La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le soi Robert J. Vallerand, Ph.D.. Le soi 1. Quest-ce que le Soi ? 2. Le Soi comme contenu a) Concept de soi b) Estime de soi c) Schémas sur le soi.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le soi Robert J. Vallerand, Ph.D.. Le soi 1. Quest-ce que le Soi ? 2. Le Soi comme contenu a) Concept de soi b) Estime de soi c) Schémas sur le soi."— Transcription de la présentation:

1 Le soi Robert J. Vallerand, Ph.D.

2

3 Le soi 1. Quest-ce que le Soi ? 2. Le Soi comme contenu a) Concept de soi b) Estime de soi c) Schémas sur le soi 3. Les déterminants du Soi a) Sources interpersonnelles b) Contexte social c) Observation personnelle d) Évaluation 4. Le Soi comme processus a) Conscience de soi : privée, publique, nature et déterminants 5. Conséquences intrapersonnelles du Soi 6. Conséquences interpersonnelles du Soi

4 Le Soi Entité à lintérieur de nous qui –Représente ce que nous sommes et –Effectue plusieurs fonctions James traite du soi comme contenu (le « Moi ») et du soi comme processus (le « Je ») Le soi est au centre dune dialectique avec lenvironnement

5 Le Soi Comme Contenu Contient linformation sur notre soi: –Concept de soi –Estime de soi –Schémas de soi

6 Le Concept de Soi Un résumé des perceptions et connaissances que nous possédons sur nos qualités et caractéristiques. Référe au « Moi » de James (1890) –Soi matériel (corps, vêtements, possessions) –Soi social (rôles sociaux) –Soi spirituel (valeurs, idéaux, attitudes)

7 Technique pour mesurer le concept de soi Dans les 15 espaces présentés ci-dessous, veuillez écrire 15 réponses différentes à la question « Qui suis-je? ». Répondez comme si vous répondiez à vous-même et non à quelquun dautre. Écrivez les réponses dans lordre quelles surviennent. Ne vous faites pas de soucis concernant la logique ou limportance de ce que vous écrivez. JE SUIS 1_______________ 6 _______________ 11 _______________ 2_______________ 7 _______________ 12 _______________ 3_______________ 8 _______________ 13 _______________ 4_______________ 9 _______________ 14 _______________ 5_______________ 10 ______________ 15 _______________ Adapté de Gordon (1968)

8 Comment les étudiants du niveau secondaire se perçoivent sur différentes catégories du concept de soi ThèmesTypes de soiPourcentage Relations avec les autres (Ex.: « jai de bonnes relations ») social59 Jugements, goûts, ou activités (Ex.: « je joue au basket-ball ») spirituel58 Comportements et sentiments (Ex.: « de bonne humeur ») spirituel52 Apparences physique (Ex.: je parais bien ») matériel36 Liberté de choisir de son sort (Ex.: je suis quelquun qui décide lui-même de ses activités) spirituel23

9 Comment les étudiants du niveau secondaire se perçoivent sur différentes catégories du concept de soi ThèmesTypes de soiPourcentage Sentiment de valeur morale (Ex.: « je me respecte personnellement ») spirituel23 Les réactions des autres vis-à- vis moi (Ex.: « je suis populaire ») social18 Les possessions matérielles (Ex.: « ma voiture ») matériel5 Unité ou manque dunité de la personne (Ex.: je suis tout mêlé ») spirituel5 Adapté de Gordon (1968)

10 LEstime de Soi Cest lévaluation que lon se fait de soi-même (bon/mauvais; positif/négatif) Différentes dimensions: –situationnelle vs dispositionnelle –Individuelle vs collective –Globale vs contextuelle –Explicite vs implicite

11 Exemples dénoncés servant à mesurer lestime de soi détat Items traduits librement de léchelle destime de soi détat (Heatherton & Polivy, 1991) AucunementUn peu Relativement TrèsTout à fait en accordaccord en accorden accorden accord Je suis présentement satisfait de mon apparence Je suis confiant dans mes habiletés Jai limpression que les autres me respectent et madmirent Je me sens présentement inférieur aux autres* Jai le sentiment de ne pas bien faire*.12345

12 Exemples dénoncés servant à mesurer lestime de soi dispositionnelle Items tirés de la validation canadienne-française (Vallières & Vallerand, 1990) de léchelle destime de soi dispositionnelle (Rosenberg, 1965). Tout à faitPlutôt en Plutôt Tout à fait en désaccord désaccord en accord en accord Je pense que je possède un certain nombre de belles qualités Dans lensemble, je suis satisfait de moi Parfois je me sens vraiment inutile* Jai une attitude positive vis-à-vis de moi-même Il marrive de penser que je suis bon à rien*.1234 Note: Plus le score est élevé sur les échelles et plus lestime de soi est élevée. * Le pointage pour cet énoncé doit être inversé.

