La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Eau distribuée : bilan et enjeu de la préservation Philippe VANNIER Agence Régionale de Santé de Lorraine.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Eau distribuée : bilan et enjeu de la préservation Philippe VANNIER Agence Régionale de Santé de Lorraine."— Transcription de la présentation:

1 Eau distribuée : bilan et enjeu de la préservation Philippe VANNIER Agence Régionale de Santé de Lorraine

2 Photo dillustration Généralités sur le contrôle des pesticides dans leau distribuée Suivi sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine = contrôle sanitaire (ARS) + surveillance (Exploitants) nLa surveillance sappuie idéalement sur une démarche danalyse de dangers nLe contrôle sanitaire est réalisé suivant un cadre règlementaire précis (Code de la santé publique) fixant lieux, fréquences, et paramètres (mais pas la liste des pesticides à rechercher)

3 Photo dillustration Fréquences danalyse des pesticides dans le cadre du contrôle sanitaire (Code de la Santé Publique) nPour un village de 50 habitants : Une recherche tous les 5 ans à la ressource + une recherche tous les 2 à 5 ans au point de mise en distribution = de 2 à 4 recherches tous les cinq ans représentative des eaux distribuées nPour une ville de 500 habitants : Une recherche tous les 2 ans à la ressource + une recherche tous les ans au point de mise en distribution = de 1 à 2 recherches par an représentative des eaux distribuées nPour une ville de habitants : 2 recherches / an à la ressource + 4 recherches / an en eau traitée nPour une agglomération de habitants (avec prise deau) : 12 recherches / an à la prise deau + 12 recherches / an en eau traitée

4 Gestion des situations de non-conformité (1) Rappel des limites de qualité règlementaires « eaux destinées à la consommation humaine » EAUX BRUTES AVANT TRAITEMENT n2 µg/L pour chaque substance individuelle de pesticides n5 µg/L pour le total des pesticides EAUX DISTRIBUEES n0,1 µg/L pour chaque substance individuelle de pesticides (à lexception de laldrine, la dieldrine, lheptachlore et lheptachlorépoxyde: 0,03 µg/L) n0,5 µg/L pour le total des pesticides

5 Gestion des situations de non-conformité (2) Modalités de gestion (précisées dans linstruction DGS du 9 septembre 2010) en cas de dépassement confirmé dune limite de qualité nConfirmation nContrôle renforcé nEvaluation des risques sanitaires nDemande dinformation de la population nDemande de mesures correctives pour limiter lexposition et rechercher le retour à situation normale rapidement nRestriction des usages de leau

6 Lévaluation des risques / la Valeur Sanitaire Maximale (Vmax) n« Lingestion dune eau contenant un pesticide ou métabolite à une concentration inférieure ou égale à la VMAX nentraine, sur la base des critères toxicologiques retenus et en létat actuel des connaissances, aucun effet néfaste pour la santé » (avis AFSSA du 8 juin 2007) nLes Vmax sont calculées par lANSES Gestion des situations de non-conformité (3)

7 Gestion des situations de non-conformité (4) Risques sanitaires 4 situations peuvent se présenter : C (conforme) = absence de pesticides ou présence <= à la limite de qualité NC0 = 1 ou plusieurs pesticides avec concentration > limite de qualité sur une période nexcédant pas 30 jours (mais < Vmax) NC1 = 1 ou plusieurs pesticides avec concentration > limite de qualité sur une période de plus de 30 jours (mais < Vmax) NC2 = 1 ou plusieurs pesticides avec concentration > Vmax ou présence simultanée de plusieurs pesticides avec somme [Ci/(Vmax)i] > 1 Eau présentant des risques sanitaires, ne doit pas être utilisée pour la boisson et la préparation des aliments

8 Bilan qualité eaux distribuées sur le bassin Rhin-Meuse pour les pesticides (1) Unités de Distribution (UDI) avec données disponibles sur UDI au total sur le bassin, soit 87 % des UDI 4,25 millions dhabitants avec données disponibles en 2011 sur 4,30 millions dhabitants au total sur le bassin Rhin-Meuse, soit 99 % des UDI Données disponibles avec pesticides pour lannée 2011

