La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

III. Qui participe au pouvoir ?. Citoyens riches et citoyens pauvres ont-ils la même place dans le gouvernement de la cité ? Le misthos : bouleutes, héliastes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "III. Qui participe au pouvoir ?. Citoyens riches et citoyens pauvres ont-ils la même place dans le gouvernement de la cité ? Le misthos : bouleutes, héliastes."— Transcription de la présentation:

1 III. Qui participe au pouvoir ?

2 Citoyens riches et citoyens pauvres ont-ils la même place dans le gouvernement de la cité ? Le misthos : bouleutes, héliastes puis ecclésiastes : pour que les pauvres paricipent. -> Quest-ce quun citoyen ? La double définition dAristote p.22, doc. 1 Leur nombre a varié : Clisthène en 507 a donné la citoyenneté à des milliers de métèques naturalisés. En 450 on estime le nombre de citoyens à La loi proposée par Périclès en 451 restreint laccès aux fils de deux parents citoyens, on raye 5000 « faux citoyens ». Au IVe : déclin, on parle doliganthropie, il ne reste que Esclave lors dun banquet, amphore, Louvre - femme cuisinant -métèques : étrangers travaillant et vivant à Athènes, interdits de mariage avec une Athénienne, parfois esclaves affranchis, rarement naturalisés. Démocratie signifie : le pouvoir à ceux qui exercent la souveraineté, le démos participant à lEcclésia composé de citoyens. (6000 au moins en 400 av JC) Conditions, Age, devoirs et droits, perte des droits : lostracisme -> Quels sont les exclus du pouvoir, quels sont leurs droits ? Quels sont leurs devoirs ? Jeunes femmes de laristocratie lors de la procession Panathénées, frise du Pathénon.

3 Un régime qui ne peut pas fonctionner sans la participation active des citoyens : aux magistratures, aux séances de lEcclésia, aux tribunaux. Etre citoyen était plus un lourde charge quun privilège ! /citoyennete/citoyennetefr/droits- devoirs.htm Aristote définissait lhomme grec comme un « zôon politikon » cest à dire comme un « animal politique »

4 IV. Un régime fragile et critiqué : la défaite dans la guerre du Péloponnèse face à Sparte fait entrer Athènes dans le déclin au IVe siècle

5 A.Critiqué à cause de limpérialisme ou « hégémonie » vis à vis des autres cités grecques Guerres et rivalités entre cités Révoltes sévèrement réprimées des cités-membres de la Ligue de Délos dominées par Athènes

6 B. Un régime sur le déclin critiqué également de lintérieur : Aristophane dans sa comédie « Les Acharniens » raconte « Lheure de lEcclésia ». « Mais jamais, depuis que je vais aux bains, la paupière ne m'a piqué les sourcils comme aujourd'hui : c'est jour d'assemblée régulière : voici le matin, et la Pnyx est encore déserte. On bavarde sur l'Agora : en haut, en bas, on évite la corde rouge. Les Prytanes mêmes n'arrivent pas : ils arrivent à une heure indue ; puis ils se bousculent, vous savez comme, les uns les autres, pour gagner le premier banc, et ils s'y jettent serrés. De la paix à conclure, ils n'ont aucun souci. Ô la ville, la ville ! Pour moi qui viens toujours le premier à l'assemblée, je m'assois, et là, tout seul, je soupire, je bâille, je m'étire, je pète, je ne sais que faire, je trace des dessins, je m'épile, je réfléchis, l'œil sur la campagne, épris de la paix… » Voir aussi Isocrate « Aréopagitique » doc 4 p. 31 Quelles dérives de la démocratie sont dénoncées par les deux auteurs ? - incompétence des magistrats - désintérêt des citoyens - hypocrisie et démagogie -- effets pervers du misthos

7 - Cependant Socrate montre lexemple doc 5 p. 30 lors de son procès Le proc è s se d é roule en 399, cinq ans apres la defaite d'Athenes à la guerre du Peloponn è se, mais aussi cinq ans apres une br è ve periode dictatoriale (les Trente tyrans, parmi lesquels figuraient des disciples de Socrate) C est une de periode trouble ou l'on cherche des boucs emissaires... (XX, p44):"...Je n'ai jamais, Atheniens, exerce qu'une fonction publique, j'ai é t é bouleute. Or, il s'est trouv é que la tribu Antiochide, la nôtre, etait en possession de la prytanie au moment ou vous vouliez tuer ensemble les dix generaux (strateges) qui n'avaient pas releve les morts apres le combat naval. (1) Je fus alors le seul parmi les prytanes qui m'opposai a toute violation de la loi et qui votait contre vous. » Extrait de « l Apologie » de Socrate. Cette affaire arrive à un moment où la cité sappauvrit, lEcclésia souvrant aux plus pauvres avec le misthos et où « les décrets semblent avoir été pris par des gens ivres… » Aristophane LAssemblée des femmes p. 31. La démagogie règne dans lAgora et nimporte quel citoyen peut provoquer un vote de lEcclésia sans paser par la Boulè. Les orateurs sont protégés par des gardes. Cependant, le IVe siècle et celui de lapogée de la philosophie La fin du régime est décidée en 322 par Alexandre le Grand maître de toute la Grèce. Infusion de ciguë : une plante toxique (1) Le combat naval est la bataille des Arginuses, victoire d'Athenes pendant la Guerre du Peloponnese. Mais la grande cit é avait eu de lourdes pertes et les strateges, à cause du mauvais temps, n'avaient pas pu r é cuperer les morts au combat. Au retour un proc è s leur est intent é pour devoirs religieux non accomplis envers les morts pour Ath è nes. Lorsqu'il a fallu soumettre au vote de l'Eccl é sia le jugement exp é ditif, Socrate a é t é le seul Prytane (parmi les 50 qui formaient le bureau de l'Assembl é e) à refuser cette proc é dure ill é gale.

8 Conclusion Athènes un héritage (daprès Claude Mossé) Les Athéniens ont fondé un régime politique qui na duré que deux siècles. Cest parce quils ont été avant tout « citoyens » quils sont restés dans lHistoire depuis 2500 ans. Mais leur apport à la civilisation est considérable : philosophie, théâtre, architecture et sculpture et surtout…la politique. Ils ont pensé quà côté de lordre religieux (pourtant omniprésent) il devait exister un ordre humain fondé sur la loi et sur deux principes fondamentaux : légalité politique et la liberté critique. Bien sûr leur démocratie était moins complète que la nôtre esclaves, femmes, étrangers nayant aucun droit politique. La majorité des citoyens vivait modestement de son travail et navait pas toujours le temps pour suivre les débats. Au IVe siècle dailleurs, le régime seffondre à cause de la démagogie et de lindividualisme. Ces hommes ont cependant inventé, au Ve siècle av. JC, cette « communauté civique » égalitaire où pauvres et riches avaient daprès la loi (discutée, débattue, amendée) les mêmes droits et les mêmes devoirs (isonomie).


Télécharger ppt "III. Qui participe au pouvoir ?. Citoyens riches et citoyens pauvres ont-ils la même place dans le gouvernement de la cité ? Le misthos : bouleutes, héliastes."

Présentations similaires


Annonces Google