La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Arbres de Connaissances, dispositif de communication d un territoire (« pays ») Bernard Collot - Centres de Recherches des Petites Structures et de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Arbres de Connaissances, dispositif de communication d un territoire (« pays ») Bernard Collot - Centres de Recherches des Petites Structures et de."— Transcription de la présentation:

1 Les Arbres de Connaissances, dispositif de communication d un territoire (« pays ») Bernard Collot - Centres de Recherches des Petites Structures et de la communication

2 La notion de territoire a été très longtemps liée à des limites géographiques rendues cohérentes par les institutions qui y organisaient les relations politiques, administratives, culturelles, éducatives, économiques. Limites administratives et institutions constituant un cadre rigide et immuable, cantonnant dans ce cadre stricte le développement des activités et organisations s y trouvant incluses ainsi que l utilisation des moyens produits ou reçus par le territoire en question.

3 mairie école association organismes association commune mairie école association organismes association commune Canton ou circonscription Schématisation ultra-simplifiée des organisations territoriales instituées classiques Sous préfecture Inspection de l EN organismes Département Préfecture Inspection académique Organismes fédération

4 Chaque territoire étant emboité dans un autre avec le même type de liaisons commune canton Canton Département Etat EUROPE MONDIALISATION !!

5 Dans cette notion du territoire, les dynamiques, ou non- dynamiques sont essentiellement assurées par les institutions, leur pertinence, la possibilité d interaction entre elles ainsi que par la qualité de ceux qui ont mandat de les faire fonctionner. Au fur et à mesure de leur extension historique, elles sont logiquement devenues de plus en plus compliquées, de moins en moins visibles de ceux pour qui elles sont normalement faites (les citoyens), et doivent consacrer l essentiel de leur propre énergie pour leur alors nécessaire conservation. Perdues dans cet organigramme trop vaste, les institutions des petites structures, qui normalement en sont la base, arrivent mal à assumer les fonctions pour lesquelles elles ont été instituées. Les lois de décentralisations, le régionalisme, le fédéralisme, les luttes d indépendance ou d autonomie, peuvent être considérées comme des tentatives de redonner une dynamique à ce système et cette conception territoriale.

6 Les communautés de communes relèvent également de la volonté de rendre le système plus pertinent. Elles relèvent cependant de la même logique et de la même conception du territoire. mairie école association organismes association mairie école association organismes association mairie école association organismes association Institutions communes Communauté de communes Le territoire classique constitué est administratif et institutionnel. Sa dynamique dépendra de ses institutions et de ceux qui les font fonctionner. Les institutions constituent la base et le cadre du territoire. Il induit cependant la cohabitation des intérêts particuliers et des intérêts communs, mais c est ce qui en fait aussi la difficulté.

7 Avec les « pays » nous sommes dans une autre notion du territoire Sa base n est plus seulement géographique même si la notion de proximité y est importante et son cadre plus seulement institutionnel, même si les institutions en font intimement partie. Ce sont les personnes (citoyens) qui vont constituer la base du territoire. Si aucun intérêt commun ne les lient, il n y a pas de territoire Le premier intérêt qui relie les citoyen est celui d habiter dans un espace proche. On peut dire qu historiquement, c est ce qui a été à l origine de la constitution de communes et de la nécessité de se doter d institutions communales pour assurer l intérêt commun. L institution recouvre alors un territoire constitué par des citoyens ayant un intérêt commun et non par un espace géographique. En cela la commune telle qu elle est constitue bien un territoire. commune La commune peut alors être considérée comme une organisation sociale dont la dynamique dépendra des mêmes conditions (voir document précédent sur les organisations sociales)

