La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Cicéron, Sénèque, Montaigne Sagesses stoïcienne et épicurienne 3. Questions / Discussion 4. En guise.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Cicéron, Sénèque, Montaigne Sagesses stoïcienne et épicurienne 3. Questions / Discussion 4. En guise."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Cicéron, Sénèque, Montaigne Sagesses stoïcienne et épicurienne 3. Questions / Discussion 4. En guise de conclusion Sondage : Nouvelle formule versus ancienne ? Choix du sujet de la conférence dA.Comte-Sponville (4/04/08) Choix des sujets du 1er trimestre 2008 Réunion préparée avec Mireille Keller, Josette Delaporte et Michel Rumeau

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Substantif de vieil (masc), vieille (fem) issus du latin vètùlus diminutif familier de vetus, veclus : vieux. Vieillesse (vieillece), comme vieillard (vieillart) sont des mots datant du XIIe s. Vétusté et vétuste issus de vetustas sont de même racine. Définitions : Définitions : Petit Robert : Petit Robert : Dernière période de la vie normale qui succède à la maturité, caractérisée par un affaiblissement global des fonctions physiologiques et des facultés mentales et par des modifications atrophiques des tissus et des organes. Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville(extrait) Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville (extrait) : Le vieillissement est lusure dun vivant, laquelle diminue ses performances (sa puissance dexister, de penser, dagir…) et le rapproche de la mort / Que ce soit physiquement ou intellectuellement, la plupart sont moins performants à quarante ans quà vingt, à soixante quà quarante,….. Cest une espèce dentropie (*) à la première personne : dans un organisme vivant, passé le cap de la maturité, le désordre et la fatigue tendent vers un maximum. Le vieillissement est cette tendance ; la vieillesse son résultat. Ce nest pas grâce à la vieillesse quon progresse ; cest malgré elle et contre elle bien souvent. (*) Le second principe de la thermodynamique stipule que lentropie (le désordre) dun système clos ne peut que croître.

3 Notions / Concepts Notions / Concepts 1.La vieillesse vue par 3 philosophes : Savoir vieillir fut écrit en Cicéron a 61 ans, il vient de perdre sa fille Tullia. Retiré de la vie politique il se voue aux études désintéressées et publie de nombreux livres qui introduisent la philosophie grecque (stoïcienne essentiellement) à Rome. Cicéron ( avant JC) : Savoir vieillir fut écrit en Cicéron a 61 ans, il vient de perdre sa fille Tullia. Retiré de la vie politique il se voue aux études désintéressées et publie de nombreux livres qui introduisent la philosophie grecque (stoïcienne essentiellement) à Rome. Retenez que nous sommes sages si nous suivons la nature... Extrait « Tous ceux qui ne puisent pas en eux les ressources nécessaires pour vivre dans le bonheur, trouveront exécrables tous les âges de la vie. Mais quiconque sait tirer de lui-même l'essentiel ne saurait juger mauvaises les nécessités de la nature. Et la vieillesse assurément en fait partie.... Retenez que nous sommes sages si nous suivons la nature... c'est le meilleur des guides. Il ne serait d'ailleurs pas vraisemblable qu'ayant si bien agencé les autres périodes de la vie, elle ait bâclé le dernier acte comme l'aurait fait un poète sans talent. Il fallait seulement qu'il y ait une fin... A tout cela, le sage doit consentir paisiblement. » : Précepteur de Néron qui le condamna à mort. Diderot, le fondateur de l'encyclopédie au XVIIIe siècle, la appelé « le précepteur du genre humain ». Sénèque (4-65) : Précepteur de Néron qui le condamna à mort. Diderot, le fondateur de l'encyclopédie au XVIIIe siècle, la appelé « le précepteur du genre humain ». Mon âme est pleine de vigueur, et ravie de n'avoir presque plus rien de commun avec le corps; Extrait de lettre à Lucilius : « Ce n'est plus au nombre de mes années, à un corps usé comme le mien, que convient le nom de vieillesse; il désigne l'affaiblissement de l'être, et non sa dissolution. Rangez-moi, je vous prie, parmi les décrépits et les agonisants. Et pourtant, je m'en félicite auprès de vous, les injures du temps ne se font pas sentir en moi à l'âme comme au corps; je n'ai de vieilli que les vices et leurs organes. Mon âme est pleine de vigueur, et ravie de n'avoir presque plus rien de commun avec le corps; elle se sent en partie délivrée de son fardeau; elle triomphe, elle me donne un démenti sur ma vieillesse; c'est pour elle la fleur de l'âge. Il faut bien l'en croire : laissons-la jouir de son bonheur. » : Dans la vieillesse, les plaisirs du corps conservent leur place Montaigne aimait trop la vie pour louer la vieillesse. Il se contente de la positiver. Montaigne ( ) : Dans la vieillesse, les plaisirs du corps conservent leur place. Les avantages que constituent : loisiveté (les loisirs), la liberté, la cessation de ce quil appelle « lembesognement » qui est le fait de la jeunesse, sont appréciés. Montaigne aimait trop la vie pour louer la vieillesse. Il se contente de la positiver. Il faut savoir goûter le présent comme il est, non lanéantir par des projets insensés. La raréfaction des moments de santé va de pair avec une appréciation et une véritable jouissance de ces moments.... « Le corps a une grande part à notre être, il y tient un grand rang […]. Ceux qui veulent déprendre nos deux pièces principales ( le corps et lesprit) et les séquestrer lune de lautre, ils ont tort. » La vieillesse est un remède contre lhypertrophie de lesprit, hypertrophie qui peut mener, selon Montaigne, à un véritable ressentiment contre le corps, voire même à la folie paranoïaque. Au vieillard et à lui seul il est donné de vivre un rapport équilibré au corps : « Il faut ordonner à lâme non de se tirer à quartier, de sentretenir à part, de mépriser et dabandonner le corps..., mais de se rallier à lui, de lembrasser, le chérir, le contrôler, le conseiller et ramener quand il se fourvoie, lépouser en somme et lui servir de mari ». La vieillesse est ainsi lâge où nous vivons lintégralité de notre condition dhomme, et non seulement une partie tronquée de cette condition.

