La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ECONOMIE DU CINEMA 3. I- LES GRANDES FONCTIONS DUN DISTRIBUTEUR 1) Faire en sorte que les films soient vus a) Faire en sorte que les films soient projetés.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ECONOMIE DU CINEMA 3. I- LES GRANDES FONCTIONS DUN DISTRIBUTEUR 1) Faire en sorte que les films soient vus a) Faire en sorte que les films soient projetés."— Transcription de la présentation:

1 ECONOMIE DU CINEMA 3

2 I- LES GRANDES FONCTIONS DUN DISTRIBUTEUR 1) Faire en sorte que les films soient vus a) Faire en sorte que les films soient projetés dans des salles de cinéma b) Décider de sa date de sortie c) La programmation des salles d) Faire connaître le film folle-carrie-vengeance

3 2) Une fonction financière a) Une fonction de collecte

4

5 b) Quelles sont les recettes distributeurs ?

6 Léquation permettant au distributeur dévaluer son risque est la suivante :

7 3) Les différents métiers inhérents à la distribution dun film a) Une multitude de métiers

8 Une société de distribution de film est composée de quatre équipes : Une équipe commerciale, dont la fonction est de placer les films dans les salles de cinéma Une équipe marketing, dont la fonction est mettre en place la communication autour des films Une équipe technique, dont la fonction est dassurer le tirage des copies, des films annonces, leur transport jusquaux salles de cinéma, et le cas échéant, le sous-titrage et le doublage Le département administration et finance.

9 b) Quel rôle jouent les équipes commerciales?

10

11 c) Comment est constitué un service marketing?

12 d) A quoi sert le service technique?

13 4) Quel distributeur pour quel film ? IL EXISTE DEUX SORTES DE SOCIÉTÉS DE DISTRIBUTION : Les sociétés appartenant à un groupe MARS FILMS (Canal+) SND (M6) TFM (TF1) PATHE DISTRIBUTION (Pathé) UGC DISTRIBUTION (UGC) GAUMONT COLUMBIA TRI STAR (Gaumont et Sony Pictures) FOX DISTRIBUTION (2Oth CENTURY FOX) BUENA VISTA iNTERNATIONAL (The Walt Disney Company) WARNER BROS (AOL TIME WARNER) PARAMOUNT (VIACOM)

14 Les sociétés indépendantes OCEAN FILMS DIAPHANA REZO FILMS PYRAMIDE LA FABRIQUE DE FILMS METROPOLITAN EUROPA CORP BAC FILMS PAN EUROPEENNE etc.

15 II- LES PRINCIPALES DONNEES CHIFFREES SUR LA DISTRIBUTION EN FRANCE

16 1) Lévolution du nombre de sorties a) Lévolution du nombre de films

17

18 b) Lévolution de nombre de « copies »

19 Le nombre de copies pour le lancement des films progresse de façon vertigineuse. Pour la première fois en 1993, un film, Jurassic Park, est distribué à plus de 500 copies, alors quen 2001 ils sont quarante. Les records se succèdent, tant par le nombre de copies que par le nombre de films qui sortent dans des combinaisons massives. En décembre 2002, on atteint copies avec Harry Potter et la chambre des secrets, qui saccapare plus de 60 % du marché pour sa semaine de sortie, alors que deux semaines plus tard Le Seigneur des anneaux Les deux tours sort sur 955 copies. Dans toutes les catégories, la hausse est forte, si bien quen 2011, 164 films sortent dans des combinaisons supérieures à 200 copies. Film le plus cher du cinéma français avec 78 millions deuros de budget, Astérix aux Jeux Olympiques est sorti en janvier 2008 sur 1078 copies France.

20 La stratégie de loffre saturante sétend, fragilisant plus encore les films qui ne peuvent prétendre à une telle débauche de moyens. À lautre bout du spectre, un film sur quatre sort sur moins de 10 copies, soit 4 copies par film en moyenne.

21 c) Une durée de présence en salles qui tend à se réduire

22 2) Un marché concentré a) Le constat

23

24 Le secteur de la distribution est marqué par un niveau élevé de concentration. La France compte une centaine de sociétés de distribution actives. Selon les années, les dix premiers distributeurs réalisent entre 70 et 90 % du chiffre daffaires du secteur : 89,5 % en 2001 et 73,5 % en La structure oligopolistique reste stable, mais le classement et les pondérations se modifient chaque année en fonction de la réussite relative de quelques films porteurs. En 2011, par exemple, Gaumont gagne neuf places, notamment grâce au grand succès du film intouchables a contrario, EuropaCorp qui était au cinquième rang en 2010 perd neuf places en raison dune chute de 60 % de ses entrées cumulées.

25 b) Une typologie des distributeurs

26 3) Lévolution des budgets publicitaires a) Le constat Le bilan global

27

28 La structure des dépenses publicitaires Ils se concentrent sur laffichage qui draine 29 % des dépenses (contre 49 %, en 2002) et sur lInternet qui a fortement progressé et fait maintenant jeu égal. La presse vient loin derrière avec 18 %. La publicité par bandes-annonces en salles a fortement progressé en 2011 et représente 17 % des dépenses publicitaires elle devance la radio qui reste à 7 %.

29 b) Le développement dune approche marketing Définition Le marketing est avant tout une méthode dapproche des marchés et de la commercialisation. Contrairement au schéma traditionnel qui va de loffre vers la demande, le marketing part du marché et de lanalyse des besoins pour remonter vers la définition du produit

30 On peut le définir comme un ensemble de techniques et de savoir-faire orienté vers la satisfaction des besoins et des désirs, par la création et léchange concurrentiel de produits et services, Il est couramment utilisé comme moyen dorienter et de contrôler les marchés, en maîtrisant la combinaison de quatre variables fondamentales : le produit, le prix, la distribution et la communication.

31 Des réussites… et des échecs


Télécharger ppt "ECONOMIE DU CINEMA 3. I- LES GRANDES FONCTIONS DUN DISTRIBUTEUR 1) Faire en sorte que les films soient vus a) Faire en sorte que les films soient projetés."

Présentations similaires


Annonces Google