La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ISOLEMENT SEPTIQUE : Quand, Qui et Pourquoi ? Sarah AYRAUD Journée des correspondants en Hygiène, 23 juin 2005.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ISOLEMENT SEPTIQUE : Quand, Qui et Pourquoi ? Sarah AYRAUD Journée des correspondants en Hygiène, 23 juin 2005."— Transcription de la présentation:

1 ISOLEMENT SEPTIQUE : Quand, Qui et Pourquoi ? Sarah AYRAUD Journée des correspondants en Hygiène, 23 juin 2005

2 Quelques références… - LIsolement septique. Recommandations pour les établissements de soins.CTIN, SFHH Les 100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales CTIN - La Maîtrise de la diffusion des bactéries résistantes aux antibiotiques. Recommandations pour les établissements de santé. CTIN Circulaire DGS/DH n°249 du 20 avril 1998 relative à la prévention de la transmission dagents infectieux véhiculés par le sang ou les liquides biologiques lors des soins dans les établissements de santé.

3 Isoler : Pourquoi ? Procédures disolement = barrières à la transmission des micro-organismes (identifiés ou présumés) ISOLEMENTISOLEMENT Autres patients Visiteurs Soignants

4 Les Modes de transmission ? Contact transmission par contact direct ou indirect avec un individu infecté ou colonisé Gouttelettes : gouttelettes de salive ou des sécrétions des voies aériennes supérieures (toux, éternuements, parole, fibroscopie, aspiration…) Aériennes : fines particules (taille < 0,5 m) pouvant rester en suspension dans lair

5 Isoler : qui et quand ? 1ère indication : lorsquun patient est porteur dune infection naturellement contagieuse Varicelle, Gale, Herpès généralisé Diarrhée à Rotavirus, à Clostridium difficile Bronchiolite du nourrisson (VRS) Conjonctivites virales (adénovirus) Précautions contacts Méningites à méningocoque, grippes, oreillons, scarlatine, rougeole, VRS Précautions Gouttelettes Tuberculose bacillifère, rougeole, varicelle, zona chez immunodéprimé… Précautions Air

6 Isoler : qui et quand ? 2ème indication : Lorsquun patient est colonisé ou infecté par une bactérie multi-résistante aux antibiotiques (BMR) ex: SARM, entérobactérie à BLSE Pseudomonas aeruginosa multirésistant Aux niveaux : cutané, digestif, urinaire, oculaire Au niveau respiratoire Précautions contacts Précautions Gouttellettes

7 BMR : Colonisation/infection Infection Présence de BMR dans un site anatomique habituellement stérile, accompagnée de signes cliniques ou biologiques dinfection (ex : ISO, infection urinaire, bactériémie)

8 Portage ou colonisation Présence de BMR dans un site anatomique où lespèce est souvent présente mais pas à létat multirésistant (ex: SARM et rhinopharynx, EBLSE et tube digestif) ou Dans un site anatomique où lespèce est en général absente mas sans signe clinique ou biologique dinfection (ex : P. aeruginosa et voies aériennes supérieures) BMR : Colonisation/infection

9 - Services de soins intensifs, chirurgie orthopédique ou cardiologique - Situation épidémique - Enquête BMR : Dépistage des porteurs Systématique ?

10 Comment sont prescrites les mesures disolement ? En fonction de lagent infectieux : - Agents pathogènes/commensaux/saprophytes - Mode de dissémination des agents infectieux - Voies de transmission possible En fonction de la localisation et de la gravité de linfection En fonction des caractéristiques des autres personnes à protéger (patient, personnel) La mise en route et la levée de lisolement = prescription médicale

11 La base pour tout patient = les précautions standards La technique disolement en quelques mots…

12

13 Terrain à risque ou épidémie : résultats de la décolonisation Services de « court » séjour : hospitalisation ? « Long séjour » : adaptation nécessaire La durée de lisolement ? - Si maladie contagieuse : dépend de lagent pathogène - Si BMR : Infection: fonction de lefficacité du traitement Colonisation :

14 BMR : Quelques adaptations nécessaires en long séjour Parce quil faut isoler la bactérie et non la personne » « Parce quil faut isoler la bactérie et non la personne » J.L. Novella et coll., XVIè congrès de la SFHH, juin 2005

15 BMR : Quelques adaptations nécessaires en long séjour J.L. Novella et coll., XVIè congrès de la SFHH, juin 2005 En cas de portage sain, le risque de dissémination est très bas : sous respect des règles dhygiène de base, le sujet peut quitter sa chambre En cas de présence dune BMR au niveau dun site anatomique lésé ou infecté, correctement isolé de lenvironnement, le risque est bas : sous respect des règles dhygiène de base, de lisolement du site anatomique concerné, le sujet peut quitter sa chambre, se rendre dans les lieux de vie en collectivité

16 BMR : Quelques adaptations nécessaires en long séjour J.L. Novella et coll., XVIè congrès de la SFHH, juin 2005 En cas dinfection avec impossibilité disoler correctement la zone anatomique concernée, le risque de dissémination est élevé : en plus du respect des règles dhygiène de base, il faut établir une réflexion sur la nécessité dune hospitalisation en court séjour gériatrique, isolement technique et le sujet ne peut quitter sa chambre

17 Les règles dhygiène de base - Respecter des précautions standard et particulièrement les recommandations pour lhygiène des mains - Limiter au maximum le risque de transmission croisée - Optimiser lhygiène corporelle de la personne : toilette des mains régulière et rigoureuse, toujours avant de quitter la chambre, vêtement changés et nettoyés régulièrement, literie changée chaque fois que nécessaire - Hygiène rigoureuse de lenvironnement proche de la personne, dans le respect des protocoles - Limiter au maximum le risque de contamination de lenvironnement

18 Une information adaptée est nécessaire - Auprès du malade - Auprès de léquipe soignante - Auprès de tout personnel intervenant auprès du patient - Auprès de la famille et les visiteurs

19

20

21 Conclusion ISOLEMENT = CONTRAINTE ISOLEMENT = NECESSITE PRESCRIPTION MEDICALE ADAPTATION REFLECHIE ISOLEMENT PAS EXCLUSION


Télécharger ppt "ISOLEMENT SEPTIQUE : Quand, Qui et Pourquoi ? Sarah AYRAUD Journée des correspondants en Hygiène, 23 juin 2005."

Présentations similaires


Annonces Google