La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Évaluation de létat de préparation des hôpitaux Première conférence nationale sur la préparation aux urgences sanitaires « Préparez votre hôpital à faire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Évaluation de létat de préparation des hôpitaux Première conférence nationale sur la préparation aux urgences sanitaires « Préparez votre hôpital à faire."— Transcription de la présentation:

1 Évaluation de létat de préparation des hôpitaux Première conférence nationale sur la préparation aux urgences sanitaires « Préparez votre hôpital à faire face à une catastrophe » H. Roslyn Devlin Le 29 mai 2006

2 Être prêt signifie… Qui est psychologiquement ou physiquement prêt à une expérience ou à une action donnée Qui est prêt pour une utilisation immédiate Qui est bien disposé Qui est susceptible dexécuter les instructions Qui est disponible sur-le-champ

3 Outils dévaluation de létat de préparation OSHA Best Practice for Hospital-Based First Receivers of Victims Centers for Disease Control and Prevention. Local Public Health Preparedness and Response Capacity Inventory. December 2002; Version 1,1 Bioterrorism and Other Public Health Emergencies – Tools and Models for Planning and Preparedness Evaluation of Hospital Disaster Drills: A Module-Based Approach Bioterrorism Emergency Planning and Preparedness Questionnaire for Healthcare Facilities. Booz-Allen and Hamilton Mass Casualty Disaster Plan Checklist: a Template for Healthcare Facilities. American Practitioners in Infection Control.

4 Outils dévaluation de létat de préparation du CEEP General readiness checklist: A template for healthcare facilities –24 sections CBRNE plan checklist: A template for healthcare facilities –8 sections Révisé par des spécialistes de la médecine durgence, de la gestion des urgences et de la santé publique

5 Hypothèses Les catastrophes ou les urgences peuvent survenir à lintérieur ou à lextérieur de lorganisation On sattendra à ce que les établissements de santé agissent de façon cohérente lorsque ces incidents se produiront Les listes de vérification permettent danalyser lécart Les hôpitaux traditionnels seront les premiers ciblés (« court séjour ») « Oui » signifie oui « Non » peut avoir bien des significations

6 Processus Identification du besoin 2003 Examen de la littérature 2004 Première ébauche 2004 Second examen de la littérature2005 Révision et édition de loutil initial par un groupe dexperts2006 Mise à lessai de loutil sur des sites-témoins Intégration des commentaires Publication du document final.

7 État de préparation général Liste de vérification I Définitions Renseignements généraux sur létablissement –Où vont les patients et qui les soigne Considérations fondamentales –Existe-t-il un plan durgence en cas de catastrophe? –Comment en assure-t-on la gestion? –Est-il intégré à dautres plans durgence en cas de catastrophe? Identification du personnel autorisé –Qui est aux commandes? –Qui fait quoi?

8 État de préparation général Liste de vérification II Mise en œuvre du plan et intervention –Ressources humaines –Approvisionnement –Ententes interinstitutionnelles ou interorganisationnelles –Plans ministériels –Chaîne de possession –Installations faisant office de morgue –Plans de secours

9 État de préparation général Liste de vérification III Système de transmission des ordres sur les lieux de lincident Sécurité et accès –Contrôle du va-et-vient à lextérieur Contrôle des allées et venues à lintérieur –Suivi des patients, du personnel, des bénévoles et des médias Communications –Réseau organisé de messagers –Répertoire des personnes ressources

10 État de préparation général Liste de vérification IV Gestion des visiteurs –Divulgation de renseignements sur les patients –Identification des visiteurs –Porte-parole désigné Médias –Emplacement –Porte-parole –Politique de divulgation de renseignements –Intervention communautaire intégrée

11 État de préparation général Liste de vérification V Accueil des victimes –Suivi temporaire des patients –Suivi des objets personnels des patients Communications sur le terrain –Notification avant de quitter le service –Mises à jour régulières –Télévision, radio et autres sources dinformation Réorientation des opérations hospitalières Préoccupations liées aux technologies de linformation –Capacité de traiter des patients dans des emplacements non standard Ententes interorganisationnelles

12 Procédures dévacuation Déplacement des patients et du personnel –Emplacements satellites –Itinéraires dévacuation –Exigences en matière de transport –Plans en cas de conditions climatiques défavorables Ententes interorganisationnelles Formalités relatives aux congés des patients –Suivi des patients –Dossiers médicaux

13 Procédures autonomes Alimentation auxiliaire Aliments et eau Élimination des rebuts et déchets Repos et rotation du personnel Médicaments et fournitures

14 État de préparation général Liste de vérification VI Capacités diagnostiques Technologie de linformation Gestion du stress à la suite dun incident critique Rétablissement après une catastrophe –Combien tout cela a-t-il coûté? Éducation et formation