4 Notions / Concepts (suite) Notions / Concepts (suite) 2.Stoïcisme et épicurisme : 2.Stoïcisme et épicurisme : deux sagesses qui sopposent ou se complètent ? : Stoïcisme : Seul le présent existe. Il ny a donc rien à espérer : il sagit de vouloir, pour ce qui dépend de nous et de supporter, pour tout ce qui nen dépend pas. Tout ce qui ne dépend pas de nous est moralement indifférent ; seul ce qui en dépend peut être bien ou mal. Seule la vertu vaut donc absolument. Cest elle, non le plaisir, qui fait le bonheur. « Mais la raison stoïcienne ne se contente pas dexpliquer, elle juge, elle commande. Cest quelle est Dieu, ou ce quil y a de divin en tout. De là cette piété stoïcienne, qui est un fatalisme mais libérateur, et un panthéisme (doctrine de ceux qui identifient Dieu à la nature), mais à visée humaniste. » dit C-S Epicurisme : Le plaisir est le seul bien. Il culmine dans les plaisirs de lesprit que sont la philosophie, la sagesse et lamitié. Pas dautre vie que celle-ci. Pas dautre récompense que le plaisir de bien vivre. Dans son principe, le chemin est simple, il suppose que nous renoncions aux désirs vains, ceux qui ne peuvent être rassasiés (gloire, pouvoir, richesse...), pour nous consacrer aux désirs naturels et nécessaires qui sont bornés et faciles à satisfaire. « Cest la sagesse, la plus simple et la plus difficile : lart de jouir (plaisir du corps) ou de se réjouir (plaisir de lâme) sereinement » dit C-S 3.Cicéron, Sénèque et Montaigne : Stoïciens ou épicuriens ? Cicéron : Même sil considère en bon stoïcien que lesprit, une fois libéré par la vieillesse des obligations de la volupté, de lambition, des rivalités et des passions de toutes sortes, peut enfin vivre avec soi-même, Cicéron nen dédaigne pas pour autant le charme de cultiver son jardin ou celui des jeux. Aussi peut-on penser que son stoïcisme est teinté dépicurisme. Sénèque : Cest par la transcendance marquée que lesprit acquiert sur le corps, jusquà sen séparer, que Sénèque, paraît en revanche clairement ressortir du stoïcisme le plus pur, notamment par sa dimension mystique. Montaigne : Aimait trop la vie et la vérité pour ne dire que du bien de la vieillesse. Il se contente de laccepter sereinement. Contrairement à Cicéron et Sénèque, il voit dans la vieillesse un recentrage sur le corps et un remède contre lhypertrophie de lesprit. Aussi peut-on penser que si sa sagesse procède à la fois de lépicurisme et du stoïcisme, elle ne saurait sy confondre, puisque cest précisément lincapacité de lhomme à produire une seule vérité que Montaigne (fondamentalement antidogmatique) dénonce.

