La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA GALE DANS LES ETABLISSEMENTS DE SOINS. Au cours des trois dernières années, les A.R.S ont signalé à la CIRE (Commission Inter Régionales dEpidémiologie)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA GALE DANS LES ETABLISSEMENTS DE SOINS. Au cours des trois dernières années, les A.R.S ont signalé à la CIRE (Commission Inter Régionales dEpidémiologie)"— Transcription de la présentation:

1 LA GALE DANS LES ETABLISSEMENTS DE SOINS

2 Au cours des trois dernières années, les A.R.S ont signalé à la CIRE (Commission Inter Régionales dEpidémiologie) plusieurs épidémies de gale survenues dans différents types de collectivités, telles que maisons de retraite, établissements scolaires, établissements hospitaliers … Si la gale demeure une affection bénigne, elle se caractérise aussi par une forte contagiosité pouvant être à lorigine dépidémies longues, difficiles à maîtriser, notamment dans les collectivités et institutions et occasionnant de ce fait des coûts et des surcharges de travail non négligeables.

3 Dans un établissement, souvent de long séjour, un patient, souvent âgé, qui se gratte. Quoi de plus banal ! Et les lésions caractéristiques de la gale seront méconnues. Cest souvent la survenue du prurit dans une zone « découverte » chez un membre du personnel qui entraîne le diagnostic, fait parfois par un médecin de ville. Le lendemain, tout le personnel se gratte … et la panique sinstalle où la gale est surtout « dans la tête ».

4 1)Situation du problème Généralement, la prise de conscience dune épidémie de gale est souvent liée à la découverte de cas parmi le personnel. la symptomatologie peu évocatrice un diagnostic tardif contribue à augmenter lexposition du personnel et des patients.

5 2)La gale sarcoptique La gale est une ectoparasitose (parasitose cutanée) liée à la colonisation de la couche cornée de lépiderme par un acarien : Sarcoptes scabiei variété hominis (parasite humain obligatoire).

6 2-1 – Epidémiologie La gale est une maladie ubiquitaire. Elle touche des individus des deux sexes, de tous les âges, de tous les milieux sociaux et sur tous les continents.

7 2-2 – Mode de transmission La transmission se fait essentiellement par les femelles adultes fécondées et très rarement par les formes larvaires. Elle est avant tout interhumaine, par contact direct « peau contre peau » Elle nécessite des contacts étroits prolongés. La contamination peut également seffectuer de manière indirecte, par lintermédiaire de lenvironnement, essentiellement le linge et la literie (mobilier : canapé en tissu ou en cuir …). Même si ce mode de transmission est plus rare du fait de laffaiblissement du parasite hors de son hôte, il ne doit pas être écarté.

8 La survie du sarcopte hors de lhôte varie en fonction de la température et de lhumidité : - Température basse, humidité élevée = favorable - Température élevée, humidité faible = mort Le parasite est tué en quelques minutes, par des températures supérieures à 60°. En général, la survie de lacarien dans lenvironnement en dehors de son hôte est brève, de lordre de 2 jours, voire 4 si les conditions sont favorables. Par contre, elle est plus élevée pour les larves (5 jours) ou les œufs (10 jours) mais leur implication dans la propagation de la gale nest possible que sils sont en très grand nombre.

9 2-3 – Physiopathologie Les sarcoptes saccouplent sur lhôte. Après la fécondation, le mâle meurt et la femelle creuse un sillon dans la couche cornée de lépiderme. Elle progresse de un à deux millimètres par jour et y pond environ 3 à 5 œufs par jour durant un à deux mois avant de mourir. Les œufs vont éclore en 3-4 jours, pour donner chacun une larve et sortir du sillon. Les larves, après plusieurs mues, se transforment en nymphe puis en sarcopte adulte (environ 15 jours).

10 Cycle parasitaire de sarcoptes scabiei

11 2-4 – Incubation La période dincubation silencieuse de la gale est en moyenne dun mois. Le risque de transmission, bien que faible, existe pendant la phase dincubation. 2-5 – Diagnostic Diagnostic clinique Le diagnostic est évoqué sur lassociation dune éruption cutanée et dun prurit.

