La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La nosémose chez labeille domestique M.-P. Chauzat – Anses Sophia-Antipolis.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La nosémose chez labeille domestique M.-P. Chauzat – Anses Sophia-Antipolis."— Transcription de la présentation:

1 La nosémose chez labeille domestique M.-P. Chauzat – Anses Sophia-Antipolis

2 Réglementation En France est fait partie, pour N. apis, des MRC: Maladies Réputées Contagieuses Elle fait partie des maladies répertoriées par lOIE En Australie elle est considérée comme la maladie la plus sérieuse en terme de pertes économiques

3 Un peu dhistoire I er siècle après Jésus-Christ, Columelle dans De Rustica parle dune maladie qui sévissait au printemps et qui faisait mourir de nombreuses abeilles dans le sud de lItalie Début du XX ème siècle: « Isle de Wight disease » en Angleterre qui sera attribuée en suite à Acarapis woodi Nosema bombycis parasite le ver à soie, est à lorigine de la pébrine maladie qui a ravagé lindustrie de la soie entre 1850 et 1860

4 1909: le docteur Enoch Zander décrit le germe pour la première fois (protozoaire) Nosema apis Désormais il est classé chez les champignons. « Le tueur silencieux » Une maladie oubliée?

5 Description de lagent infectieux Nosema apis Zander Protozoaire actuellement classé chez les champignons Parasite intracellulaire obligatoire: son cycle se déroule dans la cellule de lhôte Se présente sous deux formes: la spore et la forme végétative

6 La spore Cest lagent infectieux : elle assure le passage dun hôte à lautre De forme ovoïde Longueur: ~ 6 µm Largeur: ~ 3 µm 1µm = 1 mm divisé par 1000 Grain de pollen Spores

7 La spore Enveloppe constituée de 3 couches: bonne protection contre les atteintes du milieu extérieur, dont la dessiccation. Grande résistance des spores. A lintérieur: – le cytoplasme – le germe amiboïde – le filament polaire de 400 à 600 µm de long

8 Germination de la spore Le filament polaire est enroulé dans la spore comme un ressort Illustration: Fries

9 Le système digestif dA. mellifera Photos: La question sanitaire, J.-P. Faucon Intestin moyen = ventricule Pro-ventricule = filtre Jabot

10 Libération de nouvelles spores Les parois de la cellule se rompent sous leffet de la pression des spores. Elle sont relâchées dans le ventricule et peuvent coloniser dautres cellules Photos: Stech and Held

11 Infection associée à la nosémose: la dysenteries –Diarrhées massives Nombre de spores produites par abeille –30 à 50 millions de spores par abeille –Maximum de 200 millions de spores si labeille ne peut pas voler et que les spores saccumulent dans le rectum des milliards de spores par colonie Dose moyenne infectieuse: 20 à 90 spores par abeille

12 Labeille Apis cerana Labeille asiatique ou labeille indienne Labeille la plus fréquente en Asie La seule abeille exploitée commercialement avec labeille domestique Apis mellifera Parasitée par N. ceranae Photo: Ross

13 Nosema apis Photos: Fries µm Nosema ceranae Photos: Higes et al Spores plus petites

14 Selon léquipe de M. Higes, la symptomatologie est différente: –Pas de diarrhées –Une production saisonnière de spores plus régulière –Des affaiblissements réguliers et insidieux

15 Nosema ceranae Effet sur la colonie : pas de diarrhées. Effondrement au bout de 2 ans. Photos: Higes et al., 2010 Mai 2005, asymptomatique Colonie naturellement infectée par N. ceranae Décembre 2006 Janvier 2007

16 Asympto matique Rempla- cement Fausse rémission Depopu- lation Photos: Higes et al., 2008

17 Epidémiologie La nosémose à N. apis est répartie sur lensemble du globe terrestre, partout où Apis mellifera est élevée. La répartition saisonnière est caractérisée par un pic du taux dinfestation au printemps, une baisse pendant lété et un autre pic moins important à lautomne

18 Les ouvrières Les abeilles naissantes ne sont pas porteuses de N. apis, même si elles sont issues de colonies malades Les cellules épithéliales du ventricule sont affectées Ventricule sain Ventricule malade Photos: Higes

19 Un ventricule gonflé N. apis entraîne une paralysie partielle des pattes et des ailes. Labeille tourne sur elle-même sans arriver à senvoler. Lintestin et le ventricule gonflé sont refoulés en avant de labdomen, vers le thorax. La capacité du jabot en est dautant diminuée.

20 Butineuse revenant au rucher Abeille confinée Illustration : Dade

21 Les ouvrières Désordre dans la digestion entraînant un déséquilibre dans le métabolisme des protéines: baisse du taux de protéines dans lhémolymphe, ainsi que des acides gras. Raccourcissement de la longévité jusquà 78%. Les abeilles âgées sont moins sensibles à linfection des spores que les abeilles jeunes

22 Les organes affectés Les glandes hypopharyngiennes régressent, leur fonction est altérée. Elles fonctionnent partiellement dans un premier temps, sécrétant de la gelée royale. Cest à ce moment là que les ouvrières peuvent contaminer la reine en la nourrissant. Puis, les glandes cessent de fonctionner. Les abeilles montrent donc un vieillissement physiologique prématuré.

