La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 8 Structures tridimensionnelles des protéines 2. Les protéines fibreuses A. La kératine - Une hélice d'hélices B. Le collagène - Un câble à trois.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 8 Structures tridimensionnelles des protéines 2. Les protéines fibreuses A. La kératine - Une hélice d'hélices B. Le collagène - Un câble à trois."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 8 Structures tridimensionnelles des protéines 2. Les protéines fibreuses A. La kératine - Une hélice d'hélices B. Le collagène - Un câble à trois h é lices 3. Les protéines globulaires A. Interprétation des structures des protéines par rayons X et par RMN B. Structure tertiaire C. Bioinformatique structurale

2 2 LES PROTEINES FIBREUSES Les protéines fibreuses sont des molécules insolubles, très allongées dont les structures secondaires sont les motifs structuraux dominants Beaucoup de protéines fibreuses, comme celles de la peau, des tendons et des os servent de matériel structural jouant un rôle de protection, de connexion ou de soutien D'autres, les protéines musculaires et ciliaires, ont des fonctions motrices, par exemple la myosine des muscles squelettiques, muscles lisses et muscles cardiaques

3 A. La kératine - une hélice d'hélices On distingue les kératines, que l'on trouve chez les mammifères, et les kératines chez les oiseaux et les reptiles. Les kératines (> 30 gènes chez les mammifères) appartiennent à des familles de protéines relativement acides (Types I) ou relativement basiques (Type II) Protéine fibreuse : kératine (cheveux, ongles, cornes) Sous-unités = hélices presque de bout en bout ( 310 acides aminés) Dimères = 2 sous-unités enroulées en super-hélice de pas gauche Protofilaments Microfibrille Macrofibrille Liaisons disulfure à linterface des protofilaments et microfibrilles (rigidité) Maladies héréditaires - par exemple anomalies de séquence dans la kératine 14 ou dans la kératine 5 qui altèrent l'intégrité de la peau

4 Dimère protofilament microfibrille macrofibrille cheveu

5 Vue vers le bas dans l'axe de la spire montrant l'interaction entre les bords non polaires des hélices. Les hélices présentent une séquence heptamérique pseudo- répétitive dans laquelle les résidus a et d sont non polaires Vue latérale - noter l'embo î tement des cha î nes lat é rales non polaires en contact (sph è res en rouge) dans le mod è le compact

6 B. Le collagène- un cable à trois hélices On trouve du collagène chez tous les animaux pluricellulaires. C'est une protéine extracellulaire organisée en fibres insolubles très résistantes à la tension De nombreux types différents (une vingtaine) Présentes dans les os, le tissu conjonctif, les membranes basales, les dents, les cartilages, les tendons, les ligaments, les matrices fibreuses de la peau et des vaisseaux sanguins I : peau, os tendon, cornée, vaisseaux sanguins 2 sous-unités 1 (type I) 1 sous-unité 2 (type I) II : cartilage, disques intervertébraux 3 sous-unités 1 (type II) III: vaisseaux sanguins, peau fétale 3 sous-unités 1 (type III)

7 Molécule de collagène : Bâtonnet de 300 nm x 1,5 nm Trois chaînes = "chaînes " hélice ; - hélices à pas gauche - 3 résidus par tour de spire - pas = 0,94 nm; incrément = 0,31 nm - comportant un motif répétitif Gly-X-Y X = souvent Pro; Y = souvent Pro ou 4- ou 3-hydroxyproline ou 5-hydroxylysine Torsadées en une "superhélice" à pas droit trois chaînes décalées d1/3 tour de spire Gly occupant le centre liaisons hydrogène entre chaînes Aux extrémités = éléments non hélicoïdaux intervenant pour guider lassemblage a. Le collagène a une structure en triple hélice

8 Le collagène a une composition en acides aminés particulière. Près d'un tiers des résidus sont des Gly; en outre entre 15 et 30% des résidus sont Pro et Hyp (4-hydroxyproline). On trouve également la 3-hydroxyproline et la 5-hydroxylysine (Hyl).

9 Les résidus hydroxylés sont sont formés après la synthèse du collagène quand certains résidus Pro sont transformés en Hyp par la prolyl hydroxylase. L'Hyp stabilise le collagène par intermédiare de liaisons hydrogène intramoléculaires. Dans des conditions qui inactivent la prolyl hydroxylase, le collagène est dénaturé à 24°C, alors que le collagène normal est dénaturé à 39°C pour former la gélatine. La prolyl hydroxylase nécessite de l'acide ascorbique (vitamine C)

10 Dans le scorbut, maladie due à une déficience en vitamine C, le collagène ne peut former des fibres correctement ce qui entraîne des lésions de la peau, une fragilité des vaisseaux sanguins, et des cicatrisations laborieuses a. Le collagène a une structure en triple hélice La séquence est une répétition de triplets Gly-X-Y sur une longueur de 1011 résidus sur 1042 résidus. X est souvent Pro et Y est souvent Hyp. Le contenu élevé en Gly, Pro et Hyp suggère que la conformation du squelette polypeptidique est analogue à celles des hélices de pas gauche de la polyGly et de la polyPro:

