La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LOrganisation régionale des échanges J. Trotignon 2011-2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LOrganisation régionale des échanges J. Trotignon 2011-2012."— Transcription de la présentation:

1

2 1 LOrganisation régionale des échanges J. Trotignon

3 2 LOrganisation régionale des échanges I- Les différents degrés dintégration régionale II- Les concepts de création et de détournement de commerce III- La théorie statique des unions douanières IV- Lélargissement de lUnion européenne : effets domino et moyeu-rayon V- La nouvelle configuration des accords commerciaux régionaux

4 3 I- Les différents degrés dintégration régionale : portée et limite de la classification de Balassa

5 4 Typologie de B. Balassa (1962) Zone de libre-échange (ZLE) Union douanière Marché commun Union économique Intégration croissante

6 5 Zone de libre-échangeélimination des obstacles douaniers internes, quantitatifs et tarifaires Union douanièreZLE avec TEC (tarif extérieur commun) Marché commun4 libertés de circulation (marchandises, services, travail, capital) Union économiqueMarché commun avec des politiques harmonisées ou communes

7 6 Insuffisances de la classification de B. Balassa Elle ne tient pas compte des accords préférentiels Elle correspond aux prémisses de lintégration européenne (AELE et CEE) mais ne convient plus aux nouvelles associations de libre-échange Elle exclut les associations mixtes (union douanière et ZLE)

8 7 B t = 5% > > Exemple : la zone de libre-échange de lAFTA (Asean Free Trade Area) était initialement un accord préférentiel (1977) A C t = tarif douanier t = 15% t = 20% Insuffisance de la classification de Balassa (1) Elle ne tient pas compte des accords préférentiels

9 8 Insuffisance de la classification de Balassa (2) Les nouvelles associations de libre-échange LALENA (Accord de libre-échange nord- américain), comme lAFTA, ajoute au contenu traditionnel de la ZLE une composante du marché unique, la libre circulation des capitaux

10 9 Insuffisance de la classification de Balassa (3) : associations simples ou mixtes La Communauté andine (1996) : union douanière associant la Bolivie, la Colombie, lEquateur, le Pérou, le Vénézuela Le Mercosur (Marché commun du Sud de lAmérique latine, 1991) : union douanière entre Argentine, Brésil, Paraguay, et Uruguay, associé en zones de libre-échange bilatérales avec la Bolivie (1996), le Chili (1997), le Pérou (2003) et le Vénézuela (2004)

11 10 II- Les concepts de création et de détournement de commerce (Jacob Viner)

12 11 J. Viner (1950) Une création de commerce survient lorsque, à la suite de la mise en place de lunion douanière et de labaissement consécutif des tarifs entre pays membres, un bien qui auparavant était fourni par des producteurs locaux est maintenant offert par un pays membre de lunion et donc échangé internationalement, parce que les producteurs de ce dernier pays sont plus efficaces dans sa production. Il y a donc une meilleure allocation des ressources productives.

13 12 A B B importe de A un produit qui nétait pas importé avant union du fait dun coût de production unitaire moindre en A CREATION DE COMMERCE

14 13 Exemple de création de commerce Exemple : après avoir pratiqué en 1957 des tarifs douaniers sur les automobiles de 30 % (France) et de 17 à 21 % (Allemagne), les tarifs entre les deux partenaires sont progressivement diminués puis annulés au 1er juillet 1968, suscitant des créations de commerce en faveur de lAllemagne

15 14 J. Viner (1950) Un détournement de commerce survient lorsque, à la suite de lélimination de tarifs dans lunion et de la mise en place dune protection commune, on substitue dans lapprovisionnement local, des producteurs de pays partenaires de cette union à des producteurs extérieurs à cette union pourtant plus efficaces, du fait du régime tarifaire discriminatoire. Il y a donc une moins bonne allocation des ressources productives.

16 15 A B C AB B importe de A un produit importé de C avant union, alors que C a de meilleurs coûts de production unitaires que A DETOURNEMENT DE COMMERCE

17 16 Exemple : la guerre du poulet Exemple : En 1961, la PAC institue un droit forfaitaire de 13,5 cents ($) la livre sur les importations de poulets allemands, contre 5 cents auparavant, tout en exonérant les partenaires de la CEE. Les approvisionnements français et néerlandais ont alors rapidement remplacé ceux originaires des Etats-Unis, en dépit de leur moindre coût. Est-ce que jai une tête de détournement de commerce ? !

