La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Alexandra LAURENT Expert Service des produits de base Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Alexandra LAURENT Expert Service des produits de base Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)"— Transcription de la présentation:

1 Alexandra LAURENT Expert Service des produits de base Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)

2 Consolidation dans lindustrie Notamment vertical, dans le financement ou la transformation, Renforcement du rôle des chaînes de détaillants, puis horizontal dans le but de diversifier les sources de revenus et de réduire les risques Libéralisation des filières Les activités de commercialisation passent des mains de lEtat à celles du secteur privé, Les financements de lEtat (ou ceux des banques commerciales, mais garantis par lEtat) sont remplacés par des financements par des banques commerciales, dont les objectifs et les impératifs sont différents. Développement du transport en vrac à partir du milieu des années 1990 : Coûts de transport moins élevés à la tonne (-30$/tonne env. pour les expéditions par container et -50$/tonne pour les très larges expéditions en vrac), … Mais, quantités plus importantes (pour le cacao : expéditions entre 3000 et tonnes), Réduction du nombre dacteurs capables dacheter de telles quantités. INTRODUCTION

3 INTRODUCTION INTRODUCTION (2) Horizontale (diversification des cultures, marchés de niche, association dactivités) Horizontale (diversification des cultures, marchés de niche, association dactivités) But(s) recherché(s) : Diversification des types de récolte, étalement sur lannée, Stabilisation des revenus par la diversification des sources. Exemple 1 : Association de plusieurs cultures, diversification des cultures dexportation, Exemple 2 : Commerce équitable, biologiques ou autres segments de marché considérés comme « non traditionnels », Exemple 3 : combinaison de lactivité agricole avec, par exemple, une activité du secteur tertiaire (écotourisme).

4 INTRODUCTION INTRODUCTION (3) Verticale (transformation, notamment) Verticale (transformation, notamment) But recherché : Acquisition de nouvelles compétences et renforcement de la place de lentreprise dans son « métier », Sécurisation des approvisionnement ou des débouchés, Réduction des coûts de production, de distribution, de transaction, Gamme de services plus large et de meilleure qualité, Maîtrise dune technologie complémentaire. Exemple : Noix de cajou en Afrique de lOuest

5 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (1) Notamment : « gourmet »

6 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (2) AVANTAGES DES MARCHÉS TRADITIONNELS Taille du marché, Courbes dapprentissage et de coût courtes, Rendement d'échelle, Uniformisation des marchés.

7 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (2) INCONVÉNIENTS DES MARCHÉS TRADITIONNELS Pression forte sur les prix des produits de base (très forte volatilité, manque de prévisions), Biais commercial provoqué par l'intervention des autorités nationales des pays développés (phytosanitaires, tarifaires) dans certains secteurs, Détérioration tendancielle des prix réels des produits de base sur le long terme, Atomisation des producteurs Vs concentration du négoce, Faible pouvoir de négociation des producteurs.

8 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (3) AVANTAGES DES MARCHÉS DIFFÉRENCIÉS Possibilité de garantir un prix minimum aux organisations de producteurs et d'accorder des préfinancements, Prime à la qualité et à la transformation, Marchés des pays développés moins subventionnés moindre distorsion du marché international, Taux de croissance élevé de la demande (un des segments de marché les plus dynamiques) Effet positif sur les conditions sociales, environnementales, économiques, Souvent : meilleure information, transparence et concertation (notamment dans le cas du commerce équitable).

9 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (4) INCONVÉNIENTS DES MARCHÉS DIFFÉRENCIÉS Barrières à lentrée (quantitatives, qualitatives (manque dincitation - mélange des origines (prix non différencié), achat en vrac (prix du vrac), Taille restreinte du marché, Manque de définitions claires des différents segments de marchés, Multiplicité et complexité des normes et des exigences en matière de qualité (risque de barrière non tarifaire), Forte vulnérabilité de la production (commerce biologique), Courbes dapprentissage et de coût plus longues, notamment du fait de létape de certification.

