La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jeunes, fêtes, espaces publics Enjeux éducatifs et institutionnels Christophe Moreau – sociologue 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jeunes, fêtes, espaces publics Enjeux éducatifs et institutionnels Christophe Moreau – sociologue 2010."— Transcription de la présentation:

1 Jeunes, fêtes, espaces publics Enjeux éducatifs et institutionnels Christophe Moreau – sociologue 2010

2 Trois escales Chez M. ou Melle K Trajectoires de fêtards Evolution du contexte festif

3 M. Ou Melle K Les enseignement de recherches européennes, Programme Daphné

4 Données de cadrage sur les adolescents Les ados sont bien portants pour la grande majorité, plein de vitalité Des risques spécifiques à cet âge, avec des différences fortes entre les genres 15 % de « vulnérables » 5 à 10 % de mal être selon les études Concentrations de vulnérabilité sur des zones géographiques Une demande récurrente découte, de relation à ladulte

5 Chiffres clefs sur la vulnérabilité Aide sociale à lenfance : entre 1 et 3 % des mineurs Prise en charge PJJ : 0.5% de la population juvénile des 13/ 20 ans. 10 % de filles Augmentation des prises en charge psychiatriques, notamment pour les filles ; progression des grossesses précoces (4,3/1000) et de lIVG (9/1000) Recours au psychiatrique : de 16 à 28 /1000 entre 1991 et 2000 Suicide : chez les ados, 5 % des gars, 8 % des filles lont tenté Délinquance Mucchielli montre que la part des mineurs dans lensemble des personnes mises en cause par la police et la gendarmerie na cessé de baisser depuis dix ans, passant de 22 % en 1998 à 18 % en Les mineurs = 10 % des condamnations, soit personnes Soit 0,8 % des 7,9 millions de ans français Ou encore 1,46 % des 2,4 millions de ans français

6

7 Structures familiales denfants pris en charge par lASE (Daphné 2) Absence de tiers dans la famille ; Isolement familial La mère et/ou le père de lenfant éprouvent des difficultés psychologiques et sociales, une grande indisponibilité Séparation du couple parental précoce, prégnance du deuil, de laccident Climat conjugal et familial emprunt de violence Rupture totale des liens avec le père (« clandestinité ») ou lien très conflictuel. Opacité dans la filiation, liens familiaux peu établis ou cachés à lenfant. Confusion des rôles Culture de la parole / impératif du non dit Difficultés émotionnelles, identitaires, cognitives Des comportements tendus dès lenfance Explosion à ladolescence : les conduites à risques et /ou la violence constituent « un faux soi de sauvetage » Multiplicité et discontinuité des mesures daide Définition de critères de qualité pour laccompagnement

8 Critères de qualité – Daphné 2 La personne et non lacte La personne et non lacte De lobjet au sujet De lobjet au sujet Construction identitaire (repères, mémoire) Sécurité émotionnelle Contenir, arrêter le processus Continuité Adaptation des mesures, stabilité des relations Formation, réflexivité (ado – famille – professionnel) Participation des usagers (plan daide, évaluation) Coopérations à tous les niveaux

9 Enjeux institutionnels Liens entre Liens entre Le social (dont lanimation)Le social (dont lanimation) La santé (pédopsychiatrie, PMI)La santé (pédopsychiatrie, PMI) Léducation (ATSEM, écoles, collèges)Léducation (ATSEM, écoles, collèges) La justice (la police)La justice (la police) Loffre culturelleLoffre culturelle Repérage précoce Démystifier le soin Interactions précoces mère enfant, père enfant Situations critiques (deuil, déménagement, sanction, orientation…) Décloisonner les systèmes « Quand le réseau se délite, la situation explose » « Quand le réseau se délite, la situation explose » De la normativité à la réflexivité De la normativité à la réflexivité Évaluation, expérimentation Analyse partagée, formation

10 Evolution du contexte festif

11 Glissements anthropologiques Évolution du champ de la relation à lautre et mécanisation Trajectoires matrimoniales moins cadrées par le social, mais démystification de la sexualité Fin des codifications festives : lieux, habits, régimes alimentaires, programmes, danses ne sont plus prescrites Lenjeu de la rencontre festive a totalement changé Lentrée dans la fête est une épreuve majeure : livresse est un seuil, la violence en est un autre ; lennui est une menace, un vide à remplir, un risque pour son identité

