La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rôle des associations et projets communautaires dans le passage à léchelle des soins et de la prévention du VIH/sida Cours IMEA/Fournier - 06/12/2007 Florence.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rôle des associations et projets communautaires dans le passage à léchelle des soins et de la prévention du VIH/sida Cours IMEA/Fournier - 06/12/2007 Florence."— Transcription de la présentation:

1 Rôle des associations et projets communautaires dans le passage à léchelle des soins et de la prévention du VIH/sida Cours IMEA/Fournier - 06/12/2007 Florence Thune – Eric Fleutelot Dépt Programmes Internationaux

2 Vous avez dit « communautaire »? Définition du petit Robert…. Communautaire: qui a rapport à la communauté Communauté: groupe social dont les membres vivent ensemble, ou ont des biens, des intérêts communs

3 Du communautaire à la santé communautaire… Charte dOttawa (1986) / OMS: « Renforcer l'action communautaire: La promotion de la santé procède de la participation effective et concrète de la communauté à la fixation des priorités, à la prise des décisions et à l'élaboration des stratégies de planification, pour atteindre un meilleur niveau de santé. »

4 Du communautaire à la santé communautaire. Extrait de la « Charte de promotion des pratiques de santé communautaire » de lInstitut Théophraste Renaudot: « Une action de santé sera dite communautaire lorsquelle concerne une communauté qui reprend à son compte la problématique engagée, que celle-ci émane dexperts ou non, internes ou externes à la communauté »

5 Du communautaire à la santé communautaire… « La modification dun certain nombre de pratiques est nécessaire pour permettre de nouvelles relations entre les citoyens et les professionnels des secteurs du social et de la santé: -lappropriation par la communauté de projets, de moyens, et déquipements devant répondre à ses besoins -Le changement de la relation de domination soignant – soigné par une relation « déchange-négociation »

6 Et dans lHistoire de la lutte contre le sida? La dynamique du mouvement de lutte contre le sida, une conjoncture historique et sociale –Des jeunes adultes sont touchés –Un enjeu immédiat de vie ou de mort –Lépidémie frappe plus durement certaines communautés (ancienneté du conflit entre la médecine et la communauté homosexuelle), –Remise en cause du pouvoir médical, –Intervention sur le savoir, sur la science

7 Et dans lHistoire de la lutte contre le sida? Les « principes de Denver » (1983), déclaration du comité consultatif des Personnes vivant avec le sida. Premier engagement dune communauté partageant des intérêts communs. denver_principles.pdf Reconnaissance institutionnelle en 1994 au Sommet de Paris The Paris Declaration AIDS summit.pdf

8 Des associations présentes à tous les niveaux… « Mouvements de malades » Associations de personnes directement concernées, infectées ou affectés par le VIH/sida, de professionnels engagés au sein de la communauté Aux USA et en Europe... Actions de prévention Information scientifique et médicale auprès des personnes séropositives (les RéPI dAct Up / information = pouvoir) - Autoformation

9 Des associations présentes à tous les niveaux… Soutien aux patients dans leur quotidien Soutien psychologique et social Programmes daide à lobservance / éducation thérapeutique Implication dans les décisions et processus liés à la recherche médicale, aux essais thérapeutiques (TRT-5) Lobbying politique, auprès des gouvernements, des laboratoires pharmaceutiques,….

10 Implication accrue des associations dans les PED En Europe, actions de dépistage du VIH et prise en charge médicale assurées, la plupart du temps, par les structures publiques (CDAG, hôpitaux,…) Dans les pays en développement, les associations communautaires se sont peu à peu engagées dans ces domaines « réservés », pour les raisons suivantes: -manque dinvestissement financier dans les structures publiques de santé ne leur permettant pas de répondre aux attentes des personnes vivant avec le VIH/sida

11 Implication accrue des associations dans les PED -Méfiance des personnes concernées face à labsence de confidentialité, peur de la discrimination -Manque de convivialité, -Absence de prise en charge psychosociale -Services payants Nécessité de combler le vide et dapporter une réponse de qualité, adaptée à lurgence de la situation

12 Conseil et dépistage volontaire Création de centres de dépistage associatifs, garantissant: -la confidentialité -Le respect de lanonymat -La gratuité ou la prestation à moindre coût -Le conseil en pré et post-test, sans jugement, vis-à-vis de toutes les populations (Burundi - ANSS - centre de dépistage anonyme et gratuit / Conseil pré et post test réalisé par des conseillers eux-mêmes séropositifs)

13 Accompagnement psychosocial Une nécessité absolue Importance du suivi psychologique pour des personnes atteintes dune infection mortelle ou avec laquelle ils vivront toute leur vie Difficultés sociales directement liées à la maladie (alimentaire, hébergement, travail, discrimination au quotidien, baisse ou absence de revenus…)

