La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sociologie de léducation « LES ACTEURS DE LA MACHINE ECOLE.» « LES ACTEURS DE LA MACHINE ECOLE.» Zicola Michaël le 19 septembre 2008 L2 Sciences de lÉducation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sociologie de léducation « LES ACTEURS DE LA MACHINE ECOLE.» « LES ACTEURS DE LA MACHINE ECOLE.» Zicola Michaël le 19 septembre 2008 L2 Sciences de lÉducation."— Transcription de la présentation:

1 Sociologie de léducation « LES ACTEURS DE LA MACHINE ECOLE.» « LES ACTEURS DE LA MACHINE ECOLE.» Zicola Michaël le 19 septembre 2008 L2 Sciences de lÉducation Citation «Léducation a pour objet de superposer, à lêtre individuel et social que nous sommes en naissant, un être entièrement nouveau. Elle doit nous amener à dépasser notre nature initiale : cest à cette condition que lenfant deviendra un homme Citation : « Léducation a pour objet de superposer, à lêtre individuel et social que nous sommes en naissant, un être entièrement nouveau. Elle doit nous amener à dépasser notre nature initiale : cest à cette condition que lenfant deviendra un homme.» ( Sources : Émile Durkheim, Éducation et sociologie, PUF, Paris, 1989.)

2 Préambule et contextualisation et problématique Préambule et contextualisation : Préambule et contextualisation : *On parle aujourdhui de la crise de lécole, de lécole en danger, de ses acteurs mal formés (les éduqués) ou qui forment mal (les éducateurs, enseignants ou formateurs). *On cite aussi les méthodes qui seraient inadaptées ainsi que les transmissions de consignes dun « monde » scolaire à lautre dans une crise sociale des connaissances et des emplois. *Nous sommes en STAPS et en EPS particulièrement touchés, notre travail dexploration microsociologique davant thèse sintitulait « Les professeurs dEPS : métier en voie de mutation ou de disparition ». Nous sommes sociologiquement et politiquement à la croisée du chemin. Problématique : « jeunes sortent du système éducatif sans diplôme ce qui représente 40% des ans. » Que faire ? « jeunes en situations de handicap vont rejoindre lécole de la maternelle à luniversité. » Comment faire pour leur intégration -inclusion ? (sources:Constats du ministère et des instituts de sondages pour lannée 2007.) Il faut monter que la situation est certes difficile mais que des innovations sont nécessaires et que de nombreux acteurs résolvent dans leur quotidien ces problèmes, il faut aller voir ! Il faut monter que la situation est certes difficile mais que des innovations sont nécessaires et que de nombreux acteurs résolvent dans leur quotidien ces problèmes, il faut aller voir !

3 INTRODUCTION SOCIOLOGIQUE (Définition -Épistémologie et paradigme) Définitions La sociologie en terme généraux est défini comme la science qui a pour vocation de décrire le plus fidèlement possible la société et son fonctionnement par le jeu de ses acteurs. « L'ambition théorique de la sociologie de la connaissance se trouve ainsi limitée, en même temps que s'ouvrent devant elle de vastes et nombreux terrains d'enquêtes empiriques. Karl Mannheim émet lidée que les points de vue que les groupes ont sur le monde réel sexpliquent en fonction de leur position sociale., La sociologie de l'éducation, plus particulièrement celle de l'enseignement, s'efforce de comprendre les fonctions et les effets de l'école et de l'université dans des structures sociales données. Des événements sociaux et politiques attirent d'ailleurs de plus en plus l'attention sur cette question des rapports réciproques, des adaptations et inadéquations entre les institutions scolaires et les fonctions de la société globale. C'est du reste l'un des domaines où la réflexion sociologique étayée par des enquêtes débouche le plus directement sur des applications pratiques. » (Sources : Encyclopédiae Universalis, 1999, version 5 numérique et Association Internationale des Sociologues de Langue Française (Sources : Jean Cazeneuve, sociologue, Université Paris Sorbonne, Encyclopédiae Universalis, 1999, version 5 numérique et Association Internationale des Sociologues de Langue Française.)

