La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Gaspillage alimentaire et pertes d'aliments : un GROS problème dans le secteur horticole en Afrique Dr Stephen Mbithi CEO: FPEAK- Fresh Produce Exporters.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Gaspillage alimentaire et pertes d'aliments : un GROS problème dans le secteur horticole en Afrique Dr Stephen Mbithi CEO: FPEAK- Fresh Produce Exporters."— Transcription de la présentation:

1 Gaspillage alimentaire et pertes d'aliments : un GROS problème dans le secteur horticole en Afrique Dr Stephen Mbithi CEO: FPEAK- Fresh Produce Exporters Association of Kenya Coordinating CEO: HCA- Horticulture Council of Africa CTA – Briefing de Bruxelles sur le gaspillage alimentaire et les pertes d'aliments – 26 juin 2012

2 Gaspillage alimentaire et pertes d'aliments : un GROS problème pour les produits frais Le gaspillage et l'insécurité alimentaires…ne vont que rarement ensemble – Donc...nous sommes d'accord pour dire que pour les produits frais en Afrique, il s'agit plus de pertes d'aliments (involontaire) que de gaspillage alimentaire (volontaire) En Afrique rurale, l'achat de produits frais est rationné en petites portions en raison des défis liés à la sécurité alimentaire et du manque de systèmes de réfrigération. Gaspillage de produits frais dans les pays développés – Un problème pour l'Afrique : Intégré dans le mécanisme de prix des supermarchés... menant à des faibles prix pour l'agriculteur Un gaspillage moindre serait bénéfique pour les agriculteurs- des prix à la hausse, moins de terres cultivées, moins de ressources utilisées

3 Pertes de produits frais : 3 scénarios Quelques chiffres : Produits frais au Kenya : – Volumes- Production : – Domestique – 3.8 Mio MT- environ 25% de pertes – Exportation : 430,000MT (2011) – environ 5% de pertes Le scénario tomates/légumes à feuilles – Savoureux/périssables et commercialisés au niveau national Limité à un rayon de commercialisation de 50 à 100km – Infrastructure médiocre, manque de systèmes de conservation froide – Perte post-récolte (40-50) la plus importante avant de parvenir au consommateur. Solutions : Infrastructure et efficacité de marché

4 Le haricot : légume orienté vers l'exportation Systèmes organisés de production, de transport et de calibrage Rejets d'exportation –environ 25% – Facile à mettre en vrac, à vendre sur les marchés alternatifs ou à utiliser, en ce compris l'alimentation pour bétail. L'exportation du secteur horticole soutient la production laitière urbaine dynamique aux alentours de Nairobi, Kenya Pertes réelles limitées – moins de 10% Réflexions en matière de politique Impact de l'efficacité de marché combinée avec la consolidation de la logistique sur les pertes alimentaires Développement délibéré de marchés alternatifs pour les produits orientés vers l'exportation

5 L'oignon - produit longue conservation Cultivé et commercialisé surtout au niveau local Pertes limitées – moins de 5% – Raison principale- produit longue conservation, sans besoin de réfrigération pour les ménages ruraux – Commercialisé à de plus longues distances que bon nombre de produits frais Réflexions en matière de politique : Accentuer davantage la production de produits longue conservation au sein des populations rurales isolées et à faibles ressources ? Commerce planifié ?

6 La mangue… les beaux jours après les pertes Les mangues qui pourrissent sous les arbres au Kenya disparaissent…. – Demande élevée des transformateurs Impact de la création de valeur pour des produits longue conservation Par le passé.. Quelques 30% de la production de 600,000MT ont été perdus – En 2011, les estimations sont de 10% de pertes post-récolte – Demande élevée en jus de mangue sur le marché national.. encourageant les importations Réflexions en matière de politique : – Le rôle DURABLE de la création de valeur/technologie sur les pertes post- récolte

7 Conclusion… Les produits frais…. – Faut-il augmenter leur prix pour endiguer le gaspillage alimentaire ? Le consommateur..? Des prix pénalisants pour les ventes de certains agriculteurs ? – Définir/limiter la production ou les distances/régions de commerce pour les denrées hautement périssables – Trouver des alternatives à l'exportation de produits frais ? Diviser les volumes – Transformation…ajout de valeur ? Et perdre le frais ? Merci Dr Stephen Mbithi ou


Télécharger ppt "Gaspillage alimentaire et pertes d'aliments : un GROS problème dans le secteur horticole en Afrique Dr Stephen Mbithi CEO: FPEAK- Fresh Produce Exporters."

Présentations similaires


Annonces Google