La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

© S. BARET Bulbul Orphée - Pycnonotus jocosus Mise en place d'un dispositif permanent de veille et d'intervention pour prévenir le risque dinvasion biologique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "© S. BARET Bulbul Orphée - Pycnonotus jocosus Mise en place d'un dispositif permanent de veille et d'intervention pour prévenir le risque dinvasion biologique."— Transcription de la présentation:

1 © S. BARET Bulbul Orphée - Pycnonotus jocosus Mise en place d'un dispositif permanent de veille et d'intervention pour prévenir le risque dinvasion biologique à la Réunion. CC Cahier des Charges

2 Action 1 – IDENTIFICATION DES RESSOURCES LOCALES ET ANALYSE DES ACTIONS MENÉES DANS LE DOMAINE : BILAN DE L'EXISTANT Sous action Identification des ressources locales Sous action Analyse des actions menées dans la mise en place d'outil de veille des invasions biologiques (stratégie globale de lutte) dans la zone océan Indien et de manière générale en zone tropicale Action 2 – ÉVALUATION DU BESOIN (MATÉRIEL, PERSONNEL) POUR LA STRUCTURATION D'UNE CELLULE OPÉRATIONNELLE INTÉGRANT LES POTENTIELS D'ACTION EXISTANTS ET LES BESOINS DE COORDINATION ET DE MISE EN RÉSEAU Action 3 – PROPOSITION DE STRUCTURATION ET DE BUDGET PRÉVISIONNEL Proposition dun organigramme ; Évaluation du besoin pour la structuration de cette cellule opérationnelle (matériel, personnel / à l'existant) ; Évaluation des besoins de coordination et de mise en réseau ; Évaluation des besoins de sensibilisation et de communication pédagogique. Évaluation du budget prévisionnel ; Présentation aux partenaires financiers.

3 Action 1 - IDENTIFICATION DES RESSOURCES LOCALES ET ANALYSE DES ACTIONS MENÉES DANS LE DOMAINE : BILAN DE L'EXISTANT Organismes rencontrées Par le CBNM : DIREN, DAF, Douanes, UMR PVBMT (CIRAD-Université), CELRL, MHN, UICN, associations (APN, SREPEN, Palmeraie-Union, Nature & Patrimoine, Écologie Réunion, Jardin créole), bureaux d'études (Biotope, Cyathea…), représentants et syndicat des horticulteurs et pépiniéristes, commissariat à l'aménagement des Hauts, CCIR. Par la SÉOR : Associations déleveurs danimaux (AOER,…), DSV, observatoire régional de lutte anti-termites, FDGDON, Insectarium, Fédération des chasseurs, BNOI. Par l'ARDA : Fédération de pêche, association daquariophiles, revendeurs, service d'importation, service de lÉtat. Par l'ARVAM : Associations (Parc Marin, Vie Océane, OMAR), IRD, Kelonia (ferme corail), ECOMAR (Université). Pour l'ONF : Gestionnaires des ENS (associations GENES, les Béliers, APPMARE, Mieux Vivre à Dioré, OMDAP, GCEIP), services des collectivités territoriales, des communautés de communes et communes (St Paul) chargés de la gestion despace.

4 Base de données et réseau1 Communication-éducation-sensibilisation-formation2 Contrôle aux frontières-importation-analyse de risque3 Coordination, stratégie et politique4 Élevage, culture et diffusion5 Lutte6 Détection précoce et intervention rapide7 Recherche et études8 Réglementation9 Veille10 Coopération régionale, national et international11 Animaux terrestres1 Eaux maritimes2 Eaux terrestres3 Gestionnaires4 Végétaux terrestres5 Tout6 Sous-action Bilan de lexistant et implication future Codification des actions et des domaines

5 1) Base de données et réseaux Nombreuses BD : élevages, flore-faune, actions… Certaines en ligne : PRPV, Index de la flore… Aucun lien entre elles (non compatibles et/ou comparables). 2) Communication-éducation-sensibilisation-formation Nombreuses actions : visites guidées, supports pédagogiques, expositions, publications, presse, conférences… Formations à la connaissance des espèces/habitats, aux méthodes de gestion… Aucune stratégie et aucune coordination. 3) Contrôle aux frontières et analyse de risque ARI pour 50 espèces végétales. Moyens insuffisants. Listes despèces non exhaustive. Aucune méthode de reconnaissance rapide. Sous-action Bilan des ressources et actions locales existantes

