La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Eugène Pottier « Par essaims, le chinois fourmille Ils ont des moyens bien compris Pour s'épargner une famille Et travailler à moitié prix Avis aux ouvriers.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Eugène Pottier « Par essaims, le chinois fourmille Ils ont des moyens bien compris Pour s'épargner une famille Et travailler à moitié prix Avis aux ouvriers."— Transcription de la présentation:

1 Eugène Pottier « Par essaims, le chinois fourmille Ils ont des moyens bien compris Pour s'épargner une famille Et travailler à moitié prix Avis aux ouvriers de France Dans leur sens, il faut s'exercer Pour enfoncer la concurrence Laissez faire, laissez passer ! » « Laissez-faire, laissez-passer » (1880 )

2 Les stratégies internationales des firmes II/ Les modèles théoriques III/ Les conséquences de la mondialisation I/ La mondialisation sous toutes ses formes I/ La mondialisation sous toutes ses formes

3 1°) De quoi parle-t-on ? Firme Multinationale Investissement direct à létranger Définition : Croissance interne Une firme est dite multinationale lorsquelle réalise un IDE Prise de participation significative dans le capital dune entreprise étrangère, lui donnant un certain contrôle sur les décisions de la firme (mini :10 % du capital). I/ La mondialisation sous toutes ses formes I/ La mondialisation sous toutes ses formes Croissance externe Site de production créé ex nihilo Rachat dun site de production existant Les FMN en FMN filiales La question est de savoir si le développement des FMN tend à remplacer le commerce international entre firmes nationales (effet de substitution) ou sil en est une dimension supplémentaire (effet de complémentarité).

4 Flux annuels dIDE mondiaux par groupes de pays (en milliards $) Source : Rapport sur linvestissement dans le monde, CNUCED, 2008 Comme pour les exportations, les IDE sont avant tout le fait des PDEM. On constate que les pics dIDE sont liés à des phases de croissance intense de la masse monétaire (bulles spéculatives) qui stimule les fusions-acquisitions entre entreprises. I/ La mondialisation sous toutes ses formes I/ La mondialisation sous toutes ses formes 2°) Un phénomène croissant depuis 30 ans

5 Plus de 50% des importations américaines depuis Hong-Kong sont du commerce intrafirme de FMN US, alors que 10% seulement des importations de France vers les USA sont du commerce intrafirme. a- Les échanges intra-firme Commerce intrafirme : échanges de biens et de services entre filiales dune même firme. Ils constituent environ un tiers des échanges internationaux des PDEM. Prix de transfert : une FMN peut surpayer les « importations » venant de ses propres filiales afin de transférer une partie de son bénéfice vers un pays fiscalement plus favorable. Source : Mondialisation et commerce international, Cahiers français, °) Des échanges privilégiés Part du commerce intra-firme dans le commerce total des pays En % des exportations En % des importations