5 QUESTIONS 1.Quand est-on vieux ? 2.La vieillesse na-t-elle pas quelques avantages ? 3.Quest-ce qui peut rendre la vieillesse tragique ? 4.Nest-il pas nécessaire dêtre sage pour bien vivre sa vieillesse ?

6 1. Quand est-on vieux ? 1.Quelques pistes de réflexion avant débat: En 1932, le Démographe George Mauco, désignait comme "vieillard" toute personne âgée de plus de 50 ans. Aujourd'hui, on parle de vieillesse à propos des plus de 65 ans, et cela risque encore de reculer ! Quel que soit lage quon ait, on est toujours un vieux pour un plus jeune et un jeune pour un plus vieux.... Mon vieux chantait Daniel Guichard en 1974 à propos de son père... Il navait alors que 26 ans et il parlait de ses 15 ans... Donc dun père dun age entre 40 et 50 ans ! Avant la tronçonneuse, à 30 ans un bûcheron était vieux ! Après 30 ans, et souvent bien avant, tous les sportifs de haut niveau sont vieux ! Cela ne témoigne-t-il pas de la nature relative de la vieillesse ? La grande variabilité pour un age donné des performances physiques ou intellectuelles dun individu à lautre, nempêche-t-il pas de définir de façon objective à partir de quand on est vieux ? Croissance / décroissance. Progression / régression : Physiques /physiologiques et/ou intellectuelles / spirituelles ? La vieillesse se mesure-t-elle en termes de performances / daptitudes ? Au fil du temps, tout décroît-il ? De la même façon ? Aussi rapidement ? Inaptitude et/ou manque de désir ? Lexpérience, la connaissance, le savoir... dont lévolution paraît sinscrire dans un processus cumulatif au fil du temps, ne peuvent-ils compenser, la décroissance physiologique qui paraît inéluctable dès 20 ans et souvent bien avant ? Lesprit au secours de la matière ? Dans quelles limites ? Jusquoù ? 2.Principales idées du débat et tentative de synthèse : On est vieux, quand on na plus : De projets De centres dintérêt Envie de vivre De désirs Ou quand, on se sent : Vieux Inutile Sage Ou quand : On naime plus On se laisse aller Le corps nobéit plus à lesprit Déclin avec lage, certes, pour tous, mais trop de variabilité dun individu à lautre, tant en terme daptitudes physiques quintellectuelles à un age donné fait quil paraît difficile, voire impossible, de définir normativement quand on est vieux. Individuellement, la subjectivité paraît lemporter sur lobjectivité: cest le sentiment quon a de soi qui fait loi. Cest peut-être quand lesprit (toujours conscient) sent que le corps (y compris le cerveau) ne lui obéit plus ou se dérobe et/ou que le désir décline ou séteint. Corps ou esprit : lequel décline ou séteint dabord ?

