La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réunion des chefs de travaux Sciences et techniques industrielles Académie de Nancy Metz Lycée Héré - 19 février 2014 9h 30 – 16h30.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réunion des chefs de travaux Sciences et techniques industrielles Académie de Nancy Metz Lycée Héré - 19 février 2014 9h 30 – 16h30."— Transcription de la présentation:

1 Réunion des chefs de travaux Sciences et techniques industrielles Académie de Nancy Metz Lycée Héré - 19 février h 30 – 16h30

2 Ordre du jour Académie de Nancy Metz Lycée Héré - 19 février 2014

3 Accueil Les résultats nationaux – lévolution des diplômes Les résultats aux examens académiques Les procédures des examens La sécurité Les échanges franco-allemands Les missions du professeur Les GTA - Les attendus Le nouveau site internet La liaison BAC PRO – BTS Échanges sur les modalités dorganisation des PFMP Echanges - Conclusion

4 Accueil Michèle JACQUES – proviseure du lycée Héré Jean Jacques FRANCOIS - DAET 9h30 – 9h40

5 Résultats nationaux – Evolution des diplômes M. Mohamed BAZIZ – IGEN STI 9h40 – 10h

6 Les résultats aux examens académiques Jean Philippe DUFOUR- IEN ET STI - AA Daniel GLAISER - IEN ET STI Philippe ALBERT – IEN ET STI 10h – 10h20

7 Contexte R2008 : expérimentation -> 1 ers résultats du Bac 3 ans, en juin 2011 R2009 : généralisation -> 1 ers résultats de la généralisation, en juin 2012 Comparaison possible car tous les bac pro se déroulent désormais sur 3 ans

8 Évolution du poids des spécialités Formation initiale (privée et publique) – sous statut scolaire – par contrat dapprentissage Autres – Formation continue – Candidats isolés

9 Nb de candidats Bac. Pro.

10 Évolution de la performance

11

12 Taux de réussite BAC PRO

13

14 Épreuve de contrôle Candidats à l'épreuve de contrôle % épreuve de contrôle16,2%15,9%14,2%

15 DNB série technologique (2012) et professionnelle (2013) Taux de réussite DNB série professionnelle Moyenne du DNB série professionnelle Moyenne de la DP 6h Session ,65%1112,56 Session ,02%1112,75

16 Les procédures des examens Nathalie MATHIEU – Division des Examens et Concours Didier ESSELIN – IEN ET STI 10h20 – 10h40

17 Les procédures des examens Points de réglementation des examens Les P.F.M.P. Rappel concernant les demandes daménagement dépreuves Problématiques des C.C.F. Les documents attendus lors des jurys

18 Les procédures des examens Points de réglementation des examens : Le diplôme intermédiaire Le Baccalauréat Professionnel Le positionnement

19 Les procédures des examens Problématiques des C.C.F. La gestion de labsence des candidats à une situation dévaluation Lattribution des notes dans le cadre du C.C.F. L a communication des notes aux candidats

20 Les procédures des examens Les P.F.M.P. Rappel concernant les demandes daménagement dépreuves

21 Les documents attendus lors des jurys ATTESTATIONS de présence en PFMP Le livret scolaire BO N° 42 du 18 novembre 2010

22

23

24 Travaux interdits et réglementés Procédure de dérogation pour jeunes mineurs Angélique ALBERTI Directrice adjointe du travail – UT54 DIRECCTE de Lorraine Joséphine SALZGEBER – ISST Daniel GLAISER – IEN ET STI 10h40 – 11h10

25 Programme de lintervention Cadre réglementaire et enjeux Travaux interdits (sans dérogation possible) aux jeunes mineurs Travaux réglementés soumis à demande de dérogation Travaux autorisés, exemptés de demande de dérogation Principes de la dérogation Procédure Focus sur lavis médical Rôle de lInspection du Travail Focus / risque chimique La décision Conditions de mise en œuvre

