La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ROYAUME DU MAROC REGION GHARB CHRARDA BNI HSEN PROVINCE DE KENITRA COMMUNE URBAINE DE KENITRA BUREAU MUNICIPAL DHYGIENE BILAN DES ACTIVITES DU B.M.H DURANT.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ROYAUME DU MAROC REGION GHARB CHRARDA BNI HSEN PROVINCE DE KENITRA COMMUNE URBAINE DE KENITRA BUREAU MUNICIPAL DHYGIENE BILAN DES ACTIVITES DU B.M.H DURANT."— Transcription de la présentation:

1 ROYAUME DU MAROC REGION GHARB CHRARDA BNI HSEN PROVINCE DE KENITRA COMMUNE URBAINE DE KENITRA BUREAU MUNICIPAL DHYGIENE BILAN DES ACTIVITES DU B.M.H DURANT 2009 PLAN DACTION 2010

2 PLAN I - DONNEES GENERALES : A/ Données Socio démographiques. A/ Données Socio démographiques. B/ Infrastructures Sanitaires. B/ Infrastructures Sanitaires. II - SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE AU NIVEAU DE LA VILLE DURANT III - LE BUREAU MUNICIPAL DHYGIENE - DIAGNOSTIC DE LA SITUATION. IV - DESCRIPTION DES COMPOSANTES DHYGIENE DU MILIEU : A/ Hygiène Alimentaire. A/ Hygiène Alimentaire. B/ Lutte Antivectorielle. B/ Lutte Antivectorielle. C/ Hygiène Publique C/ Hygiène Publique

3 MEDECINE SOCIALE : A/ Centre Antirabique. A/ Centre Antirabique. B/ Surveillance médicale du personnel de la Commune. B/ Surveillance médicale du personnel de la Commune. C/ Collaboration et coordination avec les associations locales à vocation médicale. C/ Collaboration et coordination avec les associations locales à vocation médicale. D/ Contrôle sanitaire des établissements sociaux. D/ Contrôle sanitaire des établissements sociaux. VI - MEDECINE LEGALE : VII - COORDINATION ET COLLABORATION INTERSECTORIELLE :

4 I- DONNEES GENERALES DE LA COMMUNE URBAINE : A/ DONNEES Sociodémographiques : A/ DONNEES Sociodémographiques : Superficie : 104 Km2. Population : hab ( 2004 ). Densité : 5193 hab / Km2. Taux daccroissement: 2,1 %. Nombre de ménages : Population active : Population inactive : Taux dactivité : 37,5 %. Taux danalphabétisme: 29,6 %.

5 B/ Infrastructures Sanitaires : Hôpital régional El Idrissi. Hôpital régional El Idrissi. 19 Centres de Santé. 19 Centres de Santé. Un centre de Diagnostic de Tuberculose (C.D.S.T ). Un centre de Diagnostic de Tuberculose (C.D.S.T ). Un laboratoire Epidémiologique dHygiène du milieu ( L.E.H.M ). Un laboratoire Epidémiologique dHygiène du milieu ( L.E.H.M ). Centre Moulay Abdellah : Espace des jeunes ( Sensibilisation). Centre Moulay Abdellah : Espace des jeunes ( Sensibilisation). 14 Cliniques privées ( Chirurgie – Orthopédie – Ophtalmologie – Hémodialyse …. Etc….). 14 Cliniques privées ( Chirurgie – Orthopédie – Ophtalmologie – Hémodialyse …. Etc….). Nombre de Médecins exerçants ( Secteur Public et Privé ) : 224. Nombre de Médecins exerçants ( Secteur Public et Privé ) : 224.

