La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Théories et politique de l’emploi

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Théories et politique de l’emploi"— Transcription de la présentation:

1 Théories et politique de l’emploi
Antoine Gobelet - Mai 2009

2 Actualité et problématique Définitions et enjeux Faits stylisés
Plan Actualité et problématique Définitions et enjeux Faits stylisés Théories Politiques Antoine Gobelet - Mai 2009

3 Actualité et problématique
Actualité du sujet : impact de la crise économique et financière massif sur l’emploi Selon le Guardian, le 26 janvier, emplois détruits aux Etats-Unis (43 000) et en Europe en une seule journée ; Catterpillar = annonce suppressions de postes dans le monde, GM (nationalisé) 2000, ING 2000 etc. Communiqué du G20 du 2 avril : §6 du communiqué s’engage à protéger ou créer des millions d’emplois (met en valeur les plans de relance à hauteur de Mds USD) Eléments de problématique : Quelles sont les conditions d’une sortie de crise permettant une reprise importante et rapide de l’emploi d’ici ? La montée du chômage sera-t-elle plus forte et plus durable dans l’UE qu’aux Etats-Unis? Antoine Gobelet - Mai 2009

4 I. Définitions et enjeux
Antoine Gobelet - Mai 2009

5 Des définitions diverses
Chômage: sans emploi, disponible, recherche active BIT: aucune activité dans la semaine précédente (INSEE) DEFM : nouvelles catégories (ANPE) Catégorie A: absence totale d’emploi ; par rapport à la catégorie 1 précédente (la plus médiatisée), chômeurs; Catégorie B: activité de moins de 78h ; Catégorie C: de plus de 78 h ; Plus de référence à la nature du contrat (CDI/CDD) Inactivité : hors chômage (plus recherche) Taux d’activité: nb d’actifs / population en âge de travailler (15-64 ans) Taux de chômage = nb chômeurs / nb actifs Taux d’emploi = nb d’employés / population en âge de travailler Antoine Gobelet - Mai 2009

6 Typologie du chômage Chômage classique: déséquilibre sur le marché des biens (demande supérieure) et ajustement différé sur le marché du travail (entreprises contraintes par l’offre -salaire réel trop élevé, manque de capital) Chômage keynésien (ou involontaire): insuffisance de la demande sur le marché des biens et ajustement des prix trop lent (le salaire réel n’est pas trop élevé, c’est la demande de biens qui est trop faible) Chômage d’équilibre: quand on a l’équilibre (MT et LT) sur le marché des biens et sur le marché du travail : situation stable dans laquelle persiste du chômage; dû aux facteurs empêchant l’ajustement du salaire (ex: salaire minimum) Chômage frictionnel: existe dans tous les cas, indépendamment de l’équilibre ou non des marchés, résulte de l’appariement de l’offre et de la demande de travail; également appelé taux de chômage de plein emploi (à distinguer donc du taux de chômage d’équilibre qui ne reflète pas forcément une situation de plein emploi) Antoine Gobelet - Mai 2009

7 Enjeux : décrire des situations complexes
Transitions entre emploi, chômage, inactivité : notion de « sous emploi » ; 2003 en France : 4,8% des 24, 48 M d’actifs (INSEE) Notion de « halo » autour du chômage: 1 : temps partiel choisi 2 : temps partiel contraint / emploi précaire 3 : chômeurs de longue durée, exclusion 4 : travail clandestin Source: Freyssinet, 1996 Antoine Gobelet - Mai 2009

8 Facteurs de complexité
Fluctuations conjoncturelles : taux de flexion de l’activité = emplois nets créés pourvus par de nouveaux actifs; estimé à 30% en France; frein à la réduction du chômage Emploi flexible (non CDI à temps plein) et emploi stable (CDI) Antoine Gobelet - Mai 2009