11 Dans la structure, chaque 3ème résidu de chaque chaîne polypeptidique passe au centre de la triple hélice, qui se trouve si encombré que seule la Gly peut occuper cette position:

12 Le N-H de chaque Gly établit une liaison hydrogène forte avec l'oxygène du carbonyl de d'un résidu X (pro) d'une cha î ne voisine. Ces liaisons hydrog è ne intercat é naires contribuent à la stabilisation de la structure b. Le collagène est organisé en fibrilles L'aspect strié en microscopie électronique provient de l'arrangement décalé des molécules de collagène:

13 Modifications post-traductionnelles du collagène -Hydroxylation -de résidus proline en 3 et 4 hydroxyprolines (prolyl hydroxylase) -de résidus lysine en 5 hydroxylysine stabilisent le collagène = réactions se déroulant dans le réticulum endoplasmique dépendantes de la vitamine C Déficience en vitamine C = scorbutisme Fragilité capillaire, gingivite, hémorragies sous-périostées -Conversion de lysine en allysine et pontage entre molécules -Glycosylation de résidus hydroxylysine (glucose, galactose)

14 c. Les fibrilles de collagène sont réticulées par liaisons covalentes La lysyl oxydase transforme les résidus Lys en allysine. Deux aldéhydes subissent une condensation aldolique pour donner l'aldol allysine. Ce produit peut réagir avec l'His d'une autre cha î ne polypeptidique pour donner l'aldol His qui à son tour peut r é gir avec la 5-OHLys d'une autre cha î ne et ainsi, par r é actions crois é es, r é unir 4 cha î ne lat é rales

15 Collagène Stabilisation - abondance de Pro et de Hydroxyproline (polyproline forme spontanément hélice de pas gauche avec incrément de 0,31 nm et pas de 0,94 nm) - pont hydrogène (entre gly et pro ou hydroxyproline) - pontage intermoléculaire - glycosylation d. Des anomalies du collagène sont à l'origine de plusieurs maladies chez l'homme - ostéogenèse imparfaite (mutations dans une des chaînes du collagène de type I ou de type III). Par exemple, le remplacement de la Gly centrale par Ala entra î ne une distortion de la triple h é lice et diminue sa température de dénaturation de 62°C à 29°C

16 3 LES PROTEINES GLOBULAIRES Les protéines globulaires comprennent par exemple les enzymes, les protéines de transport et les récepteurs. Les relations structure-fonction des protéines globulaires sont le résultat des déterminations de structure par rayons X et par résonance magnétique nucléaire (RMN) A. Interprétation des structures des protéines par rayons X et par RMN La cristallographie par rayons X donne directement l'image des molécules. Un cristal de la protéine est exposé à un faisceau de rayons X et le spectre de diffraction est enregistre par un compteur de radiations. Les rayons X sont générés par des synchrotrons

17 a. La plupart des structures cristallographiques n'atteignent pas la résolution atomique Les cristaux de protéines sont fortement hydratés (40-60% d'eau en volume). Les molécules de protéine se présentent dans un désordre de plus d'un angstr ö m. On dit que le cristal a une limite de r é solution de cette taille. Les cristaux prot é iques ont des limites de r é solution comprises entre 1,5 et 3Å

18 Les rayons X interagissent presqu'exclusivement avec des électrons, pas avec les noyaux. Une structure par rayons X est donc l'image de la densité électronique. Les analyses structurales modernes se font par ordinateur où les cartes de densité électronique d'une suite de sections parallèles apparaissent en trois dimensions

19 Coupe à travers la carte de densité électronique de résolution de 2Å de myoglobine de cachalot, qui contient un noyau hème. La densité électronique est représenté par de courbes de densité tout comme l'altitude est représenté sur une carte topographique. Le pic au centre de la carte représente l'atome de Fe dense en électrons La possibilité d'obtenir des cristaux de résolution suffisante est le facteur limitant de détermination de structure tridimensionnelle par cet analyse

20 La qualité d'une carte de densité électronique varie selon sa limite de résolution. Pour une résolution de 1,1 Å, les atomes (sauf hydrogène) sont tout à fait visibles 6 Å 2.0 Å 1.5 Å 1.1 Å La structure primaire de la protéine doit être connue - permet de faire coïncider la séquence et sa carte de densité électronique b. La plupart des protéines sous forme de cristal gardent leurs conformations natives Les protéines à l'état de cristal présentent pratiquement les mêmes structures que celles en solution

