La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES DÉFIS DU NUMÉRIQUE A L'ÉGARD DE L'ÉCONOMIE DE L'INFORMATION COMME DISCIPLINE SCIENTIFIQUE Horatiu Dragomirescu Académie dEtudes Economiques Bucarest,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES DÉFIS DU NUMÉRIQUE A L'ÉGARD DE L'ÉCONOMIE DE L'INFORMATION COMME DISCIPLINE SCIENTIFIQUE Horatiu Dragomirescu Académie dEtudes Economiques Bucarest,"— Transcription de la présentation:

1 LES DÉFIS DU NUMÉRIQUE A L'ÉGARD DE L'ÉCONOMIE DE L'INFORMATION COMME DISCIPLINE SCIENTIFIQUE Horatiu Dragomirescu Académie dEtudes Economiques Bucarest, Roumanie

2 M O T T O " Un oiseau numérisé ne connaît pas de cage. " Jean-Claude Guédon Professeur de litérature Université de Montréal Source: environnement-d-abondance

3 LES PROPOS DE LINTERVENTION Illustrer le statut actuel de la discipline Économie de linformation Approcher les défis du numérique à légard de la pensée économique sur linformation Proposer TELE – un référentiel composite de rationalité applicable aux activités informationnelles dans lère numérique

4 PRÉMICES Un recentrage compensatoire simpose en réponse à la sophistication des technologies numériques: "Sauvegarder lâme-même de la TI" en réitérant le primat de I (Davenport, 2002) Du T au I de la technologie de linformation (Drucker, 1999) I T i TI ou encore T i I t

5 I SUR LE STATUT ACTUEL DE LA DISCIPLINE ÉCONOMIE DE LINFORMATION

6 LÉCONOMIE ET LÉCONOMIQUE DE LINFORMATION Léconomie de linformation en termes de la réalité économique ("Information Economy"): -Le découpage sectoriel: industries de linformation et de la communication -La section transversale: intensité informationnelle de lensemble des activités économiques Léconomie de linformation en termes de la science économique ("Information Economics")

7 LINFORMATION SOUS LECLAIRAGE DE LANALYSE ECONOMIQUE UN THÈME – DEUX APPROCHES: I.LINFORMATION DU MARCHÉ: l'information comme condition de l'échange II.LE MARCHÉ DE LINFORMATION: l'information comme bien qu'on échange

8 L ÉCONOMIE DE LINFO DANS LES PROGRAMMES DENSEIGNEMENT tradition des Écoles des Sciences des Bibliothèques et de lInformation ("Library & Information Sciences"): Etats-Unis (ex. Berkeley, Indiana, Tennessee etc.), France (ex. ENSSIB), Danemark (ex. Royal School of Information Sciences), Royaume-Uni (ex. Dept. of Information Science at Loughborough University) insertion sélective dans les programmes denseignement des facultés déconomie et gestion et dingenieurie informatique: Israel (ex. Haifa), Italie (ex. Pisa, Venise), Portugal (ex. Minho) etc.

9 COORDONNÉES ÉDITORIALES Revue scientifique spécialisée: Information Economics and Policy (Elsevier Science Publishers) Ouvrages collectifs: Mosco and Wasko (1988), Mayère (1990), Petit (1998) Manuels universitaires: Butler & Kingma (1999), Low (2000)

10 MANIFESTATIONS SCIENTIFIQUES INTERNATIONALES SPECIALISÉES Titre de la manifestationInstitution organisatricePériodicité Workshop on Information Systems Economics - WISE ConsortiumAnnuelle depuis 1989 ZEW Conference on the Economics of ICT Centre de Recherche en Economie Européene, Mannheim, Allemagne Annuelle depuis 2003 Workshop on Economics of Information and Network Economics - WINE ConsortiumAnnuelle depuis 2005 Conference on the Economics of ICT Telecom ParisTechAnnuelle depuis 2006 Kiel-Munich Workshop on the Economics of Information and Network Industries CesIFO - Munich Society for the Promotion of Economic Research Biennale Annuelle depuis 2004

11 REPÈRES CHRONOLOGIQUES: VILLEURBAINE-LYON 1995 NOUVEAU-BRUNSWICK 2010 Colloque international ÉCONOMIE DE L'INFORMATION mai 1995, ENSSIB\CERSI, Villeurbanne-Lyon, France COSSI - Colloque spécialisé en sciences de linformation: INFORMATION ET ORGANISATIONS : NOUVELLES STRATÉGIES, STRUCTURES ET FONCTIONS juin 2010, Université de Moncton, Shippagan, Nouveau-Brunswick, Canada