12 Le prurit : à recrudescence nocturne, débute sur les cuisses puis se généralise épargnant le visage, le cou et le dos. Il est intermittent, habituellement aggravé par les bains chauds, le déshabillage et la tiédeur du lit. Léruption cutanée siège tout particulièrement dans les espaces interdigitaux, la paume des mains et la plante des pieds, la face antérieure des poignets, les coudes, lemmanchure antérieure, la région ombilicale, la région interne des cuisses, la région lombaire basse.

13 Principales localisations des lésions provoquées par le sarcopte

14 Léruption de la gale comporte un signe spécifique, le sillon scabieux : petite lésion sinueuse filiforme de quelques millimètres à un centimètre de long. Il correspond au trajet de lacarien dans la couche cornée, avec parfois à lune des extrémités une petite surélévation de la taille dune tête dépingle (vésicule perlée). Cest au niveau de cette zone que le vaccinostyle peut recueillir lacarien.

15 Les sillons se trouvent le plus souvent entre les doigts sur la face antérieure des poignets. Le reste des éruptions est moins évocateur. Les formes cliniques atypiques : - La gale profuse : souvent la conséquence dun diagnostic tardif. Lésions très étendues, prurigineuses. - La gale norvégienne : gale érythrosquameuse. Elle se voit principalement chez les personnes immunodéprimées ou chez les personnes âgées.

16 Caractérisée par une absence de prurit qui engendre une pullulation de parasites du fait du non grattage, cette forme est très fortement contaminante et responsable dépidémies au sein des collectivités. - La gale du nourrisson, particulière par lexistence dune atteinte palmo-plantaire et péri- buccale. Le caractère familial de la maladie représente un argument diagnostic important. - La gale des gens propres dont le principal symptôme est le prurit. - La gale croûteuse : très étendue avec lésions croûteuses, tout particulièrement au niveau des coudes et de laréole mammaire.

17 2-5-2 Eléments du diagnostic Ils reposent sur : - un prurit intense - la notion de contact avec des personnes atteintes ou suspectes - la présence de sillon - des papules entre les doigts, sur le tronc et sur la région génitale - la mise en évidence de lacarien par recueil à laide dun vaccinostyle. Ce prélèvement est effectué de préférence par le biologiste au laboratoire.

18 2-5-3 Diagnostic différentiel - Prurit sénile - Eczéma - Psoriasis - Pédiculose corporelle - Prurit métabolique (insuffisance rénale, hépatique) - Prurit médicamenteux - Prurit psychologique

19 2-6 – Traitement La gale est une affection contagieuse qui nécessite impérativement de traiter lentourage des patients contaminés et/ou suspects, même en labsence de symptômes. Il existe deux types de traitement antiparasitaire : - le traitement local - le traitement par voie générale qui, lun comme lautre, seront administrés de façon simultanée aux sujets atteints et aux sujets contacts.

20 2-6-1 Traitements locaux Les principaux médicaments disponibles actuellement en France sont lassociation benzoate de benzyle/sulfiram (Lotion ASCABIOL) et lassociation esdépallétrine/butoscycle de pipéronyle (Aérosol Sprégal). Activité et délai daction : Les traitements locaux sont actifs sur tous les stades du cycle de développement du parasite, les œufs, les larves et les sarcoptes adultes. Leur délai daction est immédiat.

21 Mode dapplication : Avant application, veiller à avoir une bonne hygiène des ongles (courts etbrossés) et prendre un bain ou une douche chaude suivie dun séchage doux. ASCABIOL : une application en badigeon à laide dun pinceau plat (environ 7 cm) en deux couches successives (intervalle de 10 à 15 minutes équivalent au temps de séchage), sur la totalité de la surface corporelle en insistant sur les lésions et en évitant seulement le visage. Laisser en contact 24 heures, puis laver. Il est conseillé de réaliser lapplication du médicament le soir après le repas afin déviter toute toilette ultérieure pendant le temps de contact, en particulier celle des mains.