6 II - SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE AU NIVEAU DE LA VILLE DURANT 2009 : NATURE DE LA MALADIENOMBRE DE CAS - Paludisme vivax- 1 cas importé de la Mauritanie - Tuberculose- Province : 980 cas - Kénitra : 573 cas ( 95% Milieu Defav ) - Typhoïde- Province : 29 cas - Kénitra : 2 cas - Méningite à méningocoque- Province : 36 cas - Kénitra : 28 cas - Gastro entérites aigues(GEA)- Province : Kénitra : 367

7 - Hydatidose (مرض الأكياس المائية )- Province : 18 cas opérés - Kénitra : 8 cas - Leptospirose- Province : 7 cas - Kénitra : 3 cas - Toxin infection Alimentaire collective (TIAC ) - Kénitra : - 3 épisodes - 7 cas - Leshmaniose cutanée 2 cas importés 6 CAS dErrachidia 4 cas autochtones - Hépatite- 1 cas - Grippe H1 N1 ( Grippe Porcine situation 03/12/2009 du 10/06/ scolaires 23 cas confirmés cas Kénitra 1 Seul décès (Ouezzane) - Choléra0 cas

8 Ces données ne reflètent pas la réalité de la situation épidémiologique car tous les cas ne sont pas déclarés surtout par le secteur privé ou passent inaperçus. Une sensibilisation dans ce sens savère indispensable pour avoir des statistiques réelles de la situation épidémiologiques. Ces données ne reflètent pas la réalité de la situation épidémiologique car tous les cas ne sont pas déclarés surtout par le secteur privé ou passent inaperçus. Une sensibilisation dans ce sens savère indispensable pour avoir des statistiques réelles de la situation épidémiologiques.

9 III - BUREAU MUNICIPAL DHYGIENE: Diagnostic de la situation Lextension territoriale qua connu la ville de Kénitra, ces trois dernières décennies et laugmentation galopante de la population nont pas été accompagnées par une restructuration et une mise à niveau du Bureau Municipal dHygiène qui continue à se baser pour laccomplissement de ses activités dHygiène et de salubrité publique sur un effectif de Techniciens dHygiène caractérisé par : Lextension territoriale qua connu la ville de Kénitra, ces trois dernières décennies et laugmentation galopante de la population nont pas été accompagnées par une restructuration et une mise à niveau du Bureau Municipal dHygiène qui continue à se baser pour laccomplissement de ses activités dHygiène et de salubrité publique sur un effectif de Techniciens dHygiène caractérisé par :

10 Un nombre très réduit par rapport à un espace territorial très vaste. Un nombre très réduit par rapport à un espace territorial très vaste. Des techniciens dépourvus de tout moyen de locomotion leur permettant détendre le contrôle à tous les quartiers de la ville. Des techniciens dépourvus de tout moyen de locomotion leur permettant détendre le contrôle à tous les quartiers de la ville. Des techniciens ne bénéficiant daucune formation continue pour la remise à jour de leur connaissance dans le domaine Des techniciens ne bénéficiant daucune formation continue pour la remise à jour de leur connaissance dans le domaine ( Séminaires – stage de formation ……). ( Séminaires – stage de formation ……).

11 1°/ Ressources Humaines : 1°/ Ressources Humaines : A linstar de tous les services techniques, le B.M.H dispose de 3 profils de personnel : A linstar de tous les services techniques, le B.M.H dispose de 3 profils de personnel : a ) Personnel Technique : a ) Personnel Technique : - 06 Médecins : - 06 Médecins : Dr. ARHZANE BOUJEMAA : Médecin Directeur. Dr. ARHZANE BOUJEMAA : Médecin Directeur. Dr. GADIRI ABDELKRIM : Médecin Adjoint et responsable de lHygiène Alimentaire. Dr. GADIRI ABDELKRIM : Médecin Adjoint et responsable de lHygiène Alimentaire. Dr. EL ATMANI FAOUZIA : Responsable de la lutte antivectorielle. Dr. EL ATMANI FAOUZIA : Responsable de la lutte antivectorielle. Dr. EL OUANASSI KHADIJA : Responsable du centre antirabique. Dr. EL OUANASSI KHADIJA : Responsable du centre antirabique. Dr. FADIL HASSAN : Dr. FADIL HASSAN : Centre médicolégal et Centre médicolégal et Médecine Sociale Médecine Sociale Dr. MERNISSI BAHIJA : Dr. MERNISSI BAHIJA :