18 17 III- La théorie statique des unions douanières A- Le modèle statique avec rendements différenciés B- Le modèle statique avec rendements croissants

19 18 Enjeu et méthode La création dune union douanière a-t-elle une justification économique ? Evaluation de leffet dune union sur les quantités (production, consommation, flux commerciaux) et sur le bien-être Approche statique : comparaison de léquilibre avant et après union

20 19 Le cadre danalyse de la théorie statique La théorie statique des unions douanières adopte les hypothèses de la théorie néoclassique Lanalyse seffectue en équilibre partiel On suppose quun pays domestique sassocie avec un pays partenaire au sein dune union

21 20 A- Le modèle statique à rendements différenciés La production du pays domestique seffectue à rendement décroissant et celles du pays partenaire et du reste du monde à rendements constants Le pays domestique est supposé suffisamment petit par rapport au partenaire et au reste du monde pour que sa demande dimportation soit toujours satisfaite au même prix Le reste du monde produit à des coûts inférieurs à ceux du pays partenaire On assimile le coût au prix

22 21 Surplus du consommateur : dif- férence entre la dépense effecti- ve et la dépense que les agents étaient disposés à engager 5 $ D 1000Q P 8 $ Pays domestique : surplus du consommateur S 2.5 $ SC = 1000 x (8 - 5 ) / 2 SC = 1500 $

23 22 5 $ D 1000Q P 8 $ Pays domestique : surplus du producteur S 2.5 $ Surplus du producteur : diffé- rence entre la recette effective et celle que les producteurs étaient disposés à accepter SP = 1000 x ( ) / 2 = 1250 $

24 23 Pays domestique / Rdm : les effets dun tarif douanier sur les quantités Baisse de la consommation Hausse de loffre Pm S 1 D 1 Pm = prix mondial Pm + t = prix mondial tarif inclus Pm + t S2S2 D2D2 E E PaPa

25 24 S D Pm S 1 D 1 Pm = prix mondial Pm + t = prix mondial tarif inclus Pm + t Surplus du Consom. Surplus du producteur S2S2 D2D2 Pays domestique / Rdm : effet dun tarif douanier sur les surplus c a bd E E

26 25 Effet du tarif sur les recettes fiscales S D Pm S 1 D 1 Pm = prix mondial Pm + t = prix mondial tarif inclus Pm + t Surplus du consom. producteur Recettes douanières c S2S2 D2D2 c

27 26 Gains et pertes (bien-être) Surplus du producteur :+ a Surplus du consommateur : - a – b – c – d Recettes fiscales : + c Effets nets - b – d b et d sont les « triangles marshalliens » b correspond à l« effet de production » d correspond à l« effet de consommation »

28 27 Pays domestique / futur partenaire et Rdm (E T ) S D Pm Pf = prix du futur partenaire Pm + t = prix du reste du monde tarif inclus On décompose maintenant les recettes fiscales en c et c Surplus du consom. Surplus du prod. Pf Pm + t S 1 D 1 ETETETET c c

29 28 Effet de lunion douanière (E U ) S D Pm Surpl. prod.. Pf Pm + t S 2 S 1 D 1 D 2 EUEUEUEU cdba Surplus cons. cons. c ETETETET PaPa

30 29 Gains et pertes (bien-être) Surplus du producteur : - a Surplus du consommateur : + a + b + c + d Recettes fiscales : - c – c Effet net : + b + d – c Le bilan est ici positif : b + d > c mais il aurait pu en être autrement …

31 30 Les effets nets sur le bien-être dépendent des conditions initiales La protection initiale : plus elle est élevée, plus le bilan est positif (si P m + t = P a, alors c + c = 0 ) Lécart de compétitivité entre le partenaire et le Rdm : plus il est serré, plus le bilan est positif (à compétitivité égale, c disparaît) Lélasticité-prix de loffre et de la demande du pays domestique : plus elle est forte, plus les surplus b et d sont importants

32 31 Effet de lunion douanière (E U ) S D Pm Surpl.prod.. Pf Pm + t S 2 S 1 D 1 D 2 EUEUEUEU cdba Surplus cons. cons. c ETETETET

33 32 Création et détournement de commerce Lors du passage à lunion douanière (E T E U ), quel est le volume de commerce créé ou détourné ?

34 33 Création et détournement de commerce Création de commerce : S 1 S 2 + D 2 D 1 Diversion de commerce : S 2 D 2 Dans notre cas : créations > diversions Mais il aurait pu en être autrement (même conditions que précédemment) …

35 34 Conclusion du A : les effets de lunion douanière sont ambigus Alors quau début des années 50, les théoriciens du commerce international admettaient, par simple transposition des résultats HOS à léchelle régionale, quune union était bénéfique à ses membres, la théorie statique des UD démontre que le bilan peut être tout aussi bien positif que négatif Aboutit-on à la même conclusion pour le pays domestique lorsque lon introduit des rendements croissants pour les 2 partenaires ?