7 2. La vieillesse na-t-elle pas quelques avantages ? 1.Quelques pistes de réflexion avant débat: Dans la vie active, les plus âgés ne tiennent-ils pas souvent les postes de pouvoir et de responsabilité, ceux qui rapportent le plus dargent ? Si la vieillesse écarte du pouvoir et des responsabilités (retraite), ne présente-t-elle pas aussi lavantage den libérer des obligations et des contraintes (de lembesognement comme dit Montaigne) ? Faire ce que lon veut, libéré des contraintes du travail, nest-il pas un atout que lon peut rattacher à la vieillesse. Avoir tout le temps de philosopher, de rêver, de voyager, de cultiver son jardin..., dagir bénévolement, ne sont-ils pas des plaisirs réservés à la vieillesse ? Voir grandir ses petits enfants, sépanouir en maturité ses enfants, en devenir complice, nest-il pas aussi un avantage de la vieillesse ? Et puis, sentir frémir en soi, de plus en plus fort, comme un détachement (une absence de peur de manquer ou de besoin de gagner) nest-il pas une libération que la vieillesse peut apporter ? 2.Principales idées du débat et tentative de synthèse : Si la libération des obligations et contraintes du travail est un avantage, il nest pas strictement consécutif à la vieillesse mais à la possibilité de vivre sans travailler. A cet égard, les « riches » nont, en principe, jamais besoin de travailler, même pas avant lage de la retraite, alors que certains « vieux » doivent parfois continuer. En pratique pourtant, dans la majorité des cas, cet avantage est réservé à la vieillesse retraitée. Lexpérience est un atout de la vieillesse. Cest souvent aux anciens quon demande conseil : cest dautant plus utile, quen plus, ça leur réchauffe le cœur. Le bénévolat est souvent réservé à la vieillesse. Travailler sans gagner dargent, ce nest plus travailler, cest donner. Ce nest plus le porte monnaie qui senrichit mais le cœur ! Mais le bénévolat cest aussi de lanti- solitude et de lanti-sentiment dinutilité... On a plus de temps pour soi, ce qui est dautant plus utile quon fait moins vite. Moins vite, cest peut-être aussi pouvoir faire mieux. Paradoxalement pourtant, on a moins de temps devant soi.... ! Si nous étions immortels, quel sens aurait la vie ? Probablement aucun. Cest parce quelle est précaire que la vie est la fois si précieuse et bouleversante. A cet égard, la vieillesse peut être considérée comme la période de la vie où lon peut vivre intensément la réalité de notre précarité. Moins de temps devant soi et pourtant plus pour soi ! Le bénévolat peut se substituer à « lembesognement » du travail : La liberté y gagne, le porte monnaie pas, mais ça réchauffe au moins le cœur ! Amour ? Peut-être; au moins un peu ! Anti-solitude et anti-inutilité ?; sûrement ! Cest aussi la période de la vie où lon est amené à vivre pleinement la réalité de notre précarité, à la fois si riche et bouleversante.

8 3. Quest-ce qui peut rendre la vieillesse tragique ? 1.Quelques pistes de réflexion avant débat: On peut analyser la tragédie à partir des 4 reproches à la vieillesse de Cicéron : Elle nous écarterait de la vie active : Nest-ce pas la tragédie des accrocs du boulot. Du travail ? Ou bien : du pouvoir, de lambition, de la notoriété, de largent ? Elle affaiblirait notre corps : Nest-ce pas la tragédie des accros des performances physiques, intellectuelles ou esthétiques ? Des séducteurs ? Elle nous priverait des meilleurs plaisirs : Nest-ce pas la tragédie des accros de la volupté : sexuelle, gustative, du pouvoir, de lambition, de la notoriété, du luxe, de largent... ? Au fond des passionnés de toutes sortes ? Elle nous rapprocherait de la mort : Nest-ce pas la tragédie de ceux que la mort effraie et pas seulement des vieux ? Peur de ne plus éprouver les plaisirs de la vie ? Peur de linconnu ? Peur de nêtre plus rien ou peur de rien ? Peur de quoi au fond ? Dans quelle mesure, la régression (perte des capacités physiques et intellectuelles, lincapacité à créer, à avoir des idées et à les réaliser ou même simplement à les communiquer) peut-elle être tragique ? Dune façon générale, nest-ce pas dans linadéquation besoins (intellectuel / de lesprit) - moyens (physiques /de la matière) que se localise la tragédie ? 2.Principales idées du débat et tentative de synthèse : Le sentiment davoir tout raté. Il est souligné que lambition prédispose à ce sentiment. Le sentiment de nêtre pas aimé et pire peut-être de nêtre plus aimable. La maladie : souffrance et incurabilité; si elles ne sont pas lapanage des maladies de la vieillesse, souvent elles sy concentrent. La solitude : si elle nest pas lapanage de la vieillesse, on peut malgré tout constater quelle est dans lair du temps par suite du déclin de la solidarité intrafamiliale à légard des personnes âgées Linadéquation entre désir de faire et moyens physiques ou intellectuels de faire ce que lon veut Ce serait davantage, la souffrance physique liée à la maladie que la peur de la mort qui tramerait la tragédie de la vieillesse. Plus celle du corps que de lesprit ? Pour lesprit, cest dans le manque que paraît sinscrire la tragédie de la vieillesse : Manque damour de la part dautrui, plus particulièrement des proches Manque de compagnie (solitude) Frustration entre désir et moyens physiques ou intellectuels de les satisfaire Est-ce, le désir (manque et espérance, selon Platon) qui, avec la vieillesse, pourrait conduire à des sommets de frustration ?