12 - 06 Techniciens : Mr. MOUMIT THAMI : Surveillant Général Mr. MOUMIT THAMI : Surveillant Général Mr. KABAB MOHAMED : Technicien de Laboratoire Mr. KABAB MOHAMED : Technicien de Laboratoire Mr. GALI ABDELKADER : Mr. GALI ABDELKADER : Mr. ABOUD MOHAMED : Assurent toutes les Mr. ABOUD MOHAMED : Assurent toutes les Mr. EL BAB HMIDA : activités dHygiène Mr. EL BAB HMIDA : activités dHygiène Mr. ROUANI DRISS : Mr. ROUANI DRISS : - 07 Infirmiers ( Centre antirabique : 05 Centre médicolégal : 01 Centre médicolégal : 01 Infirmerie : 01 Infirmerie : 01

13 b ) Personnel Administratif : - 06 fonctionnaires ( Secrétariat - Bureau dOrdre - Archives ) c ) Personnel ouvrier : - Au nombre de 08 : - Au nombre de 08 : 3 Garçons de morgues. 2 Chauffeurs ( 1 Fourgon mortiaire 1 Constat de décès ). 1 Constat de décès ). 2 pour les traitements L.A.V. 2 pour les traitements L.A.V. 1 pour lentretien et le nettoyage de la morgue 1 pour lentretien et le nettoyage de la morgue

14 2°/ Moyens matériels disponibles : 1 véhicule ( Fiat - Uno ) Prélèvements état moyen. 1 véhicule ( Fiat - Uno ) Prélèvements état moyen. 1 Fourgon mortuaire. 1 Fourgon mortuaire. 1 Renault Express déstiné au constat de décès. 1 Renault Express déstiné au constat de décès. Moyens de L.A.V : Moyens de L.A.V : –Une unité mécanisée tractable. –05 Pulvérisateurs manuels. 2 en bon état. 2 en bon état. –05 Pulvérisateurs à dos 3 en panne. 3 en panne. –02 Thermo nebulisateurs : en panne. –Produits de désinfection, de dératisation et de désinsectisation.

15 3°/ Budget de fonctionnement du B.M.H est estimé à DH réparti en rubriques : réparti en rubriques : Achat de vaccination. Achat de vaccination. Achat de produits de D.D.D. Achat de produits de D.D.D. Achat de petits matériels. Achat de petits matériels. Achat de produits pharmaceutiques. Achat de produits pharmaceutiques.

16 IV - DESCRIPTION DES COMPOSANTES DHYGIENE DU MILIEU : A/ HYGIENE ALIMENTAIRE : A/ HYGIENE ALIMENTAIRE : INTRODUCTION : Les maladies dorigine alimentaire sont une cause importante de morbidité. Des millions de personnes tombent malades et un nombre important dentre elles décède après avoir ingéré des aliments impropres à la consommation. Profondément préoccupés par ce problème, les états membres de lO M S ont adopté en 2000 une résolution reconnaissant que la sécurité sanitaire des aliments est un aspect essentiel de la santé publique. Les maladies dorigine alimentaire sont une cause importante de morbidité. Des millions de personnes tombent malades et un nombre important dentre elles décède après avoir ingéré des aliments impropres à la consommation. Profondément préoccupés par ce problème, les états membres de lO M S ont adopté en 2000 une résolution reconnaissant que la sécurité sanitaire des aliments est un aspect essentiel de la santé publique.

