La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel1 Dialogue Finalisé et Navigation Interactive dans les Documents Mise en parallèle autour de la référence.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel1 Dialogue Finalisé et Navigation Interactive dans les Documents Mise en parallèle autour de la référence."— Transcription de la présentation:

1 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel1 Dialogue Finalisé et Navigation Interactive dans les Documents Mise en parallèle autour de la référence

2 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel2 1. Retour sur lobjectif de lASP Dialogue Finalisé –Quest-ce que cest –A quoi ça sert ? Dialogue Finalisé et NID –Adaptation à la navigation interactive –Intérêt du dialogue Proposition

3 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Quest-ce que le dialogue finalisé ? Imitation dun sous-cas du dialogue humain, viable pour la mise en œuvre informatique. Un des interlocuteurs est remplacé par un ordinateur, et joue le rôle dun exécutant possédant un contrôle étendu sur une application. Le dialogue finalisé implique que le contexte du dialogue soit clairement limité à un domaine et une tâche précise Perceptions communes Connaissances communes Perceptions communes Connaissances communes

4 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Quest-ce que le dialogue finalisé ? Déterminé par deux critères : Domaine détermine les champs sémantiques et les connaissances ontologiques générales nécessaires pour soutenir le dialogue. Par exemple, une application de réservation de train va utiliser le vocabulaire du voyage, des horaires, des villes. Tâche détermine les structures sémantiques à construire (connaissances ontologiques spécifiques à la tâche), les structures dialogiques à gérer et les connaissances pragmatiques à prendre en compte (entités gérées par lapplication et qui peuvent faire lobjet de références dans le discours, historique des événements)

5 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel A quoi sert le dialogue finalisé ? Lintérêt principal du dialogue finalisé réside dans le fait quil soit adapté aux utilisateurs novices. Il permet théoriquement un accès plus rapide et plus intuitif à des fonctions complexes des applications. Il permet théoriquement la génération de réponses plus naturelles aux requêtes de lutilisateur. Toutes les mises en œuvre existantes du Dialogue Homme Machine sont des applications de dialogue finalisé (sauf les Eliza-like qui ne sont pas vraiment du DHM). Et on ne sait absolument pas faire du dialogue général.

6 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Navigation Interactive dans les Documents Objectif à long terme Permettre à un utilisateur novice de naviguer dans un document ou un ensemble de documents hétérogènes. La navigation se décompose en deux axes : –Navigation dans la structure –Navigation dans le contenu Programme prévu –Première année : 1) Accent mis sur les outils de structuration de représentation et de médiation de documents. 2) Etude des modes de parcours dans les applications cible : –Deuxième année : Accent mis sur les outils de navigation multimodaux et l'architecture système pour la navigation monodocument : Interaction et traitement de la communication multimodale, Analyse de requêtes isolées en LN, Assistance sur le fonctionnement fondée sur le raisonnement sur les actions. –Troisième année : Accent mis sur les outils d'interaction inter documents : généralisation au multi (multi-documents, multi-requêtes)

7 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Dialogue finalisé et Navigation Interactive dans les Documents Domaine Forte dépendance au contenu du ou des documents dans lesquels on navigue. Seul cadre commun : la structure des documents, avec des points communs comme les titres, résumés, sections, paragraphes, etc. et la navigation interactive, qui détermine assez fortement le champ sémantique des actions (aller à, faire voir, ?) et lutilisation de questions. Tâche Dépendante du type de document : selon que lon a affaire à un cours, à un manuel de référence où à un catalogue, lobjectif de lutilisateur ne sera pas le même, et donc la gestion du dialogue en sera modifiée.

8 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Dialogue Finalisé et Navigation Interactive dans les Documents Ce quon voudrait faire Un système de dialogue finalisé commandant une application de navigation dans les documents, intégré à un système multimodal. Apports –Interface Linguistique : Plus rapide quune interface graphique (est-ce nécessaire pour la NID ?), plus naturelle, permettrait de naviguer dans les très gros documents. –Questions Q&A : résultats plus fins que les moteurs de recherche, sans nécessiter lapprentissage dun langage de requête évolué. Problème –Le fait que le domaine dépende des documents sur lesquels on navigue fait quon devrait se concentrer sur des documents autour dun thème précis. En effet, le domaine doit être fixé pour permettre de déterminer les corpus à utiliser pour entraîner la reconnaissance vocale, mais aussi pour définir lontologie permettant lanalyse sémantique des énoncés. –Comme le domaine varie dun document à lautre, il nest pas possible de créer une application générale de NID qui pourrait prendre nimporte quel document, même structuré. De même, Q&A nécessite peut-être une adaptation pour de nouveaux documents.

9 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel9 1.3 Conclusion La navigation interactive dans les documents ne peut pas être traitée par du dialogue finalisé, puisque le domaine dapplication ne peut pas être restreint arbitrairement et quon ne sait pas faire du dialogue sans domaine fixé. Il est donc nécessaire de se focaliser sur un domaine et un type de document, ou alors abandonner la piste du dialogue. Dans tous les cas, lobjectif initial de lASP devrait être revu. Il faut peut-être se contenter soit de naviguer dans un seul genre de documents, soit ne pas avoir dinterface dialogique tel que cétait prévu à lorigine. Finalement, il faut se poser la question : Est-ce que la navigation dans les documents ne serait pas plus aisée avec une table des matières, des liens hypertextes et une barre de navigation classique quavec une interface linguistique ?

