La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MASTER ASIF 2006/2007 –TIC EPT 208 : Michel GENSOLLEN – exposé Gilles POUBEL DEBIAN, un logiciel libre et sa communauté épistémique ? (de pratiques complexes)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MASTER ASIF 2006/2007 –TIC EPT 208 : Michel GENSOLLEN – exposé Gilles POUBEL DEBIAN, un logiciel libre et sa communauté épistémique ? (de pratiques complexes)"— Transcription de la présentation:

1 MASTER ASIF 2006/2007 –TIC EPT 208 : Michel GENSOLLEN – exposé Gilles POUBEL DEBIAN, un logiciel libre et sa communauté épistémique ? (de pratiques complexes)

2 PLAN 1) Le monde du libre et lévolution du marché de linformatique 2) Robert STALLMAN et son combat militant 3) LE PROJET DEBIAN & SA COMMUNAUTE 3.1 Le projet DEBIAN 3.2 Les échanges dans la communauté 3.3 Les modes de coopération 3.4 Les motivations des contributeurs 3.5 Les frontières entre experts et utilisateurs 3.6 Laugmentation de la connaissance 3.7 La procédure de signalisation des bugs 3.8 La taille critique de la communauté 3.9 Les liens communautaires 3.10 Comparatif entre communauté épistémique et communauté dexpérience 4) Conclusion 5) Bibliographie

3 DEBIAN : UN LOGICIEL LIBRE 1) Lévolution du marché de linformatique -Au début de linformatique, cest lère des grands constructeurs - Les années 1970 : les premiers PC apparaissent ainsi que les premiers logiciels qui sont livrés sous forme de code. - Les années 1980, cest la démocratisation du PC - Le marché de linformatique change de modèle, passant dune intégration verticale à une intégration horizontale - Avec lavènement de la micro informatique, les éditeurs prennent « le pouvoir » et sorientent vers la vente de logiciels qui sont commercialisés avec des droits dutilisation très restrictifs et la copie naturelle devient interdite, les logiciels librement partagés sont intégrés dans des produits commerciaux qui ne peuvent plus être partagés Source : le troisième tournant – Alain LEFEVRE - DUNOD

4 DEBIAN : UN LOGICIEL LIBRE 2) Robert STALLMAN, un combat militant - A partir de 1984, il va mener un combat idéologique en faveur de valeurs éthiques. - en 1985, il crée la fondation pour le logiciel libre (Free software fondation FSF) - Il lance un grand projet GNU dont lobjectif est décrire tous les logiciels libres nécessaires à faire fonctionner un ordinateur - Il définit précisément la notion de logiciel libre en rédigeant avec Eben Moglen, la licence GPL fixant un cadre juridique et encourageant le développement du logiciel libre - Il définit la notion de copyleft « copie laissée » opposée à copyright, qui inclut un nombre important de clauses empêchant de rendre un logiciel moins libre - Un logiciel libre est donc un logiciel tel que toute personne qui en possède une copie, a le droit de lutiliser, de létudier, de le modifier et de le redistribuer

5 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.1) LE PROJET DEBIAN Le projet DEBIAN, a démarré en 1993, est une distribution de logiciels libres autour du noyau LINUX multi-plate forme et dans lesprit GNU. Le projet est articulé autour dun ensemble de documents très détaillés qui sont les éléments clés de DEBIAN : - Le contrat social qui définit les critères DEBIAN en matière de logiciel libre - La charte DEBIAN, cest la bible technique pour les développeurs - La constitution qui définit les pouvoirs entre les différentes catégories de membres Ces documents permettent également à DEBIAN de communiquer sur sa philosophie et attirer des développeurs En parallèle de cette organisation, SPI « lorganisation de soutien du logiciel dans lintérêt public ». Cette une association à but non lucratif qui a pour objectif de collecter et de gérer les dons.

6 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.2) LES ECHANGES DANS LA COMMUNAUTE Le système de communication repose les listes de discussion Il y a environ 200 listes de distribution, 900 développeurs sur une trentaine de pays et 1500 abonnés à la liste dentraide des utilisateurs. Le problème de la communauté consiste à réguler le nombre des échanges et la décomposition de la connaissance Une procédure de remontées des bugs qui permet aux experts danalyser et de résoudre les problèmes rencontrés par les utilisateurs Les utilisateurs : des institutions éducatives (80 dont, école normale de Cachan, ESGI, ESIEE ), des entreprises (85), des organisations à but non lucratif (35), des organisations gouvernementales (30) dont INSEE DEBIAN est donc une organisation complexe productive dun bien complexe, une organisation de mobilisation mais également une organisation militante