6 Principaux investissements chinois et indiens en infrastructures b- Les IDE des pays émergents L'omniprésent groupe Tata est le fer de lance de la stratégie africaine de l'Inde depuis les années Il y a investi récemment un milliard de dollars (soit 726 millions d'euros, dans les télécommunications, dans l'automobile au Kenya, en Zambie, en Algérie...), dont les implications sur le plan urbain (modernisation des autobus) et sur celui des transferts de savoir-faire (informatique) ont été salués par le président sénégalais, A. Wade. Les entreprises indiennes visent, il est vrai, le long terme : Dr. Reddy's Lab et ses médicaments génériques ont changé la santé du continent ; Bharti Telecom vient de racheter au qatari Zayn son réseau dans dix-sept pays africains et parie sur un boom du portable. L'omniprésent groupe Tata est le fer de lance de la stratégie africaine de l'Inde depuis les années Il y a investi récemment un milliard de dollars (soit 726 millions d'euros, dans les télécommunications, dans l'automobile au Kenya, en Zambie, en Algérie...), dont les implications sur le plan urbain (modernisation des autobus) et sur celui des transferts de savoir-faire (informatique) ont été salués par le président sénégalais, A. Wade. Les entreprises indiennes visent, il est vrai, le long terme : Dr. Reddy's Lab et ses médicaments génériques ont changé la santé du continent ; Bharti Telecom vient de racheter au qatari Zayn son réseau dans dix-sept pays africains et parie sur un boom du portable. Source : Rapport sur linvestissement dans le monde, CNUCED, °) Des échanges privilégiés Les entreprises brésiliennes sont, elles aussi, présentes : WEG vend ses moteurs électriques dans vingt pays, Marcopolo construit des bus en Afrique du Sud, Odebrecht couvre de chantiers de construction la Namibie, l'Angola, le Mozambique (infrastructures minières et ferroviaires, usines d'éthanol, bureaux, supermarchés). Là encore, les entreprises sont soutenues par leur gouvernement dans une vision de développement à long terme : la vallée du Zambèze va voir naître une agro-industrie de type brésilien (soja, maïs, élevage bovin)... Autre grand émergent, le Maroc voit dans l'Afrique subsaharienne l'opportunité d'internationaliser ses entreprises. Après avoir investi dans les mines (la Managem en Guinée et au Burkina Faso) et les télécommunications (Maroc Telecom gère les réseaux en Mauritanie, au Burkina Faso, Gabon, Mali), les entreprises marocaines s'intéressent au développement du territoire et au soutien à l'activité économique. La Royal Air Maroc, présente dans Air Sénégal, a recomposé l'espace aérien ouest-africain ; Attijariwafa Bank et la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) sont présentes dans toute l'Afrique de l'Ouest et centrale francophone, où elles financent les entrepreneurs locaux. C'est le Maroc qui est chargé de l'électrification rurale tant attendue dans le nord du Sénégal, grenier agricole. D'autres entreprises, telle Ynna, se positionnent sur des projets liés aux ressources en eau, au tourisme, à l'immobilier. (Le Monde du ) Les entreprises brésiliennes sont, elles aussi, présentes : WEG vend ses moteurs électriques dans vingt pays, Marcopolo construit des bus en Afrique du Sud, Odebrecht couvre de chantiers de construction la Namibie, l'Angola, le Mozambique (infrastructures minières et ferroviaires, usines d'éthanol, bureaux, supermarchés). Là encore, les entreprises sont soutenues par leur gouvernement dans une vision de développement à long terme : la vallée du Zambèze va voir naître une agro-industrie de type brésilien (soja, maïs, élevage bovin)... Autre grand émergent, le Maroc voit dans l'Afrique subsaharienne l'opportunité d'internationaliser ses entreprises. Après avoir investi dans les mines (la Managem en Guinée et au Burkina Faso) et les télécommunications (Maroc Telecom gère les réseaux en Mauritanie, au Burkina Faso, Gabon, Mali), les entreprises marocaines s'intéressent au développement du territoire et au soutien à l'activité économique. La Royal Air Maroc, présente dans Air Sénégal, a recomposé l'espace aérien ouest-africain ; Attijariwafa Bank et la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) sont présentes dans toute l'Afrique de l'Ouest et centrale francophone, où elles financent les entrepreneurs locaux. C'est le Maroc qui est chargé de l'électrification rurale tant attendue dans le nord du Sénégal, grenier agricole. D'autres entreprises, telle Ynna, se positionnent sur des projets liés aux ressources en eau, au tourisme, à l'immobilier. (Le Monde du )