9 II. Faits stylisés Antoine Gobelet - Mai 2009

10 A. Tendances longues de l’emploi et du chômage
Antoine Gobelet - Mai 2009

11 Antoine Gobelet - Mai 2009

12 Emploi global dans l’OCDE
INSEE Antoine Gobelet - Mai 2009

13 Nombre de chômeurs en France
Antoine Gobelet - Mai 2009

14 Taux de chômage en France
INSEE Antoine Gobelet - Mai 2009

15 Sous-emploi en France Antoine Gobelet - Mai 2009

16 Taux d’activité en France
Antoine Gobelet - Mai 2009

17 Chômage dans l’OCDE: persistant dans nombre de pays
Antoine Gobelet - Mai 2009

18 B. Dernières évolutions de l’emploi et du chômage
Antoine Gobelet - Mai 2009

19 Taux de chômage en France
Antoine Gobelet - Mai 2009

20 Taux de chômage en France selon le diplôme
Antoine Gobelet - Mai 2009

21 Population active et emploi en France
Antoine Gobelet - Mai 2009

22 Sous-emploi en France Antoine Gobelet - Mai 2009

23 Hausse du chômage en 2010 Source: OCDE, mars 2009
Antoine Gobelet - Mai 2009

24 Chômage dans l’OCDE Antoine Gobelet - Mai 2009

25 Taux de chômage dans l’UE
Source : Eurostat Antoine Gobelet - Mai 2009

26 Taux de chômage dans l’OCDE
Antoine Gobelet - Mai 2009

27 Caractéristiques du chômage en 2007
En moyenne annuelle % France Allemagne Italie Royaume-Uni EU 27 Taux de chômage 8,0 8,7 6,2 5,3 7,2 Taux de chômage des femmes 8,5 8,8 7,9 5,0 Taux de chômage des jeunes 18,7 11,9 20,3 14,4 15,5 Taux de chômage des peu diplômés 12,3 17,0 7,5 9,5 10,9 Chômage (millions), parts %) du chômage total 2,2 3,6 1,5 1,6 16,7 Femmes 50,6 46,2 52,1 43,6 49,4 Longue durée 40,2 56,6 47,4 23,8 42,8 Jeunes 24,6 16,2 25,3 41,9 Antoine Gobelet - Mai 2009 Source : Eursostat

28 III. Théories Antoine Gobelet - Mai 2009

29 Théories classiques Offre et demande de travail: arbitrage travail/loisir Rigidité du salaire réel : source de chômage Coin fiscalo-social: écart entre coût du travail (salaire brut + cotisations) et salaire net (salaire brut - cotisations - impôt sur le revenu); distorsion fiscale qui limite l’emploi (cotisations employeurs abaissent la courbe de demande de travail/cotisations employés hausse la courbe d’offre de travail; dans les deux cas, le coût du travail augmente et l’emploi baisse) Antoine Gobelet - Mai 2009

30 Equilibre sur le marché du travail
Antoine Gobelet - Mai 2009

31 Coût du travail OCDE Antoine Gobelet - Mai 2009

32 Coin fiscalo-social dans l’OCDE
Antoine Gobelet - Mai 2009

33 Théorie du taux de chômage d’équilibre (1)
Courbe de Phillips (1958) Montre la relation décroissante entre chômage et inflation (ou hausse du salaire réel) Arbitrage entre chômage et inflation: Supplément de chômage pour réduire l’inflation d’1 point = ratio de sacrifice) Un taux de chômage élevé affaiblit les revendications de hausse de salaire Antoine Gobelet - Mai 2009

34 Théorie du taux de chômage d’équilibre (2)
NAIRU: non accelerating inflation rate of unemployment (Modigliani et Papademos, 1975; Tobin) Courbe de Phillips augmentée: (Friedman/Phelps, années 1960) - intégration de l’inflation anticipée À court terme, la courbe de Phillips est juste du fait de l’illusion monétaire À terme, la courbe est verticale (pas d’arbitrage entre inflation et chômage) À terme, la courbe correspond au NAIRU, taux de chômage « naturel » (grâce aux anticipations adaptatives sur l’inflation, les travailleurs demandent une hausse du salaire réel: la courbe de Phillips se déplace vers la droite) Lucas (1980s): anticipations rationnelles donc la courbe de Phillips est fausse même à court terme (pas d’arbitrage entre chômage et inflation) Antoine Gobelet - Mai 2009