6 4) Coordination-Stratégie-Politique Différents comités : concertation et conseils. Taxe des ENS financer la gestion des ENS par des associations. Documents / coordination peu fréquents (gestion-conservation). 5) Elevage, culture et diffusion Actions rares et ponctuelles. 6) Actions de lutte Surtout ciblées sur les espèces végétales. Nécessité daméliorer les méthode de lutte lien avec la recherche. 7) Détection précoce et intervention rapide Très récente : coordination et suivi en cours. Informations encore non accessibles. Sous-action Bilan des ressources et actions locales existantes

7 8) Recherche et étude Connaissances importantes sur les EEE et mécanismes dinvasion. Partenariat chercheurs-gestionnaires souhaité optimiser la lutte. 9) Règlementation Cadre réglementaire peu connu et difficilement applicable. Manque doutils et de moyens. Listes positives/négatives nécessaires 10) Veille Actions existantes mais non centralisées et coordonnées. Liens insuffisants avec la lutte. 10) Coopération régionale Nombreuses actions effectuées et en cours. Nécessité de pérenniser les échanges dinformations et la mutualisation des méthodes. Sous-action Bilan des ressources et actions locales existantes

8 Sous-action Actions menées ailleurs en milieu marin Détection précoceLutte préventive et sensibilisation Eaux de ballastes et fouling des navires (marchands et tourismes). Risques de rejets daquarium et daquaculture. Introduction Réalisation de suivi : description de linvasion et de sa propagation. Aucune action de lutte. Seychelles - 4 espèces envahissantes identifiées en zones portuaires. - Suivi ?, rapport en cours. Australie - Les protocoles du CSIRO sont les plus aboutis. - Développé dans plusieurs réserves marines et ports - Contrôle des bateaux. - Taxonomistes + plongeurs, bateaux… - Base de données régulièrement mise à jour. - État 0 : espèces vivants dans les sédiments, sur le fond, eaux de ballastes bilan des espèces présentes sur ces sites clés et des espèces à risque dans la zone. Afrique du Sud - Programme GLOBALLAST. - Gestion / organisation maritime internationale. - Protocoles dinspection, de contrôle et de traitements des eaux de ballastes.

9 Sous-action Actions menées ailleurs en milieu aquatique terrestre Bilan des actions menées en milieu tropical et/ou insulaire en cours : – sensibilisation du grand public ; – sensibilisation des professionnels et des détenteurs danimaux / végétaux aquatiques ; – lutte précoce ; – actions massives de destruction.

10 Sous-action Actions menées ailleurs : plantes - Galápagos Éradication Prévention Tous les ports dentrée sont contrôlés, une liste de produits autorisés existe (pas dautorisation délivrée si ce nest pas sur la liste), officiers vérifiant lensemble des bagages des personnes voyageant entre les différentes îles, système de quarantaine. À léchelle de larchipel ou dune île. Analyse de données qualitatives de présence despèces, méthodologies danalyse de risque basée sur le système de la NZ. Espèces à distribution limitées : aperçu quantitatif réalisé, signes de naturalisation évalués, si nécessaire, des essais de lutte sont initiés afin notamment dévaluer les coûts dun programme déradication. Détection précoce Surveillance (villages, zones agricoles, écoles), système dalerte du virus du Nil. Système non parfait, mais plus les gens sont informés plus le système devient efficace. Daprès Rachel Atkinson. com. pers

11 Sous-action Actions menées ailleurs : plantes - Australie _ 1/3 3 - Une approche nationale coordonnée, qui intègre tous les niveaux gouvernementaux pour établir des cadres réglementaires, éducatifs et organisationnels en partenariat avec lindustrie, les propriétaires fonciers et le réseau associatif. 1- La gestion des plantes envahissantes est une partie essentielle et complètement intégrée à la gestion durable des ressources naturelles et de lenvironnement, et requiert une approche intégrée et multidisciplinaire. Objectifs de la stratégie nationale : - empêcher le développement de tout nouveau problème dinvasion, - réduire limpact des problèmes dinvasions significatifs existants, - fournir la base et les capacités permettant de gérer les problèmes dinvasions significatifs dans le futur. Cette stratégie repose sur 4 principes : 2 - La prévention et lintervention précoce font partie des techniques les plus efficaces et rentables qui peuvent être déployées contre les plantes envahissantes. 4 - La responsabilité principale pour la gestion des invasions repose sur la nécessité de mettre en œuvre une action collective avec les propriétaires et gestionnaires terriens lorsque le problème dépasse la capacité des différents propriétaires à réaliser laction de manière adéquate. The Australian National Weed Strategy (1999).