23 Leur comportement est modifié: –elles deviennent des butineuses plus tôt. A ce stade, elles ne peuvent plus contaminer les reines adaptation des abeilles pour réduire le taux de transmission à lintérieur de la colonie? –elles deviennent gardiennes plus tôt également –les danses et le premier vol apparaissent plus tôt chez les abeilles infectées que chez les abeilles saines Vieillissement comportemental

24 Pathogénie N. apis ne devient nuisible que lorsque les conditions extérieures lui sont favorables –Conditions climatiques: Les hivers longs et humides Les périodes pluvieuses Les changements brusques de température (alternance de beau et de mauvais temps) –Les apports alimentaires influencés par le temps N. apis sensibilise les abeilles aux pesticides Des abeilles infectées artificiellement sont plus sensibles aux pesticides que des abeilles saines. Confinement dans la ruche

25 Mode de propagation Abeilles en contact avec les déjections infectées lors du nettoyage de la ruche Lors de la trophallaxie: échange de nourriture et dinformations Certains auteurs pensent que des spores peuvent saccumuler dans les glandes hypopharyngiennes et être données à des congénères par ce biais Photo: M Faucon

26 Mode de propagation Matériel apicole souillé Abeilles pillardes, la dérive Par les insectes parasites comme Galleria melonella Photo: JP Faucon

27 Symptômes sur la colonie Diminution de la production de miel Affaiblissement Diarrhées jaunes à brunes Photos: M et JP Faucon

28 Symptômes à la colonie Les abeilles se regroupent pour mourir, composant une forme de soleil: tête à tête, échangeant ou non de la nourriture. Augmentation du nombre de butineuses: la colonie meure avec de fortes provisions de miel et de pollen La grappe diminue jusquà deux cadres Depuis quelques années on voit des nosémoses sèches

29 Symptômes sur les abeilles Mortes devant la ruche. Attention: ne pas sous- estimer la mortalité au champs! Traînantes qui ne peuvent pas senvoler Abdomen gonflé Photos: M et JP Faucon

30 Symptomatologie en général Ils sont comparables à ceux engendrés par dautres maladies (ex: viroses) ce qui rend le diagnostic de terrain difficile Le diagnostic microscopique est nécessaire

31 Prophylaxie Prévenir lapparition de la maladie Eviter le passage de la nosémose chronique à la nosémose aiguë = surveiller ses colonies et appliquer les mesures prophylactiques défensives sévères = annuler les facteurs favorisants = éviter les perturbations des colonies

32 Lhivernage Il doit avoir lieu tôt Activer dès le début de lautomne la production de couvain = population dabeilles jeunes pour hiverner avec un corps gras bien développé Eviter les diarrhées et toutes les causes qui peuvent les produire Eviter lécrasement des abeilles lors des manipulations apicoles

33 Bonnes pratiques apicoles Assurer aux colonies des provisions suffisantes et de qualité, dépourvues de miel de miellat Le lieu de lhivernage doit être sec et ensoleillé Entretenir les ruchers

34 Conditions générales Elles sont applicables pour lutter contre la plupart des maladies Ne pas surexploiter les colonies Limiter la dérive et le pillage Eviter les nourrissements trop tardifs Veiller aux provisions de pollen Manipulations apicoles: prudence au printemps! –Pas de visites trop longues –Eviter la pause inadéquate de hausses –Erreurs dans la fabrication dessaims

35 Bonnes pratiques apicoles Eliminer les colonies faibles Posséder de jeunes reines vigoureuses et des colonies fortes Renouveler périodiquement les rayons Photo: JP Faucon

36 Désinfecter régulièrement le matériel Eviter que le point deau soit souillé par des déjections Eviter que les abeilles se noient dans les nourrisseurs Eviter la dysenterie Surveiller attentivement essaims et colonies achetées

37 Quels traitements? Fumidil? Actuellement interdit en Europe

38 Fumidil: réglementation Fumidil na pas de LMR (Limite Maximale de Résidus). La tolérance de résidus dans le miel de cet antibiotique est donc de zéro A la demande des organisations sanitaires apicoles, le Fumidil B ND fait lobjet détudes sur le plan européen en vue de légaliser son utilisation

39 Fumidil: son action La fumagiline provient du champignon Aspergillus fumigatus Il agit sur les formes de multiplication de N. apis, pas sur les spores. Lévolution de la maladie est stoppée, mais elle nest pas éradiquée. Il a une action dynamisante sur les colonies – due au renouvellement des abeilles?

40 Merci de votre attention


Télécharger ppt "La nosémose chez labeille domestique M.-P. Chauzat – Anses Sophia-Antipolis."

Présentations similaires


Annonces Google