La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SGS et opérations des taxis aériens Leçons et perspectives Présentation à lATAC Kathy Fox, membre Bureau de la sécurité des transports du Canada Le 14.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SGS et opérations des taxis aériens Leçons et perspectives Présentation à lATAC Kathy Fox, membre Bureau de la sécurité des transports du Canada Le 14."— Transcription de la présentation:

1 SGS et opérations des taxis aériens Leçons et perspectives Présentation à lATAC Kathy Fox, membre Bureau de la sécurité des transports du Canada Le 14 novembre 2011 Montréal (Québec)

2 Gérer des priorités concurrentielles Service Sécurité

3 Pourquoi des « systèmes sécuritaires » tombent-ils en défaillance? Glissement vers la défaillance Dekker, S. (2005) Dix questions sur lerreur humaine « … Le glissement est généré par des processus normaux de réconciliation de différentes pressions sur une organisation (efficience, utilisation de la capacité, sécurité), et ce, dans un contexte dune technologie incertaine ainsi que de connaissances imparfaites. »

4 Les défis auxquels doivent faire face les exploitants de taxi aérien Conditions représentant des défis : « travail sur demande », conditions météorologiques, terrain difficile, petits aérodromes avec peu ou aucune infrastructure. Appareils aériens plus petits et plus anciens équipés de systèmes davionique moins sophistiqués. Charges de travail supérieures pour les équipes. Les équipes de vol ont souvent moins de formation et dexpérience. Moins de mentorat disponible pour les équipages inexpérimentés. 703 comme point de départ vers une carrière dans des opérations plus importantes. 4

5 Accidents : 703 par rapport aux autres catégories 5 Nombre total daccidents et daccidents mortels entre 2001 et 2010, par type dexploitant. Accidents totauxAccidents mortels totaux

6 6 Pourquoi changer? Lapproche traditionnelle de la gestion de la sécurité est basée sur : La conformité selon les règlements Une réponse réactive après les accidents La philosophie de « blâmer, sanctionner et/ou de rééduquer » Cette approche est insuffisante pour réduire davantage les taux daccidents.

7 7 Système de gestion de sécurité (SGS) Un processus systématique, explicite et exhaustif de la gestion des risques de sécurité… Il devient une partie intégrale de la culture de cette organisation et de la façon dont les gens envisagent leur travail. ( J. Reason 2001 )

8 8 Caractéristiques souhaitées des organisations gérant efficacement la sécurité Article de Westrum, 1998Exigences en matière de SGS (Transports Canada) Emphase sur la sécurité organisationnellePolitique et objectifs de sécurité de lorganisation Efficacité collectiveDétermination des dangers; rapports internes Congruence tâches-ressourcesSassurer que le personnel est formé et compétent Communications libres et efficacesRapports internes Cartographie claire des situations de sécurité Détermination des dangers et gestion des risques; examens/vérifications périodiques Apprentissage organisationnelDétermination des dangers et gestion des risques; examens/vérifications périodiques Définitions claires des autorités et des responsabilités Responsabilités de lencadrement; politique de sécurité de lorganisation; documentation du SGS

9 9 Détermination des dangers Rapport et analyse des incidents Forte culture de sécurité Éléments dun SGS

10 10 Rapports du BST Observations : –Analyse inadéquate des risques –Adaptations des employés –Objectifs conflictuels –Manquement à tenir compte des « signaux faibles » –Absence de rapports sur les incidents

11 11 Perte de contrôle et collision avec le relief, Chibougamau(Québec), le 25 octobre 2007

12 12 Perte de contrôle et collision avec le relief, Chibougamau (Québec) le 25 octobre 2007 (suite) Évaluation inadéquate des risques Pairage de membres de léquipage ayant une expérience IFR avec et un membre de léquipage ayant une expérience limitée pour un vol en conditions IFR. Objectifs conflictuels Compléter tous les vols malgré la pénurie de pilotes expérimentés – service versus sécurité.

13 13 Impact sans perte de contrôle Thormanby Island (C.-B), le 16 novembre 2008 Hydrobase YVR, ciel dégagéHydrobase YVR, le 16 novembre Remarquez lappareil de laccident.

