La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Université dété 2010 - Mouans Sartoux - « Circuits courts » Comment soutenir leur développement durable? Le rôle et la responsabilité des collectivités.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Université dété 2010 - Mouans Sartoux - « Circuits courts » Comment soutenir leur développement durable? Le rôle et la responsabilité des collectivités."— Transcription de la présentation:

1 Université dété Mouans Sartoux - « Circuits courts » Comment soutenir leur développement durable? Le rôle et la responsabilité des collectivités territoriales

2 Le sommaire Les remerciements La commande : « les circuits courts » La ressource documentaire Un peu dhistoire : lévolution de lagriculture de 1945 à 2008 Lallongement du circuit « production/consommation » Lavenir : « Les Circuits Courts » : ni hégémonie, ni solution miracle ni angélisme Comment agir depuis le poste de responsabilité de la « VP Santé-Alimentation » Universités dété Mouans-Sartoux 2010

3 Les remerciements Ce poste de responsabilité au sein de lInstitution Régionale est une expérience particulièrement enrichissante : Le fonctionnement de lInstitution et de ses acteurs : élus et services Comment se fabrique une politique et ses limites? Comment on se bat pour arracher les moyens financiers pour la mise en œuvre des politiques que lon espère adaptées aux besoins de la population. Cette « chance » je la dois à un certain nombre de personnes que je tiens à remercier ici : Universités dété Mouans-Sartoux 2010

4 La commande : « Les Circuits Courts » Simple et rapidement nommée : « les Circuits Courts « Lécueil : Evident Je ne suis pas une spécialiste du sujet : devoir de vacances en perspective. Lintérêt : se familiariser avec un sujet qui se retrouve au cœur de la délégation « Santé-Alimentation » qui ma été confiée à lissue de ces élections et qui sous-tend laction « développement des circuits courts » Vous informer : sur deux actions majeures lancées par la région sur le mandat précédent et quelque peu abandonnée depuis et quil est urgent de mettre effectivement en application, à savoir : o La délibération relative à la création du Service Public Régional de restauration des lycéens du 8 février o Laction pilote « produire et manger Bio en « Région Provence Alpes Côte dAzur » officiellement lancée le 2 février Universités dété Mouans-Sartoux 2010

5 Le recueil « Alimentation : circuits courts, circuits de proximité » ED : Les cahiers de la Solidarité (Think Tank européen) – parution « novembre 2009 » « Résumé clair et exhaustif des dérives, conséquences et espoirs relatifs à la production alimentaire des 60 dernières années à nos jours ». Copieusement pillée et vivement conseillé à ceux qui sont intéressés par le sujet Des articles divers : Recherchés sur Internet aux entrées notamment « crise alimentaire / circuits courts / alimentation bio ». Les travaux de « Jean Louis RASTON » : Professeur agrégé de sciences et de gestion : a produit plus dune centaine de communications sur la prospective agroalimentaire mondiale. A peine effleurés : vaste et passionnant Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Les sources documentaires

6 Un peu dhistoire : lévolution de lagriculture de 1945 à à 1960 Avec la création de lINRA en 1946 et larrivée des premiers tracteurs payés par le plan MARSHALL, la modernisation et lintensification de lagriculture se mettent en place, mais la sécurité alimentaire nest pas encore assurée. Les slogans subsistent aux frontons des Mairies : « La France a faim : semez » 1960 à 1992 : la révolution agricole et la PAC Tracteurs, engrais minéraux, aliments concentrés des bétails, pesticides, hyper sélection des variétés végétales et animales, spécialisations des exploitations agricoles ont pour conséquences : Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Laugmentation exponentielle de la productivité La sécurité alimentaire est assurée mais vite rattrapée par la production dexcédents auxquels il faudra trouver des débouchés.

7 La chute des prix : Le prix du blé ( production référente de la production alimentaire ) passe de 600 $/T en 1947 à 180 $/T en 1971 La disparition de nombreuses exploitations au Nord Scandales du « veau aux hormones », instauration de quotas laitiers en 1984, rapport HENIN (Chercheur de lINRA) démontrant la pollution des eaux par lagriculture Limportation des excédents subventionnés vers le Sud qui entraine la disparition des petits paysans qui vont grossir les bidonvilles périurbains, développement des surfaces agricoles dévolues aux drogues plus rentables. Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Un peu dhistoire : lévolution de lagriculture de 1945 à 2008

8 La stagnation des productions agricoles ( diminution des surfaces cultivées, avancée des déserts, terres inondées, incidents climatiques ), couplée à laugmentation constante des populations, et à laugmentation des consommations de viande et de produits laitiers des nouvelles classes moyennes émergeantes des pays en voie de développement ont provoqué : 1992 à 2000 : Crise de confiance et scandales à répétition Crise de la vache folle ( ) Poulets à la dioxyne Le développement de la complexité des circuits, la recherche du « toujours moins cher » et ses conséquences, ont permis la prise de pouvoir de la grande distribution et de lagro-alimentaire sur des agriculteurs réduits au rôle de manœuvre ayant perdu toute autonomie de choix : La prévisible crise alimentaire mondiale Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Un peu dhistoire : lévolution de lagriculture de 1945 à 2008