15 Hypothèses de la liste de vérification en cas dincident CBRNE Les victimes arriveront sans prévenir ou à court préavis Linformation concernant lagent dangereux ne sera pas disponible immédiatement Un grand nombre de victimes se présenteront de leur propre chef Les victimes nauront pas nécessairement été décontaminées avant leur arrivée De nombreuses personnes se présenteront, mais nauront été que peu ou pas exposées La plupart des victimes iront dans létablissement de santé le plus près du site de lincident Les victimes tenteront dutiliser dautres entrées, outre celles des services durgence

16 Liste de vérification en cas dincident CBRNE Considérations fondamentales –Y a-t-il un plan, un planificateur ou un comité de planification? –Collaboration interorganisationnelle –Catastrophes se produisant à lintérieur et à lextérieur –Impératifs des installations, à lintérieur et à lextérieur Formation et sensibilisation –Signes et symptômes dun incident CBRNE –Rôles et responsabilités –Chaîne de possession –Où se trouve léquipement? –Rôle de léquipe dintervenants en cas durgence et des spécialistes du contenu

17 Procédures I - Urgence CBRN Communication –Avec ou sans EPI Chiffres de référence de la surveillance syndromique Équipement de décontamination –Chauffage –Confinement des eaux de décontamination Triage et séparation des patients Contrôle de la ventilation Dispositions concernant la sécurité

18 Procédures II - Urgence CBRN Commandes standard Antidotes et traitements –Exigences posologiques –Matériel pour ladministration des médicaments Responsable de la réception des envois provenant de la Réserve nationale de médicaments Exigences réglementaires en matière dEPI

19 Module I – Incident biologique Agents de catégorie A –Anthrax (charbon) –Peste –Variole –Botulisme –Fièvres hémorragiques virales –Tularémie Caractéristiques –Se propagent facilement –Entraînent des taux de mortalité élevés –Suscitent la panique dans la population –Nécessitent des mesures de préparation spéciales

20 Module II – Incident biologique Tableau clinique Diagnostics en laboratoire Procédures de lutte contre linfection Traitement –Réserves : locales, municipales, provinciales, nationales Prophylaxie Vaccination Exigences en matière de santé publique

21 Module III – Incident biologique Surveillance interne/externe À quel moment lintervenant durgence avise­t­il les responsables de la lutte contre les infections? Votre établissement peut-il procéder à des tests de détection dagents biologiques 24 h sur 24, 7 j sur 7? Traitement/acheminement dagents de catégorie A Questions liées à la chaîne de possession Pharmacie –Surveillance de lutilisation des médicaments –24 h sur 24, 7 j sur 7

22 Module I – Incident chimique Gaz neurotoxiques –Sarin, Tabun, Soman, VX Pesticides Agents hémotoxiques –Cyanures Agents vésicants –Ypérite, lewisite, phosgène Agents suffocants –Chlore, phosgène, diphosgène, ammoniaque Agents antiémeutes –Gaz lacrymogènes, gaz émétiques, gaz poivrés

23 Module II – Incident chimique Atropine Pralidoxime Diazépam Tropicamide Pyridostigmine Trousse antidotique anticyanure –Nitrite de pentyle, nitrite de sodium, thiosulfate de sodium Dimercaprol Acétylcystéine en aérosol

24 Module III – Incident chimique Entreposage sécuritaire des inventaires Réserve daccès rapide Suivi des stocks dantidotes –Dates de péremption Maintien des stocks dantidotes Planification tant pour les incidents à lextérieur quà lintérieur –Équipe dintervention à lintérieur –Rôle des matières dangereuses (Hazmat)

25 Module IV – Incident chimique Protocole de décontamination Confinement et mesures correctives Surveillance de la contamination chimique Décontamination des patientes enceintes Sacs en plastique/conteneurs à déchets résistants aux produits chimiques et étanches aux vapeurs Politique sur lexclusion dair Transport des victimes décédées

26 EPI contre les agents chimiques EPI adéquat Programme de protection des voies respiratoires Essais dajustement Suivi de lEPI Surveillance régulière afin dassurer une répartition appropriée Formation/qualification du personnel (certificat de compétences) –Fréquence de la formation/émission de certificats

27 Module sur les incidents radiologiques ou nucléaires Responsable de la radioprotection Liste dexperts en radioprotection à contacter au besoin –Responsable de la radioprotection –Spécialiste en médecine nucléaire/radiologistes –Personnel en radio­oncologie –Experts de lextérieur Incidents se produisant à lintérieur et à lextérieur –Exclusion des soignantes enceintes Victimes exposées au radiations comparativement aux victimes contaminées par une substance radioactive Installations de décontamination