22 Si le lavage des mains est nécessaire, réaliser une nouvelle application. Chez lenfant, envelopper les mains dans des moufles afin déviter lingestion de produit. SPREGAL : Par simple pulvérisation sur la majorité du corps, à lexception du cuir chevelu où il vaut mieux utiliser un coton imbibé de produit. Sa durée dapplication est de 12 heures, puis laver. Contre-indications et précautions demploi : ASCABIOL na aucune contre-indication. Respecter le mode demploi chez lenfant de mois de deux ans et chez la femme enceinte. Dans ces deux cas, il est impératif de se limiter à une seule application dont la durée doit être réduite à 12 heures, voire 6 pour les très jeunes enfants.

23 SPREGAL est contre-indiqué chez les sujets asthmatiques, les nourrissons ou les enfants ayant des antécédents de bronchite dyspnéisante. En labsence de données, ce produit ne sera utilisé pendant la grossesse que si nécessaire. Effets indésirables : - Sensation de cuisson lors de lapplication - Peuvent être irritants et ce, dautant plus que leur utilisation est répétée - Après traitement, le prurit régresse en deux ou trois jours.

24 Deuxième prise du traitement médical En fonction de lévolution clinique et sur prescription médicale, renouveler le cas échéant à J8 une application unique. Remarques : un pinceau par patient identifié à son nom et à jeter après utilisation. Une heure de « temps agent » par patient est nécessaire à lapplication des traitements locaux.

25 2-6-2 Le traitement par voie générale Il existe actuellement un seul traitement par voie générale, le STROMECTOL (Ivermectine) qui se présente sous la forme de comprimés non sécables. Activité et délai daction : Livermectine est active sur les sarcoptes adultes, son activité sur les larves est mal établie. Concentration maximum 8 heures après la prise et décline 24 heures après la prise.

26 Posologie : Une prise unique par voie orale (en fonction du poids), si possible la prise doit être encadrée dun jeûne de deux heures avant et après. Il est conseillé, pour des raisons pratiques, dorganiser une prise matinale du traitement. Cependant, une administration le soir au coucher a certains avantages : - respect des deux heures de jeûne, - concentration maximale en fin de nuit.

27 Nécessité dune deuxième prise, en effet lefficacité mal établie de livermectine sur les larves est un argument supplémentaire en faveur dune deuxième cure ou dune association à un traitement local. Le délai entre les deux prises : il parait préférable de programmer la deuxième administration à J15 sur prescription médicale. Contre-indication : - Enfants de moins de 18 kg - Allaitement - Grossesse : utilisation déconseillée au premier trimestre

28 Effets indésirables : - Troubles du sommeil - Démangeaisons qui peuvent persister quelques semaines sans pour autant être un signe déchec du traitement - Douleurs articulaires et musculaires - Adénopathie Choix thérapeutique : Pas de consensus pour le traitement local et/ou oral : cependant la facilité dutilisation plaide en faveur du traitement per os, et ce dautant plus que le nombre de personnes à traiter est important.

29 2-7 – Traitement de lenvironnement Le traitement de lenvironnement comprend, dune part le traitement du linge indispensable à la réussite thérapeutique, et dautre part, une éventuelle désinfection par un acaricide de lenvironnement général (literie, mobiliers absorbants …) Traitement du linge De nombreux échecs thérapeutiques ou de nombreuses ré-infestations sont dus à une absence ou un mauvais traitement du linge. Ainsi, la réussite dun traitement antiparasitaire repose, non seulement sur le traitement médical des patients, mais aussi sur la désinfection du linge.

30 Il est donc important de désinfecter dans le même temps les vêtements et le linge du lit. Champ dapplication du linge à traiter : Vêtements, serviettes de table, draps, taies doreiller, housse de couette, couvertures, chaussons, chaussures, gants, doudous … En cas de lésions identifiées du cuir chevelu, la liste doit être étendue aux bonnets, chapeaux, foulards, écharpes, casques de moto ou vélo.