8 Une autre notion du territoire Espace géographico- administratif d une commune Considérons que l espace géographique d une commune est constitué par des personnes ayant des intérêts commun du fait de leur proximité physique. parents d élèves chasseurs Les commerçants et artisans Ce sont ces intérêts qui vont donc créer communication et interactions entre les habitants, soit par l intermédiaire des institutions (mairie, école…) soit directement. Ces interactions vont créer à l intérieur de la commune des espaces ou territoires interférant, s incluant ou s excluant. Certains resteront informels, d autres utiliseront les institutions communales (mairie, école..), d autres créeront leurs propres organes institutionnels (associations) Les amateurs de théâtre Les adolescents On voit ainsi apparaître un nouveau territoire, le territoire vivant et dynamique de la commune qui ne recouvre pas exactement le territoire administratif. De plus, comme chacun des territoires qui le composent, sa caractéristique est d être fluctuant. Territoire dynamique réel de la commune Des habitants administratifs ne font donc pas partie de ce territoire dynamique, soit parce qu ils n y ont aucun intérêt réel (auto-exclusion), soit parce qu il n est pas visible, facilement accessible, facilement intégrable, soit qu ils ne peuvent être eux-mêmes perçus par les structures existantes ou les autres habitants. D autre part il paraît évident que la « richesse » d un territoire, économique, sociale, culturelle dépendra en grande partie de sa dynamique humaine. Aussi bien de la dynamique de l ensemble du territoire que de celle de chacune de ses parties. Nous nous retrouvons donc face à un problème similaire que celui évoqué précédemment à propos des organisations sociales et l utilisation du dispositif des Arbres de Connaissances relève de la même approche. - Permettre à chaque individu de rendre visible ses intérêts, besoins, ressources et de percevoir ceux des autres. - Faciliter la communication de ceux ayant des intérêts proches. - Rendre les groupes visibles à eux-mêmes. - Rendre visible l infrastructure aidante. - Permettre aux politiques d avoir une vue en temps réel de cette dynamie, de ses besoins de ses manques, de son évolution.

9 De la commune au Pays Il est évident qu une bonne partie des territoires constitués à partir d intérêts communs, de besoins de mutualisation, ne restent pas cantonnés à l intérieur de l espace administratif. Commune voisine Il se crée de facto de nouveaux territoires qui ne tiennent plus compte des limites administratives mais qui deviennent de plus en plus difficiles à cerner dans la mesure où ils sont moins reliés à des institutions proches, sur lesquels celles-ci ont moins de possibilité d action (hors de leur territoire administratif de compétences) et où l infrastructure est elle- même moins visible et plus morcelée.

10 On peut considérer qu un « Pays » est un territoire non préalablement découpé administrativement qui se constitue par l interférence d une multitude de territoires d intérêts (intérêts et, ce qui y est lié, ressources, besoins, demandes des citoyens). C est un territoire d intérêt. Les caractéristiques de l espace géographique dans lequel s insère le territoire global d intérêt du Pays, constitue en elles-mêmes et comme chaque personne du pays un ensemble de ressources… et de besoins (vallée, massif, agglomération urbaine, zone d élevage…). Dans un dispositif des Arbres de Connaissances, ces caractéristiques apparaîtront comme celles des individus, associations, organismes, institutions. Commune et ses institutions Espaces d intérêt informels ou formels (associations) Espace dynamique du Pays Ce sont les intérêts, ressource, besoins communs, leur mutualisation ou partage, qui seront les liens à la fois de la dynamique, de la cohérence et de l efficacité du territoire.

11 Un tel territoire, de par sa complexité et sa fluidité (des espaces d intérêt pouvant apparaître, prendre de l extension, ou au contraire disparaître, interférer, entrer en synergie etc.) il est difficile de le faire rentrer dans un cadre rigidement institutionnel. Il relèvera beaucoup plus de la structure que de l institution, du pilotage que de l administration. Mais sa première apparence relève plutôt… de l ectoplasme ! Espaces d intérêt

12 Sa dynamique dépendra de la dynamique de chaque espace d intérêt. La plupart d entre eux peuvent être considérés comme des organisations sociales et rentrer dans la même problématique (voir document les Arbres de Connaissances, dispositif de communication des organisations sociales). Certains des problèmes des organisations sociales étant même accentués (visibilité, communication, mutualisation etc... Mais elle dépendra également de la cohérence et de la mise en synergie de de l ensemble. On peut considérer que le territoire en lui-même est une organisation sociale dont les éléments sont les diverses organisations sociales qui le composent. Un dispositif, tel celui des Arbres de Connaissances, devrait donc permettre :

13 1/ Rendre chaque espace du territoire plus visible et dynamique ainsi que l infrastructure existante qui le concerne. Espaces d intérêt Attention, chargement de la diapo suivante un peu plus long après le clic. Cliquez.

14 1/ Rendre chaque espace du territoire plus visible et dynamique ainsi que l infrastructure existante qui le concerne.