14 Un accompagnement psychosocial (ré)inventé Basé sur la solidarité et sur lengagement communautaire Vivre « positivement » la séropositivité Groupes de paroles, réunions conviviales de partage dexpériences autour de la vie avec le VIH (rompre lisolement, retrouver des amis… et plus si affinités!) Entretiens et consultations individuelles avec des psychologues

15 Un accompagnement psychosocial (ré)inventé (2) Prise en charge des aspects sociaux avec un système de solidarité pouvant aboutir à : -des prises en charge durgence, -un suivi social avec des activités économiques, -un accompagnement éducationnel, sur la maladie, les traitements et la nutrition.

16 Une prise en charge médicale performante Nouvelle pratique ambulatoire de la médecine Offre de services variés: -consultations médicales, -accès privilégiés ou gratuits aux médicaments -hospitalisations de jour, -quelques analyses biologiques, -soins infirmiers, -soins à domicile

17 Une prise en charge médicale performante (2) Gratuite ou bien abordable pour les plus pauvres Globale (articulation avec une prise en charge psychosociale) Performante (formation continue des personnels soignants) Source dexcellence (formation de jeunes médecins, parfois des lieux dentrée quasi prioritaires des antirétroviraux - dons, partenariats, etc.)

18 Concurrence ou complémentarité? Le renforcement des actions communautaires sest-il fait au détriment du développement des structures de santé publiques? Est-il concevable de continuer à monter des actions de santé sans les intégrer aux structures de santé classiques ? Mais les structures publiques de santé ne montrent elles pas encore un désintérêt pour les actions de prise en charge?

19 Plusieurs constats … Les initiatives communautaires, aussi efficaces soient- elles, ne sont pas supposées répondre à la demande de soins de toutes les personnes infectées Face à la pression croissante pour laccès aux ARV, les centres de soins communautaires gérés par des associations vont devoir adapter leur offre de soins aux besoins de leurs membres et usagers.

20 Plusieurs constats …(2) Lépidémie de sida croît trop rapidement et de manière trop importante pour laisser le système public de santé seul, sans lassistance de la société civile, sans lassistance des communautés, en particulier dans le domaine de laccompagnement psychosocial

21 Vers une complémentarité…obligatoire… Ne pas revenir sur lapproche spécifique développée par les associations mais nécessité de mettre en place des actions complémentaires entre les associations et les hôpitaux Intégration de services associatifs dans le domaine du conseil et du dépistage au sein même des structures hospitalières (Association REVS+ en charge du travail de conseil et de prise en charge psychosociale au sein de lhôpital de Bobo Dioulasso – Burkina Faso)

22 Vers une complémentarité…obligatoire… (2) Confier des budgets plus importants aux hôpitaux publics, leur permettant de rémunérer correctement leur personnel médical et de leur garantir une formation continue Rendre loffre de soins publique plus globale, plus complète, notamment dans le domaine de la prise en charge psychosociale Reconnaître le travail des associations sur les aspects psychosociaux comme essentiel et indispensable (soutien financier des Etats qui reconnaîtraient ainsi le service public rendu par les associations)

23 Vers une complémentarité…obligatoire…(3) Reconnaître les centres de prise en charge communautaire comme des structures à part entière puis intégrer toutes les structures, communautaires ou publiques, dans un réseau plus large de prise en charge médicale. Implication plus importante de chaque structure hospitalière, centre anti-tuberculeux ou centre de santé dans le soin et le traitement des personnes vivant avec le VIH-sida, en particulier pour ceux qui sont situés dans des zones à forte séroprévalence, et en province

24 Vers une complémentarité…obligatoire…(4) Inciter les autorités sanitaires à créer de nouveaux centres de soins, basés sur le modèle de soins des centres communautaires, plus modestes et ouvertement intégrés dans les quartiers ou les villes, avec une forte participation des usagers eux-mêmes

25 CONCLUSION Ensemble, et en plaçant les personnes vivant avec le VIH-sida au centre du modèle de soins, il sera possible dêtre plus fort pour combattre la maladie. Notre ennemi, dans certains cas, nest pas que le virus. Cela peut être aussi, dans tous les milieux, le conservatisme, la corruption, le corporatisme, et la non- reconnaissance des compétences de tous les acteurs engagés dans la lutte contre le sida.


Télécharger ppt "Rôle des associations et projets communautaires dans le passage à léchelle des soins et de la prévention du VIH/sida Cours IMEA/Fournier - 06/12/2007 Florence."

Présentations similaires


Annonces Google