La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ruy Blas, Victor Hugo. Cours de la Littérature dramatique, Schlegel, translated in 1814 1823 - 1825, Racine et Shakespeare by Stendhal 1827, Préface de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ruy Blas, Victor Hugo. Cours de la Littérature dramatique, Schlegel, translated in 1814 1823 - 1825, Racine et Shakespeare by Stendhal 1827, Préface de."— Transcription de la présentation:

1 Ruy Blas, Victor Hugo

2 Cours de la Littérature dramatique, Schlegel, translated in , Racine et Shakespeare by Stendhal 1827, Préface de Cromwell, Hugo

3 Le romanticisme est lart de présenter aux peuples les œuvres littéraires qui, dans létat actuel de leurs habitudes et de leurs croyances, sont susceptibles de leur donner le plus de plaisir possible. Le classicisme au contraire leur présente la littérature qui donnait le plus grand plaisir à leurs arrière- grands-pères… Imiter aujourdhui Sophocle et Euripide, et prétendre que ces imitations ne feront pas bâiller le Français du XIXe siècle, cest du classicisme. (Stendhal) Le combat à mort est entre le système tragique de Racine et celui de Shakespeare. (Stendhal) Le romantisme appliqué au genre tragique, cest une tragédie en prose qui dure plusieurs mois et se passe en divers lieux. (Stendhal)

4 Du jour où le christianisme a dit à lhomme : « Tu es double, tu es composé de deux êtres, lun périssable, lautre immortel, lun charnel, lautre éthéré, lun enchaîné par les appétits, les besoins et les passions, lautre emporté sur les ailes de lenthousiasme et de la rêverie, celui-ci enfin toujours courbé sur la terre, sa mère, celui-là sans cesse élancé vers le ciel, sa patrie. (Hugo)

5 La muse moderne… sentira que tout dans la création nest pas uniquement beau, que le laid y existe à côté du beau… Elle se mettra à faire comme la nature, à mêler dans ses créations, sans pourtant les confondre, lombre à la lumière, le grotesque au sublime, en dautres termes, le corps à lâme, la bête à lesprit. (Hugo, Preface to Cromwell) Le drame tient de la tragédie par la peinture des passions et de la comédie par la peinture des caractères. (Hugo, Preface to Ruy Blas)

6 Ce quil y a détrange, cest que les routiniers prétendent appuyer leur règle des deux unités sur la vraisemblance, tandis que cest précisément le réel qui la tue. Quoi de plus invraisemblable et de plus absurde en effet que ce vestibule, ce péristyle, cette antichambre, lieu banal où nos tragédies ont la complaisance de venir se dérouler, où arrivent, on ne sait comment, les conspirateurs pour déclamer contre le tyran, le tyran pour déclamer contre les conspirateurs, chacun à leur tour (…). Où a-t-on vu vestibule ou péristyle de cette sorte ? Quoi de plus contraire, nous ne dirons pas à la vérité, les scolastiques en font bon marché, mais à la vraisemblance ? Il résulte de là que tout ce qui est trop caractéristique, trop intime, trop local, pour se passer dans lantichambre ou dans le carrefour, cest-à-dire tout le drame, se passe dans la coulisse. Nous ne voyons en quelque sorte sur le théâtre que les coudes de laction ; ses mains sont ailleurs. Au lieu de scènes, nous avons des récits ; au lieu de tableaux, des descriptions. De graves personnages placés, comme le chœur antique, entre le drame et nous, viennent nous raconter ce qui se fait dans le temple, dans le palais, dans la place publique, de façon que souventes fois nous sommes tentés de leur crier : " Vraiment ! mais conduisez-nous donc là-bas ! On sy doit bien amuser, cela doit être beau à voir ! (Hugo)

7 On commence à comprendre de nos jours que la localité exacte est un des premiers éléments de la réalité. Les personnages parlants ou agissants ne sont pas les seuls qui gravent dans lesprit du spectateur la fidèle empreinte des faits. Le lieu où telle catastrophe sest passée en devient un témoin terrible et inséparable ; et labsence de cette sorte de personnage muet décomplèterait dans le drame les plus grandes scènes de lhistoire. Le poëte oserait-il assassiner Rizzio ailleurs que dans la chambre de Marie Stuart ? poignarder Henri IV ailleurs que dans cette rue de la Ferronnerie, toute obstruée de haquets et de voitures ? brûler Jeanne dArc autre part que dans le Vieux-Marché ? dépêcher le duc de Guise autre part que dans ce château de Blois où son ambition fait fermenter une assemblée populaire ? décapiter Charles 1er et Louis XVI ailleurs que dans ces places sinistres doù lon peut voir White-Hall et les Tuileries, comme si leur échafaud servait de pendant à leur palais ? (Hugo)

8 Lunité de temps nest pas plus solide que lunité de lieu. Laction, encadrée de force dans les vingt-quatre heures, est aussi ridicule quencadrée dans le vestibule. Toute action a sa durée propre comme son lieu particulier. (Hugo)

9 La tragédie racinienne ne peut jamais prendre que les trente-six dernières heures dune passion ; donc jamais de développement des passions. Quelle conjuration a le temps de sourdir, quel mouvement populaire peut se développer en trente-six heures ? Il est intéressant, il est beau de voir Othello, si amoureux au premier acte, tuer sa femme au cinquième. Si ce changement a lieu en trente-six heures, il est absurde, et je méprise Othello. Macbeth, honnête homme au premier acte, séduit par sa femme, assassine son bienfaiteur et son roi, et devient un monstre sanguinaire. Ou je me trompe fort, ou ces changements de passions dans le cœur humain sont ce que la poésie peut offrir de plus magnifique au cœur des hommes, quelle touche et instruit à la fois. (Stendhal)


Télécharger ppt "Ruy Blas, Victor Hugo. Cours de la Littérature dramatique, Schlegel, translated in 1814 1823 - 1825, Racine et Shakespeare by Stendhal 1827, Préface de."

Présentations similaires


Annonces Google