26 Cadre Décret n° du 11 octobre 2013 relatif à la procédure de dérogation prévue à larticle L du code du travail pour les jeunes âgés de moins de 18 ans Décret n° du 11 octobre 2013 relatif aux travaux interdits et réglementés pour les jeunes âgés de moins de 18 ans Circulaire interministérielle n°11 daté du 23 octobre 2013

27 Enjeux Élargissement du champ dapplication de la dérogation Passe dune logique individuelle à une logique collective Actualise la liste des travaux interdits soumis à dérogation Terminologie : machines et produits dangereux deviennent : « travaux interdits » sans dérogation possible « travaux réglementés » (soumis à dérogation)

28 Travaux interdits (sans dérogation possible) aux jeunes mineurs DIRECCTE ALSACE L : - Il est interdit d'employer des travailleurs de moins de dix-huit ans à certaines catégories de travaux les exposant à des risques pour leur santé, leur sécurité, leur moralité ou excédant leurs forces. Ces catégories de travaux sont déterminées par voie réglementaire. D : travaux portant atteinte à lintégrité physique ou morale D * : travaux exposant à des agents chimiques dangereux / amiante empoussièrement 3 D : travaux exposant à des agents biologiques groupes 3 et 4 D : travaux exposant aux vibrations mécaniques exposition > valeurs journalières D * : travaux exposant à des rayonnements (ionisant si cat A) D * : travaux hyperbares classe 0, I, II, III D * : travaux exposant à un risque dorigine électrique (proximité et opération ss tension) D : travaux comportant des risques deffondrement et densevelissement D : conduite de quad. et de tracteurs sans dispositif anti-renversement, ni retenue cond. D & D : travaux temporaires en hauteur sans protection collective, dans les arbres D : travaux exposant à des températures extrêmes D : travaux en contact danimaux féroces et venimeux * : certains alinéas de larticle autorisent une demande de déroation

29 Travaux réglementés soumis à demande de dérogation L : - Par dérogation aux dispositions de l'Article L4153-8, les travailleurs de moins de dix-huit ans ne peuvent être employés à certaines catégories de travaux mentionnés à ce même article que sous certaines conditions déterminées par voie réglementaire. D & D * : travaux exposant à des agents chimiques dangereux / amiante empous 1 & 2, D * & D : travaux exposant à des rayonnements (ionisant si cat B, ray. optique

30 Travaux autorisés exemptés de demande de dérogation DIRECCTE ALSACE R : travaux règlementés autorisés si titulaire diplôme/titre professionnel en rapport D : agents chimique dangereux R (comburants et dangereux pour lenviron.) D * : intervention en milieu hyperbare relevant de la classe 0 D * : travaux sur installations à très basse tension (TBTS) R : opération sur instal élec ou opération dordre élec/non élec si jeunes habilités R : travaux prévus à D avec formation et autorisation de conduite R : manutention manuelle excédant 20% du poids du jeune si aptitude médicale constatée D ** : travaux légers non préjudiciable à sa sécurité, santé ou à son développement * : certains alinéas de larticle comportent des interdictions ** : article réservé aux jeunes de 14 à 16 ans durant les vacances scolaires

31 Le champ dapplication: les publics Jeunes âgés de 15 ans et de moins de 18 ans affectés à des travaux réglementés pour les besoins de leur formation professionnelle (R du code du travail): Apprentis, élèves, Stagiaires de la formation professionnelle (nouveau) Titulaires dun contrat de professionnalisation (nouveau) Jeunes accueillis dans les ESAT, IME, PJJ, établissements de pré-orientation professionnelle (nouveau)

32 Obligation de préparer un diplôme professionnel ou technologique Conséquence : Rejet par lIT de toute demande de dérogation aux travaux réglementés ne concernant pas la préparation dun diplôme professionnel ou technologique (exemple du DIMA)

33 Champ dapplication: les demandeurs (R du code du travail) Les employeurs, incluant EPIC, EPA, établissements de santé, sociaux ou médico sociaux mentionnés à larticle L du CT Les chefs détablissement des: Des établissements publics et privés denseignement général, technologique et professionnel, y compris agricole + établissements denseignement supérieur si mineurs accueillis, Les CFA, Les organismes de formation professionnelle ESAT, IME, PJJ, établissement de pré orientation professionnelle