12 Sous-action Actions menées ailleurs : plantes - Australie _ 2/3 Éradication dans les zones non encore envahies Prévention Système dimportation adapté : quarantaine… Nécessité davoir une réglementation appropriée, de développer des plans durgence à large échelle, des procédures et un système éducatif permettant de limiter lextension de linvasion. Détection précoce et intervention rapide Sensibilisation, identification, réponse rapide et lignes de conduite pour évaluer le potentiel invasif de plantes utilisées en horticulture ou sélection variétale avant commercialisation.

13 Sous-action Actions menées ailleurs : plantes - Australie _ 3/3 Stade Conditions environnementales Caractéristiques des plantes Actions appropriées 1) Introduction - Barrières géographiques intercontinentales - Capacité des graines… de contaminer quelque chose importé - Attractivité pour lhomme Minimiser le risque dintroduction 2) Établissement et colonisation locale - Sensibilité de lécosystème locale - Barrières intracontinentales - Capacité dadaptation à un nouvel environnement - Croissance rapide et pouvoir compétitif Détection précoce 3) Survie - Conditions favorables de développement - Tolérance au stressDétection précoce 4) Reproduction - Conditions favorables de reproduction - Capacité à se reproduire Détection précoce 5) Dispersion - Barrières régionales - Mécanismes de dispersion efficace - Attractivité pour lhomme Minimiser la propagation 6) Colonisation de laire potentielle - Sites favorables - Capacité de sétablir et de survivre dans de nouvelles zones Programmes de gestion (Futures invasions) Capacité future à intervenir dans les processus dinvasion

14 Sous-action Actions menées ailleurs : plantes – États-Unis 3) Appui scientifique 1) Coordination entre acteurs 2) Détection précoce et signalement Objectifs : - détecter, signaler, et identifier toutes nouvelles espèces suspectes dans les milieux naturels, - évaluer et confirmer rapidement une menace potentielle pour les habitats et espèces indigènes, - définir une réponse appropriée (éradication, lutte, gestion…). Pour que le système de détection précoce et réponse rapide fonctionne, il est important de suivre les 5 points suivants : 4) Évaluation rapide de nouvelles plantes envahissantes 5) Réponse rapide - Équipes de lutte, comité EEE, comité de coordination du système de détection précoce et réponse rapide. - Premières observations de nouveaux envahisseurs à rapporter. - Détection précoce volontaire et signalement par réseaux. Inciter à signaler de nouveaux envahisseurs. Rôle important des publics et privés dans la détection - Botanistes et herbiers dappui pour identifier et référencer les espèces. - Spécialistes despèces envahissantes (recommandations pour la lutte). - Atlas régional de plantes envahissantes (synthèse de données et formation de volontaires). - Aires communes de gestion des plantes envahissantes. Forces dinterventions rapides. Daprès Westrbrooks (2007) « No single agency has the expertise, resources or mandate to effectively address most invasive species issues alone. »

15 Sous-action Actions menées ailleurs : plantes - Nouvelle Zélande _ 1/3 Objectif 1 Minimiser le risque dintroduction de nouveau taxon potentiellement envahissant ou de nouvelles souches génétiques ayant une forte probabilité davoir un impact significativement négatif sur les espèces établies. Objectif 2 Minimiser le nombre ou contenir la distribution des nouvelles espèces envahissantes lorsque cela est possible. Objectif 3 Protéger les terres, les eaux douces et les sites marins de limpact de ces espèces exotiques envahissantes aux niveaux des aires où lhéritage naturel est jugé important. Maintenir ou améliorer lintégrité et la durabilité de toutes les aires naturelles pour la conservation de notre héritage naturel et la survie à long terme des espèces indigènes. Objectif 4 Soutenir et développer les qualifications, les techniques de luttes, linformation et les relations que développerait un département de la conservation dans le cadre de la gestion des espèces envahissantes sur le long terme. Objectif 5 Développer et améliorer la qualité des systèmes de gestion des espèces exotiques de la cellule. But Les objectifs principaux Les objectifs complémentaires Daprès Owen S.J Department of conservation strategic plan for managing invasive weeds.