7 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.3) LES MODES DE COOPERATION Deux modes de coopération se côtoient selon le modèle cognitif du tableau noir Une communauté épistémique se caractérise par une répartition inégale du savoir entre les différents intervenants, dune part ceux qui connaissent les produits et leur logique de fonctionnement et, ceux qui savent comment ils voudraient utiliser les produits (Gensollen 2003) Deux modes de coopération se côtoient - lassistance des experts vers les utilisateurs sous la forme dun transfert de connaissance (fils courts) - la collaboration entre experts : maintenance, innovation, recherche de solutions techniques (fils moyens) La survie de la communauté dépends de la synergie entre utilisateurs et développeurs, que des intérêts personnels se mettent au service dintérêts collectifs (il y a interdépendance réciproque)

8 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.4 LES MOTIVATIONS des CONTRIBUTEURS Un altruisme apparent élevé, une participation coûteuse pour les contributeurs et apparemment non directement compensés. Les fonctions dutilité sont effectivement altruistes, (elles dépendent des utilités des autres) (Gensollen 2003) Les motivations qui poussent un individu à rejoindre une communauté open source ou logiciel libre o apprendre et développer de nouvelles techniques 78,9% o partager des connaissances et des techniques 49,8% o participer à une nouvelle forme de collaboration 34,5% o les logiciels ne doivent pas être un bien propriétaire 30,1% o résoudre un problème qui ne peut pas lêtre par un logiciel propriétaire 29,7% o obtenir de laide pour la réalisation dun grand projet 23,8% o améliorer ses opportunités demploi 23,9% o limiter le pouvoir des grandes sociétés 19% o obtenir une réputation au sein de la communauté 9,1% o distribuer des logiciels non - commerciaux 8,9% o faire de largent 4,4% Source : Rapport FLOSS. 2002

9 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.5) LES FRONTIERES ENTRE UTILISATEURS & EXPERTS Pas de frontières réelles entre utilisateurs et experts Les listes de diffusion permettent quau sein de la communauté se côtoient des utilisateurs chevronnés et des experts sans quil y ait une frontière marquée entre usagers et contributeurs Les experts acceptent de distribuer des contenus, des savoir faire, des procédures quils néchangeraient sans doute pas ailleurs ou de manière très restreinte. Pour arriver à faire cohabiter les 2 modes de coopération, les listes accueillent à la fois des assistances et des collaborations sur des thèmes communs de manière à ce que les deux genres de coopération permettent aux agents de participer à des activités ou leffort de contribution de la connaissance varie

10 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.6 Les échanges comme mode daugmentation de la connaissance et de linnovation Les listes sont organisées par thématiques spécifiques afin de permettent des échanges constructifs pour résoudre des problèmes précis et afin daugmenter lacquisition de la connaissance. Les échanges associent apprentissage et exploration Les échanges permettent les transfert de connaissance dexperts vers les utilisateurs et sont également basés sur la discussion et la critique mutuelle et sont constitutifs de rationalité Le mode de coopération, au fil des échanges, est lintermédiaire de discours courts et permet laugmentation de la connaissance Les communautés du logiciel libre se présentent donc plus comme des communautés dexpertise collective mais plutôt comme des communautés dassistance aux utilisateurs

11 3.7 LA PROCEDURE POUR SIGNALER LES BUGS Le document « comment signaler les bugs ? » a pour objectif de permettre au programmeur de se rendre compte du problème de ses propres yeux (en le reproduisant) et résolve la cause du bug Les échanges sont parfois conflictuels (sarcasmes), seffectuent avec un ton directif, un peu moqueur avec des rappels à lordre Il met en avant également la faiblesse de motivations des utilisateurs et les expressions RTFM et STFW sont utilisés pour les utilisateurs non avertis - RTFM « read the fucking manual » indique que votre question exaspère votre interlocuteur et vous auriez mieux fait de réfléchir un peu - STFW « search the fucking web » est une réplique que vous recevez si vous venez de poser une questions dont la réponse peut être trouvée de façon triviale sur le web Le problème cest larbitrage pour les experts entre le temps de travail à lire les questions et à trouver les solutions pertinentes 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE

12 III) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.8 LA TAILLE DE LA COMMUNAUTE 1/3 En 2001, le système se dégrade Dès 2000, le succès de la distribution génère tellement de nouveaux membres que le niveau moyen de qualité des retours critiques sur le système sest dégradé. DEBIAN est confronté à une hausse brutale de bugs en attente de correction qui se mettent à progresser plus vite que le nombre de paquets Les questions qui se sont posées au sein de la communauté ? Quel est le niveau douverture du serveur de bugs qui faciliteraient son désengorgement ? Quelle est la taille optimale pour la communauté ? Comment arbitrer entre ouverture et qualité minimale des rapports de bugs ? Vaut il mieux sacrifier des critiques dutilisateur pour sauvegarder la qualité ? ou à linverse faut il accepter la dégradation inévitable des critiques car elle permet de maintenir la richesse davis divers ? Faut il privilégier la conception ou la correction ? 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE

13 III) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.8 LA TAILLE DE LA COMMUNAUTE 2/3 La problématique, cest de réguler la taille afin darbitrer entre leffet de club et leffet de congestion Le dilemme Dun côté, il faut quil y ait suffisamment de monde qui envoie des rapports de bugs (pour breveter le système à lépreuve de lacuité de regard des utilisateurs), à linverse, trop on abaisse la qualité des rapports de bugs et on étouffe le dispositif Quelques propositions au sein de la communauté - renforcer la sélection à lentrée des rapporteurs de critiques - élever le degré de formalisation des rapports - adopter une stratégie de recrutement des membres - adopter des stratégies de répartition de leffort 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE

14 III) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.8 LA TAILLE DE LA COMMUNAUTE 3/3 Les solutions visant à augmenter la sélection en amont ont été rejetées, cest lesprit du « logiciel libre » qui domine. Labsence de sélection et lesprit douverture dans les « users list » Les « users list » sont ouvertes au maximum et sont, grâce à un système darchivage public, accessibles à tous. Les listes affichent une réticence contre la spécialisation, elles sont faîtes pour susciter la curiosité, la découverte dun article et souvrir lesprit. Le rôle des « clusters » ou « grappes » La solution a été de créer à lintérieur des listes des sous structures et dencourager à poser dabord sa question à un groupe de pairs et à des anciens avant denvoyer le rapport. Elles sont marquées par une plus forte intensité de conseils et fonctionnent parallèlement en dehors de la liste où se côtoient utilisateurs confirmés et experts. Lorsque des problématiques sont résolus, les questions et les réponses sont diffusées sur les listes 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE

15 III) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.9) LES LIENS COMMUNAUTAIRES Les liens sont dépersonnalisés Les échanges sont courts, seffectuent par mail et il ny a pas de passages à des relations personnelles Les individus sont classés par catégories Même lorsque la présentation de soi est nécessaire, la personne reste abstraite Il ny a pas de rivalité entre développeurs et utilisateurs Les site est personnalisé Il sagit de quelque chose (quelquun) à qui lon peut parler et qui vous réponds Il y a un sentiment dappartenance, un lien affectif avec un être abstrait, on parle des membres comme « des debianistes », on parle de village Debian 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE

16 III) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 3.10 Comparatif entre communauté dexpérience (amazon.com) et communauté épistémique Des communautés dexpérience permettent lentraide au niveau de linformation entre eux qui émettent des avis, des critiques et ceux qui veulent découvrir (constat statique) Les communautés dexpérience permettent une meilleure commercialisation des biens dexpérience en fournissant des avis (ex : dante) Les communautés épistémiques permettent une prise en compte des usages au niveau de linnovation et du dessin des produits, en proposant et apportant lamélioration des produits Communauté de pratique + la participation active des concepteurs Continuum entre les utilisateurs et les concepteurs qui ont souvent participé à la conception des produits (dynamique de conception) 3) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE

17 III) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 4) CONCLUSION Un nouveau modèle pour Internet ? Le modèle des communautés épistémiques peut-il se transposer à dautres produits en prenant en compte les avis des utilisateurs afin de les améliorer ? - au domaine culturel ? - au domaine scientifique ? - à tous les produits ? 4) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE

18 III) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE 5) BIBLIOGRAPHIE Michel GENSOLLEN « Léconomie des communautés médiatées » (2005) « Biens informationnels et communautés médiatées » (2003) « Internet : marché électronique ou réseaux commerciaux » (2001) Nicolas AURAY « la régulation de la connaissance : arbitrage aux frontières dans la communauté DEBIAN »(2004) « Le sens du juste dans un noyau dexpert, Debian et le puritanisme civique » (2005) Bernard CONEIN « Communauté épistémique et réseaux cognitifs » (2004) Rapport FLOSS (2002)http://www.adullact.org/IMG/pdf/doc-144.pdf Site français DEBIANhttp://www.debian.org Guide référence pour DEBIAN Licence GPL Licence GPL en français Sites US FSFhttp://www.fsf.org/ site FSF Européen avec traduction française site français GNU 4) LE PROJET DEBIAN et sa COMMUNAUTE


Télécharger ppt "MASTER ASIF 2006/2007 –TIC EPT 208 : Michel GENSOLLEN – exposé Gilles POUBEL DEBIAN, un logiciel libre et sa communauté épistémique ? (de pratiques complexes)"

Présentations similaires


Annonces Google