35 NAIRU Variation du salaire nominal Long terme
Court terme après anticipations Court terme initial NAIRU Chômage Antoine Gobelet - Mai 2009

36 NAIRU: hausse dans les années 1970
Sur les périodes (A) et (B): Etats-Unis: A: 5,2 % B: 7,0% France: 2,9 % 8,8 % Antoine Gobelet - Mai 2009

37 Chômage d’équilibre: modèle WS/PS
Limites NAIRU: résultats selon lesquels pression fiscale et absence de lien entre faible concurrence sur le marché des biens et services n’ont pas d’impact sur le NAIRU démentis dans les faits Layard, Nickell, Jackman (1991) Objectif: affiner l’analyse du taux de chômage d’équilibre Courbe WS (wage setting = formation des salaires): W/P décroissent avec taux de chômage Courbe PS (price setting = formation des prix): P/W croissent avec taux de chômage Intersection: taux de chômage d’équilibre à long terme Taux d’équilibre: fonction croissante des facteurs de hausse des salaires et des prix Fonction décroissante des facteurs de flexibilité des salaires réels et des prix Antoine Gobelet - Mai 2009

38 Courbes WS/PS Repose sur des comportements d’optimisation des employés et des entreprises. Permet de comprendre les causes structurelles du chômage d’équilibre, contrairement au NAIRU. L’organisation et les négociations sur le marché du travail sont au centre de ces facteurs explicatifs: taux de syndicalisation, centralisation des négociations, insiders / outsiders etc. Antoine Gobelet - Mai 2009

39 Théorie du salaire d’efficience
La théorie du salaire d’efficience étudie le lien entre salaire et productivité. Plusieurs approches : Analyse du mécanisme d’incitation à l’effort: l’employeur contrôle en effet imparfaitement l’effort des salariés. Il doit mettre en place un mécanisme incitatif afin qu’il fournisse l’effort requis (Shapiro & Stiglitz[1984]) Un chef de d’entreprise observant imparfaitement les caractéristiques des individus qu’il embauche peut vouloir pratiquer une politique de hauts salaires pour attirer les meilleurs (Weiss [1980]) Antoine Gobelet - Mai 2009

40 Hystérèse; négociations
Hystérèse: NAIRU de court terme (ancienneté au chômage réduit l’employabilité) Théories des négociations: les syndicats privilégient la défense des insiders Antoine Gobelet - Mai 2009

41 Courbe de Beveridge Flèches : sens du déplacement
le long de la courbe en cas de choc En théorie: Courbe décroissante (+ de vacances = - de chômage) Plus la courbe est à gauche du plan taux de chômage / taux de vacances, meilleur est l’appariement de l’offre et de la demande de travail Antoine Gobelet - Mai 2009

42 Courbe de Beveridge en France
En pratique: déplacement vers la droite après 1995 déplacement vers la gauche entre la fin des années 1990 et 2001 déplacement vers la droite jusqu’en 2003 déplacement vers la gauche entre 2003 et 2005 Antoine Gobelet - Mai 2009

43 Courbe de Beveridge en Suède
Antoine Gobelet - Mai 2009

44 Impact sur l’emploi de l’ouverture aux échanges
Source: Natixis Antoine Gobelet - Mai 2009

45 IV. Politiques Antoine Gobelet - Mai 2009

46 Loi d’Okun (1950) Dans les années 1960 aux Etats-Unis et toujours aujourd’hui dans les pays anglo-saxons: 3 points de croissance pour faire baisser le taux de chômage de 1 % En France et en Allemagne: estimé jusqu’à 5% Source : Gedefr, données INSEE Antoine Gobelet - Mai 2009