13 Les schémas sur le soi Le soi peut être vu comme un ensemble de schémas portant sur soi. «Des généralisations cognitives à propos du soi, issues dexpériences passées qui organisent et guident le traitement dinformation contenues dans les expériences sociales de la personne.» (Markus, 1977, p. 64) Les schémas sur soi : entreposent linformation sur nous guident le traitement dinformation

14 Les schémas sur le soi dune étudiante en psychologie Sports Alexandre Despatie Ski acrobatique Musique ClassiquePopulaire Examens Femme Étudiante Partenaire dans une relation amoureuse Sensibilité au statut de la femme Autres secteurs scolaires Psychologie SOI Travaux Cours

15 Les schémas Les schémas ont une nature double 1. Servent de processus et influencent notre traitement de linformation - dictent notre attention - sélectionnent linformation à entreposer en mémoire - simplifient linformation quand il y en a trop - remplissent les trous quand il ny en a pas assez 2. Servent de contenu et entreposent linformation en mémoire Il y a donc interaction entre les deux aspects des schémas

16 Les déterminants du soi 1. Sources interpersonnelles - Effet direct (p.ex. Vallerand & Reid, 1984) - Effet indirect (p.ex. Schafer & Keith, 1985) - Effet bloqué (p.ex. Swann & Hill, 1982) 2. Contexte social - Influence comment on se définit (p.ex. McGuire et al., 1979)

17 Adapté de Vallerand et Reid (1984) Changement de Perceptions de Compétence + - 1,8 0,5 - 0,4

18 Les déterminants du soi (suite) 3. Observation personnelle - Observation de nos comportements (Bem, 1972) - « Observation » de nos pensées et sentiments (Andersen & Ross, 1984)

19 Leffet de la réception dune information comportementale sur notre concept de soi Sujets se définissant comme des environnementalistes Sujets dont les perceptions sont ambiguës à légard de lenvironnement Perceptions dêtre un environnementaliste Perception faible

20 Les déterminants du soi (suite) LA COMPARAISON SOCIALE 4. Évaluation personnelle - Face à des critères objectifs servant de «diagnostic» (Trope, 1983) - Comparaison sociale (Festinger, 1954)

21 Comparaison sociale (Festinger, 1954) 1. Lêtre humain a un besoin de sauto-évaluer (opinion et habiletés) 2. En labsence de critères objectifs, on se compare aux autres

22

23 À qui nous comparons-nous? Cela dépend de nos motivations Motivation Comparaison Sévaluer objectivement Personne similaire Saméliorer Personne un peu meilleure Rehausser notre Soi Personne inférieure

24

25 LINFLUENCE DE LA CULTURE

26 Distribution of self-esteem scores among European Canadians Moyenne = 39,6 Theoretical Midpoint of Scale Heine, Lehman, Markus, & Kitayama European Canadian Sample (N = 1402)

27 Distribution of self-esteem scores among Japanese who have never lived outside of Japan Moyenne = 31,1 Nbre dobservations - Expected Normal Theoretical Midpoint of scale

28 Le soi comme processus

29 Conscience de soi Environnement Attention Sur nous-mêmes (conscience de soi) Notre attention est portée sur lune ou lautre mais pas les deux

30 Conscience de soi Conscience de soi PRIVÉE Être en contact avec les aspects internes de la personnes qui sont non-accessibles aux autres - attitudes, émotions, motivation, valeurs, etc. Conscience de soi PUBLIQUE Le soi tel quil apparaît aux yeux des autres - le comportement, nos manières, notre habillement, etc.

31 Déterminants de la conscience de soi (influences situationnelles ) Influences situationnelles - Miroir- Caméra - Écrits personnels- Auditoire Conscience de soi privé Conscience de soi publique

32 Déterminants de la conscience de soi (influences personnelles) Influences personnelles Disposition sur léchelle de conscience de soi Échelle privéeÉchelle publique Conscience de soi privé Conscience de soi publique

33 Échelle révisée de conscience de soi 1.Jessaie continuellement de me comprendre. 2.Je réfléchis beaucoup sur moi-même. 3.Mes rêveries sont souvent à mon sujet. 4.Je suis généralement attentif-ve à mes sentiments. 5.Je ne manalyse jamais de près. 6.Je me soucie généralement de faire bonne impression. 7.Je suis soucieux-ce de mon apparence. 8.Avant de quitter la maison, je vérifie mon apparence. 9.Dhabitude je suis conscient-e de mon apparence. 10.Je me préoccupe de ce que les gens pensent de moi Pas du tout Un peuAssezTrès semblable à moi semblable à moi semblable à moisemblable à moi _______________________________________________________________

