La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

IST : Le retour ? Professeur D. Peyramond Hôpital de la Croix Rousse.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "IST : Le retour ? Professeur D. Peyramond Hôpital de la Croix Rousse."— Transcription de la présentation:

1 IST : Le retour ? Professeur D. Peyramond Hôpital de la Croix Rousse

2 -la Conférence de Consensus de la SPILF : "Les IST chez la femme, l'adolescente, le nouveau-né". Grenoble 1993: - La conférence d'experts américains. CDC. Atlanta Les recommandations de l'OMS Rapports « ad hoc » de lIVS : Recommandations établies d'après :

3 IST : Généralités 1 OMS : 250 millions nouveaux cas chaque années 330 millions depuis 2005 CONSEQUENCES : -Fonctionnelles : stérilité (post-salpingitique) -Vitales (SIDA, hépatites..) -Transmission materno-foetale Actualités en France : épidémiologie toujours riche et présente : Ex :-forte recrudescence de la syphilis en augmentation de gonococcies depuis réapparition de la LGV en

4 IST : Généralités 2 5 PRINCIPES FONDAMENTAUX : 1.Connaître les signes évocateurs génitaux et extra-génitaux. 2.Toute IST suspectée devrait être confirmée biologiquement - Intérêt diagnostic et thérapeutique - Intérêt épidémiologique 3. Reconnaître une IST cest poser la question de lexistence de(s) (l) autre(s). 4. Le traitement anti-infectieux dune IST est insuffisant - Règles d'hygiène de vie - Contrôle de guérison Dépistage des autres IST éventuellement associées Toute IST découverte chez un enfant de moins de 15 ans ( ?) est synonyme dABUS SEXUEL

5 Patient (symptomatique ou non) consultation Diagnostic clinique de Syphilis, Gonocoques & LGV rectales InVS Validation/saisie/analyses Diffusion / rétroinformation Diagnostic positif Gonocoques (Renago) Chlamydia (LGV, Renachla) CNR Gonocoques Chlamydia Réseau de cliniciens volontaires Réseaux de laboratoires volontaires Organisation de la surveillance des IST

6 Le Réseau de cliniciens volontaires Définition de cas clinique et biologique : - Syphilis primaire, secondaire et latente précoce - Gonococcies, LGV. Sites participants : - CIDDIST (DAV), CDAG, - Consultations hospitalières - Cabinets de médecine de ville Un questionnaire clinique + un autoquestionnaire comportemental

7 La Syphilis

8 Nombre de cas de syphilis, France,

9 Nombre de cas de syphilis par régions, France,

10 Description des cas de syphilis (n=2306) France, Sexe : 95 % hommes Age moyen : Hommes : 37 ans Femmes : 33,4 ans Orientation sexuelle 74 % homosexuels masculins 9 % bisexuels 17 % hétérosexuels

11 Infections à Treponema pallidum (2) J0Contamination J20-45 primaire J30-90 ( 4 ans) Secondaire 5-20 ans Tertiaire latente

12 Infections à Treponema pallidum (3) Précoce : primaire, Benzathine-pénicilline (Extencilline*) : u, dose unique par voie IM, en 2 sites différents. Alternatives ou doxycycline : 200 mg / j per os, en 2 prises, x 14 j ou roxithromycine : 300 mg / j, per os, en 2 prises, x 14 j

13 Infections à Treponema pallidum (4) Précoce : secondaire, latente, 1 an non traitée : Benzathine-pénicilline (Extencilline*) : u voie IM, en 2 sites différents x 1 fois / semaine x 3 semaines Alternatives ou doxycycline : 200 mg / j per os, en 2 prises, x 30 j. ou roxithromycine : 300 mg / j, per os, en 2 prises, x 30 j Neurologique : Benzyl-pénicilline (pénicilline G): 18 à 24 M u/j, en perfusion continue pendant 10 à 14 j.. Herxheimer. Corticotérapie x 3 j

14 Les Gonococcies

15 Réseaux de laboratoires volontaires CNR gonocoques (IAF – Paris) Culture ou PCR InVS Isolements Données individuelles Données agrégées Nombre de recherches Nombre de positifs Peu de données cliniques, Aucune donnée comportementale Laboratoires de ville Laboratoires hospitaliers CNR Chlamydia (Bordeaux) Prélèvements Renago LGV ¾ lab ville ¼ lab hopital

16 Nombre moyen de gonocoques isolés par an par laboratoire actif*, Renago – : N = 718 3,75 Ng/lab 2006 (2 en 2005 soit +75 % ) *Laboratoire actif : > 5 mois participation par an Total Hommes Femmes

17 Variation du Ng/Lab/an selon la région et le sexe, Renago TotalHommesFemmesNg/lab en 2006 Ile-de-France+13%+15%-9%7,7 Hors Ile-de- France +94%+49%+357 %2,8