34 Principes de la dérogation (art R du code du travail) Dérogation pour une durée de trois ans Dérogation nécessaire avant daffecter les jeunes (après transmission de données individuelles) Le lieu peut être lentreprise ou plusieurs établissements de lentreprise ou une partie seulement telle quun atelier

35 Procédure Demande faite par lemployeur et par le chef détablissement chacun pour ce qui le concerne (IT territorialement compétent) Nécessité pour les parties davoir respecté les conditions préalables : Évaluer les risques, Mise en œuvre des actions préventives, Avoir respecté les obligations mises à sa charge sur la conception et utilisation des locaux de travail, Assurer lencadrement par une personne compétente

36 Procédure – contenu de la demande Le secteur dactivité de lentreprise ou de létablissement Les travaux pour lesquels il est demandé une dérogation Les différents lieux de formation Les équipements de travail incluant les équipements portatifs et loués (identifiés avec le type de machine, la marque, le numéro de série, lannée de fabrication et la date de mise en service) – à noter que dans la décision, lIT pourrait exclure tel ou tel équipement La qualité ou la fonction de la ou les personnes compétentes chargées dencadrer les jeunes pendant lexécution des travaux précités.

37 Procédure La demande est transmise pour permettre une prise de date quant à la réception (LRAR) La procédure de renouvellement suit les mêmes règles et doit être adressée trois mois avant lexpiration de la dérogation Lemployeur ou le chef détablissement doit adresser à lIT, une fois la dérogation obtenue, dans les 8 jours qui suivent laffectation du jeune: ses coordonnées, la nature de la formation, lavis médical, un avis attestant sa formation à la sécurité, les coordonnées de la personne en charge de lencadrement

38 Focus sur lavis médical Pour les jeunes relevant de lEN: médecins scolaires Établissements agricoles: médecins scolaires ou MSA si convention, Apprentis et jeunes en contrats de professionnalisation: médecin du travail Pour les jeunes structures médico sociales: médecin ou service médical spécifique

39 Rôle de lInspection du Travail Vérifie que les travaux pour lesquels la demandé est déposée sont nécessaires à la formation professionnelle LIT décide en opportunité – au regard notamment de sa connaissance de létablissement et du respect de la partie IV du CT Vérifie leffectivité du Document Unique dEvaluation des Risques

40 Focus sur examen de demande de dérogation / risque chimique Informations susceptibles dêtre recueillies: Étiquetage des produits, FDS + autorisations de mise sur le marché pour produits phyto ou biocides, Conditions de mise en œuvre des produits, Conditions de stockage, Moyens de PC et mise à disposition des EPI.

41 La décision À réception de la demande, lIT a deux mois pour se prononcer Si silence de lIT, acceptation de dérogation Peut être retirée à tout moment si les conditions justifiant son octroi cessent dêtre remplies RAPO: Recours hiérarchique auprès du Ministre dans le délai dun mois – si pas de réponse dans les deux mois, cest un refus

42 Conditions de mise en œuvre DIRECCTE ALSACE Période transitoire : Année scolaire coexistence tolérée des deux dispositifs, anciens et nouveaux, de demande de dérogation. Trois cas possibles : a)ancienne réglementation applicable et anciens formulaires : pour les décisions rendues au plus tard le 13 octobre b)nouvelle réglementation applicable et anciens formulaires : pour les décisions rendues après 13 octobre compléments dinformations à fournir par le demandeur pour être conforme au décret c)nouvelle réglementation applicable et futurs formulaires : pour les décisions rendues après le 13 octobre 2013.