16 Sous-action Actions menées ailleurs : plantes - Nouvelle Zélande _ 2/3 Échelle de lespèce Nécessité de mettre en place des programmes déradication ou un objectif de lutte au niveau de tous les sites où les espèces sont présentes. Objectif 2 Infestation dans les unités de gestion; les zones tampons et les sources de propagules à lextérieure des unités de gestion; et les corridors permettant linvasion. Objectif 3 Échelle du site Gestion des sites nécessaire pour finaliser les objectifs du programme. Suivre les bénéfices pour la conservation des actions de lutte. Surveillance des corridors potentiellement envahis. Surveillance des sites à forte valeur afin de détecter les nouvelles invasions à un stade précoce. Surveillance des sites où les nouvelles populations ou les ré infestations de nouvelles espèces dans un projet weed leed sont probables. Suivi des actions de lutte entreprises. Contrôler la dispersion ou les agents potentiels de dispersion. Coordination entre les différents intervenants : cellule de veille, financeurs, propriétaires, gestionnaires, sensibilisation du public. Planification, rapports et reportages. Détection des espèces nouvelles ou juste naturalisées dans une zone de protection ou une région. Mécanismes pour encourager le public de porter de nouvelles espèces à lattention des gestionnaires. Objectif 4 (supporting activities) Liaison entre les différents organismes de recherche et de gestion afin de recueillir les informations sur létendue et les impacts écologiques des espèces envahissantes. Les mécanismes permettant de récolter et de diffuser linformation et les techniques au sein de lensemble des organismes de recherche et de gestion. Améliorer les informations de base et les bonnes techniques de lutte. Inventaire et estimation des menaces des unités de gestion prioritaires. Inventaire des sites probables agissant comme des corridors de dispersion de nouvelles espèces. Les programmes de sensibilisation du public ayant pour cible lécologie des invasives : impact, retombés pour la gestion, rôle du public dans leur expansion, nécessités de protéger les espèces natives et les communautés de leurs impacts… Formation du personnel dans lidentification, une gestion de qualité et une lutte réelle. Intégrer les différents projets dans une stratégie régional de gestions des invasions. Objectif 5 (qualité de la gestion – appliqué à lensemble des composantes) Systèmes de priorisation et critères de faisabilité Invasives, Lutte, Méthodes de suivi Application dorientation et de système efficace pour la cellule Surveillance et Plan Indications dinventaires Invasives, Recherche, Plan Bases de données sur les invasives Module de formation sur les espèces invasives

17 Sous-action Actions menées ailleurs : plantes – Nouvelle-Zélande _ 3/3 Daprès Sheppard et al Appui scientifique Sensibilisation Détection précoce et signalement Pack dinformations sur la biosécurité Service de quarantaine, loi biosécurité, normes sanitaires dimportation, normes de diagnostics et dinformations sur les organismes interceptés, courrier postal entrant inspecté (99%) et inspection aléatoire du fret aérien et maritime. Évaluation du risque environnemental et analyse du rapport coûts/ bénéfices (analyse du risque, des avantages et conflits dintérêts potentiels), audition publique obligatoire avant délivrance de lautorisation.

