La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre4 La consommation et l'épargne La notion de consommation Les déterminants de la consommation La fonction de consommation La consommation collective.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre4 La consommation et l'épargne La notion de consommation Les déterminants de la consommation La fonction de consommation La consommation collective."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre4 La consommation et l'épargne La notion de consommation Les déterminants de la consommation La fonction de consommation La consommation collective Lévolution des modes de consommation Lépargne Le taux d'épargne des ménages

2 Le produit intérieur brut (PIB) est une mesure du revenu national ou des dépenses dune économie Le PIB est la variable qui préoccupe le plus les macro-économistes

3 Le PIB est la valeur au marché... de tous les biens et services... finaux... produits... dans une économie... au cours dune période donnée.

4 Le PIB représente la valeur du marché de tous les biens et services servant à la consommation finale, produits dans un pays durant une période donnée.

5

6 Le PIB peut être mesuré par la production, les revenus ou les dépenses. Légalité entre la production, le revenu national et les dépenses totales peut être illustrée par le diagramme suivant.

7

8

9

10 Composantes du PIB Mesuré par la méthode des dépenses, le PIB est décomposé en grandes catégories

11

12

13 Deux types de biens Les biens et services de consommation – C, G – G ne comprend donc que la partie courante des dépenses de lÉtat Les biens de capital – I – Comprend des dépenses des ménages, des entreprises et des gouvernements

14 Les concepts dépargne et dinvestissement Épargne : revenu annuel non consommé (flux). Richesse ou patrimoine : épargne accumulée au fil des ans (stock). Investissement : lachat de capital productif (usines, machinerie et équipement). Stock de capital : capital accumulé au cours des ans

15 2 - Le PIB nominal et le PIB réel Le PIB augmente en général, année après année Ces augmentations peuvent être causées par : – Des augmentations dans les quantités produites – Des augmentations dans les prix Le PIB réel ne varie que si les quantités produites changent

16 PIB nominal, réel et déflateur PIB nominal : valeur en prix courants de la production PIB réel : valeur en prix constants de la production Déflateur (indice implicite des prix du PIB): mesure du niveau général des prix de toute la production

17 Dh1002Dh50 2Dh1503Dh100 3Dh2004Dh Dh 600Dh 1200Dh 200Dh 350Dh 500Dh * : en choisissant 2003 comme année de base Tab. 5.2

18

19 Lépargne Lépargne est la partie du revenu primaire non consommé. Lépargne individuelle : cest la partie du revenu disponible non-consommé. – Épargne non-financière = achat de biens immobiliers. Épargne financière : liquidités et placements

20 1 – Des revenus primaires au revenu disponible Les revenus primaires : - les salaires - les revenus du patrimoine - les revenus mixtes Le revenu disponible : Revenus primaires + prestations sociales – prélèvements obligatoires = Revenu disponible

21 2 – La notion de consommation La consommation finale des ménages : Opération économique qui consiste en lacquisition de biens et services destinés à la satisfaction directe de leurs besoins

22 La consommation élargie de la population

23 La consommation est lensemble des biens et des services détruits afin de satisfaire directement ou indirectement un besoin. Consommation – Consommation finale : biens et services détruits afin de satisfaire directement un besoin – Consommation intermédiaire : biens et les services détruits afin de produire dautres biens ou services

24 2 types de vision Consommation finale – Consommation marchande des ménages – Consommation non marchande – Consommation domestique Consommation finale – Consommation individuelle = consommation marchande des ménages + dépenses des ménages relatives aux consommation non marchandes + consommation domestiques – Consommation collective

25 Evolution de la consommation La loi de Engel : plus un ménage est pauvre, plus grande est la part relative de ses dépenses totales quil consacre à lalimentation La consommation selon la durabilité des biens

26 4 – Lanalyse macroéconomique de la consommation La loi psychologique fondamentale : Selon Keynes, lorsque le revenu dun ménage augmente, sa consommation augmente mais moins que proportionnellement

27 3 - Le consommateur et son comportement Les déterminants extra-économiques : - Les déterminants psychologiques - Les déterminants sociologiques - Laction des entreprises

28 Les déterminants de l'épargne Le revenu Le rendement L'âge Facteurs nationaux Loi psychologique fondamentale de Keynes : la propension moyenne à épargner augmente avec le revenu. Une augmentation des rendements des placements financiers incite les ménages à épargner Culture, conjoncture économique, Etat-providence …

29 Les déterminants de la consommation individuelle Cest la hiérarchie des besoins et des désirs du consommateur. Le besoin, cest un état psychologique de manque, dinsatisfaction. Besoins fonctionnels (physiotechniques). Besoins psychosociologiques. Besoins = Besoins primaires. Désirs = Besoins secondaires, besoins dérivés. Les désirs sont les choses, les personnes ou les activités qui doivent permettre de combler le manque.