28 Détection des radiations Instruments de détection appropriés –Emploi des instruments et interprétation des données –Documentation sur les résultats de la surveillance des radiations Dosimètres destinés au personnel –Programme de surveillance des dosimètres EPI approprié Atténuation des conséquences dune dérogation à une procédure

29 Traitement des victimes Antiémétiques Antidiarrhéiques Iodure de potassium Équilibre hydro­électrolytique Échantillons durine pour une période de 24 h Mesure de la radioactivité fécale Transport sécuritaire des échantillons Analyse des échantillons

30 Effets personnels et déchets contaminés Pièce à revêtement de plomb/béton pour lentreposage Sacs en plastique et contenants pour déchets

31 Capacité et volonté des travailleurs de la santé de se présenter au travail 47 établissements de santé dans la ville de New York –31 hôpitaux, 11 établissements de soins de longue durée et 3 centres de santé communautaires 6 scénarios –Urgence météorologique –Bioterrorisme –Terrorisme chimique –Incident entraînant des pertes humaines massives (IPHM) –Catastrophe environnementale –Terrorisme radiologique –Éclosions de maladies infectieuses pour lesquelles aucun traitement nest disponible 2 catégories Quereshi K, et al., Journal of Urban Health: Bulletin of the New York Academy of Medicine Vol. 82 #

32 Données démographiques sur le personnel Temps plein : 88 % Femmes : 69,4 % > 45 ans : 42,7 % Infirmières : 26,2 % Personnel de soutien : 24,8 % Administrateurs : 19,3 % Médecins :10 % Autres : 11 % Quereshi K., et al., Journal of Urban Health: Bulletin of the New York Academy of Medicine Vol. 82 #

33 Inquiétudes quant à sa propre sécurité Niveau dinquiétude Incident biologique Incident chimique Élevé/modéré3 298 (54,7 %)3 168 (52,5 %) Léger/faible2 736 (45,3 %)2 870 (47,5 %) Quereshi K., et al., Journal of Urban Health: Bulletin of the New York Academy of Medicine Vol. 82 #

34 Capacité dintervenir en cas durgence Quereshi K., et al., Journal of Urban Health: Bulletin of the New York Academy of Medicine Vol. 82 #

35 Volonté de collaborer en cas durgence Quereshi K., et al., Journal of Urban Health: Bulletin of the New York Academy of Medicine Vol. 82 #

36 Obstacles à la capacité dintervenir en cas durgence Transport (33,4 %) Soin denfants à charge (29,1 %) Inquiétudes quant à sa propre santé (14,9 %) Soin de personnes âgées à charge (10,7 %) Soin dun animal domestique (7,8 %) Autre emploi (2,5 %) Quereshi K, et al. Journal of Urban Health: Bulletin of the New York Academy of Medicine Vol. 82 #

37 Obstacles à la volonté dintervenir en cas durgence Peur et inquiétudes pour la famille (47,1) Peur et inquiétudes pour soi (31,1 %) Problèmes de santé personnels (13,5 %) Questions liées au enfants/personnes âgées à charge (1,4 %) Quereshi K., et al., Journal of Urban Health: Bulletin of the New York Academy of Medicine Vol. 82 #

38 Solutions pour faire échec aux obstacles Covoiturage Recours aux SMU/policiers pour assurer le transport du personnel Groupes dentraide pour les soins urgents aux enfants/personnes âgées Médicaments sur place pour certains employés Ententes pour le soin des animaux domestiques EPI adéquat Éducation appropriée

39 Processus Analyse des modes de d é faillance et de leurs effets (AMDE) AMDE : déterminer la probabilité du risque ou de la cause potentielle Concevoir un syst è me pour é ponger les erreurs - Simulation de la mise en place et du retrait de l é quipement de protection individuelle, « code bleu de protection » (CBP) et simulations en salles d op é ration Proc é dures normalis é es –R é duction des variations, é limination du risque d exposition à des contaminants inconnus Formation et perfectionnement –É valuations des comp é tences acquises dans le cadre du programme d é ducation Cr é ation d un environnement de soins s é curitaire, o ù le personnel, tout autant que les patients, se sentent prot é g é s –Sondage sur la satisfaction et le niveau de confiance du personnel lors de la prestation de soins

40 Précautions en cas de risque élevé

41 Processus Module à léchelle de lhôpital Formation des formateurs De 2 à 4 instructeurs ont été désignés dans chaque secteur Les instructeurs collaborent avec des praticiens du domaine de la lutte anti­infectieuse lors de séances à horaire fixe Groupe 1 : 6 heures Groupe 2 : 4 heures Groupe 3 : 3 heures Démonstrations réciproques, en fonction des secteurs désignées