18 États-Unis : recherche active dobservateurs volontaires. Afrique du Sud : obligation des propriétaires terriens à contrôler les espèces envahissantes sur leurs terrains. Australie : sensibilisation ludique un week-end par an. Europe : actions préconisées au niveau de chaque État (listes nationales) et BD européenne. Sous-action Gestions ailleurs dans le monde

19 Actions 2 - Objectifs fixés pour la cellule de veille (modèle néo-zélandais) Objectif 1 Minimiser le risque dintroduction de nouveau taxon potentiellement envahissant ou de nouvelles souches génétiques ayant une forte probabilité davoir un impact significativement négatif sur les espèces établies et les habitats naturels. Objectif 2 Minimiser le nombre ou contenir la distribution des nouvelles espèces envahissantes. Objectif 3 Protéger les terres, eaux douces et sites marins de limpact des espèces exotiques envahissantes au niveau des aires où lhéritage naturel est jugé important. Maintenir et améliorer lintégrité et la pérennité de toutes les aires naturelles pour la conservation de notre héritage naturel et la survie à long terme des espèces indigènes. Objectif 4 Soutenir et développer les connaissances essentielles, les techniques de lutte, linformation et les relations que développerait un département de la conservation dans le cadre de la gestion des espèces envahissantes sur le long terme. Objectif 5 Développer et améliorer la qualité des systèmes de gestion des espèces exotiques de la cellule. Finalité Objectifs principaux Objectifs complémentaires

20 Actions 2 - Objectifs prioritaires de la cellule de veille Éradication Détection précoce Toutes nouvelles présences dune EEE existante dans de nouveaux habitats Toutes nouvelles invasions apparues à la Réunion Intervention rapidement Signalement

21 A - Present distributionB - Mahalanobis modelC - Potential spread Cas dune plante exotique envahissante : Hiptage benghalensis Toutes nouvelles présences dune EEE déjà présente à la Réunion dans de nouveaux habitats Surveiller les zones potentielles denvahissement.

22 Actions 2 - Objectifs prioritaires de la cellule de veille Éradication Détection précoce Toutes nouvelles présences dune EEE existante dans de nouveaux habitats Toutes nouvelles invasions apparues à la Réunion Intervention rapide - Identifier lespèce Signalement - Fiches didentité et de localisation - Vérifier la donnée - Avertir le gestionnaire - Lutter - Remonter linformation - Faire le suivi - Identifier la méthode de lutte la plus efficace - Intégrer la donnée dans une base de données

23 Actions 2 - Objectifs prioritaires : lien avec les actions existantes Éradication Détection précoce Toutes nouvelles présences dune EEE existante dans de nouveaux habitats Toutes nouvelles invasions apparues à la Réunion Intervention rapide Sensibilisation - Communication - Éducation - Formation Recherche et Études Signalement Contrôle aux frontières - Importation - Analyse de risques Élevage - Culture - Diffusion Coordination - Stratégie - Politique Lutte Coopération régionale, nationale et internationale Réglementation Bases de données, réseaux, site internet Veille

24 Actions 2 - Structuration des actions de la cellule de veille Détection précoce et signalement Prévenir, sensibiliser et communiquer. Identifier lespèce, prévenir la cellule de veille dans loptique de supprimer ou éradiquer lespèce. Aéroport, ports, pépiniéristes, piscicultures, animaleries, zoo. Les milieux réunionnais : naturel, villes, jardins, privées, voies de communications - ravines, chemins.... Contrôle aux frontières - Importation - Analyse de risques Élevage - Culture - Diffusion ActionsCiblesThèmes ciblésActions de la cellule Réaliser et mettre à jour des fiches didentité des espèces. Réaliser et mettre à jour les listes despèces (interdites ou autorisées dintroduction). Collecter, vérifier et valider linformation. Mettre à jour le site web. Prévenir le gestionnaire pour léradication. Rendre accessible linformation utile (partage de linformation). Établir des analyses de risque normalisées. Créer une fiche de suivi et de bilan de lintervention. Mettre en place une procédure rapide dexamen permettant le traitement rapide des espèces exotiques qui viennent dêtre détectées.

25 Actions 2 - Structuration des actions de la cellule de veille Intervention rapide et éradication Intervenir sur le terrain et éradiquer lespèce (composée dun ou plusieurs individus). Remplir une fiche de suivi et de bilan de lintervention. Transmettre la fiche à la cellule. Les milieux réunionnais : naturel, villes, jardins, privées, voies de communications - ravines, chemins…. Lutte contre toutes nouvelles apparitions à la Réunion et contre toutes espèces envahissantes apparus dans de nouvelles zones. Synthétiser lensemble des actions déradication (intégrant des cartographies de localisation des espèces éradiquées) dans une base de données. Synthétiser les succès/échecs de contrôle des espèces envahissantes et établir de nouvelles stratégies par espèce et par habitat. ActionsCiblesThèmes ciblésActions de la cellule