4 Épistémologie et paradigme : *La sociologie de léducation de langue française a mis en lumière limportante diversification de ses objets et des questions auxquelles elle se propose de répondre, mais il a surtout insisté sur le tournant dordre paradigmatique quelle aurait pris à laube des années quatre-vingt. *De fait, rompant avec les théories de La Reproduction, de nombreux travaux sefforcent depuis lors de réintroduire lapproche ethnographique en sociologie de léducation et douvrir ces quasi-« boîtes noires » quétaient jusqualors la classe, létablissement ou la « communauté » à laide des scalpels méthodologiques et paradigmatiques utilisés dans les travaux anglo-saxons inspirés par linteractionnisme symbolique, la phénoménologie sociale ou lethnométhodologie. *Il ne sagit plus alors de débusquer les modes selon lesquels se réalise une inégalité jouée davance et de dévoiler la méconnaissance ou les intérêts cachés des acteurs, mais détudier « linégalité en train de se faire », « en prenant au sérieux la rationalité des acteurs » et en tentant « de rendre compte de la manière dont, en situation, ils construisent le social ». *Suivant, avec retard, lexemple de ses homologues anglophones, la sociologie de léducation de langue française, rompant avec les paradigmes objectivistes, serait devenue « constructiviste » et « compréhensive ». (source : Normes et normativité en sociologie de léducation, Jean-Yves Rochex, colloque AISLF 1994.)

5 INTRODUCTION ETHNOGRAPHIQUE « Lusine, la machine, le mammouth École !» A Les 5 grands principes *Rappels du sens et des principes citoyens *Mettre en parallèle les instructions officielles des disciplines B Organisation de lenseignement *Les chiffres sont trompeurs une analyse fine simpose ainsi quune comparaison raisonnée entre les systèmes et les institutions. *Le politique contraint lutopie et les actes humains essentiels. C Les acteurs : éduqués - éducateurs et les autres *Les porosités et les passerelles entre les actes et les régulations des acteurs : que faire des savoirs éclatés ? La méthode transdisciplinaire en acte collectif... D La machine école : chiffres et dépenses *Largent, les moyens exponentiels, les idées non abouties face au « comment faire confiance aux acteurs ? ». Le plan Langevin - Wallon en 1947 !

6 A Les 5 grands principes Le système d'enseignement français est fondé sur de grands principes, certains inspirés de la Révolution de 1789, de lois votées entre 1881 et 1889 et sous les IVe et Ve Républiques ainsi que de la Constitution du 4 octobre 1958 : " l'organisation de l'enseignement public obligatoire gratuit et laïc à tous les degrés est un devoir de l'État ". 5 principes : La liberté de l'enseignement - La gratuité-La neutralité-La laïcité - L'obligation scolaire. 1 La liberté de l'enseignement En France, le service public d'enseignement coexiste avec des établissements privés, soumis au contrôle de l'État et pouvant bénéficier de son aide - en contrepartie d'un contrat signé avec l'État. La liberté d'organiser et de dispenser un enseignement est une manifestation de la liberté d'expression : elle est définie par la " loi Debré " n° du 31 décembre 1959 sur la liberté de l'enseignement et les rapports avec l'enseignement privé. Cependant l'État est le seul à délivrer diplômes et grades universitaires : les diplômes délivrés par les écoles privées n'ont pas de valeur officielle sauf s'ils sont reconnus par l'État. La réglementation des examens se fait à l'échelle nationale. 2 La gratuité Le principe de gratuité de l'enseignement primaire public a été posé dès la fin du XIXe siècle par la loi du 16 juin La gratuité a été étendue à l'enseignement secondaire par la loi du 31 mai L'enseignement dispensé dans les écoles et les établissements publics est gratuit. Les manuels scolaires sont gratuits jusqu'à la classe de troisième, ainsi que les matériels et fournitures à usage collectif. Dans les lycées, les manuels sont le plus souvent à la charge des familles. 3 La neutralité L'enseignement public est neutre : la neutralité philosophique et politique s'impose aux enseignants et aux élèves.