7 b- Les IDE des pays émergents La Chine, grande rivale des Etats-Unis sur le continent noir Article paru dans l'édition du Monde, le °) Des échanges privilégiés L'Afrique est un objectif prioritaire pour la Chine. Depuis le milieu des années 2000, les dirigeants chinois les plus importants multiplient les longs séjours sur le continent, dont ils visitent méticuleusement les pays, y compris les moins importants, les bras chargés de promesses, de contrats et d'engagements à faire plus. Treize pays ont été visités par le président chinois, Hu Jintao, « l'Africain », organisateur du 1° Forum pour la coopération entre la Chine et l'Afrique. Cet intérêt de Pékin pour le continent noir a été identifié comme une menace à Washington. « Les Etats-Unis restent marqués par l'obsession que la Chine est en train de capter toutes les ressources à l'échelle de la planète, et que l'Afrique est un terrain où se joue cette rivalité », analyse François Grignon, de International Crisis Group. Les premières mises en garde sérieuses étaient apparues aux Etats-Unis vers La Chine venait d'être identifiée comme une rivale des Etats-Unis, poursuivant notamment une politique en Afrique visant à la fois à faire du continent un débouché pour ses produits, une destination pour ses travailleurs et, par-dessus tout, une zone de captation des ressources minières et pétrolières. Depuis, il y a eu en 2006 le premier Forum pour la coopération entre la Chine et l'Afrique, auquel avaient participé des délégations de 48 pays africains (sur 53). Fin 2009, le second Forum aura lieu, occasion de mesurer la mise en place des « huit mesures » spectaculaires annoncées par le président chinois, qui incluent des annulations de dette, des constructions d'infrastructures, tandis que le rôle économique de la Chine en Afrique progresse, ayant établi un niveau d'échanges dépassant le milliard de dollars avec vingt pays. Mais en 2008, le volume des échanges entre la Chine et l'Afrique ne se montait encore qu'à 107 milliards de dollars (74 milliards d'euros). C'est beaucoup moins que les échanges avec l'Union européenne (425 milliards de dollars) et les Etats-Unis (224 milliards de dollars), le Japon (267 milliards) ou même la Corée du Sud (186 milliards). De même, les investissements spectaculaires de la Chine en Afrique ne doivent pas laisser imaginer que Pékin a pris l'ascendant sur les autres nations impliquées sur le continent. L'Inde et la Malaisie investissent plus, en volume, que la Chine.

8 1°) Les motifs de lIDE ou les formes de linternationalisation des firmes C F X FranceÉtranger Centralisation de la production Cest la 1° forme dinternationalisation de léconomie. Elle permet des économies déchelle pour C et F. Les coûts déchanges importants pour C et faibles pour F permettent lexportation. C F C F Réplication de la production Cas où les économies déchelle sont faibles pour C et F, mais où les coûts déchanges sont importants. Pas davantages comparatifs de la France. On parle dIDE horizontal (on fait pareil ailleurs). C F Conception Fabrication C1C2 F1F2 Spécialisation internationale avec adaptation Cette organisation permet des économies de gamme (adaptation au marché local, élargissement de la gamme). Elle repose sur des coûts déchanges élevés pour C, mais faibles pour F. II/ Les modèles théoriques II/ Les modèles théoriques

9 FranceÉtranger Recherche des coûts de fabrication faibles Cest la forme « évidente » des FMN, qui repose sur des éco. déchelle pour C et des coûts déchanges importants pour F, mais surtout sur des avantages comparatifs pour la France dans C. Marché global Dans ce cas, la fabrication peut sapprovisionner dans plusieurs pays (la France conçoit et létranger fournit les CI, par exemple). On parle dIDE vertical. C F F C2 F C1 C F Spécialisation internationale Dans ce cas, les éco. déchelle sont élevées pour C et F mais létranger a un avantage comparatif dans F et la France un avantage comparatif dans C. Cest la forme de la DIT traditionnelle. II/ Les modèles théoriques II/ Les modèles théoriques 1°) Les motifs de lIDE ou les formes de linternationalisation des firmes C F Conception Fabrication

10 Le problème dune FMN est donc le suivant : Cette question na pas de réponse unique qui serait valable pour tous les produits Vaut-il mieux produire chez soi et exporter les produits vers létranger ou les produire et les vendre là où cest le plus rentable ? II/ Les modèles théoriques II/ Les modèles théoriques 1°) Les motifs de lIDE ou les formes de linternationalisation des firmes Toutes les formes de FMN ont des stratégies différentes dont aucune nest systématiquement plus efficace que toutes les autres De la taille du marché Des coûts de transport Des coûts des facteurs de production De la situation géographique des marchés Des possibles économies de gamme Des avantages comparatifs des pays De la situation géographique des FP De la facilité à investir (ou non) dans chaque pays La stratégie à adopter dépend de nombreux facteurs