12 Lévolution des pratiques festives Cérémonie Liesse Conformisme poli Rester soi, sédimenter des expériences Se contenir et consommer Restriction Obligation Attente Vécu émotionnel canalisé Sortir de soi, ECM Fusionner avec les autres Bouger, danser Licence Transgression Présentéisme Autonomie émotionnelle

13 Hypothèse Cérémonie Liesse Disparition partielle Moins dattente ou Dobligation en situation de fête Par ailleurs pression scolaire et sociale Injonction à la licence Perte de sens Fuite en avant Transgression massive Régulation sécuritaire inadéquate

14 16-17 ans : 70 à 80 % ont expérimenté livresse à lalcool ans / ivresse dans le mois 30 % ont connu une ou deux ivresses 23 % ont connu plus de 2 ivresses

15 16-17 ans : 30 % ont expérimenté livresse au cannabis ans : 7 % ont inhalé des produits Moins de 3 % ont testé dautres drogues

16

17

18

19

20

21

22 Trajectoires de fêtards

23 Identité Relation, lien appartenance Responsabilité Responsabilité, utilité, engagement Désir Émotions Plaisir, déplaisir Langage Savoir Cognitif Outil Savoir faire Technique Temps Espaces (publics, institutionnels, privés…)

24 Comportements festifs Des comportements différenciés en fonction de lhistoire, de la construction identitaire, de la présence de tiers, des valeurs, de lengagement, de la vision de lavenir… Nos recherches croisent : « lhabileté sociale » « la régulation émotionnelle »

25 Négociation avec laltérité Adhésion fusionnelle Singularité, repli sur soi Limitation relationnelle Tendance à la restriction Tendance à la licence Travaux réalisés au sein du LARES/Université Rennes 2 Fêtard = liberté

26 Négociation avec laltérité Adhésion fusionnellle Singularité, repli sur soi Limitation relationnelle Tendance à la restriction Tendance à la licence Casse cou Fuite de soi et incapacité à sarrêter Fête pour sabsenter Libertin Relation ++ jouissance ++ Fête pour délirer Conformiste Relation ++ jouissance peu valorisée Fête pour sassembler Mal à laise Relationnel faible Fête mise à distance Fêtard = liberté

27 Conformiste Contexte : cadre adulte, discothèque Risques : sortie de soi lors dagressions, environnement familial, petits trajets Perspectives : dialogue réflexif, intériorité, gestion des conflits, compétences sociales (famille, cérémoniel), passages, politique de la nuit, transports 1 adulte / 50 jeunes

28 Libertin Contexte : centre urbain, mobilités, espaces privés – avec lautre Risques : banalisation et précocité de lalcool, installation dans des consommations, défis, sécurité collective illusoire Perspectives : famille et amis, passage, réduction des risques, différer la satisfaction, diffusion culturelle, professionnels de la nuit

29 Casse cou Contexte : à côté, repli sur soi, voiture - lautre impossible Risques : esseulement, déni de soi, no limites, installation dans poly toxicomanies Perspectives : réinstaurer de lhistoire avec autrui, estime de soi, négocier et contractualiser (don – contre don), accompagnement social 1 « adulte » / 1000 « jeunes »

30 Gestion publique de la fête

31 Enjeux autour de la gestion publique de la fête Lespace temps – Créer un cadre de rencontre, construire un contenu pour donner sens à la rencontre (contenu culturel, débat, démonstration de savoir-faire, apprentissage entre les générations…) – Accompagner lentrée dans la fête et accompagner vers la sortie Le vécu émotionnel – Structurer la rencontre par des émotions partagées : diffusion culturelle, partager de la joie, rire ensemble, parler et blaguer, danser, jouer des rôles – Utiliser et montrer des ressources festives : la musique, lhumour, la danse

32 Enjeux autour de la gestion publique de la fête La construction identitaire – Dialoguer, souvrir à la diversité sociale et culturelle, entrer en relation avec lautre, se confronter à laltérité, valoriser léchange entre les générations, – Se souvenir, garder le contact, faire que le moment festif contribue aux réseaux et à la biographie des jeunes – Constituer du passage, permettre aux générations adultes daccompagner les jeunes dans leurs anniversaires, leur accès à un diplôme, à la majorité, ritualiser les passages. Le don et le contre-don – Promouvoir léchange, lutilité sociale des participants, le partage des responsabilités dans lorganisation et le déroulement de la fête – Apprendre et comprendre les expériences dautrui (constituer un pont entre les générations) – Elaborer un but commun, un objectif à lêtre ensemble

