La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Risques infectieux liés à lenvironnement et aux déchets de soins Dr HADJAISSA.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Risques infectieux liés à lenvironnement et aux déchets de soins Dr HADJAISSA."— Transcription de la présentation:

1 Risques infectieux liés à lenvironnement et aux déchets de soins Dr HADJAISSA

2 INTRODUCTION Risques infectieux liés à lenvironnement et aux déchets de soins =Problème majeur de santé publique prioritaire pour nos hôpitaux Tout le monde en est conscient !! L IAS : bon marqueur de non qualité Morbidité importante et Mortalité non négligeable Surcoûts importants Émergence de Bactéries multi résistantes Proportion de souches bactériennes multi résistantes aux ATB de plus en plus importante dans nos hôpitaux

3 Consécutive à des soins Le plus souvent à lhôpital ou en clinique Mais aussi : en ambulatoire à domicile dans un cabinet médical INFECTION LIEE aux SOINS ou ACQUISE lors des soins Infections Associées aux Soins (IAS)

4 Définition générale dune infection nosocomiale Infection acquise à l'hôpital Ni en incubation Ni présente à ladmission Secondaire ou pas à un acte invasif Délai Habituel : 48 à 72 heures Plaie opératoire : 30 jours Prothèse et implant : 1 an

5 Linfection : les acteurs Agent infectieux Source Voie de transmission Hôte réceptif Virulence, Inoculum, Viabilité, Toxines … « flores » Endogène, Exogène « exposition » Respiratoire; Cutanée; Digestive; « invasive »; « terrain » âge Immuno- dépression Actes invasifs … INFECTION

6 Origines du risque infectieux en collectivité Usager (patient, résident, personne aidée …) alimentation 1 équipe, 1 lieu linge 1 équipe, 1 lieu pratiques professionnelles x équipes, x lieux air, eau 1 équipe, toute la structure

7 Siège des I.N ( patients > 65 ans ) Urinaire (31%) Pulmonaire (30%) Peau, tissus mous (18%) Site opératoire (13%) Bactériémies, septicémies (5%) Infections sur kt (3%)

8 Risque pour qui ? LES PERSONNES PRISES EN CHARGE les professionnels = Accidents dExposition au Sang : A.E.S les personnes chargées du ménage, de la désinfection du matériel, de la collecte des déchets … (= A.E.S)

9 Mécanismes de transmission INFECTION Réservoir de germes Voie de transmission Porte dentrée

10 Contact Gouttelettes respiratoires Aérienne Véhicules communs Transmission interhumaine Infections endogènes Infections exogènes 1/Mode de transmission

11 2/ Germes transmissibles bactéries : staphylocoque, streptocoque, bacille tuberculeux, légionelle virus : HIV, hépatite B, hépatite C, herpès levures, champignons : candida parasites : gale, poux

12 PORTAGE Présence dune bactérie dans un site où sa présence est habituelle sans quelle soit responsable dinfection (ex : staph. Aureus dans les narines). COLONISATION Présence dune bactérie dans un site qui en est normalement exempt, mais cette bactérie nest responsable daucun symptôme local ou général dinfection (ex : bactériurie isolée à Staph. Aureus dans les urines sans aucun signe dinfection urinaire). INFECTION La bactérie est responsable de symptômes locaux ou généraux. Rappel

13 Bouche : 10 8 /ml Estomac : /ml Duodénum : /ml Int grêle : 10 7 – 10 8 /ml Colon : /g Peau : /cm 2 Urètre : 10 3 /ml Vagin : 10 9 /ml Nasopharynx : ++++ Un être humain = micro-organismes 3/Réservoir endogène = flores du patient

14 Naturel Lié à une contamination à partir dun réservoir humain Eau, air, surfaces, textiles… 4/Réservoir environnemental

15 Milieu favorable pour le développement microbien Température Matière organique Humidité (pour certains micro-organismes) Durée de survie variable selon les micro- organismes et le type de surface ou de réservoir Réservoir environnemental

16 Virus influenza (grippe) jusquà 12 heures sur surfaces douces 24 à 48 h sur une surface lisse Virus respiratoire syncytial jusquà 6 h sur surfaces et linge, 30 mn à 1 h sur mains Staphylococcus aureus plusieurs semaines sur des surfaces sèches Pseudomonas aeruginosa 1 semaine sur surface humide Survie des microorganismes dans lenvironnement des patients

17 è les malades: Ils sont infectés ou simplement colonisés. Les réservoirs de germes à lhôpital

18 è le personnel : Il va dun malade à lautre. Il est le principal responsable de la transmission manuportée. Il peut être colonisé par des micro- organismes. Les réservoirs de germes à lhôpital

19 è lenvironnement

20 è les visiteurs Ils sont rarement dangereux sauf pour les grands immuno- déprimés ou lors des épidémies saisonnières