18 Surveillance des gonococcies - Réseau de cliniciens, Six CIDDIST (3 Paris) 409 infections gonococciques (70 à 88 cas/an) 3/4 des cas en Ile-de-France Hommes (96%), âge moyen 32 ans Orientation sexuelle 69% dhommes homosexuels, 27% dhommes hétérosexuels, 4% de femmes hétérosexuelles 16% séropositifs pour le VIH dont 91% sont homosexuels

19 Infections à Neisseria gonorrhae (4) Traitement urétrites, cervico-vaginite : Dose unique pour toutes infections basses Association souhaitable à un Ttt contre C. trachomatis Ceftriaxone : 250 mg IM + doxycycline : 100 mg x 2/j x 7 j, p.o. Ou Ciprofloxacine (Uniflox*) 250 mg, pefloxacine (Péflacine Monodose*) 800 mg, oflocet (Monoflocet*) : 400 mg, céfixime (Oroken*) : 200 mg x 2 Spectinomycine (Trobicine*) : 2 g IM (homme), 4 g IM (femme)

20 Infections à Neisseria gonorrhae (5) Rectite et Pharyngite : Même Ttt pendant 5 j Gonococcie et grossesse : Ceftriaxone (Rocéphine*) 250 mg IM et/ou macrolides p. ex. : Roxithromycine (Rulid*) 150 mg x 2 / j x 15 J Gonococcémie : Ceftriaxone (Rocéphine*) : 1 g / j, IM ou IV pendant 15 j (arthrite ou méningite) à 1 mois (endocardite)

21 La lymphogranulomatose vénérienne rectale (LGV)

22 Réseaux de laboratoires volontaires CNR gonocoques (IAF – Paris) Culture ou PCR InVS Isolements Aucune donnée clinique, ni comportementale Laboratoires de ville Laboratoires hospitaliers CNR Chlamydia (Bordeaux) Prélèvements Renago LGV 3 lab à Paris, 7 hors IDF CNR des chlamydia Confirmation de Chlamydia trachomatis Par PCR Génovar LGV : L1, L2,L3 Génovar non LGV : Da, G, E, F, G ou J

23 Infections à Chlamydia trachomatis C.trachomatis : génovarABCDTrachome F à KIST, Inf. oculaires L1, L2, L3LymphoGranulomatose Vénérienne Agent de IST le plus fréquent : # cas en France 60 % des UNG 50 % des UPG 80 % des femmes partenaires Incubation : 10 –15 j (3 à 60 j)

24 Lympho Granulomatose Vénérienne (1) C. Tracomatis L1, L2, L3. endémique en Afrique, Asie du SE, Amérique-Sud Rare en France, habituellement, pathologie dimportation, mais Épidémie récente : 144 cas. en (Paris, Bordeaux) dus au sérovar L2 Incubation : 3 à 30 j. Évolution en 3 phases: 1) chancre génital ou anal 2) Poradénite inguinale 3) Fibrose génitale ou rectale, blindage lymphatique du pelvis

25 Nombre de chlamydioses rectales, France Nombre de cas LGVCt non-LGV 21 LGV Total LGV = Non LGV Total Ct non LGV = 153 { { LGV : Génovar L1, L2, L3 Ct non LGV : Génovar Da, G, E, F, G ou J

26 LGV rectales en France en % (133/140) des diagnostics par des laboratoires parisiens Exclusivement des hommes Âge moyen 37 ans (stable) 94% étaient séropositifs pour le VIH (N = 43)

27 Lympho Granulomatose Vénérienne (2) Traitement Doxycycline 200 mg / j x 21 j, en 2 prises ou Roxithromycine (Rulid*) 300 mg / j x 21 j, en 2 prises

28 Synthèse En 2006, 5 ans après la résurgence de la syphilis 3 ans après lémergence de la LGV Augmentation du nombre de cas déclarés de syphilis et de LGV Et les indicateurs des gonococcies continuent daugmenter

29 Limites des systèmes de surveillance des IST Réseau de laboratoires (Renago, LGV) Peu ou absence de données cliniques et comportementales Réseaux de cliniciens (syphilis, gonococcies, LGV) Bonnes données cliniques et comportementales Souvent peu représentatifs de la population générale car centrés sur : certaines populations consultant dans des lieux spécifiques sur certaines villes (IDF et le Nord)

30 IST - Conclusion Lien étroit entre les IST et le VIH Risque accru de transmission VIH Nécessité de poursuivre les campagnes de prévention des IST Promouvoir le dépistage et la prise en charge des IST et VIH Maladies sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques

31 Ginette, les 48 PRESERVATIFS, Taille MAXIMUS, à la fraise cest combien ? 1er décembre 2008 : JOURNEE MONDIALE DU SIDA Noubliez pas !


Télécharger ppt "IST : Le retour ? Professeur D. Peyramond Hôpital de la Croix Rousse."

Présentations similaires


Annonces Google