11 D.I.P.P Décomposition des processus de production On observe une tendance des entreprises à adopter une structure en « lego » La FMN « pense » le Monde comme un espace « global » Répartition des différentes étapes de la production dun même produit entre les différentes filiales dune multinationale. La FMN va localiser chaque fonction de lentreprise dans le pays offrant les meilleures conditions de production. Les éléments essentiels de liPod sont un minuscule disque dur Toshiba, un lecteur de disquette Nidec, un processeur ARM, un carte Taxas Instruments, une interface USB de chez Cypress, et une mémoire flash de Sharp. Lassemblage final est assuré par Inventec, fabricant contractuel taiwanais. Les FMN organisent leur production en « installant » dans chaque pays le « module » de production le plus approprié. II/ Les modèles théoriques II/ Les modèles théoriques 1°) Motifs de lIDE et formes de linternationalisation des firmes Valeur des biens et services achetés par Apple = ½ du prix de vente Délai de passage du concept au produit mis en vente : un an

12 A- Lanalyse traditionnelle du commerce international Certains pays sont bien dotés dans un facteur de production (FP) donné Faible prix relatif de ces FP dans les pays concernés. II/ Les modèles théoriques II/ Les modèles théoriques 2°) Les théories du commerce international Déplacement des FP à la recherche dune meilleure rémunération vers les pays déficitaires en FP Egalisation internationale des dotations en FP Fin des mouvements de FP Avant la mondialisation Pays bien doté en… Productions intenses en Travail Productions intenses en Capital Après la mondialisation Autos, machines-outils… Textile, jouets… Capital Travail Pays bien doté en… Capital Pays bien doté en… Travail Capital Travail Autos, machines-outils… Textile, jouets… Autos, machines-outils… Textile, jouets… On constate que les IDE se sont substitués au commerce international

13 B- Lanalyse des facteurs spécifiques : Certains pays sont fortement dotés dans un facteur de production (FP) donné Faible prix relatif de ces FP dans les pays concernés. Cette analyse implique que lon devrait observer un échange de biens à forte intensité capitalistique exportés par les Etats-Unis contre des importations de produits intenses en main dœuvre. Et pourtant… II/ Les modèles théoriques II/ Les modèles théoriques 2°) Les théories du commerce international Flux dIDE en direction de ces pays pour profiter du faible coût de ces FP (DIPP) Renforcement des avantages comparatifs et de la DIT Accentuation des échanges commerciaux entre pays spécialisés On retrouve la théorie du commerce international formulée par David Ricardo. Les PDEM conçoivent des produits à forte VA. Les PED fabriquent ces produits avec leur travail ou dautres produits nécessitant peu de capital.

14 C- Le paradoxe de Léontief « Une explication plausible pourrait être la suivante : les Etats-Unis ont un avantage particulier pour la production de produits nouveaux ou de produits fabriqués avec des technologies innovatrices. Ces produits peuvent bien être moins intensifs en capital que les produits dont la technologie a eu le temps de mûrir et qui sont susceptibles dune fabrication de masse ». (Source : Paul Krugman, Economie Internationale, 2003.) La vérification de la théorie de la DIT pose un problème aux économistes : les exportations US sont plus denses en travail quen capital et les importations sont plus denses en capital !!! II/ Les modèles théoriques II/ Les modèles théoriques 2°) Les théories du commerce international Proportion dingénieurs- scientifiques 0,01890,0255 Capital par millions de $ Travail (en personne-année par millions de $) ImportationsExportations Contenu factoriel des IM et EX américaines en 1962 Pour Krugman, lintérêt de la mondialisation reste de permettre délargir les marchés (comme lavait analysé Adam Smith) et permettre des économies déchelle dans les productions dans lesquelles chaque pays se spécialise en fonction de ses facteurs de production spécifiques. On remarque que les Etats-Unis sont « spécialisés » dans lexportation de produits nécessitant beaucoup dingénieurs ou de scientifiques.