36 35 Création / détournement - évaluation empirique (CEE) AUTEURANNEECREATIONDETOURNEMENT Tout produit (en milliards dECU de 1986) Balassa197046,51,2 Prewo197081,5- 10,3* Aitkein196745,53,0 Produits manufacturés (en milliards dECU de 1986) Balassa197046,90,4 Prewo197074,1- 12,8* Truman196844,2- 4,8* Kreinin1969 / 7029,97,6 Williamson et Bottrill196951,60 Verdoorn et Schwartz196848,55,3 Moyenne 49,2- 0,7 Source : B. Balassa (1975) * Chiffre négatif = Création externe de commerce

37 36 Bilan des évaluations empiriques Lensemble des études montre que la valeur des créations de commerce est beaucoup plus élevée que celle des détournements La valeur des créations représente à peu près 1/5ème des importations totales des pays membres La valeur des détournements est très faible ; ils surviennent essentiellement dans le secteur agricole Cela traduit le respect de larticle 24 du GATT par la CEE

38 37 Mechanism of the external trade creation Internal trade creation Higher demand for imported product, including from the rest of the word Higher purchasing power Intra-zone imports cheaper External trade creation

39 38 PuPu PmPm P ta PP P Q Q ab OaOa ObOb ObOb DaDa DbDb D ab O mtab OmOm a b c Pays A Pays BUnion AB Daprès E. Nevin (1990) B- Le modèle statique avec rendements croissants pour les deux membres ETET EUEU P tb Q a Q b O ETET EUEU EUEU

40 39 Situation avant et après lunion Avant Après Pays A B A B Prix p ta p tb p u p u Demande Q a Q b Q a Q b Offre 0 Q b 0 Q ab Rec. douanières a + c - 0 -

41 40 Gain et perte de bien-être pour le pays domestique lors du passage à lunion Surplus du producteur : 0 Surplus du consommateur : a + b Recettes fiscales : - a - c Effet net (positif ici) : b - c

42 41 Création et détournement de trafic Création de trafic : Q a Q a Détournement de trafic : OQ a Les importations en provenance du reste du monde sont remplacées par des importations en provenance du partenaire

43 42 Conclusion du B Bilan : le bilan est ici positif pour A en terme quantitatif (créations supérieures aux détournements) et en terme de bien-être (b > c), mais il aurait pu en être autrement (tarif douanier initial, élasticité-prix de la demande,...)

44 43 PuPu PmPm P ta PP P Q Q ab OaOa ObOb ObOb DaDa DbDb D ab O mtab OmOm a b c Pays A Pays BUnion AB Daprès E. Nevin (1990) Effets différenciés de lunion douanière selon le tarif initial du pays A ETET EUEU P tb Q a Q b O ETET EUEU EUEU

45 44 Union douanière et rendements croissants : un renforcement de la compétitivité internationale Source : calculs de N. Owen (1983) Economies déchelle dans la production italienne de machines à laver Coût unitaire Courbe de coût C A B 1,2 1 0,9 A : Production italienne avant la constitution de lunion douanière (2,4 millions dunités) Unités produites B : Exportations italiennes vers ses partenaires en 1976 (1 millions dunités) C : Production des partenaires remplacée par les exportations italiennes (1 million dun.)

46 45 Economies déchelle et régionalisme éducateur Les économies déchelle réalisées au cours de la formation dun marché régional renforcent la compétitivité de ses entreprises La régionalisation constitue de ce fait une préparation au multilatéralisme Cette idée élargit à la dimension régionale la thèse de A. Hamilton (1791) et de F. List (1841), reprise par P. Krugman (1984), du protectionnisme éducateur

47 46 III- Une théorie de lélargissement (R. Baldwin) - Effets domino et moyeu-rayon -

48 47 LEvolution de lintégration en Europe de lOuest Les élargissements successifs de lUE traduisent lattraction exercée par un groupe régional sur les pays tiers La coexistence de 2 groupes de dimension inégale (CEE et AELE) engendre le basculement des pays membres du groupe le plus petit vers le groupe le plus grand

49 48 Leffet domino ou la dynamique de lélargissement Les adhésions des pays tiers sont motivées par laccès au marché régional, lincitation à adhérer sintensifiant au fur et à mesure des élargissements, et donc de lagrandissement de ce marché (potentiel de réalisation déconomies déchelle croissant)

50 49 Le rôle des grandes firmes - Les firmes des pays tiers exercent une action de lobbying auprès de leur gouvernement pour engager des négociations dadhésion ou de transfert dun groupe à un autre - En cas délargissement de lunion régionale, la pression des firmes non-membres se fait plus intense

51 50 Leffet moyeu-rayon (R. Baldwin) Lorsque leffet domino prend la forme de simples accords commerciaux bilatéraux de libre-échange avec des pays tiers, il est qualifié deffet moyeu-rayon