7 4 La laïcité Le principe de laïcité en matière religieuse est au fondement du système éducatif français depuis la fin du XIXe siècle. L'enseignement public est laïque depuis les lois du 28 mars 1882 et du 30 octobre Elles instaurent l'obligation d'instruction et la laïcité de des personnels et des programmes. L'importance de la laïcité dans les valeurs scolaires républicaines a été accentuée par la loi du 9 décembre 1905 instaurant la laïcité de l'Etat. Le respect des croyances des élèves et de leurs parents implique : l'absence d'instruction religieuse dans les programmes, la laïcité du personnel, l'interdiction du prosélytisme. La liberté religieuse a conduit à instituer une journée libre par semaine laissant du temps pour l'enseignement religieux en dehors de l'école. 5 L'obligation scolaire Depuis la loi Jules Ferry du 28 mars 1882, l'instruction est obligatoire. Cette obligation s'applique à partir de 6 ans, pour tous les enfants français ou étrangers résidant en France. À l'origine, la scolarisation était obligatoire jusqu'à l'âge de 13 ans, puis 14 ans à partir de la loi du 9 août Depuis l'ordonnance n°59-45 du 6 janvier 1959, elle a été prolongée jusqu'à l'âge de 16 ans révolus. La famille a deux possibilités : assurer elle-même l'instruction des enfants (avec déclaration préalable) ou les scolariser dans un établissement scolaire public ou privé.

8 B Organisation de lenseignement Enseignement supérieur Universités 82 Universités STS-IUT (section de techniciens supérieurs – institut universitaire de technologie) (enseignement technique) CPGE (Classe préparatoire aux grandes écoles) - grandes écoles Polytechniques, les ponts, ENSA, etc. Enseignement secondaire Premier cycle, 11 à 15 ans Deuxième cycle, 15 à 18 ans Lycée général et technologique Collège unique : fin proclamée ! Lycée professionnel Enseignement primaire Enseignement préélémentaire (maternelles), 2 à 6 ans Enseignement élémentaire (écoles primaires), 6 à 11 ans Le cycle noyau grande section maternelle, CP et CE1: les apprentissages fondamentaux La maîtrise corporelle est actée (sept 2007)

9 III

10 Les élèves nombre d'élèves dans le premier et second degrés nombre d'écoliers nombre de collégiens nombre de lycéens nombre de lycéens professionnels Détail du nombre d'élèves dans le premier et second degrés public privé Les étudiants nombre d'étudiants dont universités (IUT compris) dont classes préparatoire aux grandes écoles dont sections de techniciens supérieurs et assimilées Les apprentis nombre d'apprentis (y compris C.P.A.) Autres (second degré agriculture et spécial santé, etc.) C Les acteurs : éduqués - éducateurs et les autres personnels

11 Les personnels enseignant et non enseignants Écoles, collèges, lycées Enseignants écoles, collèges et lycées dont public privé non enseignants Enseignants supérieur public nombre d'enseignants non enseignants57 171

12 Les établissements nombre d'écoles, de collèges et de lycées nombre d'écoles nombre de collèges nombre de lycées dont lycées professionnels nombre d'écoles régionales d'enseignement adapté 80 Détail du nombre d'écoles, de collèges et de lycées public privé Budget et finance Dépense pour l'éducation 2004 en milliards d'euros dépense totale de la société française pour l'éducation (Etat, collectivités territoriales, entreprises, ménages, etc.) 116,3 Budget du ministère 2004 en milliards d'euros 64,6 Budget du ministère 2005 en milliards d'euros 66,0 (Sources et mise à jour : novembre 2006 source Internet, MEN) D la machine école : chiffres et dépenses