30 Les déterminants économiques = contraintes budgétaires qui résulte de la comparaison (revenus disponibles / prix des produits). Le revenu disponible : on mesure ce que lon appelle Elasticité de la demande au revenu disponible. = ((D 1 – D 0 ) / D 0 ) / ((R 1 – R 0 ) / R 0 ).

31 Une variation de prix – deux variations de quantités P 4035 Qté A P 4020 Qté B A B D D 15

32 Les acheteurs des deux marchés ne réagissent pas de la même façon à une variation de prix. Les consommateurs du graphique de gauche sont moins sensibles aux variations de prix que ceux du graphique de droite. Problème : quelle est le degré de sensibilité de la demande suite à une variation du prix?. Solution : il faut une mesure de la sensibilité de la demande indépendante des unités de mesure de prix et de quantité : Les élasticités Comment expliquer ce phénomène?

33 Lélasticité est une mesure de la sensibilité dune variable par rapport à une autre, il sagit donc dune mesure de variation relative. Lélasticité- prix de la demande est une mesure de lampleur de la réaction de la demande suite à une variation de prix. Lélasticité-prix de la demande Élasticité-prix% de variation de la qté demandée de la demande = % de variation du prix

34 Ep nous indique de quel % varie la quantité demandée lorsque le prix varie de 1%, TCEPA. Un coefficient délasticité na pas dunité de mesure. La valeur du coefficient nous indique lampleur de la variation. Le signe du coefficient nous indique le sens de la variation. Puisquil existe une relation inverse entre le prix et la quantité demandée, le coefficient délasticité- prix est toujours négatif. L élasticité est une notion ponctuelle. Elle se calcule pour un point précis sur la fonction de demande. Lélasticité simple de la demande

35 Objectifs : Calculer lélasticité prix Interpréter lintérêt de cet instrument Utiliser lélasticité-prix pour comprendre les comportements des consommateurs. Rappel de cours Les corrigés : Calcul de lélasticité prix Calcul de la demande Analyse dun texte SES –Terminale : Les fondamentaux - Croissance, capital et progrès technique Sources et limites de la croissance Page 35

36 Rappel : En général, la demande diminue lorsque le prix augmente. Cette sensibilité de la demande au prix sexprime à travers le concept délasticité - prix de la demande (ou élasticité-prix). Lélasticité - prix de la demande correspond au rapport entre le taux de variation de la demande et le taux de variation du prix. Élasticité prix = Taux de variation de la quantité demandée Taux de variation du prix Si –1< e < 0 on parle dinélasticité Si e < -1 on parle délasticité SES –Terminale : Les fondamentaux - Croissance, capital et progrès technique Sources et limites de la croissance Page 36

37 Le boucher décide daugmenter les prix de la viande de bœuf, il constate immédiatement quil en vend moins. Sa fille, élève de Terminale ES, calcule lélasticité - prix de la demande de bœuf ? Bavette daloyauPériode 1Période 2Elasticité prix de la demande Prix au Kg Demande1528,4 Kg1524,4 Kg Le taux de variation de la quantité demandée correspond au rapport : (1524,4-1528,4)/1528,4 *100 = -0,26% Le taux de variation du prix du bœuf est de : (17,26-17,05)/17,05 *100 = 1,23 % Lélasticité prix de la demande sexprime par le rapport des deux taux: -0,26/1,23 = -0,21 Le résultat étant compris entre -1 et 0 la demande de bœuf est peu élastique aux variations de prix. Cette information peut constituer une aide à la décision : Le boucher peut anticiper leffet dune variation du prix sur la demande du produit (si lon admet que tous les autres éléments propres à ce marché ne se modifient pas entre temps). -0,21 SES –Terminale : Les fondamentaux - Croissance, capital et progrès technique Sources et limites de la croissance Page 37 Calcul de lélasticité prix Évaluez-vous aussi- le niveau de cette élasticité. Cette information peut-elle servir le boucher dans son activité ? En quoi ?

38 Le directeur dun complexe cinématographique, connaissant lélasticité prix de la demande de place de cinéma (-1.3 ; on admettra que lélasticité prix est constante), décide daugmenter le prix du ticket de 2.5 %. Ticket de cinémaSemaine 1Semaine 2Elasticité – Prix Prix du ticket8.00 Places vendues1352-1,3 Chiffre daffaires10816 Corrigé Calcul de la demande Le prix du ticket de cinéma vaut 8, il augmente de 2,5%. Sa nouvelle valeur est : 8 (1 +0,025) = 8,2 En admettant que la seule différence entre les deux semaines porte sur le prix, la quantité de place vendue en semaine 2 (que nous appellerons X) peut être obtenue grâce à la formule de lélasticité prix de la demande (dont nous connaissons la valeur -1,3) : X-1352 x =1,3 8,2-8x100 8 X = 1308,06 (c'est-à-dire 1308 places) En semaine 1, le chiffre daffaires était de 8 x 1352 = En semaine 2, le chiffre daffaires est de 8,2 x 1308 = 10725,6 Mauvais choix ! Il perd SES –Terminale : Les fondamentaux - Croissance, capital et progrès technique Sources et limites de la croissance Page 38 Calcul de la demande Combien de places va-t-il vendre pendant la semaine 2 ? En terme de chiffre daffaires, a-t-il fait un bon choix ?

