La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La sécu naura jamais autant dépensé pour le médicament quen 2008, malgré les génériques et les baisses de prix ! (*) : Dépenses de remboursements de médicaments.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La sécu naura jamais autant dépensé pour le médicament quen 2008, malgré les génériques et les baisses de prix ! (*) : Dépenses de remboursements de médicaments."— Transcription de la présentation:

1 La sécu naura jamais autant dépensé pour le médicament quen 2008, malgré les génériques et les baisses de prix ! (*) : Dépenses de remboursements de médicaments par le régime général en métropole et hors sections locales mutualistes Prescription des principaux hypolipémiants entre 2001 et 2008 François PESTY, Consultant 07/10/2009

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Conclusion Malgré la perte des brevets des deux statines leaders, la simvastatine en mai 2005 et la pravastatine en juillet 2006, malgré dimportantes baisses de prix ayant touché également des princeps non génériqués (TAHOR ® notamment), les dépenses nont jamais été aussi élevées ; Si lon prend la précaution de « gommer » lartefact lié à laccélération de la délivrance des grands conditionnements trimestriels en 2008, sous leffet de la « franchise médicaments », alors il devient évident que la patientèle traitée par hypolipémiant continue de croitre dans notre pays ; Ce nest pas la solidité des preuves scientifiques qui forge la prescription médicale, mais le niveau des budgets promotionnels et le nombre des visiteurs médicaux des laboratoires : Malgré les essais thérapeutiques les plus probants en prévention secondaire (4S, HPS, LIPID) ou primaire (WOSCOPS, MEGA), malgré quelles restent à ce jour les seules statines à avoir démontré un bénéfice sur la mortalité globale, toutes causes confondues, la simvastatine et la pravastatine poursuivent leur déclin, distancées par des molécules moins éprouvées et beaucoup plus coûteuses (TAHOR ®, CRESTOR ®, EZETROL ®, INEGY ® ) ; La pravastatine et la simvastatine ont vu leur poids dans le total des montants remboursés diminuer de moitié depuis Celui-ci est passé de 55,5% à 26,3% en cinq ans ; Latorvastatine dont les parts de marché exprimées en % de patientèle ne se sont que légèrement érodées, toujours leader, fait mieux que résister en terme de montants remboursés. Alors que le slogan publicitaire qui en a fait le succès, « lower is better » (hypothèse selon laquelle plus le LDL-cholestérol est abaissé, meilleure sen trouve notre santé), na toujours pas été étayé par des études consistantes, le glissement de ses prescriptions vers des dosages plus importants lui permet encore daugmenter son chiffre daffaire, faisant plus que compenser la baisse de 25% du prix de son plus faible dosage (10mg) fin 2007… La dernière statine mise sur le marché français, la rosuvastatine, qui na toujours pas prouvé le moindre bénéfice clinique chez les patients actuellement éligibles au traitement daprès les recommandations françaises et internationales en vigueur, est la plus dynamique ; Lézétimibe progresse encore en 2008, en dépit de deux études aux résultats très négatifs publiées en 2008 (Dans lun des 2 essais, SEAS, davantage de décès et de nouveaux cas de cancer ont été retrouvés avec cette molécule) ; Les actions conduites depuis plusieurs années déjà par la caisse nationale, avec les visites des délégués de lassurance maladie et les entretiens confraternels, ne semblent toujours pas avoir produit dimpact sur les comportements de prescription ; Le milliard deuros de dépenses devrait être dépassé pour cette classe en François PESTY, Consultant ITG07/10/2009


Télécharger ppt "La sécu naura jamais autant dépensé pour le médicament quen 2008, malgré les génériques et les baisses de prix ! (*) : Dépenses de remboursements de médicaments."

Présentations similaires


Annonces Google