La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

23 Février 2010 1 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "23 Février 2010 1 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier."— Transcription de la présentation:

1 23 Février CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier

2 Définition de lOMS (suite) : Soins ne visant PAS à la GUERISON. Soins visant à assurer une QUALITE DE VIE OPTIMALE pour le malade ET ses proches. LINAMI insiste en disant : « Le but principal des soins palliatifs est doffrir au malade et à sa famille la meilleure qualité de vie et la plus grande autonomie possibles. Dans ce sens, ils sont une confirmation de la vie, et la mort est considérée comme un processus normal…Ils visent dès lors à améliorer la qualité de la vie qui subsiste encore… » 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 2

3 Philosophie des soins palliatifs: La mort fait partie de la destinée de lêtre humain et, en ce sens, cest un processus normal de la vie. La vie doit être respectée même diminuée ou affaiblie. Le mourant est un être vivant jusquau bout, capable de désir et de saccomplir. « Il est porteur dune histoire qui lui appartient jusquà la dernière seconde. » Le patient est au centre dun nœud de relation entre ses proches et les soignants. La communication y est dune importance capitale. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 3

4 Les soins palliatifs saffrontent directement à la douleur et donc à la souffrance qui en découle, que ce soit au niveau physique, psychique ou spirituel! 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 4

5 A qui sadressent les soins palliatifs: Malades atteints de cancer. Malades atteints de SIDA. Malades atteints de maladies cardiovasculaires, pulmonaires, rénales ou hépatiques à un stade avancé. Malades atteints daffections neuro-dégénératives et de démence. Malades très âgés. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 5

6 Quand commencer les soins palliatifs? La médecine a de tous temps été convaincue que sa seule raison dêtre était de « guérir ». Lidée que quand « on ne peut plus rien faire », on peut encore administrer des soins utiles aux patients en réduisant au minimum les symptômes en fin de vie, est relativement récente. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 6

7 Les soins palliatifs doivent donc être mis en place de préférence dès que possible dans le processus de la maladie et pas seulement en phase terminale : ce sont donc des soins « continus ». Ils doivent faire partie des soins ordinaires de chaque patient ayant une affection mortelle. Ils peuvent être applicables en association avec dautres traitements pouvant prolonger la vie. Ce ne sont pas des soins terminaux destinés aux derniers jours de la vie. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 7

8 Souffrance Globale : La souffrance ressentie par le patient nest pas seulement le résultat dune douleur physique mais plutôt le résultat de celle-ci sur lensemble de son fonctionnement vital. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 8

9 La douleur physique est une douleur somatique liée à la maladie ou aux traitements. Elle est présente dans laltération de limage corporelle par la maladie elle-même (amaigrissement, fatigue…) ou par les conséquence de la maladie ou des traitements. Tout ce qui se fait machinalement lorsquon est en bonne santé, demande un effort (respirer, marcher…) 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 9

10 La douleur psychologique ressentie par le patient est la résultante de : Peurs devant la maladie. (Guérison? Mort? Modification?) Humiliation du corps mis à nu. Souffrance de la perte dautonomie, dindépendance, de pouvoir décisionnel. Souffrance de faire souffrir lentourage. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 10

11 La douleur sociale : La perte du rôle social. La perte de lemploi. La perte du rôle famillial. Langoisse de lexclusion. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 11

12 La douleur spirituelle : Apparaît dès que lon prend conscience de sa finitude. Qui suis-je? Quel est le sens de ma vie? Quel est le sens de ma souffrance? Quy a-t-il de lautre côté? 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 12

13 Lattitude des soignants : A souffrance globale, réponse multidisciplinaire. La réponse se fera par une compétence attentive de chaque soignant, alliant un savoir-faire à un savoir-être. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 13

14 Un savoir-faire : Une formation spécifique. Un contrôle optimal des symptômes. Les symptômes les plus fréquents en SP sont : La douleur, la fatigue, les nausées, la dépression, lanxiété, la somnolence, le manque dappétit, le manque de bien-être, la dyspnée. (Edmonton Symptom Assessment Scale ) 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 14

15 Les principes de base du contrôle des symptômes sont : - Lécoute. - Lanamnèse et lexamen clinique. - La réflexion éthique. - La connaissance des traitements palliatifs. - La voie orale le plus longtemps possible. - La réévaluation régulière. - La prévention. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 15

16 Un savoir-être : Lécoute pluridisciplinaire des patients et des familles. Cette écoute aspire à une réponse dans la communication, le dialogue et doit éviter le silence. Accompagner, soutenir le patient et sa famille dans lépreuve quils doivent traverser. Le respect du malade dans son intégralité. Lamour du patient. Il est important de montrer au patient quil est quelquun pour nous, que nous laimons, quil continue à faire partie de la communauté des hommes. 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 16

17 La Mort Est une Question Vitale. Dr Elisabeth Kübler-Ross 23 Février 2010 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier 17


Télécharger ppt "23 Février 2010 1 CPAS - Maison de Retraite Dr Dusollier."

Présentations similaires


Annonces Google