15 Résumons-nous… La théorie économique peut donc aussi bien présenter lIDE comme un substitut au commerce international que comme son complément. En cas dimparfaite mobilité du capital, les IDE conduisent plutôt au renforcement de la DIT ce qui développe le commerce international. Investissements verticaux 2°) Les théories du commerce international On parle de complémentarité entre les IDE et le commerce mondial II/ Les modèles théoriques II/ Les modèles théoriques Investissements horizontaux Réduisent un peu les flux déchanges de biens finis (substitution) Accroissent beaucoup les flux déchanges de biens intermédiaires (complémentarité)

16 …si des productions sont effectivement déplacées dun pays à lautre… = Transfert dun site de production national vers létranger Ces transformations peuvent représenter deux séries de menaces symétriques pour les pays… III/ Les conséquences de la mondialisation III/ Les conséquences de la mondialisation 1°) Les conséquences globales Délocalisation … cela transforme les tissus industriels des pays dorigine comme des pays daccueil Les questions précédentes sont très importantes car… « Dépendance étrangère » = Prises de contrôle des entreprises nationales par les FMN étrangères Concurrence de la main dœuvre étrangère Enfermement dans une spécialisation « dominée »

17 INCITATIONS POUR CRÉER DES EMPLOIS AUX ÉTATS-UNIS M. Obama a appelé à des réformes du code des impôts pour veiller à ce que celui-ci ne favorise pas les délocalisations d'emplois. (…) Au total, l'ensemble de ces mesures doit faire économiser 210 milliards sur dix ans à l'Etat américain, a indiqué M. Obama. L'administration compte faire rentrer dans les caisses de l'Etat 95,2 milliards de dollars sur dix ans en s'en prenant aux paradis fiscaux à l'étranger. Il s'agit de réformer des dispositions grâce auxquelles des sociétés font aujourd'hui "disparaître" leurs filiales étrangères de leurs déclarations, ce qui leur permet de transférer des revenus vers ces filiales, et d'escamoter également les impôts dus à l'Etat américain. Le Monde, 4 mai POLÉMIQUE SUR LA DÉLOCALISATION DE LA CLIO Même si Renault affirme ne pas avoir encore décidé du futur lieu de production de la Clio IV, qui doit succéder au modèle actuel à partir de 2013, le gouvernement veut se donner une image inflexible: « Nous ne laisserons pas la Clio IV être produite en Turquie, la Renault sera produite en France pour être vendue en France», a dit le ministre de l'industrie, Christian Estrosi. Le gouvernement invoque le fait que l'Etat est venu au secours de Renault pendant la crise sous la forme d'un prêt bonifié à la condition que Renault ne ferme pas d'usine en France. Selon nos informations, Nicolas Sarkozy a convoqué Carlos Ghosn à l'Elysée, samedi, pour qu'il s'explique sur ce dossier. Le PDG de Renault doit ainsi rentrer dans la précipitation des Etats-Unis où il se trouve. Selon la radio RTL, le président de la République saisirait l'occasion pour que l'Etat actionnaire exige les six postes au conseil d'administration auquel il a droit. L'Etat détient 15 % du capital et dispose de deux représentants. Le Monde, 14 janvier 2010 POLÉMIQUE SUR LA DÉLOCALISATION DE LA CLIO Même si Renault affirme ne pas avoir encore décidé du futur lieu de production de la Clio IV, qui doit succéder au modèle actuel à partir de 2013, le gouvernement veut se donner une image inflexible: « Nous ne laisserons pas la Clio IV être produite en Turquie, la Renault sera produite en France pour être vendue en France», a dit le ministre de l'industrie, Christian Estrosi. Le gouvernement invoque le fait que l'Etat est venu au secours de Renault pendant la crise sous la forme d'un prêt bonifié à la condition que Renault ne ferme pas d'usine en France. Selon nos informations, Nicolas Sarkozy a convoqué Carlos Ghosn à l'Elysée, samedi, pour qu'il s'explique sur ce dossier. Le PDG de Renault doit ainsi rentrer dans la précipitation des Etats-Unis où il se trouve. Selon la radio RTL, le président de la République saisirait l'occasion pour que l'Etat actionnaire exige les six postes au conseil d'administration auquel il a droit. L'Etat détient 15 % du capital et dispose de deux représentants. Le Monde, 14 janvier 2010 III/ Les conséquences de la mondialisation III/ Les conséquences de la mondialisation 2°) Les conséquences sur lemploi a- Inquiétantes délocalisations On voit à travers ces exemples que les Etats des PDEM font des délocalisations un enjeu électoral « Lemploi est le point névralgique des inquiétudes soulevées par les délocalisations dans les industries de main dœuvre ». Rapport dinformation au Sénat. 23 juin 2004.

