La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CILPR Nancy 2013 Mots désignant les phénomènes atmosphériques dans le DÉRom. Terminologie protoromane? Cristina FLORESCU Institutul de Filologie Română

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CILPR Nancy 2013 Mots désignant les phénomènes atmosphériques dans le DÉRom. Terminologie protoromane? Cristina FLORESCU Institutul de Filologie Română"— Transcription de la présentation:

1 CILPR Nancy 2013 Mots désignant les phénomènes atmosphériques dans le DÉRom. Terminologie protoromane? Cristina FLORESCU Institutul de Filologie Română A. Philippide Academia Română - Iai

2 Dictionnaire Étymologique Roman (DÉRom). Première phase : le noyau panroman (subventionné ANR et DFG) (I: ; II: ) (direction: Eva Buchi et Wolfang Schweichard) Le DÉRom est plus quun dictionnaire : cest aussi un mouvement. Le projet apparaît en effet comme le vecteur dun changement de paradigme en cours en étymologie romane Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

3 */a'ere/ ~air */'brum-a/ ~ brume; givre; brouillard (rédigé: Larissa Birrer; Jan Reinhardt; Jean-Pierre Chambon). */'k ɛ l-u/ ciel */'lun-a-/ ~ lune (rédigé : Giorgio Cadorini) */'lumin-e/ ~ lumière(à paraître: Simona Georgescu) */'n ɪ β e/ ~ neige(rédigé : Jérémie Delorme) */'pl ɔ β-e-/ ~ pleuvoir */'radi-u/ ~ rayon */'t ɛ mpor-e/ ~ temps */'t ɔ n-a-/ ~ tonner(à paraître: Bianca Mertens) */'β ɛ nt-u/~vent(en déroulement: Cristina Florescu) Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

4 J'ai utilisé les lemmes déromiens parce qu'ils ont été trouvés par la méthode de la grammaire comparé-reconstruction (Livre bleu: 17), et mon analyse se fonde sur une série de sens reconstruits au niveau protoroman, sens ne se retrouvant que partiellement dans les corrélats latins. Ex.: lat. tempus nenglobe pas le sens panroman État de l'atmosphčre caractérisé par l'élément senti comme dominant en un lieu et à un moment donnés.(TLFi s.v. II.).

5 Les prémisses théoriques sur la terminologie scientifique vs. populaire (commune et dialectale) des phénomènes atmosphériques et les analyses du lexique roumain s'appuient sur le projet roumain: La terminologie météorologique roumaine (scientifique vs. populaire) des phénomènes atmosphériques. Étude linguistique [Terminologia românească meteorologică (ştiinţific vs popular) a fenomenelor atmosferice. Studiu lingvistic ] (subventionné CNCS: PN-II-ID-PCE ) ( ) (direction: Cristina Florescu) Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

6 Léquipe du projet roumain: Linguistes : Cristina Florescu, Alina Bursuc, Laura Manea, Cristina Cărăbuş et Elena Tamba, Florin Teodor Olariu. Géographes ( spécialistes météorologues ): Liviu Apostol et Dan Adrian Chelaru. Informaticienne: Mona Corodeanu. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

7 Du point de vue météorologique, donc en traitant les faits linguistiques strictement de façon scientifique, tous les termes correspondant aux articles déromiens mentionnés sont des phénomènes atmosphériques. La météorologie est une sous-discipline de la physique. Au niveau de la langue commune, usuelle, populaire et / ou dialectale, la qualité de phénomène atmosphérique de certains éléments lexicaux jouit souvent dune perception différente par rapport à la conception scientifique. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

8 Le vent est perçu comme le mouvement horizontal de lair atmosphérique: Ex.: VENT m.cat.: cast. viento. || 1. Moviment horitzontal de l'aire, degut a causes naturals i sobretot a la variació de temperatura entre les diferents capes de l'atmosfera. Diccionari català-valencià-balear. Institut d'Estudis Catalans. Editorial Moll. VÂNT n. roum.: 1. Deplasare pe orizontală a unei mase de aer provocată de diferenţa de presiune existentă între două regiuni ale atmosferei. Dicionarul explicativ al limbii române. DEX: Institutul de lingvistică din Bucureti. (a.1998): Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