26 Actions 2 - Structuration des actions de la cellule de veille Sensibilisation, communication, éducation et formation Mettre en place un catalogue de formations dépendant des besoins évalués : reconnaissances des espèces exotiques, importance de lexistence dune cellule de veille… Centraliser lensemble des informations avec une mise à jour régulière (fonction des nouvelles données) afin que linformation soit accessible facilement et rapidement. Mettre en œuvre des campagnes dinformation et de communication sur la question des espèces exotiques envahissantes à lintention des différents publics cibles (grand public, écoles, autorités locales, organismes publics). Intégrer les EEE dans les programmes déducation et de sensibilisation du public aux problèmes des invasions biologiques (protection des espèces et de lhabitat indigènes, zones protégées, commerce des espèces sauvages). Mettre en place des partenariats avec les parties prenantes clés : associations professionnelles de tourisme / voyage, chasse, pêche, foresterie, horticulture, pépiniériste, commerce danimaux de compagnie... Soutenir lorganisation dateliers et de conférences sur les espèces exotiques envahissantes.

27 Actions 2 - Structuration des actions de la cellule de veille Recherche et études Maintenir un lien étroit entre les besoins du terrain et la recherche afin de mettre en place et de réévaluer tous les 2 ans un système de priorisation des recherches à établir. Accorder la priorité à la recherche directement liée à la prévention et à léradication rapide : système de contrôle des entrées, de détection précoce et dintervention rapide. Soutenir la recherche fondamentale dans le domaine de lécologie, de la biologie et de lépidémiologie des espèces exotiques. Développer des systèmes de surveillance des modes de pénétration, des vecteurs, des points vulnérables (entrée et sortie) et des zones isolées ou importantes du point de vue écologique, en tirant parti de lexpertise disponible.

28 Actions 2 - Structuration des actions de la cellule de veille Renforcement des structures politiques, juridiques et institutionnelles Examiner et renforcer la législation. Par exemple : faire évoluer la législation en partenariat (obliger les propriétaires terriens déradiquer les espèces envahissantes…). Sappuyer sur la démarche lancée dans le cadre de la stratégie européenne relative aux espèces exotiques envahissantes (2002). Intégrer lautorité nationale chargée de la sécurité biologique. Désigner un responsable de la supervision de la mise en œuvre des mesures concernant les espèces exotiques envahissantes, qui soit représenté en tant quautorité et assure la liaison avec les autres services administratifs nationaux. Intégrer les stratégies nationales mises en place. Veiller à ce que les cadres juridiques facilitent lapplication de lapproche de précaution pour la prise de décision concernant les espèces exotiques, dans le cadre dune analyse de risques qui prennent en compte les effets possibles sur la diversité biologique naturelle et le fonctionnement des écosystèmes. Interdire les introductions intentionnelles sans autorisation préalable et appliquer lanalyse de risques à la gestion des modes de pénétration et aux décisions de contrôle pour réduire au minimum les impacts. En coopération avec les organisations compétentes, favoriser lélaboration de critères communs pour la prise de décisions et de normes en matière de risques en ce qui concerne le déplacement des espèces exotiques dans les filières commerciales.

29 Vers une stratégie dobservatoire des invasions Organigramme pour la Réunion ?

30 Observer Vers une stratégie dobservatoire des invasions Collectivités, État, Europe Associations ARVAM, SEOR, CBNM ARDA, FDGDON, SREPEN Terrestre : ONF, BNOI/ONCFS, CELRL, ENS, CBNM, Parc National Aquatique : AAPPMAR. Marin : DIREN / Parc marin. DAF/SPV-DSV Douanes DIREN Région, Département, État (Préfecture ?) DIREN Médias Associations Éducation Nationale ? Université-CIRAD UMR & ECOMAR Rechercher Contrôler Lutter et prévenir Informer Sensibiliser Éduquer Financer Décider Étudier Animer Règlementer Observatoire ?


Télécharger ppt "© S. BARET Bulbul Orphée - Pycnonotus jocosus Mise en place d'un dispositif permanent de veille et d'intervention pour prévenir le risque dinvasion biologique."

Présentations similaires


Annonces Google