste, choléra - ont aussi marqué les mémoires, devenant des symboles de catastrophes sociales et calamités publiques. En ce début de XXIe siècle, malgré les progrès apportés depuis 100 ans par la vaccination et la mise au point des antibiotiques, les infections nont pas quitté notre actualité médicale.

53 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Qu'entend-t-on par maladies infectieuses émergentes? La notion de « maladies émergentes ou réémergentes» correspond à une réalité complexe Les maladies infectieuses émergentes résultent d'infections nouvellement identifiées et auparavant inconnues qui entraînent des problèmes de santé publique au niveau local ou international. Un nombre considérable despèces animales (sauvages ou délevage), dagents pathogènes ( toujours mieux différenciés), sont les acteurs connus des maladies transmissibles à lhomme.

54 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Exemple la nouvelle variante de la maladie de Creutzfeldt-Jacob, qui a été décrite pour la première fois au Royaume-Uni en Son agent est considéré comme identique à celui de l'encéphalopathie spongiforme bovine, qui a fait son apparition dans le courant des années 80 et a frappé des milliers de bovins au Royaume-Uni et dans quelques autres pays d'Europe.

55 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste

56 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste

57 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Qu'entend-t-on par maladies infectieuses réémergentes? On parle de maladies infectieuses réémergentes quand on observe la réapparition, ou une augmentation, d'infections connues mais devenues si rares qu'elles n'étaient plus considérées comme des problèmes de santé publique Exemple: le choléra, la dengue, la diphtérie, Méningite à méningocoques, Fièvre de la Vallée du Rift, Fièvre jaune.

58 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Lagent infectieux nest pas seul La transmission de lagent et la mise en marche de son potentiel infectieux résultent de linteraction entre ces différents éléments: AGENT INFECTIEUX HÔTEENVIRONNEMENT TRANSMISSION / ACTIVATION Au fil du temps ces 3 éléments évoluent et les interactions se modifient. Quels sont les facteurs démergence ?

59 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quels sont les facteurs démergence ? De nouveaux micro-organismes capables de provoquer des maladies chez l'homme continuent d'être détectés. Le fait qu'un MO émergent devienne une menace pour la santé publique dépend de: facteurs liés à l'organisme lui-même et à son environnement ou de facteurs liés au sujet humain infecté et à son environnement.

60 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quels sont les facteurs démergence ? Ces facteurs sont : les mécanismes de la transmission entre l'animal et l'homme et entre les êtres humains, les risques de propagation au delà du voisinage immédiat de la poussée, la gravité de la maladie, l'existence ou non d'instruments efficaces de prévention et de lutte, et les possibilités de traitement.

61 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quels sont les facteurs démergence ? Certains des nouveaux agents qui ont été détectés au cours des 25 dernières années posent maintenant de sérieux problèmes de santé publique à l'échelle locale, régionale ou mondiale. La Résistance aux antimicrobiens est un autre problème émergent de santé publique le nombre de bactéries qui deviennent résistantes à une gamme de plus en plus étendue d'antibiotiques est en constante augmentation.

62 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Quels sont les facteurs démergence ? Dans beaucoup de régions, les antibiotiques de première intention, peu coûteux, ont perdu leur efficacité contre les infections à Escherichia coli, Neisseria gonorrhoea, Pneumococcus, Shigella, Staphylococcus aureus - ce qui accroît le coût et la durée du traitement de nombreuses maladies courantes, dont les maladies diarrhéiques épidémiques, la blennorragie, la pneumonie et l'otite. D'autres problèmes proviennent de l'utilisation de substances antimicrobiennes dans la production d'aliments d'origine animale.

63 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Qu'est-ce qui provoque l'émergence ou la réémergence des maladies infectieuses? Les voyages ont toujours favorisé la propagation des maladies à travers le monde. Mais le commerce international, la rapidité des voyages et le tourisme favorisent une augmentation : du nombre des personnes qui vivent et se déplacent dans le monde et le volume des voyages internationaux; Les voyageurs peuvent se prémunir contre de nombreux risques grâce à la vaccination, à la prophylaxie antipaludique et à une bonne hygiène individuelle Voyages internationaux et santé, est publié chaque année par l'OMS et accessible sur le site Internet de l'OMS -

64 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Qu'est-ce qui provoque l'émergence ou la réémergence des maladies infectieuses? Plusieurs autres facteurs sont en cause : le surpeuplement de villes sans systèmes efficaces d'assainissement; l'augmentation substantielle du commerce international des aliments, la distribution massive de denrées alimentaires et le manque d'hygiène dans la préparation des aliments; l'exposition accrue des individus aux vecteurs et aux réservoirs de maladies dans la nature; les altérations de l'environnement et du climat qui ont un impact direct sur la composition et la taille des populations d'insectes vecteurs et des réservoirs animaux la dégradation des infrastructures de santé publique incapables de faire face aux besoins de la population.

65 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste La réponse de l'OMS Scientifiques et politiques doivent sunir pour répondre parfois très rapidement à des questions sur un agent infectieux dont on ignorait souvent jusquà lexistence avant que les premiers cas graves napparaissent dans la population. Les craintes suscitées depuis 1992 par les maladies émergentes et réémergentes ont donné lieu à plusieurs initiatives nationales et internationales destinées à rétablir et à améliorer les opérations de surveillance et de lutte contre les maladies transmissibles.

66 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste La réponse de l'OMS En 1995, l'Assemblée mondiale de la Santé a instamment demandé à tous les Etats Membres de renforcer la surveillance des maladies infectieuses pour détecter rapidement les maladies réémergentes et identifier les nouvelles maladies infectieuses. Cette résolution de l'Assemblée a débouché sur la création de la Division des Maladies émergentes et autres Maladies transmissibles - Surveillance et Lutte (EMC) qui a pour mission de renforcer les capacités nationales et internationales en matière de surveillance et de lutte contre les maladies transmissibles, y compris celles qui représentent des problèmes de santé publique nouveaux, émergents et réémergents.

67 D.MACHEFERT Cadre hygiéniste Les maladies infectieuses et les épidémies ne connaissent pas les frontières. lhomme est indissociable de son écosystème. Les enjeux dans ce domaine sont donc planétaires.


Télécharger ppt "D.MACHEFERT Cadre hygiéniste 2011 1 LES INFECTIONS NOSOCOMIALES."

Présentations similaires


Annonces Google