18 III/ Les conséquences de la mondialisation III/ Les conséquences de la mondialisation 2°) Les conséquences sur lemploi Le maroquinier américain Coach n'en fait pas mystère : ses sacs à main sont fabriqués en Chine et en Inde. Calvin Klein sous-traite en Asie. Les polos Tommy Hilfiger et Ralph Lauren sont cousus en Indonésie. La liste est longue. Chez les italiens, Prada crée une partie de sa maroquinerie en Turquie. Armani recourt à des sous-traitants d'Europe de l'Est et de Chine. Le britannique Burberry fabrique ses trenchs au Royaume-Uni mais ses polos en Chine. (…) Certains groupes haut de gamme cultivent farouchement le « made in France », en tant que valeur et sésame à l'exportation. Chanel affirme produire exclusivement en France. La maison créée par Coco Chanel a racheté sept fournisseurs (un plumassier, un parurier, un brodeur, un bottier...) depuis 1997 pour conserver son savoir-faire. Ce n'est que quand son brodeur, François Lesage, ne peut assurer toutes les commandes en prêt-à-porter, que Chanel sous- traite en Inde. Hermès assure que le souci est de « rechercher le meilleur savoir-faire », en France ou à l'étranger, en Angleterre pour les chaussures Lobb, en Suisse pour l'horlogerie. Les carrés de soie sont dessinés, colorés, tissés, imprimés et ennoblis en Rhône-Alpes. Mais c'est à Madagascar, reconnu pour son travail d'aiguille, qu'ils sont souvent « roulottés » (roulés pour faire l'ourlet). Une opération qui représente moins de 5% du prix de revient d'un foulard. Mais « la production des objets Hermès reste très majoritairement française ». b- Les formes des délocalisations Délocalisation: transfert, par IDE de tout ou partie de lappareil productif à létranger, afin de réimporter sur le territoire national lessentiel des biens produits à moindre coût. Recours à la sous-traitance d une activité, mais sans investissement (externalisation de la production vers une firme située à létranger). Par extension « LES GÉANTS DU LUXE ASSUMENT LEURS DÉLOCALISATIONS » Le Monde, 15 octobre 2009

19 III/ Les conséquences de la mondialisation III/ Les conséquences de la mondialisation 2°) Les conséquences sur lemploi c- Les avantages des délocalisations in Rapport au Sénat, Juin 2004 Réduction des coûts Source : entretiens ATKearney réalisés en 2003 auprès dacteurs de lindustrie automobile « Lécrasante majorité des biens et services dont la production est délocalisée, au sens strict du terme, des pays industriels vers des pays en développement, sont des produits dits « matures ». La maturité exprime le fait quaucune innovation, technologie ou autre caractéristique discriminante intégrée au produit ne peut plus permettre à celui-ci, en le distinguant dun produit similaire, déchapper à la concurrence par les prix. » Proximité clients Croissance des ventes Amélioration de la productivité Ouverture à un marché étranger Amélioration de la qualité de services Accroissement des compétences Divers Réduction des coûts