9 Du point de vue strictement météorologique: le vent représente le déplacement vertical des couches dair. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

10 Dans la liste météorologique des lemmes du DÉRom, on dissocie, au niveau protoroman, trois situations: a) articles ayant des sens qui désignent des représentations (claires) des phénomènes atmosphériques: */a'ere/, */'brum-a/, */'n ɪ β e/, */'pl ɔ β-e-/, */'radi-u/, */'t ɛ mpor-e/, */'t ɔ n-a-/, b) articles ayant des sens qui NE désignent PAS des représentations des phénomènes atmosphériques: */'lun-a-/ lumière de la lune;*/'lumin-e/ lumière; c) articles ayant des sens qui désignent des représentations dun phénomène atmosphérique différentes par rapport à la conception scientifique le concernant: */'k ɛ l-u/,*/'β ɛ nt-u/. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

11 Un premier cas est lié à la question: y a-t-il de trace de la notion atmosphère au protoroman? Nous discutons de la relation entre */'k ɛ l-u/ et */a'ere/ pour la signification de la notion atmosphère. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

12 a) */a'ere, néologisme dorigine grecque, ayant la signification en discussion, semble remplacer en protoroman le */'k ɛ l-u/. b) */'k ɛ l-u/ développe surtout (mais pas seulement) avec le christianisme, une sémantique religieuse dominante qui pèse sur le contenu astronomique- climatologique-météorologique. c) les définitions et les citations du TLL (1, ; 3, ) ainsi que les dictionnaires des langues romanes reflètent ce contenu lexical du rapport entre, dun côté, caelum et aēr, de lautre, entre */'k ɛ l-u/ et */a'ere/. d) = un argument fondamental : il existe dans laire romane des chevauchements sémantiques importants entre */a'ere/ et */'β ɛ nt-u/ Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

13 Ex. = en frioul. aiar signifie de nos jours surtout vent ; le descendant direct de ventus, vint est beaucoup moins employé. = ast. viento : aujourdhui aire García Arias (Xosé Lluis), 2000–2009. Propuestes etimolóxiques, 4, Oviedo, Academia de la Llingua Asturiana/Llibrería Llingüística: La primera observación isidoriana tiene una clara repercusión lingüística dado que contrapone VENTUS / AER, oposión que globalmente podemos decir que abandona el asturiano al generalizar aire como único representante de la distinción latina. (I, p. 2-3) Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

14 1) Protorom. */'lun-a-/ astre : en tant que phénomène atmosphérique, seulement son sens métonymique nous intéresse: => lumière de la lune( ~ clair de lune). Aucune des langues romanes anciennes ou modernes, ni le panroman, nenvisageait ce sens comme manifestation phénoménologique de latmosphère. 2) Protorom. */'lumin-e/ au sens de lumière du soleil, de la lune etc. (sens circonscrit à celui générique déromian II. «lumière») avec ses corelats protoromans. Il est peu probable que les corrélats protoromans pour */'lumin-e/ désignent un référent que les locuteurs auraient employé consciemment à cette époque-là pour les phénomènes atmosphériques. Au niveau de la langue commune et au niveau des dialectes (des patois), le locuteur lambda ne rattache pas, de nos jours non plus, leffet visuel de la lumière aux mots vent, neige, tonnerre, brume. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

15 radius, -ii m. -baguette pointue «rayon lumineux» (ordinairement représenté sous forme d'une lame à pointe aiguë) -rayon d'une roue, rayon d'une circonférence -en général, object pointu: éperon, ergot, dard; radius du bras; navette du tisserand ( ErnoutMeillet 4 ) Au niveau protoroman, rayon de lumière est perçu concrètement comme une baguette pointue et lumineuse, matérialisée de perspective référentielle dans lair de latmosphère. On est devant un phénomène représenté comme atmosphérique. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