17 Elle ne peut être assurée uniquement par le contrôle des produits finis, mais Elle ne peut être assurée uniquement par le contrôle des produits finis, mais aussi à travers lapplication des bonnes pratiques de fabrication sur lensemble de la chaîne alimentaire de la production à la consommation. Le système HACCP est lun des outils performants en matière de sécurité sanitaire des aliments visant à réduire lincidence des maladies dorigine alimentaire HACCP : « Analyse des risques ( Dangers ) - Points critiques de contrôle pour leur maîtrise ». aussi à travers lapplication des bonnes pratiques de fabrication sur lensemble de la chaîne alimentaire de la production à la consommation. Le système HACCP est lun des outils performants en matière de sécurité sanitaire des aliments visant à réduire lincidence des maladies dorigine alimentaire HACCP : « Analyse des risques ( Dangers ) - Points critiques de contrôle pour leur maîtrise ».

18 La maîtrise des risques au niveau des établissements de restauration collective passe par une sensibilisation des professionnels du secteur aux règles dhygiène alimentaire et par la mise en place de procédures adaptées à la taille de chaque établissement pour le contrôle des points critiques susceptibles dêtre à lorigine dune éventuelle contamination. La maîtrise des risques au niveau des établissements de restauration collective passe par une sensibilisation des professionnels du secteur aux règles dhygiène alimentaire et par la mise en place de procédures adaptées à la taille de chaque établissement pour le contrôle des points critiques susceptibles dêtre à lorigine dune éventuelle contamination. Avant lapplication de la méthode HACCP, il est nécessaire de respecter les règles de base dhygiène qui sont généralement regroupées dans cinq rubriques : Avant lapplication de la méthode HACCP, il est nécessaire de respecter les règles de base dhygiène qui sont généralement regroupées dans cinq rubriques : 1° - Hygiène des locaux. 1° - Hygiène des locaux. 2° - Hygiène relative au transport et stockage. 2° - Hygiène relative au transport et stockage. 3° - Hygiène des équipements. 3° - Hygiène des équipements. 4° - Hygiène du personnel et formation. 4° - Hygiène du personnel et formation. 5° - Nettoyage, désinfection et lutte contre les renisibles 5° - Nettoyage, désinfection et lutte contre les renisibles

19 LHYGIENE ALIMENTAIRE I - DONNEES GENERALES : Cest le contrôle sanitaire des produits destinés à la consommation, ces produits regroupent toutes les denrées alimentaires dorigine animale ou végétale. Cest le contrôle sanitaire des produits destinés à la consommation, ces produits regroupent toutes les denrées alimentaires dorigine animale ou végétale. Larrêté conjoint du ministre de lintérieur et du ministre de la Santé du 12 Janvier 2001 fait mention dans son article 3 du contrôle et de la surveillance des denrées alimentaires. Larrêté conjoint du ministre de lintérieur et du ministre de la Santé du 12 Janvier 2001 fait mention dans son article 3 du contrôle et de la surveillance des denrées alimentaires. Le contrôle sanitaire par le B.M.H intéressera 4 éléments fondamentaux. Le contrôle sanitaire par le B.M.H intéressera 4 éléments fondamentaux.

20 1/ Le contrôle des établissements : Il sagit dune inspection périodique et régulière des locaux où sont stockées préparées et / ou présentées les denrées alimentaires à savoir linspection des systèmes de ventilation et de drainage des eaux, des fumées et des vapeurs, ainsi que le respect de la réparation des secteurs souillés et non souillés, le respect de la température ambiante exigés. Il sagit dune inspection périodique et régulière des locaux où sont stockées préparées et / ou présentées les denrées alimentaires à savoir linspection des systèmes de ventilation et de drainage des eaux, des fumées et des vapeurs, ainsi que le respect de la réparation des secteurs souillés et non souillés, le respect de la température ambiante exigés.

21 2/ Le contrôle du personnel : Les manipulateurs et les vendeurs des aliments constituent une véritable source de contamination microbienne par conséquent une surveillance médicale périodique pour le dépistage et léviction précoce simpose, ainsi quune sensibilisation et une éducation sanitaire sur la propreté corporelle vestimentaire et le respect des règles élémentaires dHygiène. Les manipulateurs et les vendeurs des aliments constituent une véritable source de contamination microbienne par conséquent une surveillance médicale périodique pour le dépistage et léviction précoce simpose, ainsi quune sensibilisation et une éducation sanitaire sur la propreté corporelle vestimentaire et le respect des règles élémentaires dHygiène.