9 une diminution des stocks ne permettant plus dassurer les soudures entre deux récoltes. Lexplosion des prix Les émeutes de la faim, avec leurs cortèges dinstabilités politiques, de risques de conflits. Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Nous sommes devant une crise systémique qui impose un changement radical de paradigme. Ceci nest pas une conclusion de la Confédération Paysanne, de R&PS ou dEE mais celle dun rapport commandité conjointement par LONU, le FMI, la Banque Mondiale, lUNESCO et le FAO ayant mobilisé 400 scientifiques pendant 4 ans : lIAASTD (équivalent du GIEC pour le climat « Evaluation Internationale des Sciences et Technologies Agricoles pour le Développement ») a étudié lagriculture sous tous ses aspects : Un peu dhistoire : lévolution de lagriculture de 1945 à 2008

10 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Un peu dhistoire : lévolution de lagriculture de 1945 à 2008 Agronomiques, sociaux, écologiques, économiques, commerciaux, politiques, législatifs et culturels. Les conclusions, approuvées par 60 pays représentatifs de toutes régions est sans appel : Lagriculture industrielle et exportatrice nest pas la voie pour nourrir la planète et réduire notre empreinte écologique. Il est urgent de se tourner vers une agriculture agro-écologique ou agriculture paysanne, Tourner le dos à la recherche de productivité accrue et sassurer dune meilleure répartition des productions et des flux de denrées, Adopter une agriculture moins dépendante des combustibles fossiles Lheure est donc à une nouvelle révolution agricole Les circuits courts font-ils partie de la solution???

11 Les circuits courts : Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Les circuits courts : ques aquò`?? Il y a eu plusieurs tentatives de définitions du circuit court permettant dexprimer la proximité entre le producteur et le consommateur : Distance parcourues par les denrées ? Nombre dintermédiaires qui vont accaparer de la valeur et de linformation : 0, 1 ou 2 ? La bibliographie du sujet montre que les acteurs des circuits courts associent simultanément : proximité relationnelle et spatiale exploitations sont concernées en France combinant différentes formes de vente : Ancestrales : vente directe à la ferme, sur les marchés, Innovantes : vente en paniers, internet, approvisionnement direct des restaurateurs ou de la grande distribution, cueillettes au champ,

12 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Les circuits courts : Caractéristiques des exploitations agricoles en circuits courts : Surfaces inférieures à la moyenne ( 76 ha contre 136 ha ) mais main dœuvre supérieure ( 4,4 employés contre 1,2 ). Spécialisation des productions dans les secteurs traditionnels des circuits courts : légumes, fruits, œufs, miel Apparaissent des exploitations mixtes associant : grandes cultures classiques sur la majorité de la surface : maïs, blé, orge, betteraves, vignobles, etc…et ateliers valorisant une main dœuvre familiale souhaitant rester sur la ferme. Les activités de lexploitation en circuit court se déclinent en : production agricole, préparation/transformation des denrées brutes, commercialisation. Si le gage de qualité est au bout de cette intégration des activités, celles-ci se surajoutent et conduisent à une accumulation de temps et de travaux difficiles dont le seuil est rapidement atteint. Cette accumulation en savoirs et techniques et un atout et un frein au développement.

13 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Les circuits courts Circuits courts et développement durable : Face à une demande de produits moins standards les agriculteurs qui sinscrivent dans les circuits courts remettent au goût du jour des espèces ou des variétés oubliées, valorisent des produits à laspect moins lisses et aux qualités nutritionnelles et gustatives plus riches. Ils participent ainsi à laccroissement de la biodiversité perdue. De même lagriculture « bio » ou limitée en utilisation dintrants tels que pesticides et engrais avec une part accrue de main dœuvre est privilégiée en circuits courts. Par contre il serait faux de penser que les circuits courts sont plus économes en émissions de GES, notamment du fait de la proximité et de la multiplicité des déplacements entre producteurs et consommateurs suivant le mode de distribution sélectionné. Des études récentes en Allemagne ont mis en évidence que les circuits conventionnels de lIndustrie Agro Alimentaire, organisées et optimisées depuis des décennies étaient moins

14 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Les collectivités territoriales et les circuits courts Quelles opportunités de développement pour les circuits courts: Il est impératif daméliorer la connaissance des circuits courts ainsi que leur impact sur : Les pratiques respectueuses de lenvironnement, Le maintien de la diversité des variétés cultivées et de leurs qualités alimentaires, La structuration de filières permettant de répondre à la constante augmentation de la demande avec pour corollaire des prix élevés, créant, de fait une alimentation saine pour les riches et les informés et une alimentation aux qualités floues pour le reste de la population. La revalorisation agricoles de territoires totalement désertés, La résurgence des paysages la garantie de lorigine et de la qualité des produits, Lorganisation permettant de garantir un approvisionnement régulier pour la restauration collective.