34 La conscience de soi privée est importante car: 1. Elle guide le comportement en accord avec nos attitudes et valeurs 2. Amplifie les émotions que lon ressent

35

36 Carver, 1975 Sujets-Attitudes: Pro-punition Anti-punition Peuvent donner des chocs à un étudiant en apprentissage - En face dun miroir __________ - Pas de miroir Pro-punition Anti-punition Chocs MiroirPas de miroir

37 Létat de conscience de soi privée intensifie les émotions Lorsque assis en face dun miroir, les sujets dans la condition « triste » se sont sentis plus triste alors que ceux dans la condition « joie » se sont sentis plus joyeux. (Tiré de Scheier & Carver, 1977). Émotion ressentie Tristesse

38 Conséquences Intrapersonnelles

39 Conséquences intrapersonnelles Traitement de linformation Schèmas amènent un traitement de linformation plus efficace, rapide et avec certitude de la réponse (Markus, 1977) Sensibilité à linformation sur vous (Nuttin, 1985 ; Baumeister, 1998) Préférence pour des produits reliés à notre nom (Hodson & Olson, 2005)

40 Conséquences intrapersonnelles (suite) Biais de mémoire Oubli sélectif (Sedikides & Green, 2004) Rappel sélectif (Symons & Johnson, 1997) Perception damélioration constante avec le temps (Conway & Ross, 1984 ; Ross & Wilson, 2003)

41 Conscience de soi Émotion Conscience de soi (Scheier & Carver, 1977) Structures de soi - Complexité (Linville, 1987 ; Showers, 2000) - Promotion / Prévention et Fit (Higgins, 2001) - Stabilité de lestime de soi (Kernis & Goldman, 2003) - Contingence de lestime de soi (Crocker & Park, 2004) Autorégulation des émotions (Larsen & Priznic, 2004) –Répertoire élargi (Frederickson, 2002) –Illusions positives (Taylor & al, 2003)

42 Conséquences intrapersonnelles (Suite) Émotions Écarts entre différents types de soi (Higgins, 1987) Soi réel, soi idéal et soi obligé Écart soi idéal et réel -->dépression Écart soi idéal et obligé -->anxiété

43 Conséquences intrapersonnelles (Suite) Émotions Illusions positives (Taylor & Brown, 1988, 2003) –Soi exagéré –Optimisme réaliste –Contrôle exagéré

44 OÙ VOUS SITUEZ-VOUS? Par rapport aux autres étudiants de cette classe, mon niveau dintelligence se situe: Parmi les 10%meilleurs Exactement Au milieu LégèrementAu-dessus des autres PlutôtAu-dessus Légèrement en dessous des autres Plutôt en dessous des autres Parmi les 10%inférieurs

45 Conséquences intrapersonnelles Soi et motivation Auto-efficacité (Bandura, 2001) Autodétermination (Deci & Ryan, 2000) La Passion (Vallerand et al., 2003)

46 Passion et Personnalité Une étude transversale corrélationnelle

47 110 UNE VIVE INCLINATION VERS UNE ACTIVITÉ (OU UN OBJET) QUE LON AIME, QUI EST IMPORTANTE POUR SOI ET À LAQUELLE ON ACCORDE DU TEMPS DE FAÇON SIGNIFICATIVE PASSION DÉFINITION

48 271 PASSION AUTONOME PASSION HARMONIEUSE CONTRÔLÉE PASSION OBSESSIVE L'INDIVIDU INTERNALISE L'ACTIVITÉ À L'INTÉRIEUR DE SON IDENTITÉ DE MANIÈRE:

49 272 PASSION HARMONIEUSE EST UNE FORCE INTERNE QUI AMÈNE LA PERSONNE À CHOISIR SON ACTIVITÉ EST EN HARMONIE AVEC LES AUTRES ACTIVITÉS ET DOMAINES DE VIE DE LA PERSONNE PERMET DE VIVRE DES ÉMOTIONS POSITIVES PERMET DE PRATIQUER SON ACTIVITÉ DE FAÇON FLEXIBLE

50 273 PASSION OBSESSIVE EST UNE PRESSION INTERNE QUI FORCE LA PERSONNE À FAIRE SON ACTIVITÉ LA PERSONNE N'Y PEUT RIEN - LA PASSION DOIT SUIVRE SON COURS CRÉE DES CONFLITS AU SEIN DES AUTRES ACTIVITÉS DE LA PERSONNE CONDUIT À DES CONSÉQUENCES ÉMOTIONNELLES NÉGATIVES ET À UNE PERSISTANCE RIGIDE

51 Tableau 1 Moyenne, é cart-type et alphas : Passion et Big Five Moyenne É -T Alphas Passion Harmonieuse Passion Obsessive N é vrotisme Extraversion Ouverture Agr é able Consciencieux

52 Tableau 2 Corr é lations partielles: Passion et Big Five Passion Harmonieuse Passion Obsessive Névrotisme-.28***.26** Extraversion Ouverture.19*.07 Agréable * Consciencieux Note. * p <.05, ** p <.01, *** p <.001.