16 Tous les cognats de cette unité lexicale protoromane ont le sens de état de latmosphère. Ex: FEW 12/1, 188b: fr. temps l'état et atmosphère du ciel (seit ca. 1220) Gal. tempo "état atmosphèrique" est attesté depuis le XIIIè siècle ("mal tempo", Cantigas de Santa María e Cancioneiro de Ajuda; "bon tempo", Crónica Troyana) corrélat latin tempus, temporis ne possède pas ce sens-là (l'état de l'atmosphère) Cf. ErnoutMeillet 4 s.v. tempus, StefanelliSchichsal, 166. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

17 Supposition pour le futur article DÉRom: au moins deux subdivision I. */'t ɛ mpor-e/ «unité temporelle» © = tempus, temporis II. */'t ɛ mpor-e/ « l'état de l'atmosphère» © Ø Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

18 Fr.: ca 1140 «tomber en parlant de la pluie» Du lat. pop. plovere ; à côté du lat. class. pluere «pleuvoir» STEFENELLI, Die Volkssprache im Werk des Petron, p.88: FEW t.9, 82. ErnoutMeillet s.v. Pluere est un ancien verbe personnel: caelum pluit, ancore dans Mart. Cap.6 642; Iuppiter pluuius Tib. 1,7, 26 Les cognats protoromans désignent laction de façon dénotative, soit bénéfique, soit catastrophique de la pluie. La structure déromienne de larticle va sans doute dissocier les lemmes des valeurs morphologiques de la structure panromane. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

19 Romania de Sud-Est: dacoroum. vânt istroroum. vint méglénoroum. vint aroum. vimtu dalm. vĭant istriot. Galloromania: fr. vent occit. vent frpr. [v] gasc. bent Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

20 I. Type originel : */'n ɪ β-e/ dacoroum. occid. nea/neauă s.f. « vapeur d'eau atmosphérique congelée généralement sous forme de fins cristaux blancs qui s'agglomèrent en flocons et s'éparpillent du ciel sur la terre, neige » istroroum. nę méglénoroum. neáu ̯ ă aroum. neauă dalm. nai istriot. nìo it. neve sard. níve frioul. nêf lad. neif romanch. nẹiv oïl. noif frpr. nei © = nix, -vis s.f. « id. » II. Type présentant une attraction paronymique : */'n ɛ β-e/ dalm. niav s.f. « neige » it. dial. nieve occit. neu gasc. neu cat. neu esp. nieve ast. nieve gal./port. neve © Ø Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

21 I. Évolution régulière */to'n-a-re/ dacoroum. tuna v.impers./intr. « produire le tonnerre, tonner » méglénoroum. tunari impers. aroum. túnă dalm. tonur istriot. tuóña it. tonare impers./intr. frioul. tonâ lad. tonè romanch. tunar impers./intr. fr. tonner impers./intr. frpr. tonar occit. tonar gasc. tonar gal./port. toar © = tonāre v. impers./intr. II. Insertion (expressive) d'un */-r-/ */tro'n-a-re/ it. sept./it. mérid. tronare v.impers./intr. « produire le tonnerre, tonner » sard. tronare frpr. orient. tronar frpr. orient. tronar gasc. tronar cat. tronar intr. ast. tronar impers./intr. gal./port. troar © Ø Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

22 I. Sens « hiver » */'brum a/ > s.f. it. bruma s.f. « saison la plus froide de l'année, hiver » frioul. brume © = bruma s.f. « hiver » II. Sens « givre » */'brum a/ > dacoroum. brumă s.f. « couche fine et blanche de glace formée sur une surface froide, givre » dacoroum. brumă méglénoroum. brumă aroum. brumă it. sept. bruma lad. brüma © Ø III. Sens « brouillard (surtout brouillard sur mer) » */'brum a/ > it. bruma s.f. « amas de gouttelettes en suspension dans l'air, brouillard (surtout brouillard sur mer) » frioul. brume fr. brume frpr. brõma « pluie très fine qui résulte de la condensation du brouillard, bruine » occit. bruma « brouillard » gasc. brume cat. broma esp. bruma ast. bruma gal. bruma port. bruma © Ø Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