43 Je vous remercie pour votre attention

44 Les échanges franco-allemands Simone REBSTOCK et Philippe CHIQUET Délégués DFS / SFA Deutsch-französisches Sekretariat : Secrétariat franco-allemand pour les échanges en formation professionnelle Villa Europa - Kutscherhaus - Kohlweg 7 D Saarbrücken Tel: 0049 (0) ; Fax:0049 (0) , Philippe ALBERT – IEN ET STI 11h10 – 11h40

45 Pause déjeuner 11h45 – 14h30

46 Les missions du professeur Les Groupes de travail Académique Les attendus Christophe MULLER – IEN ET STI Dominique PERETTI – IEN ET STI 14h30 – 14h50

47 14 compétences communes aux métiers du professorat et de léducation + 5 compétences spécifiques et communes à tous les professeurs = 19 compétences du professeur Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

48 BO N°30 du 25 juillet Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l'éducation B.O. n° 29 du 22 juillet Définition des compétences à acquérir par les professeurs, documentalistes et conseillers principaux d'éducation pour l'exercice de leur métier Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

49 Acteurs du service public. 1. Faire partager les valeurs de la République. 2. Inscrire son action dans le cadre des principes fondamentaux du système éducatif et dans le cadre réglementaire de lécole. Acteurs de la communauté éducative. 6. Agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques. 1. Agir en fonctionnaire de lEtat de façon éthique et responsable. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

50 Acteurs de la communauté éducative. 10. Coopérer au sein dune équipe. 11. Contribuer à laction de la communauté éducative. 12. Coopérer avec les parents délèves. 13. Coopérer avec les partenaires de lécole 9. Travailler en équipe et coopérer avec les parents et les partenaires de lécole. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

51 Au service de la réussite de tous les élèves. 7. Maîtriser la langue française à des fins de communication. Professionnel porteur de savoirs et dune culture commune. P2. Maîtriser la langue française dans le cadre de son enseignement. 2. Maîtriser la langue française pour enseigner et communiquer. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

52 Au service de la réussite de tous les élèves. 9. Intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à lexercice de son métier. 8. Maîtriser les technologies de linformation et de la communication. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

53 Professionnel porteur de savoirs et dune culture commune. P1. Maîtriser les savoirs disciplinaires et leur didactique. 3. Maîtriser les disciplines et avoir une bonne culture générale. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

54 Au service de la réussite de tous les élèves. 4. Prendre en compte la diversité des élèves. Praticien expert des apprentissages. P3. Construire, mettre en œuvre et animer des situations denseignement et dapprentissage prenant en compte la diversité des élèves. 4. Concevoir et mettre en œuvre son enseignement. 6. Prendre en compte la diversité des élèves. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

55 Praticien expert des apprentissages. P4. Organiser et assurer un mode de fonctionnement du groupe favorisant lapprentissage et la socialisation des élèves. 5. Organiser le travail de la classe. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

56 Praticien expert des apprentissages. P5. Evaluer les progrès et les acquisitions des élèves. 7. Évaluer les élèves. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

57 Acteurs de la communauté éducative. 14. Sengager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel. 10. Se former et innover. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

58 Au service de la réussite de tous les élèves. 3. Connaître les élèves et les processus dapprentissage. 5. Accompagner les élèves dans leur parcours de formation. 8. Utiliser une langue vivante étrangère dans les situations exigées par son métier. Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de léducation.

59 Les Groupes de travail Académique Christophe MULLER – IEN ET STI Dominique PERETTI – IEN ET STI 14h40 – 14h45

60 Les attendus 14h45 – 14h50

61 CIRCULAIRE N° du BOEN N°46 du 15 décembre 2011 Sa mission, de nature essentiellement pédagogique, sexerce : II. Référentiel métier du chef de travaux A ) missions et activités du chef de travaux

62 Coordination et animation des équipes denseignants: Le rôle de coordination et danimation des équipes pédagogiques contribue à développer la coopération, léchange et le travail collectif, au sein des équipes de professeurs de spécialité (...), ainsi quentre les professeurs de spécialité et les professeurs denseignement général. Le chef de travaux assure également une fonction de correspondant technique des inspections territoriales, qui sont placés sous lautorité des recteurs, auprès des enseignants. La coordination et lanimation peuvent porter sur : - Les activités communes aux différents enseignants, - Les activités et projets disciplinaires et interdisciplinaires liés à létablissement, - la préparation et la réalisation des différents projets pédagogiques mis en œuvre dans le cadre des enseignements professionnels ou technologiques, - lélaboration du volet tertiaire et/ou secondaire du projet détablissement