20 Distance physique III/ Les conséquences de la mondialisation III/ Les conséquences de la mondialisation 2°) Les conséquences sur lemploi d- Les risques des délocalisations Source : Rapport au Sénat, Juin 2004 Les risques sont tels que lon voit des entreprises relocaliser leurs activités. Ainsi, la compagnie parisienne « Les Taxis Bleus » a renoncé à ses centres dappels marocains au bout de trois mois après avoir constaté une dégradation de la qualité de laccueil téléphonique. Aux Etats-Unis, Dell a dû rapatrier une partie des services délocalisés en Inde en raison des trop nombreuses plaintes de ses clients. » Le cabinet ATKearney estime que les coûts cachés représentent de 15 % à 60 % du total des gains apparents attendus de la décision. Problèmes culturels Rotation du personnel Risques de transition Risques dinfrastruc- tures Disponibilité du management intermédiaire Risque pays Viabilité à long terme des prestataires Risques clés

21 III/ Les conséquences de la mondialisation III/ Les conséquences de la mondialisation 2°) Les conséquences sur lemploi e- Les effets des délocalisations pour les pays Demande de biens intermédiaires Intensification de la concurrence Limplantation de FMN dans un pays renforce la pression concurrentielle. Des firmes locales peuvent alors disparaître, mais des emplois peuvent être créés. La hausse de la demande en biens intermédiaires peut favoriser les économies déchelle dans ces secteurs, dont tous les producteurs de biens finaux vont profiter. Exemple : En France, en 2006, les 58,4 milliards dIDE ont créé emplois qui se sont répartis entre des créations de sites (36,1 % des emplois créés), des extensions (40,2%) et des reprises dentreprises en difficulté (20 %) (Le Monde 1° mars 2007) Exemple : Cette demande en biens nationaux par les filiales des FMN a été un catalyseur de développement pour lIrlande (le Tigre celtique). Après leffet concurrentiel, leffet « demande de biens intermédiaires » a pris le dessus. Ce ne sont pas les pays hôtes, mais les pays dorigine des IDE qui sinquiètent de la disparition de leur industrie. Or, ces derniers sont justement les premiers pays daccueil des IDE !!! Emplois directs créés par les IDE entrants - Emplois détruits par les IDE sortants + Emplois indirects créés par les IDE entrants + Emplois sauvés par les IDE entrants = Effet net des IDE sur lemploi

22 III/ Les conséquences de la mondialisation III/ Les conséquences de la mondialisation 2°) Les conséquences sur lemploi e- Les effets des délocalisations dans les pays (Bilan) « Nul nest en mesure aujourdhui détablir quantitativement la part des délocalisations dans les évolutions de lemploi industriel français. Plusieurs signes indiquent toutefois quil ne saurait sagir, globalement, dun mouvement de grande ampleur. » Rapport au Sénat, Juin 2004 « Nul nest en mesure aujourdhui détablir quantitativement la part des délocalisations dans les évolutions de lemploi industriel français. Plusieurs signes indiquent toutefois quil ne saurait sagir, globalement, dun mouvement de grande ampleur. » Rapport au Sénat, Juin 2004 Même si chaque annonce dentreprise délocalisée fait la une des journaux, cela ne concerne que quelques dizaines de milliers demplois. Selon les estimations du CEPII, 1 euro investi à létranger génère 0,59 euro dexportations et 0,24 euro dimportations, soit un excédent commercial de 0,35 euro dont on peut penser quil est positif en terme demploi. CEPII : Centre dEtudes Prospectives et dInformations Internationales. Emploi salarié des secteurs principalement marchands Si lindustrie perd globalement des emplois, les services (qui sont au cœur de nos avantages comparatifs) en créent (+ 0,2 % au 4° trim. 2009)

23 Ce quon peut retenir : si le commerce international stimule la croissance économique et permet le développement des pays émergents, leffet global de la mondialisation est positif, même sur lemploi. Les analyses économiques concluent presque toutes à un gain à léchange. Cependant, la mondialisation oblige les pays à faire face à des mutations structurelles et à une inquiétude globale des populations dont les modes de vie sont bouleversés. Certaines évolutions sont donc problématiques. Après avoir étudié les impacts de la mondialisation en termes culturels, nous verrons quelles sont ses conséquences sur la politique économique des Etats.


Télécharger ppt "Eugène Pottier « Par essaims, le chinois fourmille Ils ont des moyens bien compris Pour s'épargner une famille Et travailler à moitié prix Avis aux ouvriers."

Présentations similaires


Annonces Google