31 Mode opératoire : 1.Se protéger avant toute manipulation du linge : porter des gants jetables et une surblouse à manches longues. 2. Recueillir le linge dans un sac plastique ou hydrosoluble en premier emballage. 3. Enlever ses gants et les jeter à la poubelle. 4.Effectuer un lavage simple des mains. 5. Si possible, mettre le sac plastique dans un deuxième emballage au seuil de la chambre.

32 6. Transporter le linge emballé à la blanchisserie. 7.A la blanchisserie, se protéger avant toute manipulation du linge (gants jetables, surblouse à manches longues). 8. Dès que possible, lavage en machine à 60° C (dans ce cas, le traitement antiparasitaire du linge nest pas nécessaire). Le linge doit être mis dans la machine à laver en vidant le sac sans toucher le linge, même avec des gants. 9.Sinon, isolement et traitement antiparasitaire pour les tissus ne supportant pas cette température ou si le lavage nest pas envisageable (chaussures) :

33 -vaporiser lacaricide (A-PAR), -fermer hermétiquement le sac (noter date et heure de la désinfection, nom et prénom du patient), -laisser en contact au moins trois heures (selon les indications du fournisseur), -si possible, lavage à plus basse température, sinon réutilisable après deux heures daération, -stocker le linge dans un lieu dédié et identifié. 10.Si lutilisation dun acaricide nest pas envisageable, lisolement en sac hermétique doit durer environ 8 jours. Le linge sera stocké dans une pièce dédiée et identifiée.

34 Le personnel en charge du ramassage du linge doit changer de blouse en fin de manipulation du linge à risque et la mettre également à laver à 60° C. Précautions demploi : les produits acaricides ne doivent pas être manipulés par ou en présence dun sujet asthmatique ou dune personne ayant des troubles respiratoires. Effectuer le traitement du linge dans une pièce aérée. Les personnels chargés de cette tâche doivent porter un masque.

35 2-7-2 Désinfection de lenvironnement Le traitement de lenvironnement est indiqué dans le cas de gale norvégienne profuse ou dans un contexte épidémique. Privilégier le matériel à usage unique ou individualisé au patient, si matériel réutilisable avec tissu (brassards, sangles …) le traiter avec lacaricide dans un sac plastique pendant trois heures.

36 Traiter tous les éléments du mobilier constitués de matériaux absorbants et potentiellement en contact avec le sujet atteint (lit, fauteuil …). Pas de risque de contaminations par le biais de surfaces froides et inertes telles que vaisselle, couverts, stylo, papiers … Après pulvérisation de lacaricide, temps de contact denviron 3 heures, aérer les locaux, puis procéder à un nettoyage complet des locaux et du mobilier. La literie décontaminée est réutilisable dans les 12 heures après pulvérisation sans lavage.

37 2-7-3 Information Explication des mesures de contrôle : - au personnel intervenant auprès du ou des patients « atteints » ou « contacts » - aux intervenants extérieurs - à la structure dorigine ou de destination si transfert récent - à la blanchisserie de la structure

38 Recommandations : - aux visiteurs (limiter les visites, port de surblouse, hygiène des mains, ne pas utiliser les toilettes du patient atteint) - pas de transfert du ou des patients avant prescription de larrêt de lisolement, cest-à-dire 48 heures après administration du traitement Précautions complémentaires Aux précautions standard habituelles qui sont une barrière efficace à la transmission : ajouter des précautions complémentaires « contact » (minimum 48 h).

39 - Rappel « précautions contact » sur la porte de la chambre - Chambre individuelle si possible ou regroupement si plusieurs patients atteints - Port de gants et de surblouse à manches longues avant dentrer dans la chambre - Recueillir les déchets dans la chambre, fermer le sac avant de sortir et lévacuer dans la filière DASRI - Pratiquer un lavage simple des mains dans la chambre après le retrait des gants (action mécanique pour évacuer les parasites) puis SHA (pour la lutte contre la transmission croisée en général). Une prescription médicale met un terme à lisolement septique.


Télécharger ppt "LA GALE DANS LES ETABLISSEMENTS DE SOINS. Au cours des trois dernières années, les A.R.S ont signalé à la CIRE (Commission Inter Régionales dEpidémiologie)"

Présentations similaires


Annonces Google