39 Hausse des prix du tabac (…) Le Gouvernement sest engagé depuis 18 mois dans une politique déterminée de lutte contre le cancer. Concrétisée par le plan cancer, annoncé le 24 mars dernier par le Président de la République, cette lutte sest fixée pour objectif une baisse de 30 % de la consommation de tabac chez les jeunes et de 20 % chez les adultes. La hausse des prix du tabac doit contribuer de manière significative à la réalisation de cet objectif, au même titre que la mise en œuvre dune politique de prévention plus dynamique (…). Paris, le 12 novembre 2003 Les jeunes sont plus sensibles aux variations du prix du tabac que les adultes. La hausse des prix du tabac devrait saccompagner dune baisse de 30 % de la consommation de tabac chez les jeunes et de 20 % chez les adultes. Les ressources des jeunes sont, en règle générale, inférieures à celles des adultes. Laugmentation du prix du tabac sera par conséquent très dissuasive pour eux[1].[1] Lélasticité prix de la demande de tabac est plus forte chez les jeunes que chez les adultes [1][1] Seul laspect économique du phénomène constaté est ici pris en compte. SES –Terminale : Les fondamentaux - Croissance, capital et progrès technique Sources et limites de la croissance Page 39 Quelle différence de comportement face au prix du tabac constatez-vous selon les générations ? Quelle explication de nature économique peut-on en donner ? Utilisez le concept délasticité - prix de la demande pour exprimer cette différence. Lélasticité prix de la demande : analyse dun texte

40 Classification des Ep Nous savons que Si %ΔQ d > %ΔP alors Ep> 1 la demande est élastique par rapport au prix Si %ΔQ d = %ΔP alors Ep= 1 la demande est délasticité unitaire Si %ΔQ d < %ΔP alors 0 < Ep< 1 la demande est inélastique par rapport au prix Si %ΔQ d = 0 pour nimporte quel %ΔP alors Ep = 0 la demande est parfaitement inélastique par rapport au prix Si %ΔQ d = même pour un très petit %ΔP alorsEp= la demande est parfaitement élastique par rapport au prix

41 Les élasticité : synthèse Er > 1Ep < 0Bien supérieur 0 < Er < 1Ep < 0Bien normal Er < 0Ep < 0Bien inférieur Elasticité revenu Elasticité prixTypes de biens

42 La classe sociale : la consommation dun individu varie en fonction des habitudes quil a acquis par son éducation. La reproduction du mode de vie de la classe sociale dorigine influence donc la consommation. La CSP : la consommation peut-être influencée par la catégorie socio- professionnelle à laquelle appartient lindividu. Ceci sexplique en partie par un besoin de mimétisme et didentification. 3 : LES FACTEURS NON ECONOMIQUES Lâge : un individu âgé consomme par exemple plus de services de santé quun adolescent… Le comportement ostentatoire : le fait de consommer correspond ici à un besoin dêtre reconnu par la société comme appartenant à un groupe social particulier (effet de « snobisme »). Le mode de vie : la consommation est en partie influencée par le mode de vie de lindividu. Leffet dimitation : la consommation répond parfois au besoin de copier la consommation de la classe sociale supérieure. La publicité : lacte de consommer est en partie influencée par la publicité produite par les entreprises. La consommation est donc provoquée par le producteur. On parle alors de « filière inversée » (Galbraith).

43 Les déterminants de lépargne individuelle Epargner cest renoncer à une consommation immédiate ; autrement dit lépargne est une consommation différée dans le temps. Il y a trois motifs dépargne, cest à dire trois motifs qui poussent à différer la consommation : Lépargne de liquidité : cette épargne sert à faire face aux besoins courants ou prévus. Elle est fonction surtout de facteurs culturels. Lépargne de précaution : elle vise à se prémunir en vue de la survenance de certains risque (maladie, perte demploi). Elle est fonction des anticipations, du statut (salarié / travailleur indépendant), et de lâge. Lépargne de placement : elle a pour objectif, la réalisation de gains financiers. Elle est fonction surtout du niveau du revenu disponible et du niveau de taux dinvestissement.

44

45

46


Télécharger ppt "Chapitre4 La consommation et l'épargne La notion de consommation Les déterminants de la consommation La fonction de consommation La consommation collective."

Présentations similaires


Annonces Google