12 II DÉFIS DU NUMÉRIQUE À LÉGARD DE LA PENSÉE ÉCONOMIQUE SUR LINFORMATION

13 QUEST-CE QUE LINFORMATION ? Linformation est une différence qui engendre une différence Gregory Bateson (1970) Les informations sont des données dotées dutilité et ayant une raison dêtre Peter F. Drucker (1988) Tout ce qui peut être numérisé - codé en flux d'éléments binaires – constitue de l'information Carl Shapiro & Hal Varian (1998)

14 LAPPLICABILITÉ DE LA THÉORIE ECONOMIQUE STANDARD "La technologie change, les lois économiques demeurent" (Shapiro & Varian, 1998) Les lois économiques de la théorie standard sont entièrement applicables aux biens informationnels numériques (Picard, 2005) Mais cette application se fait en fonction: - des patricularités intrinsèques de ces biens - de lenvironnement économique particulier où ceux-ci opèrent Quest-ce qui émerge sous lincidence des technologies numériques convergentes ?: nouveaux modèles daffaires; nouvelles logiques économiques et sociaux nouveaux produits et nouveaux usages (Curien, 2009)

15 OPTIQUES ÉCONOMIQUES DIVERSES SUR LINFORMATION NUMÉRIQUE Bien à propriétés extrêmes (Shapiro & Varian, 1998) Bien paradoxal (Thépaut, 2002) Bien parfait (Simpson, 2006, daprès Varian, 1999)

16 LINFORMATION – BIEN À DES PROPRIÉTÉS EXTRÊMES Les biens informationnels numériques sont: coûteux à produire (coût fixe élevé de loriginal) très peu coûteux à reproduire (coût marginal quasi-nul des copies) indéfiniment duplicables: copies aussi nombreuses que nécessaires, identiques à loriginal des biens durables, quasi-indéfiniment préservables des biens dexpérience permanents

17 LINFORMATION - BIEN PARADOXAL Linformation est, à la fois: - omniprésente et, pourtant, difficile à retrouver sur demande -abondante, pendant quelle présente des asymétries contraignantes -susceptible dêtre monopolisée, malgré sa vocation intrinsèque de proliférer -susceptible dêtre communiquée sans que son émetteur en soit dépossédé (co- disponibilité)

18 LINFORMATION - BIEN PARFAIT Par rapport à ses producteurs, linformation présente: malléabilité prononcée: biens transformables au but de différentiation par versions, personnalisation etc. (Shapiro & Varian, 1998); séparation potentiellement totale des contenus par rapport aux médias; possibilité de toujours produire plus, sans limites imposées par linvestissement initial (Thépaut, 2002)

19 "LE MÉDIUM CEST LE MESSAGE Les médias sont des extensions de nous-mêmes (McLuhan, 1964) Médium Technologie Design MessageThème NOUYAU D INFORMATION Fonctionnalité Forme intérieure Forme extérieure Source: Schweizer, Style

20 LOGIQUE MARCHANDE DE LINFORMATION ET SES LIMITES Linformation – bien public à accès privé (Thépaut, 2002) Le régime marchand: la société du "pay per" (Mosco, 1988) En théorie: Le marché à concurrence parfaite aurait impliqué la distribution de linformation numérique à un prix nul, égal au coût marginal Nécessité dimposer lexcluabilité: En absence de la protection technique et juridique, les producteurs des biens informationnels numériques deviendraient de concurents de leurs propres clients (chaque acheteur devenant un potentiel re-distributeur) En pratique: La prolifération numérique est largement associée au gratuit: contenus et logiciels libres, information publique

21 ALTERNATIVES AU RÉGIME MARCHAND DE LINFO Prémices: " Les TIC fournissent les instruments qui devraient en théorie favoriser un fonctionnement plus efficace dune économie de marché, elles installent dans le même temps les ingrédients dune économie publique " (Mebtoul, 2009) Source:

22 ALTERNATIVES AU RÉGIME MARCHAND DE LINFO (suite) Le gratuit: Motivations de la production intellectuelle sans compensation (Picard, 2005): - sexprimer - raisons créatives: scientifiques, artistiques etc. - rendre service au public - acquérir de la célébrité Le don: - mise volontaire des ressources à la disposition des membres des communautés en ligne, sans contrepartie immédiate directe - pratique fondée sur la confiance