9 Bilan qualité eaux distribuées sur le bassin Rhin-Meuse pour les pesticides (2)

10 Bilan qualité eaux distribuées sur le bassin Rhin-Meuse pour les pesticides (3)

11 Quelles sont les substances à lorigine des non-conformités en 2011 ? Sur les 33 UDI classées NC1 ou NC2 (non conformités confirmées de plus de 30 jours) nAtrazine et/ou ses dérivés ……….. 28 UDI nGlyphosate et/ou AMPA …………… 3 UDI nBromacil …………………………… 1 UDI nLenacile……………………………. 1 UDI nProsulfuron………………………… 1 UDI nMétolachlore………………………. 1 UDI + substances concernées par des dépassements ponctuels : nAnthraquinone (5 dépassements: 4 UGE) nBentazone (6 dépassements: 4 UGE) nDiuron (6 dépassements: 3 UGE) Bilan qualité eaux distribuées sur le bassin Rhin-Meuse pour les pesticides (4)

12 Bilan qualité eaux distribuées sur le bassin Rhin-Meuse pour les pesticides (5) EVOLUTION SUR LE BASSIN RHIN-MEUSE 2010 / 2011 ANNEE Nombre UDI non conformes (NC0+NC1+NC2)332,08%593,61% Populations correspondantes (NC0+NC1+NC2) ,12% ,40% RESULTATS FRANCE ENTIERE 2010 ANNEE2010 Nombre UDI non conformes (NC0+NC1+NC2)3,79% Populations correspondantes (NC0+NC1+NC2)3,99%

13 Historique qualité eaux distribuées sur la Lorraine pour les pesticides (1)

14 Enjeu de la préservation (1) PESTICIDES ET EAUX DISTRIBUEES : BILAN 2011: POSITIF OU NEGATIF ? nNégatif : plus de habitants ( ) ont consommé une eau ayant fait lobjet, au moins ponctuellement, dune non-conformité à la limite de qualité règlementaire pour au moins un pesticide nPositif : aucune Valeur Sanitaire Maximale na été dépassée et seulement 2 cas de restriction dusage ont dû être prononcés

15 Enjeu de la préservation (2) BILAN A METTRE EN PERSPECTIVE AVEC : nLa conformité de leau aux limites de qualité doit être assurée nEncore beaucoup dincertitudes sur les produits de dégradation et les effets « cocktail » nCertains captages bénéficient de dispositifs de traitement des pesticides (22 stations de traitement des pesticides recensés, concernant 30 captages) nCe sont les meilleures ressources en eau qui sont exploitées pour lAEP. nCertains captages AEP les plus dégradés ont été abandonnés en raison de leur mauvaise qualité (au moins 23, principalement pour les pesticides, sur une estimation denviron 300 captages abandonnés depuis 1998 sur le bassin Rhin-Meuse)

16 Enjeu de la préservation (3) Nombres des abandons des captages AEP entre 1998 et Statistiques nationales

17 Enjeu de la préservation (4) Causes des abandons des captages AEP entre 1998 et Statistiques nationales

18 Conclusion nToutes les actions visant à réduire la présence des pesticides dans le milieu naturel et dans les bassins dalimentation de captages contribuent à améliorer la sécurité sanitaire offerte aux consommateurs deau. nLes actions de reconquête de la qualité de leau de la ressource en eau sont à privilégier pour toutes les situations de dépassements de la limite de qualité. nLes solutions curatives restent impératives en cas de dépassements fréquents de la limite de qualité.

19 Où trouver les informations sur la qualité des eaux distribuées ? nBilan qualité joint avec votre facture deau nEn ligne sur les sites des ARS Bilans annuels par commune Résultats danalyses « en direct » Bilans qualité cartographiés nPar affiche en mairie des bulletins papier des résultats danalyse nLe portail national eau potable


Télécharger ppt "Eau distribuée : bilan et enjeu de la préservation Philippe VANNIER Agence Régionale de Santé de Lorraine."

Présentations similaires


Annonces Google