23 Le sémème « hiver »... est originel et que les deux autres sens se sont développés à travers deux métonymies successives : de « hiver » on passe… à « givre », puis une métonymie de type /effet/ > /cause/ conduit à « brouillard givrant » (sens attesté en aroumain); enfin, par une extension de sens, on passe de « brouillard givrant » à « brouillard ». L'apparition du sémème « givre »... a dû être assez ancienne pour qu'il ait été exporté par les colons italiens en Dacie. Le sens le plus largement diffusé dans la Romania, attesté dans… la moitié septentrionale de l'Italia, la Gallia et l'Iberia, est cependant celui qui se recommande comme le plus récent : « brouillard (surtout brouillard sur mer) ». Nous suivons Stemper/Pfister in LEI 7, 832, qui postulent à juste titre, pour des raisons géolinguistiques, la présence de ce sens dès la protolangue... Ses attestations tardives dans les langues romanes (à l'exception de l'occitan et du gascon) n'indiquent pas, à notre avis, un latinisme, mais l'accès tardif au code écrit d'un emploi relevant du vocabulaire spécial des marins... Du point de vue diasystématique (latin global), les sens « givre » et « brouillard » de protorom. */'brum a/ sont donc à considérer comme des particularismes du latin d'immédiat communicatif (notamment de celui véhiculé par les marins et les paysans), qui n'ont pas eu accès au code écrit : il y a congruence entre diastratie et diamésie.[cf. art. cit. Commentaire: DÉRom s.v.] Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

24 En quoi consiste la spécialisation? Les raisons géolinguistiques et le vocabulaire spécial des marins et des paysans = représentent le point de départ pour le groupe lexical et le champ sémantique. Aussi: il y a congruence entre diastratie et diamésie Nous avons ici une terminologie, une groupe lexicale spécialisé d.p.d.v. pragmatique. Cf. TLL : bruma vs. hibernus (y compris les familles lexicales des deux mots). Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

25 Hibernus = désigne hiver TLL 2, la saison de lhiver en entier, les trois mois, ainsi que toutes les manifestations spécifiques de la saison: le froid, la neige, la pluie et le vent gelé etc. + Hibernus est vu dans tout son développement climatologique, avec toutes les oscillations et les phénomènes atmosphériques typiques. Bruma = désigne: solstice dhiver et : hiver TLL 2, le début de la saison, période du solstice dhiver, mais aussi celle comprise entre le 24 novembre et le solstice (cf. TLL 2207). + le commencement de la saison froide. Toutes les manifestations de lhiver sont présentes + la différence de température entre: la terre chaude et lair froid = givre, leau chaude (mer ou toute autre surface humide étendue) et lair froid = brouillard Lexistence interstitielle du phénomène crée sa spécificité et sa vraie spécialisation. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013

26 Conclusions Notre intervention a tenté danalyser, au niveau protoroman, un groupe lexical de la perspective de son implication dans une terminologie archaïque spécialisée. Les marques mises en évidences au cours de notre étude se multiplieront sans faute avec les articles déromiens qui traiteront des lexèmes lui appartenant. La perspective taxinomique dune telle terminologie spécialisée suppose des coagulations et des structures lexicales pouvant souvent contribuer à léclaircissement daspects sémantiques diffus ou contradictoires. Cristina Florescu, Institutul de Filologie Română, Academia Română-Iai, Nancy, CILPR 2013


Télécharger ppt "CILPR Nancy 2013 Mots désignant les phénomènes atmosphériques dans le DÉRom. Terminologie protoromane? Cristina FLORESCU Institutul de Filologie Română"

Présentations similaires


Annonces Google