22 3/ Le contrôle des denrées alimentaires : 3/ Le contrôle des denrées alimentaires : Le respect par les commerçants de la salubrité et de la conversation des aliments doit être rigoureuse ( réfrigération, approvisionnement en eau potable, outils de désinfection et de désinsectisation …..). Le respect par les commerçants de la salubrité et de la conversation des aliments doit être rigoureuse ( réfrigération, approvisionnement en eau potable, outils de désinfection et de désinsectisation …..). Des prélèvements déchantillons daliments pour analyse microbiologique et / ou physiques et chimiques sont utiles afin dapporter la preuve dune contamination dun aliment suspect dans une affaire dintoxication alimentaire. Des prélèvements déchantillons daliments pour analyse microbiologique et / ou physiques et chimiques sont utiles afin dapporter la preuve dune contamination dun aliment suspect dans une affaire dintoxication alimentaire. Respect des délais de consommation des aliments en conserves. Respect des délais de consommation des aliments en conserves.

23 4/ Contrôle des outils et ustensils : 4/ Contrôle des outils et ustensils : Ce contrôle simpose puisque ces outils sont souvent le support et le gîte de prolifération microbienne du faite dune mauvaise hygiène donc il faut conseiller et encourager lutilisation de certains produits de nettoyage appropriés (détergents, désinfectant) et lutilisation dune eau potable. Ce contrôle simpose puisque ces outils sont souvent le support et le gîte de prolifération microbienne du faite dune mauvaise hygiène donc il faut conseiller et encourager lutilisation de certains produits de nettoyage appropriés (détergents, désinfectant) et lutilisation dune eau potable.

24 II - BILAN DE LHYGIENE ALIMENTAIRE ( ANNEE 2009 Jusquau mois dOctobre 2009): 1°/ ETABLISSEMENT VISITES : Nature des Établissements Nombre Injonction Nbre de Seances Déducat° Sanitaires Nombre de Bénifciaire de LE.S. - Épiceries……………………………….. - Épiciers grossistes…………………… - Laiteries………………………………… - Boulangerie Modernes...……………. - Pâtisserie…………………...………….. - Crémeries …………………….……….. - Boulangeries – Pâtisseries…………. - Pâtisseries – Crémeries ……………. - Cafés……………………………………. - Café - Restaurant - Rôtisserie……... - Café - Restaurant - Bouch - Rôt……. - Café - Restaurant ……………………. - Restaurant …………………….………. - Rôtisseries……………………………... - Casse-croûtes ………………

25 - Casse-croûtes ……………… Snack et Pizzeria…………………… - Boucheries………………………… - Stalles de vollailes………………… - Boucherie - (vente de viande de volailles en détail)………...…...… - Stalles de poissons……………… - Préparation de vente de gâteaux… - Stalles de Harcha et Meloui……… - Four Traditionnel……………………. - Stalles de Chebbakia………………. - Md de Dattes et de Chabbaki……… - Md de Dattes en détail…………… - Stalles de Fruits secs……………. - Stalles de Fruits et légumes……… - Mds dEpices……………………… - Super – marchés…………………. - Hôtels……………………………… T O T A U X ……… T O T A U X ………

26 2°/ SURVEILLANCES MEDICALES : - Nombre de cartes sanitaires : Nombre de cartes sanitaires : 131 –Examens copro-parasitotologiques des selles : 111 –Examens Radio-pulmonaires : Education sanitaire : Nbre de bénéficiaire : Education sanitaire : Nbre de bénéficiaire : °/ ANALYSES BACTERIOLOGIQUES : 3°/ ANALYSES BACTERIOLOGIQUES : a ) Eau Traitée ( Réseau ) : a ) Eau Traitée ( Réseau ) : - Nombre déchantillons prélevés : 50 - Nombre déchantillons prélevés : 50 - Nombre déchantillons positifs : 00 - Nombre déchantillons positifs : 00 de chlore : Test de chlore : - Nombre de tests effectués : Nombre de tests effectués : Nombre de tests non-conforme : 00 - Nombre de tests non-conforme : 00 b) Aliments : b) Aliments : - Nombre déchantillons prélevés : 78 - Nombre déchantillons prélevés : 78 - Nombre déchantillons positifs : 01 - Nombre déchantillons positifs : 01