23 DÉFIS VISANT LA CONSOMMATION Le modèle de la consommation change: de buy and try à try and buy Consommer implique copier: se faire enregistrer et garder sa propre copie privée relèvent de l'acte-même de la consommation (Rayna, 2006). L'acte de consommation multiplie l'information: - il est non-destructif - il peut engager le consommateur en tant que co-producteur

24 DÉFIS VISANT LA CONSOMMATION (suite) Le paradoxe du choix (Currah, 2006): La quantité de + en + large dinformation non- marchande disponible sur lInternet rend difficile le repérage des dons relevant des intérêts particuliers des utilisateurs; la consommation peut ainsi être limitée. Le phénomène du "double informationnel" (Dalloz & Portnoff, 2001): le consommateur en ligne fournit, en temps réel, des informations sur soi-même, potentiellement dintérêt lucratif pour des tiers

25 DÉFIS AU RÉGIME JURIDIQUE DES BIENS INFO NUMÉRIQUES L'enjeu dharmoniser: lIntérêt public les principes légaux consacrés les réalités émergeantes de lunivers numérique (Samuelson, 2001) Le réseau Internet: représente un canal de transmission et une ressource dinformation pour un nombre croissant de clients renforce la capacité technique daccéder, copier, enregistrer, utiliser et partager, quasi-instantannément, des contenus protégés par droits dauteur (simultannéité de-spatialisée (Thompson, 1995)) renforce, en même temps, la capacité technique des detenteurs des droits dauteur de contrôler lusage de leurs objets de propriété intellectuelle (bots de surveillance, spoofing, filtres)

26 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET SES LIMITES LE SYSTÈME LÉGAL TRADITIONNEL: Critique: "La propriété intellectuelle nest pas une loi naturelle, cest une loi faite par les hommes pour promouvoir des objectifs sociaux. Jai toujours été en faveur dun régime équilibré de propriété intellectuelle, or nous avons perdu cet équilibre" (Stiglitz, cité par Latrive, 2004)

27 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET SES LIMITES (suite) Solutions: renforcement: Hollywood vs. Internet (Currah, 2006) r é forme: breveter les logiciels, les mat é riels g é n é tiques etc. promouvoir les systèmes alternatifs: - les communaux créatifs - les logiciels libres - la protection par des secrets commerciaux au cas des PME, pendant que les grandes entreprises privilégient les brevets dinvention

28 III T E L E: UN RÉFÉRENTIEL COMPOSITE DE RATIONALITÉ DANS LUNIVERS NUMÉRIQUE

29 FACILE ET NON-CO Û TEUX, DONC … POURQUOI PAS ?! DES STIMULANTS POUR AGIR, RELEVANT DES MOYENS: être technologiquement facile: web 2.0, réseaux P2P être économiquement attractif: coût quasi-nul EXEMPLES: Partager ou ne pas partager pair-à-pair ? ("To peer or not to peer ?" ) Visualiser ou télécharger ? Pirater ou payer ?

30 LES REPÈRES NORMATIFS LES NORMES LÉGALES: -le régime juridique de la propriété intellectuelle -le droit à linformation -le droit à lexpression -le droit à la protection de la vie privée LES NORMES MORALES: -le côté moral des droits dauteur -léthique de comportements dans lunivers numérique

31 RATIONALITÉS COHÉRENTES POUR UNE NOUVELLE GAMME DE CHOIX Le reférentiel composite TELE: Assommer par les acteurs-mêmes la condition que ce qui est technologiquement faisable (T) doit être validé par rapport à la soutenabilité écono-environnementale (E), la légalité (L) et la pertinence éthique (E) Opérationnalisation envisagée par: -formation professionnelle des travailleurs de linformation et du savoir -adoption par des communautés en-ligne

32 CONCLUSIONS Les défis mis en évidence suscitent la prise de conscience quant à : réfléchir davantage sur la phénoménologie afférente au terme "I" des NTIC, par retour systématique aux fondements conceptuels et re- examination critique des expériences relevantes intensifier le dialogue entre sciences de l'information et sciences économiques intégrer léconomie de linformation et léthique de la civilisation numérique dans les programmes de formation des travailleurs de linformation et du savoir


Télécharger ppt "LES DÉFIS DU NUMÉRIQUE A L'ÉGARD DE L'ÉCONOMIE DE L'INFORMATION COMME DISCIPLINE SCIENTIFIQUE Horatiu Dragomirescu Académie dEtudes Economiques Bucarest,"

Présentations similaires


Annonces Google