21 1. Une protéine à l'état de cristal baigne dans le solvant de cristallisation sur toute sa surface 2. Lorsque la structure d'une protéine a été déterminée à l'état de cristal, par rayons X, et en solution, par RMN, les deux structures sont essentiellement les mêmes 3. De nombreuses enzymes, une fois cristallisées, sont toujours catalytiquement actives. Les enzymes cristallisées actives doivent par conséquent avoir des conformations très proches de celles en solution c. Détermination de la structure des protéines par RMN La détermination des structures tridimensionnelles de petites protéines globulaires en solution aqueuse est possible grâce à la spectroscopie par RMN à deux dimensions (2D). Ces techniques fournissent les distances interatomiques de protons distants de < 5 Å dans une protéine de séquence connue. Les mesures de des distances entre protons n'étant pas très précises, ne permettent pas d'en déduire une structure unique. La structure d'une protéine obtenue par RMN est souvent un ensemble de structures compatibles avec les contraintes géométriques

22 Spectroscopie nucléaire par effet Overhauser (NOESY) d'une protéine donnant des courbes de niveau le long des deux axes de fréquence 1 et 2. Les lettres a à d donnent la position de 4 protons représentés par des petits cercles. Les flèches en pointillés indiquent les pics correspondants sur la diagonale de RMN. Les pics de croisement i, j et k situés aux intersections des lignes horizontale et verticale à travers deux pics de la diagonale, indiquent qu'il y a un NOE entre les deux protons correspondants et qu'ils sont distants de < 5 Å Structure par RMN du domaine SH3 de la protéine Src (64 résidus)

23 1. Les méthodes actuelles de RMN ne permettent pas de déterminer la structure d'une protéine > 40 k Da 2. Les techniques par RMN permettent de déterminer les structures de protéines qui ne cristallisent pas 3. L'RMN peut suivre des mouvements dans l'étude du repliement et de la dynamique des protéines d. Les structures moléculaires des protéines sont simplifiées Les quelques centaines d'atomes autre que l'hydrogène d'une protéine rendent la compréhension de sa structure détaillée très difficile Une façon de représenter la squelette peptidique est de se limiter à des atomes C (squelette des C )

24

25

26 Représentation de la structure par rayons X de la myoglobine de cachalot Protéine constituée que d'hélices séparées par courts segments de liaison de conformation enroulée

27 Représentation de la structure par rayons X de l'hexokinase

28

29 Glu, Asp Lys,Arg

30 Tyr Phe Trp

31 Résidus liant le glucose

32

33 B. Structure tertiaire La structure tertiaire d'une protéine est le repliement de ses éléments à structure secondaire Représentation de la structure par rayons X de la concanavaline A du haricot sabre Les flèches dirigées vers l'extrémité C-terminale indiquent le feuillet plissé antiparallèle

34 a. Les protéines globulaires peuvent présenter à la fois des hélices et des feuillets Représentation de la structure par rayons X de la carbonic anhydrase humaine La plupart des protéines ont des quantités significatives des deux types de structure secondaire (en moyenne, environ 31% d'hélice et 28% de feuillet le reste en tournants et boucles

35 Hélice amphipathique hélice H de la myoglobine b. La disposition des chaînes latérales varie avec leur polarité 1.Les résidus non polaires Val, Leu, Ile, Met, Phe se trouvent à l'intérieur de la protéine, à l'abri de l'eau par interactions hydrophobes 2.Les résidus polaires chargés Arg, Lys, His, Asp et Glu sont situés à la surface en contact avec l'eau 3.Les groupements polaires non chargés Ser, Thr, Asn, Gln, Tyr et Trp sont habituellement à la surface. A l'intérieur, ces résidus établissent des liaisons hydrogène avec des groupements accepteurs enfouis

36 Hélice amphipathique: hélice H de la myoglobine

37 L'intérieur d'une protéine se rapproche d'un cristal moléculaire plutôt qu'une goutte d'huile: il est efficacement rempli. Les chaînes latérales hydrophobes au coeur de la protéine prennent des conformations relâchées avec des angles de torsion décalés de faible énergie

38 c. Les protéines de grande taille forment des domaines Les chaînes polypeptidiques de plus de 200 résidus se replient généralement en deux blocs qu'on appelle des domaines qui confèrent à ces protéines une forme bi-lobée Dans la glycéraldehyde déshydrogenase ici à droite, le NAD + se lie au domaine inférieur (en rouge)

39 d. Les protéines sont faites de structures supersecondaires En se combinant, des groupes de motifs supersecondiares peuvent former la structure tertiaire d'un domaine appellé "pli" ("fold") Motif ß- -ß hélice-boucle-hélice Épingle à cheveux

40 C. Bioinformatique structurale Les coordonnées atomiques des structures des protéines sont reprises dans la Banque de Données des Protéines ("Protein Data Bank" PDB: Les structures peuvent être examinées en utilisant un programme de graphisme moléculaire, par exemple RasMol: On peut superposer la séquence d'une protéine d'intérêt sur une structure connue à partir d'un alignement de structure primaire en utilisant le programme de graphisme moléculaire Cn3D:

41 Rasmol download Features Stereo vision ! L R 1DRO.PDB, model 1


Télécharger ppt "Chapitre 8 Structures tridimensionnelles des protéines 2. Les protéines fibreuses A. La kératine - Une hélice d'hélices B. Le collagène - Un câble à trois."

Présentations similaires


Annonces Google