La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

EPIDEMIOLOGIE DE LA PRIMOINFECTION VIH,MST,IMPACT SUR LA TRANSMISSION Dr Véronique BARANKENYEREYE USLS/SANTE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "EPIDEMIOLOGIE DE LA PRIMOINFECTION VIH,MST,IMPACT SUR LA TRANSMISSION Dr Véronique BARANKENYEREYE USLS/SANTE."— Transcription de la présentation:

1 EPIDEMIOLOGIE DE LA PRIMOINFECTION VIH,MST,IMPACT SUR LA TRANSMISSION Dr Véronique BARANKENYEREYE USLS/SANTE

2 INTRODUCTION Linfection VIH est avant tout sexuellement transmissible Les études épidémiologiques par catégorie dexposition montrent que lacquisition du VIH lors des rapports sexuels (hétérosexuel et homosexuel) représente un pourcentage minimal de 50 à 60% des cas dans la plupart des pays développés et de 90% des cas dans la plupart des pays en développement.

3 suite La transmission sexuelle du VIH est plus fréquente à travers le monde que les autres modes de transmission (sanguine, toxicomanie et transmission maternelle) Les MST et infection à VIH sont étroitement liés Les maladies sexuellement sont de bons marqueurs épidémiologiques de lextension de linfection VIH Le sida sest répandu de manière dans les populations ayant une sexualité à risque et dans les pays ou la prévention et linformation sur les MST étaient le moins bien organisé.

4 EPIDEMIOLOGIE DES MST ET INFECTION La crainte du sida et la modification des comportement sexuel quelle a entraîné dans les pays occidentaux ont provoqué une diminution importante de lincidence des MST, à partir du milieu des années 1990 La syphilis et la gonococcies ont considérablement diminué dans la période dans la plupart des pays développés en particulier en France.

5 suite La baisse des infections urogénitales à chlamydia trachomatis a été plus récente du fait du caractère endémique de cette infection. Les infections virales comme les verrues génitales et lherpès hyper endémiques dans la population nont en revanche pas encore diminués, voir ont augmenté.

6 suite Beaucoup reste à faire en matière dinformation et de prévention vis à vis à vis des populations socialement défavorisées. Dans les pays en développement, en particulier en Afrique et en Europe de lEST, les MST nont cessé de progresser parallèlement à lextension de linfection à VIH, car elle participent à la dissémination du VIH, en particulier fait des ulcérations génitales quelles provoquent.

7 Gonoccocie La gonoccocie était devenue très rare en France dans la période du fait que la notification des comportements sexuels et lutilisation des préservatifs chez les prostituées et les homosexuels masculins, les deux populations les plus à risque

8 suite Le paysage de la gonococcie a profondément changé depuis une dizaine dannée avec représentation croissante des homosexuels qui représentait 10% des cas de gonococcie urétral en 1986, 20% en 1995 et 50% à 60% depuis 1999 Chez les hétérosexuels, 3,5% sont séropositifs pour le VIH

9 suite 58% des homosexuels et 10% ne reconnaissent comme mode de transmission que la seul fellation non protégée 14% des homosexuels et 6% des hétérosexuels hébergent du méningocoque dans le pharynx. la présence concomitante de gonocoques et de méningocoque dans le pharynx des patients homosexuels exposent au risque de transfert de résistance plasmidique entre les souches de gonocoque et de méningocoque La gonococcie semble constituer constituer un réservoir important pour la dissémination de linfection conocoque.

10 Syphilis LA déclaration de la syphilis était obligatoire en France jusquen juin 2000 Une diminution régulière du nombre des cas à partir des années 1950 a été observée jusquen milieu des années 1990 et la syphilis avait pratiquement disparue dans les années Depuis 1999, laugmentation des cas de syphilis sest faite de façon régulière et rapide à partir de 2001 et a justifié de façon rapide la création dun réseau des sites volontaires de notification.

11 Suite Entre janvier 2002 et janvier 2006, prés de 2000 cas de syphilis précoce ont été observés à Paris Il sagit de la syphilis secondaire Environ 50% de la syphilis précoce observée chez les homosexuels semblent avoir été contactés par la fellation non protégée Linformation doit également porter sur les risques de la sexualités orales.

12 suite En Afrique, lincidence reste très élevée (2 à 10%) des populations sont touchées.

13 Lymphogranulomatose vénérienne La LGV, vénérienne ou maladie de Nicolas Favre avait disparu du monde occidental est réapparue en 2003 Il sagit dune forme particulière avec rectite aigué mucopurulente due au génotype 12b de chlamydia trachomatis touchant des homosexuels pratiquant un sexe à très haut risque et le plus souvent séropositifs pour le VIH.

14 REPRISE DES COMPORTEMENTS SEXUELS A RISQUE La recrudescence de la gonococcie et de la syphilis est à mettre sur le compte dune reprise des comportements sexuels à risque dans la communauté homosexuels. Cette reprise de risque est très important chez les homosexuels seropositifs pour le VIH, que chez les homosexuels seronégatifs

15 suite La reprise de la sexualité à risque chez les homosexuels a été également confirmée aux pays bas et aux états unis. Elle peut avoir des causes multiples: La lassitude Une mauvaise information chez les plus jeunes Le sexe sur Internet

16 suite La prise des drogues dalcool et la dépression La diminution de la contagiosité des patients infectés par le VIH et sous trithérapie Antiretrovirale peut être annulé par laugmentation des prises de de risque.

17 Autres infections MST Chlamidia trachomatis Lherpes génital et les infections à papilomavirus restent hyperendemiques dans la population Hépatites C

18 suite La crainte du Sida a également suscité des modifications épidémiologiques importantes du fait de la pratique de plus en plus fréquente dune sexualité orale comme prévention de linfection de linfection VIH. La sexualité orale nest pratiquement jamais protégée( moins de 5% de cas) et les primoinfections herpétiques génitales à HSV-1 represent plus de la moitié des primo infections herpétiques génitales. La sexualité orale est également responsable de la moitié des cas de syphilis et de gonococcie chez les homosexuels.

19 MST ET TRANSMISSION DU VIH Les MST facilitent la transmission et lacquisition de linfection VIH par les érosions muqueuses quelles provoquent. La CV VIH dans des ulcérations génitales est très élevée au cours de la syphilis, du chancre mou et de lherpès et elle diminue après traitement.

20 CIRCONCISION ET TRANSMISSION DU VIH Des études faites (en Afrique du SUD) a montré un effet protecteur de la circoncision masculine de 60% dans un cohorte de 3000 hommes.

21 MST ET AGRAVATION DE LINFECTION Certaines données ont démontrent laggravation de linfection VIH par les agents infectieux comme par ex: la transactivation du VIH par le virus herpès.

22 CONCLUSION La présentation des MST est globalement assez classique chez les patients avec des difficultés particulières pour prise en charge des infections virales Dans les pays en développement, les MST sont des cofacteurs majeurs de lentretien de lendémie VIH

23 DOCUMENTATION VIH, EDITION 2004 P-M GIRARD,ch. KATLAMA G. PIALOUX

24 MERCI DE VOTRE ATTENTION

25


Télécharger ppt "EPIDEMIOLOGIE DE LA PRIMOINFECTION VIH,MST,IMPACT SUR LA TRANSMISSION Dr Véronique BARANKENYEREYE USLS/SANTE."

Présentations similaires


Annonces Google