42 Liste de vérification des compétences Mise en place et retrait dun masque respiratoire N95 NOM : _____________________________UNITÉ : _____________________ RÉVISÉ PAR : ______________________DATE : _____________________ Pour recevoir votre certificat de compétences cliniques spécialisées, vous devez faire valoir vos connaissances, habiletés et opinions à légard des éléments suivants : CONNAISSANCES : Décrire la technique appropriée pour mettre et retirer un masque respiratoire N95 Expliquer limportance des essais dajustement Décrire la méthode appropriée pour compléter la vérification de létanchéité du masque Énoncer les raisons justifiant de changer de masque respiratoire Expliquer pourquoi on ne doit pas toucher le masque avec les mains une fois quil est en place Préciser en quelles circonstances il convient dutiliser un masque chirurgical/N95, selon les différents types de protection requis HABILETÉS : Se laver les mains ou utiliser un gel désinfectant sans eau (rince-mains) Mettre le respirateur dans le creux de la main, en plaçant la partie couvrant le nez sur le bout des doigts Positionner le masque respiratoire sous le menton, la partie couvrant le nez vers le haut Tirer sur le cordon supérieur en le glissant tout autour du sommet de la tête, tel une couronne Tirer ensuite sur le cordon inférieur et sassurer quil est bien ajusté Pincer le partie couvrant le nez à laide de deux doigts de chaque main Vérifier létanchéité et ajuster les cordons en conséquence Placer vos mains en porte-voix par-dessus le masque et expirer Ajuster la partie couvrant le nez et les cordons afin dassurer une étanchéité parfaite Retirer le masque de façon appropriée : Saisir le cordon inférieur, puis le cordon supérieur par les côtés Tirer lentement les cordons vers larrière en les faisant glisser par-dessus la tête et en sassurant que le masque demeure en place Ramener les cordons vers lavant, de façon à dégager très lentement le masque du visage Jeter le masque dans un contenant réservé aux matières infectieuses COMMENTAIRES

43 Module didactique par secteur hospitalier Groupe(s)Révision des PMBH Salubrité environnemental Protocole du service central de traitement Politique sur le transport des patients Lignes directrices révisées sur loxygéno- thérapie CBPPSRC*PESRC*Système de protection individuelle T4 de Stryker* 1 Secteurs des soins intensifs Imagerie diagnostique Service des urgences Services périopératoires Inhalothérapie Unités de procédures spéciales Zones de la salle commune dotées de chambres ventilées par aspiration 2 Entretien central Personnel et laboratoires cliniques de soutien Cliniques de médecine communautaire Techniciens de la morgue Sécurité 3 Cliniques de consultation externe Zones de la salle commune non dotées de chambres ventilées par aspiration Tout le personnel administratif

44 Module destiné aux médecins Trousses de documentation pour lauto­ apprentissage, dont un CD contenant une démonstration vidéo sur lutilisation appropriée dun EPI Démonstration réciproque dans le cadre dun atelier dune heure pour lobtention dun certificat de compétences Questionnaire à passer en revue lors de latelier Ce module a été appliqué à lensemble du personnel et aux médecins résidents, de même quaux sages-femmes, médecins de famille et associés

45 Sondage auprès du personnel Au 31 août 2005, membres du personnel avaient reçu un certificat de compétences 400 médecins, associés et sages­femmes Séances de formation continue donnée une fois par mois pour chaque niveau de certification La diapositive suivante présente les résultats dun sondage mené auprès du personnel

46 Évaluations 151 réponses reçues 4 répondants nont indiqué aucun type déducation; ils ont donc été exclus de létude Les questions avaient trait à leur niveau de confiance envers leurs pratiques en matière de lutte contre les infections, à létendu de leurs connaissances des lignes directrices, et à la mesure dans laquelle il se sentaient à laise pour sensibiliser les membres de la famille aux questions liées à la lutte contre les infections. La solidité de la relation a été mesurée à laide du tableau danalyse statistique RxC Un niveau de signification statistique a été observé entre les deux groupes détude, avec une valeur p (p < 0,001) Ont reçu un certificat de compétences Nont pas reçu de certificat de compétences Très confiants48 (72,7 %)29 (35,8 %) Plus ou moins confiants 16 (24,2 %)43 (53,1 %) Non confiants2 (3,0 %)9 (11,1 %) Total6681

47 Conclusion La préparation aux urgences est un défi aux dimensions multiples Aucune organisation nest jamais « fin prête » La clé : la souplesse Léducation est essentielle Notre personnel est notre atout le plus précieux


Télécharger ppt "Évaluation de létat de préparation des hôpitaux Première conférence nationale sur la préparation aux urgences sanitaires « Préparez votre hôpital à faire."

Présentations similaires


Annonces Google