63 En tant que référent des inspections territoriales, le chef de travaux pilote la mise en œuvre au sein de létablissement : -Des évolutions pédagogiques liées aux rénovations et réformes des voies technologiques et/ou professionnelles, - Des épreuves dexamen, des opérations de validation et de certification et des situations dévaluation certificatives, dans le domaine technologique ou professionnel. - Le chef de travaux a aussi pour mission dassurer la valorisation et le mutualisation des bonnes pratiques, au sein de léquipe enseignante prise au sens large (spécialités technologiques, professionnelles et générales), en matière dexpérimentation et dinnovation pédagogique. Il contribue à laccueil et à laccompagnement des nouveaux enseignants (remplaçants, stagiaires,...) -En tant que référent en matière dintégration des technologies de linformation et de la communication dans les enseignements technologiques et professionnels, il favorise au sein de létablissement le déploiement et le développement de ces technologies et des outils correspondants.

64 Le nouveau site internet Daniel GLAISER – IEN ET STI Romuald TOMASINI – IEN ET STI 14h50 – 15h10

65 Réorganisation des sites STI sti/index.php

66 Constats Certains sites académiques en sommeil Charte graphique académique non respectée (Marianne) Prise en compte de la rénovation de la voie professionnelle Redondance de documents sur plusieurs sites Rassemblement des sites nationaux en RNR

67 Stratégie mise en œuvre Même logique que le portail national Portail Voie professionnelle STI Mise à jour par Christophe SANCHEZ qui assure le relais avec Daniel GLAISER Veille assurée par Christophe SANCHEZ Contenus : Les documents institutionnels nationaux communs aux différentes filières (CCF, rénovation voie professionnelle,…), Les documents institutionnels académiques communs aux différentes filières (positionnement), Les lettres de rentrées, …

68 Stratégie mise en œuvre Pôles et disciplines : Alimentation de la partie disciplinaire par les gestionnaires en lien avec les IEN STI respectifs Formation des gestionnaires de sites disciplinaires : 1 présentielle 2 classes virtuelles Aide technique par Christophe SANCHEZ

69 Suites Attentes de retour Sollicitations des enseignants pour fournir des productions pédagogiques …

70 La liaison BAC PRO - BTS 15h10 – 15h30 Romuald TOMASINI – IEN ET STI Christophe MULLER – IEN ET STI 15h10 – 15h30

71 PASSERELLE BAC PRO - BTS Liaison BAC PRO / BTS Réunion des chefs de travaux Concertation EchangesMutualisation

72 PASSERELLE BAC PRO - BTS Liaison BAC PRO / BTS Ordre du jour : Présentation de la plaquette liaison BAC PRO BTS. Echanges sur les actions en cours dans les établissements.

73 LE CADRE Des objectifs fixés dans le cadre de la loi dorientation : 80% dune génération au niveau IV. 50% de diplômés au niveau III. Article 33 de la loi relative à lenseignement supérieur et à la recherche du 22 juillet Contexte académique : Seuls 33% des élèves accèdent au Bac général Augmenter le taux daccès au Bac général. Un décrochage important des élèves de Bac Pro en STS ( 20% de décrochage au premier trimestre observé à R2013 et 50% des élèves passant les épreuves en 2013 ont réussi) Développer la proportion de Bachelier professionnel obtenant leur BTS en fin de parcours.