47 Salaires minimums dans l’UE et aux Etats-Unis
Source: IRES Antoine Gobelet - Mai 2009

48 Politiques en fonction des types de chômage
Chômage classique: déséquilibre sur le marché des biens (demande supérieure) et ajustement différé sur le marché du travail (entreprises contraintes par l’offre -salaire réel trop élevé, manque de capital) → politique de flexibilisation du salaire réel (désindexation, baisse du salaire minimum) Chômage keynésien (ou involontaire): insuffisance de la demande sur le marché des biens et ajustement des prix trop lent (le salaire réel n’est pas trop élevé, c’est la demande de biens qui est trop faible) → politique de relance conjoncturelle Demande : contrats aidés, réductions de cotisations patronales, notamment pour les bas salaires, RTT) Offre: incitations financières au retour à l’emploi (RSA) Chômage d’équilibre: quand on a l’équilibre (MT et LT) sur le marché des biens; dû aux facteurs empêchant l’ajustement du salaire (ex: salaire minimum) → politiques structurelles (baisse du coin fiscalo-social, fonctionnement du marché du travail, indemnisation du chômage) Antoine Gobelet - Mai 2009

49 Typologie des politiques de l’emploi
Politiques passives: Indemnisation du chômage Subventions au retrait d’activité (préretraites) Politiques actives: Soutien à la création d’emplois (secteurs marchand et non-marchand) Formation professionnelles Accompagnement et placement des demandeurs d’emploi Antoine Gobelet - Mai 2009

50 Politique de l’emploi en France
Instabilité: Dégressivité allocations chômage Exonérations de cotisations employeurs, notamment pour temps partiel et bas salaires Suppression de l’autorisation administrative de licenciement (1986) Licenciement économique Abandon progressif des mesures de retrait de l’emploi (réduction de l’offre de travail): préretraites Soutien à l’emploi non marchand (emplois-jeunes, contrats aidés) Soutien aux emplois marchands peu qualifiés (exonérations de charges sociales) Source: Benassy-Quéré et Coeuré Antoine Gobelet - Mai 2009

51 Efficacité des allègements de cotisations employeurs
En 2007: entre (-26 pts) et 0 entre le SMIC et 1,6 SMIC ; coût = 19 Mds euros (1,5 % PIB) Aides Juppé (1993 à 1997): selon Crépon, Desplatz (2001), création de à emplois Inconvénient: coût du financement, effets de seuil (trappes à inactivité), articulation avec le SMIC Antoine Gobelet - Mai 2009

52 Réduction du temps de travail
1996: Loi Robien (incitation à la réduction collective du temps de travail, 40% d’allègements de charges sociales la 1ère année, 30% les 6 années suivantes) pour une réduction de 10% du temps de travail et 10% d’emplois supplémentaires) Loi Aubry I (1998): durée légale abaissée à 35h hebdomadaire à partir du 1er janvier 2000, aides forfaitaires et dégressives si baisse du temps de travail de 10% pour 6 % d’emplois en plus Loi Aubry II (2000): pour les entreprises qui sont passées aux 35h, par accord négocié, allègement de charges pérenne sur les bas salaires Conditions d’efficacité: Sous-emploi car insuffisance de la demande de travail Heures et travailleurs substituables Bilan non tranché: DARES = emplois créés (à court terme) Coût, multiplication des SMIC (cf. infra allègements Fillon) Loi Fillon (2002): assouplit les lois Aubry en augmentant le contingent d’heures supplémentaires (130 à 180 heures par an) et supprime les incitations à réduire le temps de travail 2007: exonération des charges sur les heures supplémentaires Antoine Gobelet - Mai 2009

53 Loi TEPA Loi en en faveur de l’emploi du travail et du pouvoir d’achat (21 août 2007) Mise en œuvre expérimentale du RSA « assurer l’augmentation des ressources d’une personne bénéficiaire d’un minimum social qui prend ou reprend un travail afin d’atteindre un revenu garanti qui tient compte des revenu d’activité professionnelle et des charges de familles » Antoine Gobelet - Mai 2009