10 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Proposition pour Navigation Interactive dans des Documents Il est peut-être préférable de se limiter à faire une interface « clavier » à Q&A, ce qui permettrait de généraliser facilement linterface pour nimporte quels documents, et laisser de côté la navigation dans la structure par interface vocale, qui empêcherait dêtre générique, et dont lintérêt est limité. On se contenterait alors de définir une interface visuelle pour la navigation, incluant potentiellement les structures hiérarchiques et thématiques, et offrant la possibilité de poser une question à Q&A pour diriger lutilisateur sur le ou les endroits du document où pourrait se trouver la réponse.

11 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel11 2. La référence dans le dialogue finalisé Référence aux éléments de lapplication Référence dans NID Mes travaux

12 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel La référence aux éléments dans le dialogue finalisé Dans un dialogue, lutilisateur commande une application par la voie du langage. Cette application « sexpose » à lutilisateur via des objets accessibles par des perceptions directes ou des inférences. Ces objets accessibles à lutilisateur vont être désignés par celui-ci, dans son discours, par des références. La différence entre la référence par recherche dantécédent, quon trouve dans les travaux sur la compréhension de texte, et la référence dans le cadre du dialogue homme-machine tient dans le fait quon ne peut plus se contenter de considérer la référence comme une recherche dantécédent textuel, mais comme la recherche dentités ayant une représentation construite dans la « mémoire » du processus informatique qui analyse la langue. Cest ce que Romary et al. désignaient sous le nom de Représentation Mentales dans le projet CERVICAL.

13 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel La référence aux éléments dans le dialogue finalisé En général, dans les systèmes de dialogue, la résolution de la référence est dédiée à un module spécial qui fait le lien entre laspect linguistique et la représentation informatique des applications. Le module de résolution de la référence reçoit un groupe nominal et cherche le ou les objets auxquels ce GN réfère. Le processus de recherche est toujours en partie ad hoc, et dépend : –Du type des objets de lapplication –De leur représentation interne –Des caractéristiques, intrinsèques ou extrinsèques, qui sont utilisées pour les désigner

14 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel La référence dans le cadre de la NID Accès au contenu du document : trop complexe pour être construit intégralement on doit passer par des techniques de fouille de texte Accès à la structure du document : assez simple à gérer (voir travail de Romain Turner), mais lintérêt de traiter cet accès par la langue reste à démontrer. On doit nécessairement faire une expérimentation à la Magicien dOz pour savoir quel est lusage de ce type daccès dans le cadre dune utilisation réelle. A défaut dexpérimentation, on ne pourra pas affirmer que lutilisation du dialogue est intéressant pour la navigation dans les documents.

15 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Mes travaux sur la Résolution de la Référence Objectif : traiter la résolution de la référence de manière plus fine tout en étant générique. Pourquoi fine ? Actuellement le modèle dominant est prédicatif, par exemple pour trouver à quoi réfère lexpression « le grand carré rouge », on cherche tous les X tels que carré(X) et grand(X) et rouge(X). Or cette approche ne permet pas de prendre en compte le rôle du contexte, ni dexpliquer certains phénomènes. Pourquoi générique ? Les approches utilisées pour résoudre la référence sont spécifiquement adaptées à chaque cas, ce qui impose de réécrire une grande partie du système à chaque fois que lon veut ladapter pour une nouvelle application.

16 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Proposition pour la résolution de la référence Basé sur le modèle de Salmon-Alt et Romary. Représentation des extracteurs référentiels intrinsèques, relationnels et typologiques sous forme fonctionnelle plutôt que prédicative. Extracteur référentiel = terme caractérisant un élément, par exemple « grand », « à droite », « carré ».

17 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Proposition pour la résolution de la référence Le principe est de remplacer les critères de différentiation prédicatifs proposés par Salmon-Alt et Romary par des fonctions de différentiation permettant de trier selon un certain critère les entités de lapplication, et de partitionner lensemble obtenu en fonction de la typicalité des éléments. Les fonctions de différentiation permettent de calculer un rapport de similarité entre deux entités, selon un certain axe sémantique (par exemple la grandeur)

18 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Vers la généricité dans la résolution de la référence On entend par généricité la capacité dun système à représenter différents points de vue, et non pas le fait quun système comprenne le dialogue général. Dans lapproche classique, si lon sen tient à un filtrage par prédicats, la seule représentation possible est une représentation par structure dattributs. De plus une seule représentation est possible pour un attribut donné. On remarque quen pratique, les applications peuvent adopter des points de vues hétérogènes sur les mêmes choses. Doù le problème de généricité que pose la conception darchitecture pour le dialogue finalisé.

19 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Vers la généricité dans la résolution de la référence Notre proposition est que les fonctions de différentiation sappliquent sur des entités typées, qui sont des représentants (ou points de vue) des objets de lapplication. Le concepteur dune application doit alors fournir des traducteurs pour passer des objets aux entités typées, sil veut que les extracteurs référentiels puisse les prendre en compte.

20 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel Exemple de traduction objet de lapplication entité typée Obj1_Carré_IMPLXX :INST01 Couleur : (.34,.53,.90) Taille : 1.3 Objet-coloré-RGB :INST02 Couleur Objet-coloré-Générique :INST03 Couleur RGB_coul :INST04 Red :.34 Green :.53 Blue :.90 Couleur-Générique :INST05

21 Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel21 Conclusion Mes travaux sont encore très prospectifs Leur apport du point de vue de lASP nest pas du tout évident, étant donné la position intermédiaire de NID entre Dialogue et Texte, et ma position résolument sur le Dialogue Finalisé. Je peux en revanche apporter ma contribution pour développer une application permettant de mettre en route lexpérience qui nous permettra de récolter un corpus et davoir une validation sur lapport de linterface linguistique dans le cadre de la NID.


Télécharger ppt "Présentation à lASP NID 24/02/03 – Guillaume Pitel1 Dialogue Finalisé et Navigation Interactive dans les Documents Mise en parallèle autour de la référence."

Présentations similaires


Annonces Google