13 1 PREMIÈRE PARTIE Sociologie de l éducation : explorer un métier complexe 11 "EDUQUER et FORMER" : UN METIER IMPOSSIBLE *Léducation est un processus qui engage par définition, un être inachevé dont il est difficile danticiper ou de prévoir le devenir. * Léducation est une entreprise paradoxale, puisque la finalité quelle poursuit, à savoir lautonomie du sujet, conduit à sa propre abolition ! Linstitution scolaire offre mais nécoute que très peu la demande. *Le métier déducateur peut-être qualifié « dimpossible » car comme le métier de la psychanalyse ou du gouvernement des hommes, il sexerce dans la sphère imprévisible du transfert (Identification, empathie, séduction, conflit, amour, sublimation, etc.) *Vous aurez compris que depuis toujours des tensions antagonistes sont au cœur du sujet scolaire. (Source : J-P Resweber, Éduquer un métier impossible !, Editions Le portique, Strasbourg, 1999.) 12 "EDUQUER et FORMER" : UNE SINGULARITE EDUCATIVE Charybde de linterdiction et le Scylla du laisser-faire *Un métier qui porte un lourd héritage comme le dit S. Freud (1925 et 1934 in éducation et liberté) lorsquil suggère pour ce difficile mais passionnant métier (les vacances oui mais pour survivre!) quil fluctue entre le « Charybde de linterdiction et le Scylla du laisser-faire. » *On passe du métier impossible et actuellement à la mission impossible des enseignants mais linstitution tient avec 15 millions de sujets - acteurs en formation. *On demande beaucoup, voire tout à lécole : le peut-elle ? Enseigner, former et éduquer voire rééduquer, la formation initiale, continue tout au long de la vie : des relais sont indispensables. (NB : Charybde et Scylla sont deux caps dangereux dans détroit de Messine) (Source : P-A Dupuis, La singularité éducative !, PUS, Strasbourg, 2000.)

14 2 DEUXIEME PARTIE. Sociologie de l éducation : observation d un homme seul ou dun groupe 21 QU'EST CE QU'ETRE ENSEIGNANT ? * Être enseignant, c'est maintenant faire un travail au sens d'une activité organisée et programmée par un pouvoir central, c'est exercer un métier en mettant en oeuvre des techniques apprises et des savoir faire. En plus d'un travail et d'un métier, c'est une profession. Par cela il faut entendre : - L'exercice d'une activité intellectuelle qui engage la responsabilité individuelle de celui qui l'exerce ; l'exercice d'une activité savante non routinière, non répétitive - La nécessité d'une formation longue et solide pour être capable d'exercer une profession. *Mais c'est aussi la transmission par un acteur des valeurs traditionnelles de l'enseignement dans une société donnée ». 22 SUJETS – ACTEURS – FORMATEURS et AUTRES EDUCATEURS… *Un exemple concret : projets et équipes pédagogiques en EPS. Un corps de fonctionnaires qui centre son action sur la motricité humaine sous le regard de lautre. *Mettre ses compétences en commun pour un travail moins pénible. *Le cœur de nos actions cest comme le dit C. Pineau (1990) que « Lécole est un lieu de simulation où lerreur demeure réparable » ou comme le dit le philosophe Alain (1932) un lieu où on « lave lardoise ».

15 3 PERSPECTIVES ET PROSPECTIVES 31 le rapport au savoir *La notion de rapport au savoir commence à se répandre dans le champ des sciences humaines. Elle attire l'attention sur le savoir comme sens et plaisir et ouvre un espace de dialogue entre disciplines. Mais par - là même elle court le risque de devenir attrape-tout. *Bernard CHARLOT est professeur de sciences de l'éducation à l'Université Paris VIII Saint Denis; Il est l'un des «pères » de la notion, entreprend ici de lui donner statut de concept. Ce faisant, il bouscule quelques idées reçues sur «les causes » de l'échec scolaire et transgresse un tabou en avançant l'idée d'une sociologie du sujet. Prenant appui sur une réflexion anthropologique, il explore diverses «figures de l'apprendre » et propose plusieurs définitions du rapport au savoir. Ce livre repose sur un pari : rien n'est plus utile que la théorie, dès lors qu'elle parle du monde, en un langage accessible à tous. (Sources : CHARLOT B., BAUTIER E., ROCHEX J-Y., Ecole et savoir dans les banlieues... et ailleurs, A. Colin, 1992 et aussi Du rapport au savoir, Anthropos, 1997.) 32 Quelle école voulons-nous vraiment ? * Cest bien de cela dont il sagit dans un monde globalisé où léducation devient un marché ou les dérogations explosent...(querelles entre conflictualistes et externalistes, les savoirs traditionnels contre linnovation permanente, le faute des moyens, des professeurs, des parents,..., etc.) *Les plans dinnovations venant de la base, des acteurs du quotidien ne sont que peu suivis car sous pression politique. *Léchec scolaire nexiste pas cest toujours lhistoire dun sujet qui échoue pour lui et pour les autres avant tout...Nous sommes plusieurs dans ce cas pour témoigner !