9 4. Nest-il pas nécessaire dêtre sage pour bien vivre sa vieillesse ? 1.Quelques pistes de réflexion avant débat: « Le sage est sans maître, mais aussi sans maîtrise, sinon sur soi, sans Eglise, sans appartenance,sans attaches, sans attachements (ce quil aime, il ne le possède pas, ni nen est possédé). Même son bonheur ne lui appartient pas : ce nest quune joie dans le grand vent du monde. Il est dépris de lui-même et de tout. Cest pourquoi peut-être il est heureux : parce quil na plus besoin de lêtre » Dit Comte-Sponville Que ressentirait un sage confronté aux 4 reproches à la vieillesse de Cicéron : La mise à lécart de la vie active ? Laffaiblissement du corps ? La privation des meilleurs plaisirs ? Le rapprochement de la mort ? Quand tout régresse, la sagesse nest-elle pas ce qui peut encore progresser ? 2.Principales idées du débat et tentative de synthèse : Plus de désir, plus despérance, donc plus de manque ! Si, la sagesse est là, cest effectivement un remède contre la frustration qui peut être utile à la vieillesse ! Mais nest-ce pas aussi alors un antidote puissant à légard des plaisirs de la vie ? Sans attache, détaché de tout ! Certes, si on est sans attache, si on ne dépend plus de rien; on ne craint plus rien ! Mais comment alors peut-on continuer à aimer la vie, si on renonce à tout ? Le sage serait-il un ramollo de la vie qui ainsi serait mieux à même de mieux supporter la vieillesse et daccepter la mort ? Si, comme le pensait Platon, le désir est manque et espérance, on peut effectivement penser que le sage qui nattend plus rien ici bas est un ramollo de la vie à laquelle il renonce. Si, en revanche, comme le pensait Spinoza, le désir nest pas manque mais « capacité de jouir de ce qui est là, de ce qui se donne ». Le sage est celui qui parvient à vivre le bonheur de façon désespérée, non pas tristement, mais sans espoir. Pour lui le désir est vécu comme un plaisir et non comme un manque. Cest toute la différence ! « Désirer ce qui est, cest aimer. Désirer ce qui nest pas, cest espérer. » dit Comte-Sponville Continuer à aimer la vie sans rien en espérer, nest-ce pas tout particulièrement vrai pour bien (ou pour le moins, mieux) vivre sa vieillesse ?

10 On est plus ou moins doué pour la vie, plus ou moins sage; ceux qui le sont moins ont donc besoin, jen sais quelque chose, de philosopher davantage. Mais nul nest sage absolument, ni tout entier: tous ont besoin de philosopher, ne serait-ce que pour se déprendre de la philosophie elle-même » André Comte-Sponville (dictionnaire philo extrait de « Sagesse ») Nest-ce pas un bon vade-mecum pour bien ou mieux vivre sa vieillesse ?

11 Choix du sujet de la conférence dAndré Comte-Sponville Vendredi 4 avril 2008 à 18h30 à la Maison des Savoirs 1)L'amour ; 1)L'amour ; (0 voix pour)* 2)Mondialisation et civilisations : quelles valeurs pour le XXIe siècle ? 2)Mondialisation et civilisations : quelles valeurs pour le XXIe siècle ? (36 voix pour)* 3)Qu'est-ce qu'une spiritualité sans Dieu ? 3)Qu'est-ce qu'une spiritualité sans Dieu ? (10 voix pour)* (à propos de son livre "L'esprit de l'athéisme") 4)Famille, enfance : quelles valeurs transmettre ? 4)Famille, enfance : quelles valeurs transmettre ? (2 voix pour)* (*) Résultat du vote du 13/11/07

12 Chaos Pardon Agressivité Humour ? Imagination Bonheur Dialogue Choix des sujets du 1er trimestre 2008 : 8 janvier : Pouvoir * 8 janvier : Pouvoir * 12 février : Civilisations * 12 février : Civilisations * 11 mars : Valeurs * 11 mars : Valeurs * (*) Résultat de la délibération Mort Amour Peur Moi Sagesse; Destin; Vérité; Liberté; Conscience; Énergie; Temps; Création; Passion Jeu Fête Morale Féminin/Masculin Féminin/Masculin Lucidité Authenticité Courage HasardVieillesse Tolérance PouvoirJusticeValeursEgalitéCivilisations

13 Mardi 11 décembre à 18h30: « Tolérance » Toutes les informations et documents sont disponibles sur : Prochaine réunion


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Cicéron, Sénèque, Montaigne Sagesses stoïcienne et épicurienne 3. Questions / Discussion 4. En guise."

Présentations similaires


Annonces Google