54 Lutter contre la pauvreté au travail
En 2004 (INSEE), 6,7% des actifs sous le seuil de 60% du revenu médian ; 1,6 million d’actifs pauvres RSA: remplace la PPE, instaurée en 2001 (crédit d’impôt pour les revenus d’activité entre 0,3 et 1,4 SMIC ETP), dont le taux de base était de 4,4 % du salaire net de prime, revalorisé à 7,7% aujourd’hui Antoine Gobelet - Mai 2009

55 Le RSA Source : Mongin Objectif fondamental:
Accroître l’offre de travail Source : Mongin Antoine Gobelet - Mai 2009

56 Le RSA Source: France politique économique Antoine Gobelet - Mai 2009

57 Le RSA: entre redistribution et incitation
Transforme les allocations différentielles en allocation dégressive: pour chaque euro supplémentaire gagné par une activité, si le taux de dégressivité est de 30%, l’allocation diminue de 30 centimes et le revenu augmente de 70 centimes Ciblé sur les bas revenus: prime maximum pour les revenus entre 0,4 SMIC pour un célibataire et 0,7 SMIC pour un couple avec 2 enfants Incitation au retour à l’emploi: Aujourd’hui: cumul puis palier pendant lequel le revenu reste stable alors que les revenus d’activité augmentent RSA lisse la courbe des taux marginaux effectifs (revenu disponible augmente continûment) Limite: 1/3 des allocataires du RMI qui ne recherchent plus activement d’emploi (raisons de santé, démotivation, exclusion) Antoine Gobelet - Mai 2009

58 Cibler les politiques de l’emploi
Chômage des jeunes: 18,7% de chômeurs pour les moins de 25 ans en 2007 (8% en moyenne) 11,9% (8,7%) en Allemagne, 20,3% (6,2%) en Italie, 14,4 % (5,3%) au Royaume-Uni Peu qualifiés: en ,4% des chômeurs (taux de chômage de 12,4%) Séniors: taux d’activité de 40,4% pour les ans (70,2% pour les ans); âge moyen de départ en retraite de 58,9 en 2006 contre en moyenne 61,2 dans l’UE. Antoine Gobelet - Mai 2009

59 Activer la politique de l’emploi
Dépenses pour l’emploi en % du PIB en 2006: France: 2,30, dont 0,92 de mesures passives et 1,38 de mesures actives Allemagne: 2,97, dont 0,88 de mesures passives et 2,09 de mesures actives Mesures actives: ce qui n’est pas l’assurance-chômage, préretraite etc. Antoine Gobelet - Mai 2009

60 Mesures structurelles sur le marché du travail
Antoine Gobelet - Mai 2009

61 Dernières mesures Voir France politique économique (DGTPE, janvier 2009) Antoine Gobelet - Mai 2009

62 Impact sur l’emploi des emplois aidés
Source: Coeuré-Bénassy-Quéré Antoine Gobelet - Mai 2009

63 Préconisations de l’OCDE
Contrats aidés (prise en charge des coûts salariaux par l’Etat), partage du travail, politique active sur le marché du travail Source: OCDE Perspectives Économiques, Rapport intermédiaire, mars 2009 Antoine Gobelet - Mai 2009

64 Eléments de bibliographie
Politique économique, Benassy-Quéré, Coeuré, Jacquet, Pisani-Ferry, de Boeck, 2004 Cours en ligne B.Coeuré-A. Benassy-Quéré L’économie française en 2009, La Découverte, 2008 Le chômage, J. Freyssinet, la Découverte, 2004 INSEE OCDE: Perspectives économiques intermédiaires Eurostat IRES Flash Natixis n°227, 254, 257, 264 Rapport final sur les expérimentations sur le rSa: Sur le Revenu de solidarité active, Philippe Mongin, France politique économique, DGTPE, janvier 2009 Discours DG adjoint du FMI sur l’emploi Antoine Gobelet - Mai 2009


Télécharger ppt "Théories et politique de l’emploi"

Présentations similaires


Annonces Google