27 c) Eau de piscine: - Nombre déchantillons prélevés : 08 - Nombre déchantillons prélevés : 08 - Nombre déchantillons positifs : 01 - Nombre déchantillons positifs : 01 de chlore : Test de chlore : - Nombre de tests effectués : 08 - Nombre de tests effectués : 08 - Nombre de tests non-conformes : 02 - Nombre de tests non-conformes : 02 d) Eau de Puits : d) Eau de Puits : - Nombre déchantillons prélevés : 04 - Nombre déchantillons prélevés : 04 - Nombre déchantillons positifs : 04 - Nombre déchantillons positifs : 04 Tests de chlore : Tests de chlore : - Nombre de tests effectués : 02 - Nombre de tests effectués : 02 - Nombre de tests non-conformes : 02 - Nombre de tests non-conformes : 02

28 4°/ LISTE DES PRODUITS SAISIS : Désignation QUANTITE kilogrammeLitresUnités Lait et dérivés 83, ,67515 Sucreries et confiseries 156,5010,50- Pâtes 35,80-- Boissons -16- Viandes 121,47-3 Conserves 187,875-4 Autres ( Café, Fruit, Œufs…etc 2149,35250,2033 N.B : Bilan Annuel des activités dHygiène Alimentaire réalisé jusquau mois dOctobre 2009.

29 III - PLAN DACTION ANNUEL 2010 : 1°/ DESSERTE EN EAU DE BOISSON : 1°/ DESSERTE EN EAU DE BOISSON : Réseau urbain : Réseau urbain : –Organisme distributeur : R.A.K. –Population desservie : Hab. –Nombre de bornes Fontaines : 26 leur branchement fait partie de lextension du réseau urbain. 2°/ HYGIENE DES DENREES ALIMENTAIRES : 2°/ HYGIENE DES DENREES ALIMENTAIRES : Nombre détablissements alimentaires recensés jusquau fin 2008 : Nombre détablissements alimentaires recensés jusquau fin 2008 : Marchés municipaux : 04. Marchés municipaux : 04. Super - marchés : 03. Super - marchés : 03. Moussem Regraga : une fois par an ( 08 jours ). Moussem Regraga : une fois par an ( 08 jours ).

30 3°/ CALCUL DES OBJECTIFS SPECIFIQUES : A/ Eau de Boisson : A/ Eau de Boisson : Echantillonnage aux fins danalyse bactériologique, il concerne particulièrement les locaux du réseau urbain et ( puits collectifs traités ). Echantillonnage aux fins danalyse bactériologique, il concerne particulièrement les locaux du réseau urbain et ( puits collectifs traités ). Réseau urbain : Réseau urbain : Nombre déchantillons à prélever : Nombre déchantillons à prélever : 917 / an soit 76 / mois 917 / an soit 76 / mois soit 19 / semaine. soit 19 / semaine. Recherche du chlore résiduel libre : Recherche du chlore résiduel libre : 120 x 12 : 1440 / an 120 x 12 : 1440 / an soit 120 / mois soit 120 / mois Soit 30 / semaine Soit 30 / semaine

31

32

33

34


Télécharger ppt "ROYAUME DU MAROC REGION GHARB CHRARDA BNI HSEN PROVINCE DE KENITRA COMMUNE URBAINE DE KENITRA BUREAU MUNICIPAL DHYGIENE BILAN DES ACTIVITES DU B.M.H DURANT."

Présentations similaires


Annonces Google