16 4 CONCLUSION prise de conscience *Jean Piaget énonce pour les sciences de léducation une loi de « prise de conscience » selon laquelle nous prenons acte dautant plus tardivement dun fait (le fait éducatif des acteurs) en sociologie) que celui-ci nous est plus familier. *il faut impliquer les acteurs de terrain face aux experts et spécialistes, il faut être plus nombreux pour une dialectique des progrès à faire, en cela les SE peuvent nous aider. *En sociologie de léducation le passage est forcement interdisciplinaire car la pluralité des approches, des objets et des méthodes dominent ; il faut donc produire de la Reliance et du Sens pour tous les acteurs des mondes scolaires et universitaires. *Pour le sociologue de léducation le facteur local est pris en compte, on va voir lintérieur de cette mini société, à lintérieur des boîtes noires.(Cf : notre étude sur les parcours scolaires de jeunes sourds sur plus de 10 ans.) *La recherche en SE possède un double ancrage lun scientifique et lautre empirique en cela les SH partagent le même paradigme. Pour ancrer le cours de philosophie de léducation qui suivra celui-ci, les philosophes de léducation nous alertent face au tout scientifique dans ce champ par leurs approches des valeurs et de léthique qui sous tendent ces rapports sociaux et humains au cœur de linstitution. (Sources : Gaston Mialaret, Les sciences de léducation, PUF, Paris, 9e rééd 2002.) Citation Citation : « Savoir lire est tout.» (Sources : Émile Chartrier dit Alain, Propos, Gallimard, Paris 1960.)

17 BAUDELOT Christian et ESTABLET Roger, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1992, 243 pages. ** BOURDIEU Pierre et PASSERON Jean-Claude, Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Éd. de Minuit, 1966, 192 pages. ** CHARLOT B : Du rapport au savoir, Anthropos, Paris, DEFRANCE B., Les parents, les profs et l'école, Syros, Paris, DUBET François, Les Lycéens, Paris, Seuil, 1991, 313 pages. DURKHEIM Émile, L'Éducation morale, Paris, Presses universitaires de France, rééd. 1992, 256 pages ** DURU-BELLAT Marie et HENRIOT-VAN ZANTEN Agnès, Sociologie de l'école, Paris, A. Colin, 1992, 233 pages. LAHIRE Bernard, Culture écrite et inégalités scolaires : sociologie de l "`échec scolaire " à l'école primaire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1993, 310 pages. LAPASSADE Georges, Guerre et paix dans la classe : la déviance scolaire, Paris, A. Colin, 1993, 63 pages. ** MEIRIEU Ph, ENSEIGNER, SCÉNARIO POUR UN MÉTIER NOUVEAU, ESF, 1989,8e édition, PERRENOUD Philippe, Métier d'élève et sens du travail scolaire, Paris, ESF, 1994, 207 pages. ** ROCHEX Jean-Yves et BOUVEAU Patrick, Les ZEP entre école et société, Paris, Hachette, CNDP, 1996, 126 pages. VANISCOTTE F., Les écoles de l'Europe, 1996, INRP IUFM de Toulouse WOODS P., Ethnographie de lécole, A. Colin, 1990 BIBLIOGRAPHIE PLUS TRANSVERSALE. (Deux étoiles à lire **)


Télécharger ppt "Sociologie de léducation « LES ACTEURS DE LA MACHINE ECOLE.» « LES ACTEURS DE LA MACHINE ECOLE.» Zicola Michaël le 19 septembre 2008 L2 Sciences de lÉducation."

Présentations similaires


Annonces Google