10 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (5) LE SEGMENT DE MARCHÉ « BIOLOGIQUE » Taille du marché 27.8 milliards de dollars (en 2004, soit 3% environ du chiffre daffaires total du secteur de lagroalimentaire). Premiers pays consommateurs : les Etats-Unis et lUnion européenne (50% de la demande totale environ) Croissance très importante, mais aussi très variable dun produit et dune région à lautre. Les règles concernant lagriculture biologique Les règles concernant lagriculture biologique sont définies de manière précise (et ± restrictive) dans lUnion européenne, aux Etats-Unis et au Japon. Définition « Système d'exploitation biologique utilisant des pratiques culturales, visant à créer des écosystèmes propres à assurer une productivité durable et à lutter contre les plantes adventices, les organismes nuisibles et les maladies grâce à une diversité de formes de vie interdépendantes, au recyclage des résidus végétaux et animaux, à la sélection et à la rotation des cultures, à la gestion des eaux, au labourage et à la culture. » (Codex Alimentarius)

11 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (6) LE SEGMENT DE MARCHÉ « BIOLOGIQUE » - AVANTAGES Politique de diversification des sources de revenus pour les producteurs et, par conséquent, de meilleure répartition des risques, Capture de nouvelles parts dans un marché en pleine croissance, Prime sur les marchés, Excellent vecteur de réduction des coûts de production (pas dutilisation dengrais, de fertilisants chimiques ou dautres pesticides). Effet bénéfique sur lenvironnement (limitation de lérosion et de lappauvrissement des sols, notamment), Amélioration de la qualité des sols amélioration des rendements à long terme (bien que ceux-ci soient souvent plus faibles au départ).

12 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (7) LE SEGMENT DE MARCHÉ « BIOLOGIQUE » - INCONVÉNIENTS Coûts de certification et frais de mise en conformité élevés, Selon une étude rédigée par la CNUCED en janvier 2004, les frais de certification sélèveraient entre 10'000 et 25'000 dollars par an, par organisme demandeur et pour l'ensemble de ses produits à certifier. Problèmes de compatibilité entre les législations des pays exportateurs et importateurs. Dans une autre publication de 2004 rédigée conjointement par la CNUCED, la FAO et lIFOAM est évoqué lexemple du recours à leau chloré lors de la phase de conditionnement des fruits et des légumes qui était en vigueur dans la législation sud-africaine, mais interdit par un organisme certificateur et qui empêchait, de ce fait, lAfrique du Sud dexporter ces produits dans le pays concerné.

13 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (8) LE SEGMENT DE MARCHÉ « BIOLOGIQUE » - INCONVÉNIENTS La prime "bio" nest pas toujours suffisamment importante pour permettre à lagriculteur, de pouvoir : Faire face aux coûts engendrés par lajustement à ce nouveau système de production, Lui offrir un prix rémunérateur. Information insuffisante ou trop complexe mise à la disposition des producteurs dans les pays en développement concernant les normes en vigueur à limportation de produits biologiques dans les pays développés (principaux consommateurs), Période de conversion longue pour que les produits soient certifiés biologiques (3 ans avant la 1ère récolte pour les plantes pérennes, 2 ans avant lensemencement pour les plantes non pérennes).

14 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (9) LE SEGMENT DE MARCHÉ « EQUITABLE » Organisation de la filière Il existe deux typologies du commerce équitable : la filière intégrée, la filière labellisée. En principe, les deux systèmes coexistent à lintérieur dun même pays. Malgré la très forte progression des ventes dans ce segment de marché, la part de léquitable demeure faible dans chaque secteur spécifique. Selon les sources, le café équitable ne représenterait que 1-3% des ventes totales de café dans le monde. Définition « Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect dans le but de parvenir à une plus grande équité dans le commerce international. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions d'échanges et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs salariés, en particulier ceux du Sud. » (Consensus FINE, 2000)

15 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (10) LE SEGMENT DE MARCHÉ « EQUITABLE » (2) FILIERE INTÉGRÉE FILIERE LABELLISÉE Spécialisation Vs Complémentarité Chaque intervenant est spécialisé dans le commerce équitable Concerne essentiellement des entreprises de type conventionnel qui souhaitent diversifier leurs activités par le biais d'un nouveau segment de marché. Principe Engagement volontaire Repose sur la confiance. Contrat. Certification par une tierce partie. Cahier des charges précis Produits commercialisés Gamme très large (produits alimentaires, textile, artisanat) Transformation locale encouragée pour les produits alimentaires et complète pour les produits non alimentaires. Coûts de certification élevés produits de grande consommation, Processus de transformation le plus court possible. Promotion Peu de moyens financiers (repose essentiellement sur le bouche à oreille + démarche volontaire des consommateurs). Large éventail des supports médiatiques utilisés (affichage, presse écrite, télévision, radio, etc.) Distribution Principalement : magasins spécialisés, VPC, électronique. Grande distribution essentiellement.