15 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Devoirs et pouvoirs des collectivités territoriales Attention aux miracles !!! Le développement des circuits courts semblent être, la panacée et la solution à tous nos maux : Assurance de qualité et de santé, Développement économique des territoires et création massive demplois, Résurgence de la biodiversité Chemin vertueux vers une agriculture et de nouvelles filières de transformation/distribution, non polluantes, durables et respectueuses de lenvironnement, Pour y parvenir il y a fort à faire et afficher une volonté politique, elle aussi durable, capable daccompagner les acteurs sur le très long terme et sous tous les aspects.

16 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Devoirs et pouvoirs des collectivités territoriales Responsabilités de la VP « santé /alimentation » La lutte pour une alimentation saine, une agriculture de qualité, le respect des territoires et des populations qui y vivent, un environnement protégé, passe par : la pédagogie, la formation, la répétition, la connaissance, le désir et le plaisir. Cette énumération constitue le programme de la VP santé / alimentation dont jai la charge. Au court de la mandature précédente et sous limpulsion du groupe des « Verts », la Région Provence..... a voté le 8 février 2010, la mise en place dun : « Service Public Régional de la Restauration des Lycéens ». Cette délibération, dont les engagements vertueux ce sont quelque peu perdus dans les affres de la dernière campagne des Régionales, doit enfin être mise en œuvre sur lensemble des 180 lycées de la Région et pour les lycéens dont seulement prennent leurs repas au lycée.

17 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Devoirs et pouvoirs des collectivités territoriales Programme contenu dans la délibération du 8 février 2010 Il y a lieu de garantir laccès à : Des repas sains, variés et équilibrés ( je rajoute : bien présentés ) Des moments et des lieux daccueils conviviaux, La valorisation des cultures et traditions différentes, lapprentissage de la citoyenneté par le respect des autres et de lenvironnement, Vivre un temps de plaisir dêtre ensemble Promouvoir lapprentissage des bases dune alimentation saine, équilibrée et variée dans un objectif de santé publique par la prévention de lobésité et de la malnutrition.

18 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Devoirs et pouvoirs des collectivités territoriales Quelques chiffres et enjeux concernant lapplication de ce programme A ce jour lachat des denrées alimentaires de la Région est denviron : 23 millions d pour prés de 12 millions de repas servis. Une opération dintroduction du Bio a été lancée auprès de quelques lycées avec un soutien financier de 1 /repas bio. Il sagit détendre laccès au « bio » à lensemble des lycées, en limitant limpact financier, en modifiant la composition des repas pour assurer cette maîtrise financière ( revoir la part des protéines animales et végétales ). Nécessité de remonter les niveaux de recrutement des personnels de cuisine, Obligation damener ces derniers à suivre une formation continue qui réponde aux objectifs souhaités par la Région et non une formation « à la carte » et « en fonction du souhait du personnel » Sassurer de la mise en place de filière dapprovisionnement stable et perenne : pas question de manquer de pain ou de fruit au petit matin, avant le service,

19 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Devoirs et pouvoirs des collectivités territoriales Difficultés induites par le binôme « état / région » Les deux blocages rencontrés pour le développement des politiques de qualité alimentaire et dapprovisionnement en circuits courts et bio touchent bien entendu au financier : la fonction « achat » assurée par les intendants des Lycées ( état ) : très diverse et fonction des personnes en relation. Il ny a pas de hiérarchie claire, Les objectifs de qualité arrêtés par la Région et normalement mis en œuvre par les personnels du service de la restauration, cest à dire le « chef de cuisine » Si ces deux intervenants ont des difficultés relationnelles, cest al porte ouverte à léchec, car il ny pas de chef de file identifié. Je commence à évoquer la possibilité pour la Région de récupérer la compétence totale de la filière, de lachat au repas servi : cest la révolution

20 Universités dété Mouans-Sartoux 2010 Devoirs et pouvoirs des collectivités territoriales Parmi les autres difficultés pressenties Les organisations de parents délèves qui souhaitent un ticket le moins cher possible : ceci implique de nombreuses rencontres de négociations Le personnel mis à disposition dans les services qui est nettement insuffisant à ce jour. La nécessite de faire travailler ensemble au moins 3 services Régionaux est une autre difficulté.


Télécharger ppt "Université dété 2010 - Mouans Sartoux - « Circuits courts » Comment soutenir leur développement durable? Le rôle et la responsabilité des collectivités."

Présentations similaires


Annonces Google