21 COMMENT PRÉVENIR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES?

22 A/Les précautions standards Eviter la transmission croisée de micro- organismes de patient à patient de patient à soignant de soignant à patient Visent la sécurité des patients tout en assurant celle des soignants Visent lensemble des produits dorigine humaine et plus seulement le sang

23 Précautions standard Mesures 1. Hygiène des mains : avant et après le soin 2. Port de gants : contact avec liquides biologiques 3. Ports de sur blouses, masque et lunettes 4. Matériel souillé : aiguilles 5. Surfaces : nettoyage, désinfection 6. Transports de prélèvements, linges et matériels

24 VOTRE TENUE <>

25 1/TENUE VESTIMENTAIRE Tenue de travail = élément de protection mais aussi source de contamination Pas de vêtements civils sous la blouse Chaussures de travail spécifiques

26 RAPPELS Staphylococcus aureus Les tenues de 65% des infirmières ayant assuré les soins de malades colonisés ou infectés par un SARM étaient contaminées et 58% des gants. Même en labsence de contact direct avec le patient, les gants de 5 infirmières étaient contaminés par simple contact avec les objets ou lenvironnement.

27 2/ Hygiène des mains Mesure fondamentale, observance médiocre Erreurs à ne pas commettre : absence ou insuffisance de suivi des indications, équipements absents ou inadéquats, erreurs de méthode (inefficacité, irritations cutanées)

28 l Hygiène des mains

29 Efficacité des SHA : illustration (1) Lavage au savon doux

30 Efficacité des SHA : illustration (2) Friction hydro-alcoolique

31 3/ Port de gants Rôle de protection professionnel, indications type gants / geste Erreurs à ne pas commettre : majoration du risque épidémique (réutilisation, même gants pour différents gestes), erreurs de méthode

32 4/ Entretien des sols et surfaces Classification des locaux, fréquence, méthode, produits Erreurs à ne pas commettre : erreurs de méthode, confusion produits, mauvaise utilisation

33 5/ Elimination des déchets Réglementation, classification des déchets, conditionnements agréés, importance du tri, stockage et circuits, sécurité des personnels chargés de la collecte Erreurs à ne pas commettre : insuffisance de tri, erreurs de conditionnement

34 6/ Désinfection des matériels Classification des matériels (hôteliers, dispositifs médicaux), exigences de désinfection Erreurs à ne pas commettre : absence ou insuffisance de désinfection, erreurs de produits de désinfection

35 B/ Précautions standards et particulières si infection 3 catégories de mesures particulières

36 a/ Isolement Objectifs Prévenir la transmission croisée Entre patients par lintermédiaire des personnels ce sont essentiellement les mains Entre patients par l intermédiaire de l environnement Surfaces, eau, air.. Isolement : 2 catégories Isolement septique : protection des «autres» (personnels et autres patients) Isolement protecteur : protection dun patient (oncologie, immuno-dépression..)

37 Isolement : ensemble de moyens destinés à … Soit à sopposer à la transmission d agents infectieux d une personne infectée ou colonisée à une autre personne isolement septique Soit à protéger des patients immunodéprimés isolement protecteur

38 b/ Précautions «Contact» Chambre individuelle si possible Port de gants dès lentrée dans la chambre pour les soins proches du malade Désinfection des mains par friction ou par lavage avant le soin et avant les gants après le soin Sur blouse lors des contacts avec le patient Utilisation maximale de matériel à usage unique, à patient unique Limitation des déplacements

39 c/ Précautions « particulières » «Air» [Tuberculose]+ Particules < 5 En suspension dans lair Aux efforts de toux En permanence «Gouttelettes»++ Particules > 5 Près du malade Efforts de toux Masques

40 Les précautions Type Air Pour les transmissions par voie aéroportée par de fines particules inférieures à 5 microns Masque protecteur pour tous avant dentrer dans la chambre Masque de type chirurgical pour le patient en cas de déplacement Principale indication : Tuberculose pulmonaire

41 Les précautions type Gouttelettes Infections transmises par des particules supérieures à 5 microns - gouttelettes de salive, secrétions bronchiques ou rhino- pharyngées, toux dirigée - Exemples d indications : Infections à Heamophilus influenzae B, Méningococcies, Diphtérie, Infections à Mycoplasme, Parvovirus, Rubéole...

42 Précautions «Gouttelettes» Chambre individuelle si possible Masque pour le personnel (périmètre de 1m à1,5m) circulations proches (distance risque de projections) au moment des soins proches Désinfection des mains par friction ou par lavage en fin de soins Autres Masque pour le malade lors des sorties Matériel à patient unique, à usage unique Masque dit « de soins » ou chirurgical


Télécharger ppt "Risques infectieux liés à lenvironnement et aux déchets de soins Dr HADJAISSA."

Présentations similaires


Annonces Google