14 14 Impact sans perte de contrôle Thormanby Island (C.-B.), le 16 novembre 2008 Signaux faibles Le pilote était reconnu pour repousser les limites des conditions météorologiques acceptables. La compagnie a discuté à trois reprises avec le pilote quant à sa prise de décision au niveau de la météorologie, mais cela na pas été documenté (contrairement aux exigences du SGS de la compagnie). Les clients demandaient ce pilote car il pilotait alors que les autres refusaient de voler dans des conditions météorologiques incertaines. Objectifs conflictuels Pression ouverte ou passive des clients deffectuer les vols.

15 15 Impact sans perte de contrôle Thormanby Island (C.-B.) (suite) Évaluation/atténuation inadéquate des risques La formation des pilotes concernant leur prise de décisions afin déviter de voler dans des conditions météorologiques incertaines na pas été fournie et nétait pas requise. Aucune procédure de la compagnie était mise en place pour améliorer la prise de décisions du pilote afin déviter de voler dans des conditions météorologiques dangereuses.

16 16 Collision au décollage DHC-6 Twin Otter, Muncho Lake (C.-B.), le 8 juillet 2007

17 17 Collision au décollage DHC-6 Twin Otter, Muncho Lake (C.-B.), le 8 juillet 2007 (suite) Problèmes organisationnels La compagnie tentait également dobtenir lapprobation pour exploiter un 704 avec DHC-6. Il faut mener une évaluation significative des risques ainsi quun travail administratif supplémentaire pour introduire un nouvel appareil et de nouvelles opérations. Cest un défi de trouver et garder un chef pilote pour les opérations 704.

18 18 Collision au décollage DHC-6 Twin Otter, Muncho Lake (C.-B.), le 8 juillet 2007 (suite) Analyse/atténuation inadéquate des risques Les pratiques opérationnelles de gestion et de contrôle des risques ne traitaient pas des risques de décollage à partir dune piste si courte. Les deux membres de léquipage du Twin Otter avaient peu dexpérience de travaille auprès de petites opérations saisonnières.

19 19 Collision au décollage DHC-6 Twin Otter, Muncho Lake, (C.-B.), le 8 juillet 2007 (suite) Adaptations des employés Les politiques et procédures qui auraient permis déviter cet accident ont été violées, non utilisées ou elles étaient tout simplement manquantes. Les décollages sont permis uniquement avec un équipage minimal et une charge en carburant minimale pour cette piste. Lors du vol en question, il y avait une forte charge en carburant et en passagers. Lutilisation de techniques ADAC de performance maximale sans lapprobation de TC.

20 Collision avec le relief Sandy Bay (SK), le 7 janvier

21 Collision avec le relief Beech A100 King Air Sandy Bay (SK), le 7 janvier 2007 (suite) 21 Signaux faibles La compagnie connaissait les problèmes du pairage des deux membres de léquipage mais ignorait à quel point ceci pouvait affecter la sécurité. Aucune formation GRPP – cette formation nest pas requise pour les opérations 703. Recommandation du Bureau TC exige que les opérations 703 et 704 offrent de la formation GRPP à leurs pilotes (A09-02).

22 22 Leçons apprises Les objectifs en conflit, ladaptation des employés et le glissement vers la défaillance sont des phénomènes qui se produisent naturellement. Un SGS peut faciliter lidentification de ces problèmes. Les organisations peuvent apprendre à partir des modèles/tendances sur les éléments indicateurs comme précurseur daccidents.

23 23 Que peuvent faire les exploitants de taxis aériens? Mettre en place les éléments dun SGS Identification et analyse des dangers Système de divulgation interne des incidents et accidents Formation complémentaire des pilotes (GRPP, prise de décisions du pilote (PDM), etc.) Prendre le temps danalyser et de réévaluer les dangers, les risques et les incidents afin didentifier les « signaux faibles » pouvant indiquer des accidents potentiels. Réexaminer les normes des procédures opérationnelles afin déliminer les « zones grises » qui pourraient entraîner toute adaptation des employés.

24 24 Conclusion Un SGS efficace dépend de la « culture » et des « processus ». La mise en œuvre efficace dun SGS exige un engagement continu, du temps, des ressources et de la persévérance. Il existe des avantages économiques ainsi que des avantages au niveau de la sécurité. Besoin continu dune surveillance réglementaire solide

25 25


Télécharger ppt "SGS et opérations des taxis aériens Leçons et perspectives Présentation à lATAC Kathy Fox, membre Bureau de la sécurité des transports du Canada Le 14."

Présentations similaires


Annonces Google