La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Journées psychiatriques de Fontevraud « Sur le chemin. Voyage thérapeutique, voyage pathologique » Les intentions des expéditeurs polaires Pascal Lièvre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Journées psychiatriques de Fontevraud « Sur le chemin. Voyage thérapeutique, voyage pathologique » Les intentions des expéditeurs polaires Pascal Lièvre."— Transcription de la présentation:

1 Journées psychiatriques de Fontevraud « Sur le chemin. Voyage thérapeutique, voyage pathologique » Les intentions des expéditeurs polaires Pascal Lièvre Maître de conférences en sciences de gestion CRET-LOG EA 881 Université Blaise-Pascal

2 Allons ! Stevenson avait raison : Le dehors guérit. » Michel Le Bris « Peut être allons nous vers le Nord … pour rétablir une connexion perdue… » Kenneth White « Il faut réapprendre à marcher pour guérir nos pensées tordues. Cest pourquoi certains saventurent dans un univers de glace vide où lesprit ne peut saccrocher à rien et où la conscience est obligée de souvrir à autre chose quelle même. Marcher juste, pour pouvoir un jour parler juste et, pourquoi pas, penser juste ». Arnaud Tortel Allons ! Stevenson avait raison : Le dehors guérit. » Michel Le Bris « Peut être allons nous vers le Nord … pour rétablir une connexion perdue… » Kenneth White « Il faut réapprendre à marcher pour guérir nos pensées tordues. Cest pourquoi certains saventurent dans un univers de glace vide où lesprit ne peut saccrocher à rien et où la conscience est obligée de souvrir à autre chose quelle même. Marcher juste, pour pouvoir un jour parler juste et, pourquoi pas, penser juste ». Arnaud Tortel

3 Doù je parle ? Praticien des expéditions polaires depuis 10 ans et … Praticien des expéditions polaires depuis 10 ans et … Chercheur en logistique des expéditions polaires depuis 4 ans Chercheur en logistique des expéditions polaires depuis 4 ans

4 Un double point de vue Une perspective classique de mise à distance mais aussi…comme lévoque lanthropologue Jeanne Favret-Saada dans son travail sur la Une perspective classique de mise à distance mais aussi…comme lévoque lanthropologue Jeanne Favret-Saada dans son travail sur la sorcellerie dans le bocage vendéen, une perspective en terme de proximité… sorcellerie dans le bocage vendéen, une perspective en terme de proximité… « Ceux qui nont pas été pris ne peuvent pas en parler » « Ceux qui nont pas été pris ne peuvent pas en parler » « Se laisser prendre par le terrain …et reprendre dun point vue théorique » « Se laisser prendre par le terrain …et reprendre dun point vue théorique »

5 « Identifier la chaîne des questions susceptibles dêtre posées au sujet de laction : qui fait quoi, en vue de quoi, comment, dans quelles circonstances, avec quels moyens et quels résultats. » Paul Ricoeur Rendre compte dune organisation

6 La question du pourquoi ?

7 Une approche par touches successives avec une tentative de structurer cette thématique à laide de nos premiers résultats de recherche

8 Côte est du GROENLAND 15 h 34 le 18 avril 1998 Nous sommes partis à 6 pour tenter de rallier la baie Charcot dans le fjord de Scoresby Sund depuis la base danoise de Constable Point. Nous progressons à ski depuis 10 jours…

9 Des problèmes entre les acteurs… Un degré dengagement différencié tout au long de lexpédition (avant, pendant, après) Un degré dengagement différencié tout au long de lexpédition (avant, pendant, après) Quelle place effective prend lexpédition dans la vie de lacteur ? Un décalage entre le discours de lacteur et son engagement effectif dans lexpédition

10 Des registres différenciés en matière dattente : Des registres différenciés en matière dattente : la performance physique ou le plaisir de lexploration ?

11 Côte ouest du Groenland 2 mai h07 Lobjectif est daccéder à la calotte de glace en empruntant le chemin des expéditions polaires françaises, lexpédition de Paul Emile Victor de Pas de neige et pas de banquise à Ilulisat, nous devons affréter un bateau pour rejoindre Port Victor…

12 Face à cette situation deux manières de la vivre… une perte de temps qui contrarie le déroulement de lexpédition ou le plaisir d être sur cette banquise disloquée à bord dun bateau et de découvrir par la mer le front du glacier

13 Premier constat On peut avoir le même but identifiable objectivement comme rallier la baie Charcot ou le camp IV des EPF, mais ne pas avoir le même degré dengagement et pas les mêmes attentes

14 En terme dintensité dengagement On peut opposer des êtres-expéditeurs dont la vie est « principalement » organisée au tour des expéditions : vie sentimentale, vie professionnelle… On peut opposer des êtres-expéditeurs dont la vie est « principalement » organisée au tour des expéditions : vie sentimentale, vie professionnelle… Des individus participant à des expéditions, à loccasion, pendant leurs vacances. Des individus participant à des expéditions, à loccasion, pendant leurs vacances.