74 PASSERELLE BAC PRO - BTS LE CADRE Master CAP Seconde bac pro Première bac pro Terminale bac pro Seconde dexploration Première technologique Terminale technologique VIE ACTIVE BTS, DUT 1 ère année BTS, DUT 2 ème année Licence Voie professionnelle Voie technologique Vers tous les diplômes CPGE

75 PASSERELLE BAC PRO - BTS LE CADRE Établissements ayant bénéficié dun accompagnement depuis 2008 : 20/ Lycée Blaise Pascal Forbach Lycée Henry Nominé Sarreguemines Lycée de Remiremont Claudel et Lycée pro de Saulxures Pont à mousson Hanzelet Verdun Margueritte Lycée Alfred Mézières Longwy Lycée Cormontaigne Metz Lycée Charles Jully de Saint Avold Lycée GT Majorelle Toul et B Schwartz Pompey Lycée Colbert Thionville, LP Fameck et Lycée de Metz Cassin Lycée St Exupéry - Fameck (cordées de la réussite) Lycées METZ LT Schuman/LP Poncelet Lycée EPINAL Lapicque Lycée LAXOU Saint Joseph Lycée LAXOU Héré.

76 PASSERELLE BAC PRO - BTS Les objectifs pédagogiques Développer les compétences nécessaires pour aborder une formation en BTS : Autonomie. Sens critique. Argumentation. Abstraction. Synthèse... Lobtention de la mention au BAC PRO conditionne le passage en STS et représente un véritable enjeu pour les élèves de BAC PRO.

77 PASSERELLE BAC PRO - BTS La mise en œuvre

78 PASSERELLE BAC PRO - BTS La mise en œuvre En première BAC PRO (Phase 1): Informer lensemble des élèves de BAC PRO de lexistence de la passerelle BAC PRO/BTS. Acteurs: Equipes pédagogiques, Etudiants de 1ère année de BTS. Repérer les élèves motivés susceptibles de réussir. Outils: Fiches dentretiens individualisés, avis de léquipe pédagogique LP… Atténuer les difficultés dintégration des élèves de BAC PRO en BTS. Outils: Atelier de soutien et dapprofondissement en expression orale, mathématiques, langues vivantes (accompagnement personnalisé).

79 PASSERELLE BAC PRO - BTS La mise en œuvre En terminale BAC PRO (Phase 2): Informer les élèves des choix dorientation possibles. Immerger les élèves dans les classes de STS: Poursuivre les ateliers destinés à améliorer lautonomie et le travail personnel. Elever le niveau de compétence des élèves dans les domaines faisant appel aux capacités dabstraction, de conceptualisation, de conduite de projet. Stratégie : Travailler en concertation avec les professeurs de STS; Analyser les référentiels de formation des deux diplômes BAC PRO et BTS dun même champ professionnel.

80 PASSERELLE BAC PRO - BTS La mise en oeuvre En première et deuxième année de STS (phase 3): Proposer un tutorat par un étudiant de deuxième année de STS et dun professeur. Renforcer laccompagnement des élèves par des ateliers de structuration de la pensée. Valoriser le savoir être des élèves pour en faire un outil dintégration. Développer lesprit de cohésion en incitant les élèves des différents horizons à mettre en commun leurs compétences.

81 PASSERELLE BAC PRO - BTS Les facteurs de réussite Actions menées dans les établissements expérimentaux: Faire de cette action un axe du contrat dobjectif. Impliquer le conseil pédagogique. Recenser des professeurs volontaires et constituer des binômes de professeurs (LP et LGT) de suivit des élèves… Assurer la continuité par limplication des équipes de directions dans le pilotage de laction. Définir des créneaux horaires privilégiés (Accompagnement personnalisé). Définir des créneaux horaires de rencontre entre les équipes (coordination, interventions communes…). Favoriser le lien par des groupes déchanges en utilisant lENT. Créer un livret (stage passerelle) fixant des objectifs opérationnels pour suivre lévolution de chaque élèves.