33 Enjeux ivresse et santé 1. Développer une approche globale de la question : livresse alcoolique est liée au statut social des jeunes, à lallongement de la jeunesse, au déficit dagrégation, à des enjeux en termes de diffusion culturelle, de relations intergénérationnelles, de rythmes de vie… Il importe de ne pas stigmatiser et se polariser sur ces consommations mais de développer des approches transversales à toute laction publique. 2. Approfondir la réflexion sur lespace public : quelles significations à cette visibilité massive des jeunes dans le cœur de nos villes ? Quels enjeux sociaux, économiques, symboliques qui montrent une volonté de participation à la vie de la cité ?

34 4 - Eduquer à livresse et à la gestion collective des comportements plutôt que croire en labstinence et à la culpabilisation individuelle 5 - Articuler la prévention et la réduction des risques 6 - Articuler limplication des jeunes eux-mêmes (prévention par les pairs) et lengagement des adultes du secteur public (professionnels de la prévention, éducateurs…) et du secteur privé (gérants et personnels des cafés et discothèques)

35 7 Approfondir le rôle des parents Dune part, les habitudes de consommations des jeunes sont liées à celles de leurs parents ; dautre part, linterdit parental sest durci en Bretagne pour ce qui concerne le tabac et le cannabis, mais la tolérance a augmenté concernant lalcool (ORSB 2001, 2007, 2008). Expérimenter et évaluer des modalités de prévention impliquant fortement les parents et les autres adultes 8 Faciliter la formation et léchange de pratiques pour les intervenants ; adapter les actions de prévention et de réduction des risques aux différentes trajectoires des jeunes

36 9 Développer les compétences sociales des jeunes au sein des groupes : vigilance à légard des plus casse- cous, proscrire lesseulement des pairs en période divresse, développer lautocontrôle pour les jeunes libertins qui se sécurisent en se reposant sur leurs pairs. Enjeu des politiques culturelles. 10 Etudier limpact et les effets pervers des politiques publiques sur les acteurs de terrain : par exemple la législation « alcool » (prohibition pour les plus jeunes), quel discours adopter ? comment rester cohérent ? 11 Développer des stratégies à long terme, et des stratégies qui ne se limitent pas aux connaissances (approche cognitive de la prévention) mais aussi intègrent les compétences sociales (expériences vécues, responsabilisation, construction identitaire) et émotionnelles (gestion des affects, des conflits, capacité dautolimitation, estime de soi, valeurs…)

37 Responsabilités possibles des acteurs publics autour des regroupements massifs Grade 0 : Obligation régalienne de sécurité : assurer la sécurité sur la voirie, les routes etc. Grade 1 : intervenir pour la gestion de lespace public et de la voirie : gestion des poubelles, des toilettes Grade 2 : intervenir pour renforcer la présence « adulte » et la réduction des risques : renforcer le nombre dacteurs « santé » sur site, proposer de leau, de lalimentation, mobiliser des jeunes Grade 3 : intervenir pour « laménagement du site » : proposer une localisation adaptée aux contraintes de sécurité et aux attentes des jeunes (symbolique de la centralité, du pouvoir), proposer des « chill out » ou sas de dégrisement, proposer un contenu culturel (musique, danse, arts visuels) Grade 4 : proposer des seuils en termes dhoraires, dâges, informer les parents, les participants Grade 5 : organiser des pratiques culturelles, multi polaires (évènements simultanés dans plusieurs lieux) Grade 6 : Communication médiatique : nécessité de dialoguer avec les médias

38 Quelques ressources Travaux de Véronique Nahoum Grappe La fête et les jeunes, espaces publics incertains, C. Moreau, A. Sauvage, Apogée, novembre 2010, Adrénaline, Quest-ce quune fête réussie ? 24 mars 2011, IRTS de Bretagne, Daphné 3


Télécharger ppt "Jeunes, fêtes, espaces publics Enjeux éducatifs et institutionnels Christophe Moreau – sociologue 2010."

Présentations similaires


Annonces Google