15 Pour tous : une quête dintensité dexistence Un registre commun exprimé par David Le Breton dans sa réflexion anthropologique sur les sportifs de lextrême : « Il sagit dune quête dintensité dêtre pour retrouver une plénitude dexistence menacée par une vie trop réglée… Lenjeu nest pas de mourir mais de vivre plus. »

16 Dautres dimensions liées au milieu polaire ? La dimension symbolique liée à la neige, la glace, le froid : un univers pur, blanc, frustre… qui permet à lhomme de côtoyer une nature sauvage, de faire sa trace, de se déplacer sur une longue période en autonomie…

17 En terme dattentes différenciées… Des attentes non données mais qui se construisent au fil des expéditions et de la vie des expéditeurs Des attentes non données mais qui se construisent au fil des expéditions et de la vie des expéditeurs Des attentes non conscientes mais qui peuvent faire lobjet dune explicitation Des attentes non conscientes mais qui peuvent faire lobjet dune explicitation Des attentes non intentionnelles mais qui peuvent le devenir Des attentes non intentionnelles mais qui peuvent le devenir

18 Des attentes aux tendances vitales des individus Ces attentes expriment la tendance profonde non donnée, non consciente, non intentionnelle que nous mettons en œuvre, chacun de nous, dans notre vie pour tendre à laccomplissement de notre être… Ces attentes expriment la tendance profonde non donnée, non consciente, non intentionnelle que nous mettons en œuvre, chacun de nous, dans notre vie pour tendre à laccomplissement de notre être… Cest cette tendance qui nous amène à faire des choix qui sont « bons » pour nous spontanément et qui de fait vont orienter nos choix, nos apprentissages, nos conduites… Cest cette tendance qui nous amène à faire des choix qui sont « bons » pour nous spontanément et qui de fait vont orienter nos choix, nos apprentissages, nos conduites…

19 De la tendance au style de lexpédition La tendance de chaque être-expéditeur va construire un style dexpédition qui développe sa propre logique dorganisation : une combinaison spécifique de choix techniques et de savoir-faire associés, un déroulement particulier dune journée type… Exemple : le montage du camp (temps dinstallation ou confort à lintérieur de la tente?)

20 4 styles dexpédition Exploit Sportif Exploration Découverte Plaisir du ski Recherche Scientifique

21 Le choix du « bon » poids de la pulka Exploit Sportif Exploration Découverte Plaisir du ski Recherche Scientifique Le poids est lennemi de la performance de la progression. Entraînement spécifique lié au poids Pas de limite maximum car le poids élevé car le poids élevésignifie un séjour prolongé dans le milieu Maximum = 30 kg Au-delà plus de Au-delà plus de plaisir de glisse Maximum = le poids de lexpéditeur, cest ce que peut tracter un homme moyen sans problème

22 Des réalités empiriques identifiables Nous avons pu identifier quatre personnes qui radicalisent ces différents styles d expédition. Ces styles dexpédition se sont construits dans le temps, dans lhistoire de vie des individus et aussi des expéditions. Nous pouvons considérer chacun de ces styles comme des mondes propres développés par chaque acteur ayant leur propre cohérence interne. On ne peut pas extraire un choix technique sans associer dautres choix techniques, des apprentissages liés entre eux.

23 Une recherche en cours Nous suivons quatre expéditions qui sinscrivent dans ces différents styles pour rendre compte au plus prés de leur déroulement, dans une posture dobservation-participante, en mettant en œuvre des dispositifs innovants dinvestigation à partir de caméras embarquées, dentretiens approfondis…

24 Labrador 5 avril 1996, 10h25 Nous venons de quitter le village de Nain. Nous avançons sur la banquise dans ce monde blanc quelque peu effrayant. Il fait déjà froid. Peut-être moins 15 °C. Le vent se lève… Nous avons le vent contre nous ce qui ne facilite pas notre progression. Un vent d'une quarantaine de kilomètres à l'heure. Un vent à remuer des arbres. Et nous arrivons devant la fameuse faille de Frazer : un couloir de froid. Je suis à ce moment devant. Le vent est tellement fort que nous nous relayons souvent en tête pour progresser sans nous épuiser.

25 Labrador 5 avril 1996, 13h… Un moment d'inquiétude. Jusqu'à quelle température pouvions-nous tenir ? Nous avions le visage en feu. Le froid brûle le visage. Et puis dès que nous avons quitté la gueule du lac : la température s'est mise à remonter progressivement, comme si de rien n'était. Quel soulagement! Voila trois heures que nous étions partis, et déjà c'était l'ambiance grand Nord. La cure de froid avait commencé et déjà j'allais mieux. Extrait du journal de bord : Psychanalyse du froid, 1996, Pascal Lièvre

26 En vous remerciant de votre attention…


Télécharger ppt "Journées psychiatriques de Fontevraud « Sur le chemin. Voyage thérapeutique, voyage pathologique » Les intentions des expéditeurs polaires Pascal Lièvre."

Présentations similaires


Annonces Google