82 PASSERELLE BAC PRO - BTS La plus value Les actions ont produit plusieurs effets dans les établissements expérimentaux: Un meilleur repérage des élèves aptes à poursuivre en STS. Une élévation du niveau dambition des élèves et de leur réussite par lobtention de mentions au BAC PRO. Une amélioration de la réponse aux insuffisances mesurée et aux besoins exprimés. La construction dune véritable « passerelle BAC PRO / BTS » (Echange entre professeurs, observation de cours, adaptation des cours, élaboration de stratégies globales de formation, de référentiels de programmes communs,…)

83 PASSERELLE BAC PRO - BTS des actions de références Deux expériences à consulter sur le site du PASI: Une passerelle dans le secteur industriel au lycée Margueritte de Verdun (Le MOPEB). Une passerelle en milieu tertiaire au lycée Blaise Pascal de Forbach. Un travail piloté par les corps dinspection de mathématiques: Du Bac Pro vers le BTS en mathématiques.

84 Échanges sur les modalités dorganisation des PFMP Patrick LAMBERT – Chef de travaux Christophe MULLER – IEN ET STI Michel BONTE - IEN ET STI 15h30 – 16h00

85 LA PROBLEMATIQUE POSEE LES CAUSES EVOQUEES L'EXEMPLE du lycée HERE LES SOLUTIONS PROPOSEES LE BILAN (des CTX) LES ATTENTES (des CTX) Points abordés

86 Trouver des entreprises d'accueil pour les PFMP La problématique posée

87 L'augmentation de la demande Lexcès de réglementation : élèves mineurs (-15 ans, -16, -18 !!), les horaires de travail, la rémunération obligatoire au delà de 8 semaines, La situation économique actuelle qui raréfie l'offre variable selon les spécialités (bâtiment, logistique,..) La démotivation des équipes pédagogiques Le manque de motivation, d'intérêt, d'autonomie, de savoir être des élèves. Les problèmes de mobilité, de transport sur certains territoires, donc des coûts et donc du remboursement des frais de stage !. Les causes évoquées

88 Anticiper au maximum et réaliser un suivi permanent. Départ décalé par groupe (ne libère pas le prof qui a cours en classe entière pour effectuer le suivi) En stage au lycée avec les agents Chantier école Intégration dans une classe autre (avec la problématique de l'examen) mise en place d'un EDT spécifique,... Rattrapage possible durant les vacances scolaires Les solutions proposées

89 L'EXEMPLE du lycée HERE Nombre d'élèves en PFMP : 711 (dont 362 mineurs) Nombre d'entreprises d'accueil : 320 (dont 5 à l'étranger) Nombre de conventions : 364 Nombre de périodes de PFMP : 82 Nombre de groupes classe : 33 Nombre d'entreprises dans la base : 3000 !!!!

90 Publication du calendrier des PFMP en mai (ceux qui partent en juin peuvent déjà démarcher pour l'année suivante) Désignation d'un prof référent par groupe qui gère l'intégralité des PFMP Un outil informatique permettant aux professeurs un suivi permanent de leurs élèves via Internet Mise à disposition des élèves en recherche d'un local avec un téléphone et un PC équipé du logiciel donnant ainsi accès à la banque des entreprises et à '' mon stage en ligne ''.

91 Démarche très chronophage, stressante (obligation de trouver un stage, échec à l'examen si la totalité des périodes n'est pas faite), couteuse (téléphone, courrier, recommandé) Elève avec des comportements tels que les entreprises refusent de prendre de nouveaux stagiaires. Problématique nouvelle du recrutement des élèves en LP qui nuit à leur image ( un maxi d'élève de 3 ème ''poussé'' en 2nd LGT) et modifie le rôle des enseignants (assistante sociale, parent, éducateur, formateur, policier ). Le bilan des chefs de travaux

92 Un choc de simplification ! Une souplesse retrouvée notamment quant à la durée !! Une prise en compte de cette mission dans le nouveau statut des profs !!! Les attentes des chefs de travaux

93 Echanges Conclusion Mohamed BAZIZ - IGEN 16H00 à fin

94 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Réunion des chefs de travaux Sciences et techniques industrielles Académie de Nancy Metz Lycée Héré - 19 février 2014 9h 30 – 16h30."

Présentations similaires


Annonces Google