52 51 Constitution de lAELE (Association européenne de libre-échange) 1960 : entrée en vigueur de lAELE composée de lAutriche, du Danemark, de la Norvège, du Portugal, du Royaume-Uni, de la Suède et de la Suisse 1970 : adhésion de lIslande 1986 : adhésion de la Finlande 1991 : adhésion du Liechtenstein

53 52 E GR IR L FIN IS AELE-7 CEE-6 N S P CH A UK I D F B L NL DK 1960 : la cohabitation de deux ensembles régionaux en Europe occidentale

54 53 Spain Portugal France Germany England Ireland Sweden Finland Denmark Italy Greece Austria Belgium Netherlands LES ELARGISSEMENTS DE lUE : LEFFET DOMINO

55 54 Un effet moyeu-rayon coïncide avec lélargissement de 1973 E GR I D F B L NL IRL P UK CH A FIN N S IS DK AELE-7 CEE-9

56 55 Il aboutit à la signature du Traité de Porto (1992) instaurant lEEE LEEE (Espace économique européen) instaure un marché commun entre ses membres, sans harmonisation fiscale, mais avec certaines politiques communautaires (concurrence, transferts aux régions pauvres de lUE, contrôle des aides dEtat, …) Il comprend aujourdhui 18 Etats membres La Suisse signe le Traité EEE sans le ratifier (référendum, 2002)

57 56 LAELE ne se compose plus que de 4 membres

58 57 Pourquoi restent-ils des électrons presque libres ? R. Baldwin présente lacte de candidature comme le résultat de forces contradictoires En Suisse, la résistance à ladhésion à lUE est forte (souveraineté nationale, participation aux fonds régionaux, …) malgré ladoption des accords de Schengen en 2005 La Norvège est une économie pétrolière moins sujette à des pressions de grandes firmes industrielles

59 58 La 5 ème vague délargissement Juin 1993 : établissement des critères de Copenhague : Démocratie Respect des droits de lhomme et protection des minorités Un critère juridique : l acquis communautaire Economie de marché

60 59 De Copenhague à Copenhague Sommet européen de Copenhague, décembre 2002: 8 PECOs et Malte et Chypre sont admis dans lUE à partir de 2004

61 60 5 ème vague délargissement Cyprus Malta

62 61 26 ème et 27 ème pays membre 1 er janvier 2007 : 6 ème élargissement à la Bulgarie et la Roumanie

63 62

64 63 Le réseau complexe des accords régionaux (hubs and spokes)

65 64 La configuration des accords commerciaux régionaux a changé –Auparavant un pays était membre dun seul accord –Aujourdhui le même pays participe à 2 ou plusieurs accords

66 65 Pays 1 : Hub Pays 2 : Spoke Accord 1 RdM Accord 2 Pays 3 : Spoke Nouvelle configuration

67 66 Cette nouvelle configuration fait penser aux réseaux daéroports (hubs and spokes) Les hubs peuvent être : –Un pays, par exemple les Etats-Unis ou Singapour –Un groupe de pays, par exemple le Mercosur

68 67

69 68 USA Chile Peru Russia Korea Hong Kong China Japan Australia CER ASEAN Cambodia Vietnam Myanmar Laos Malaysia Philippines Indonesia Brunei Thailand NAFTA Singapore Canada Mexico New Zealand Papua New Guinea Hubs and Spokes au sein de lAPEC (2003)

70 69 Vers une Zone de libre-échange ASEAN + 3

71 70 Le « Bol de Spaghetti latino-américain Source : Antoni Estevadeordal (2002), Regional Integration and Regional Cooperation in Latin America, LAEBA Annual Meeting, ADB Institute and Inter-American Development Bank, Singapore, February.

72 71 Devant la complexité des réseaux commerciaux 2 solutions sont envisageables -Fondre les accords commerciaux dans le libre-échange mondial (OMC) -Constituer de vastes zones de libre-échange

73 72 LAPEC APEC (Asia Pacific Economic Cooperation)

74 73 La ZLE des Amériques

75 74

76 75 Base de données des accords régionaux RTA database: _e/region_e.htm

77 76 Des questions ?

78 77 ANNEXES

79 78 L importance relative du commerce intra-régional dépend de facteurs structurels autant que des accords formels Proportion du commerce intra-régional dans le commerce total Proportion du commerce intra-régional dans le commerce total

80 79 Les exportations intra-régionales sud-sud sont en général plus intensives en produits manufacturés que les exportations vers le reste du monde Composition et direction des exportations, régions sélectionnées,

81 80

82 81

83 82 Pays membres de lAFTA


Télécharger ppt "1 LOrganisation régionale des échanges J. Trotignon 2011-2012."

Présentations similaires


Annonces Google