15 2/ Avoir une vue de l ensemble des espaces d intérêt, leurs liens, leurs complémentarités ou leurs antagonismes, la pertinence de l infrastructure, les possibilités de synergie, les ressources comme les besoins….. Arbre des espaces d intérêts du territoire

16 Des espaces d intérêts aux espaces de projets S il semble que des territoires humains ne prennent vie que lorsque tous les éléments qui les composent peuvent s y reconnaître, les reconnaître, en faire une réalité vivante, visible et dynamique, il est évident que cette dynamique se concrétisera par des projets. Les espaces d intérêts vont alors produire de nouveaux espaces, les espaces de projets. Espace d intérêt bâti par exemple autour d un élément géographico économique du territoire (un fleuve par exemple). Des éléments de cet espace peuvent aussi appartenir à d autres espaces (par exemple l espace éducatif, l espace agricole, etc…) Son arbre -(ou un de ses arbres) à partir duquel cet espace est visible,avec lequel il vit et qui favorise la communication et l interaction De l espace d intérêt naissent des espaces de projets (ex projet de barrage, projet touristique, projet d aménagement écologique…) dans lesquels des acteurs divers peuvent se retrouver pour les mener à bien et au mieux des intérêts de tous. Chaque espace de projet devient visible par une nouvelle représentation où non seulement interviennent les acteurs du projet mais aussi des éléments plus abstraits (financiers par exemple) ainsi que l infrastructure institutionnelle qui les concerne (institutions, organismes, législation…..)

17 Du territoire d intérêts au territoire de projets Il est évident que des intersections multiples pourront avoir lieu entre les divers espaces de projets (ex un projet de barrage peut avoir des incidences sur un projet touristique ou un projet éducatif…) de même que des moyens peuvent être à mutualiser ou à partager. Arbre des projets du territoire La réalité dynamique du territoire deviendra alors celle des projets qui s y développeront. Le dispositif « Arbres de Connaissances » va donc être un outil pour rendre cette réalité fluctuante visible, repérer les liens, permettre aux acteurs de s y reconnaître, de mutualiser leurs ressources et de rendre l ensemble cohérent.

18 Un « pays », territoire complexe On peut considérer qu un « pays » est la superposition successive de 3 territoires. I -Un territoire spatial ayant les limites administratives fixes des communes qui le composent et dont le fonctionnement dépend du cadre de ses institutions II - Un territoire plus fluctuant formé des divers espaces d intérêts, dépendant lui de ses habitants, organismes, organisations, ressources. Son fonctionnement ne dépend pas directement des institutions mais celles-ci font partie de l infrastructure sur laquelle il peut s appuyer ou dont il doit tenir compte. III - Un territoire encore plus fluctuant constitué par tous les acteurs de projets. C est essentiellement ce dernier territoire, issu du précédent, qui représentera la dynamique du « pays » et c est celui qui pose le problème d un pilotage, aussi bien pour que l ensemble devienne cohérent que dans l utilisation des moyens et ressources communes Ce qui implique également qu un tel territoire s inscrit obligatoirement dans le temps. A aucun moment il ne peut être figé. Sa perception en temps réel est donc importante.

19 Rendre visible et opérante cette complexité …... ……...

20 Le territoire et ses différents strates n apparaissent que dans le temps. Mais ce dernier est une des caractéristiques de la construction même du « pays ». Diverses stratégies sont possibles permettant de rendre le dispositif plus facile à mettre en route à court terme (par exemple l arbre ou les arbres de l infrastructure : institutions et organismes) pour arriver peu à peu à l intégration de tous les acteurs.

21 Le dispositif des Arbres de Connaissances, en prenant en compte la complexité d un territoire et en permettant à ses acteurs d en faire apparaître et d en utiliser les représentations (Arbres) va donc opérer comme un outil à la fois de dynamisation, dauto-structuration et de pilotage. L institution (organisation préalable et rigide) et ses cadres pouvant être difficilement établie a priori, un tel territoire sera beaucoup plus caractérisé par une structure émanant de sa propre dynamique et la favorisant en même temps (organisation souple et évolutive). Sa structuration n étant alors possible que dans la mesure où acteurs et pilotes ont les moyens de s y reconnaître, de mutualiser et d agir ensemble.. Cette étude a été réalisée par B. Collot, Centres de Recherches des Petites Structures et de la Communication TRONSANGES - tél :


Télécharger ppt "Les Arbres de Connaissances, dispositif de communication d un territoire (« pays ») Bernard Collot - Centres de Recherches des Petites Structures et de."

Présentations similaires


Annonces Google