16 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (11) LE SEGMENT DE MARCHÉ « EQUITABLE » (3) critères sociaux, environnementaux et économiques. Pour être certifiée par FLO, une organisation de producteurs doit remplir un certain nombre de critères sociaux, environnementaux et économiques. le commerce de produits spécifiques sous lappellation « commerce équitable » FLO définit, en outre, un certain nombre de règles à suivre pour le commerce de produits spécifiques sous lappellation « commerce équitable » Volonté détablir des relations stables, durables dans le temps et équilibrées, Facilité de crédit accordée aux producteurs, Prix minimum garanti (FLO ou prix du marché si supérieur à celui défini par FLO), Cacao : 1600$/tonne FAB, Café (en US cents/livre FAB) : 121 (arabica lavé), 115 (arabica non lavé), 105 (robusta lavé), 101 (robusta non lavé) – Prix pour lorigine Afrique Prime « commerce équitable » (cacao : 150$/tonne, café : 5$/tonne), Prime éventuelle « commerce biologique » (cacao : 200$/tonne, café : 15$/tonne) FLO chapeaute 20 initiatives nationales principalement en Europe et en Amérique du Nord. Elle regroupe environ 550 organisations de producteurs répartis dans plus de 50 pays. Producteurs / financiers : pour mieux se comprendre

17 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (12) LE SEGMENT DE MARCHÉ « EQUITABLE » (4) – LA FILIÈRE SUISSE * Caritas Filière labellisée Filière intégrée Claro FairTrade AG (11.8m en 2005) Caritas Fairness (2.2m en 2005) Autres Claro - Suisse italienne Franchise 140 boutiques 40 boutiques réunies au sein de lAssociation romande des MDM depuis Magasins du CE Actionnariat : Claro Weltläden, organisations religieuses, ONG, opérateurs privés Autres Grande distribution COOP * Caritas Suisse 2500 Supermarchés, Parts des produits labellisés dans la grande distribution : -Thé, café, riz : 5-6% -Sucre : 10% -Miel : 14% -Fleurs : 28% -Bananes : 47% Importateurs / distributeurs CA : 136m en 2005 Max Havelaar (1992) Accord dune licence 60 OP dans 30 pays en développement Fortement spécialisé dans lartisanat Création : 1997 Alimentaire (86%), Artisanat et bio-cosmétiques. 3 MDM (UNICA) à Lucerne, Zurich et Bâle Zur Kalebasse, Gebana, Helvetas, TerrEspoir Financement uniquement sur revenus tirés des licences Migros Claro - Suisse romandeClaro - Weltläden La Suisse : premier marché en terme de consommation par habitant

18 DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels DIVERSIFICATION Les segments de marché non traditionnels (13) LES NORMES PRIVÉES Première norme privée : 1967 Prolifération des normes dites privées Aujourdhui : principales normes dans le domaine : EUREP-GAP (Euro-Retailer Produce Working Group). Elles servent de référence pour un grand nombre de chaînes de détaillants et constituent souvent la condition sine qua non pour travailler avec elles. Critères requis par les normes privées sont parfois moins contraignant, mais pas de garantie de prime aux producteurs, Spécificité et création dun lien de dépendance producteur/acheteur et donc de fragilité, Mise en conformité coûteuse, Mauvaise réputation et certains abus => Impact négatif sur toute la filière des produits étiquetés "durables". Mais,

19 Pour de plus amples informations, contacter : Alexandra LAURENT


Télécharger ppt "Alexandra LAURENT Expert Service des produits de base Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)"

Présentations similaires


Annonces Google