53 Tableau 3 Moyenne, é cart-type et alphas : Passion et traits de flexibilit é et de rigidit é MoyenneÉ-T Alphas Résilience Perfectionnisme soi Perfectionnisme autre Self-Control Auto-critique

54 Tableau 4 Corr é lations partielles : Passion et traits de flexibilit é et de rigidit é Passion Harmonieuse Passion Obsessive Résilience.35***.06 Perfectionnisme soi Perfectionnisme autre * Self-Control *** Auto-critique * Note. * p <.05, ** p <.01, *** p <.001.

55 Tableau 5 Moyenne, é cart-type et alphas : Passion et cons é quences MoyenneÉ-T Alphas Estime de soi Satisfaction de vie

56 Tableau 6 Corr é lations partielles : Passion et cons é quences Passion Harmonieuse Passion Obsessive Estime de soi.20*-.23* Satisfaction de vie.22**-.21** Note. * p <.05, ** p <.01, *** p <.001.

57 Tableau 7 Moyenne, é cart-type et alphas: Passion et d é fenses MoyenneÉ-T Alphas Défenses matures (humour, observation de soi, anticipation, affirmation) Défenses intermédiaires (intellectualisation, dissociation, isolation de laffect, fantasmatisation) Défenses immatures (projection, identification projective, clivage, hypocondrie)

58 Tableau 8 Corr é lations partielles : Passion et d é fenses Passion Harmonieuse Passion Obsessive Défenses matures (humour, observation de soi, anticipation, affirmation).22*-.14 Défenses intermédiaires (intellectualisation, dissociation, isolation de laffect, fantasmatisation) ** Défenses immatures (projection, identification projective, clivage, hypocondrie) *** Note. * p <.05, ** p <.01, *** p <.001.

59 Conséquences intrapersonnelles Soi et performance Autorégulation (Carver, 2004) Aspects inconscients (Bargh, 2005 ; Ratelle et al, 2005) Perte dénergie (Baumeister et al, 1998) Craquer sous la pression (Wallace, Baumeister & Vohs, 2005) et dérèglement de lattention (Beilock & al, 2002) Manace du stéréotype (Steele & Aronson, 2004)

60 Baumeister et al, 1998 CONDITIONTEMPS (MIN.) Peut pas manger chocolat 8.35 Ne peut pas manger radis Condition témoin20.86 CONDITIONANAGRAMMES SOLUTIONNÉS Suppression démotions4.94 Aucune suppression7.29 Étude 1 Étude 3

61 Conséquences interpersonnelles Perception des autres Biais de faux consensus (Monai & Norton, 2003) Biais de fausse perception dunicité (Lynn & Snyder, 2002) Perception dune autre personne (Green & Sedikides, 2001)

62 Traits Perception de Chris Le rôle des schémas de soi dans la perception sociale. Adapté de Green et Sedikides 2001.

63 Conséquences interpersonnelles Choix de situations et intéractions sociales Personne dépressive reste seule (Argyle, 1987) Personne extravertie aide les autres (Bekkers, 2005) Égotisme implicite (Pelham et al, 2005) Amorçage subliminal et comportement social (Holland & al, 2004) Rejet social (Fenigstein, 1979 ; Dickerson et al, 2004)

64 Conséquences interpersonnelles Soi et relations interpersonnelles Vérification de soi (Swann, 1999) Illusions positives (Gagné & Lydon, 2004) Estime de soi (Murray, 2005) Maitrise de soi (Tanguay & al, 2004)

65 Conséquences interpersonnelles Présentation de soi stratégique Désir de créer une impression bien précise Stratégies auto-handicappantes (Berglas & Jones, 1978 ; Stone, 2002) Se couvrir de gloire indirectement (Cialdini & al, 1976 ; Wolfson et al, 2005) La manipulation (Jones & Pittman, 1982) –Se «vanter» publiquement –Louanger une autre personne –Accorder une faveur –Se conformer

66 Conséquences interpersonnelles Présentation de soi authentique La révélation de soi (Omarzu, 2000) –Interaction avec un but précis pouvant varier (souvent approbation sociale) –Profondeur des renseignements –Quantité des renseignements –Durée de lépisode –Bénéfices : acceptation, soulagement daffect négatif, augmentation de lintensité –Coûts : affects négatifs à souvrir, se faire rejeter –Révélation de soi émotionnelle (Campbell & Penebaker, 2003 ; King, 2001)

67 Différences individuelles dans la présentation de soi Monitorage de soi (Snyder, 1987) –Monitorage de soi élevé Implique une conscience de soi publique. Être conscient des attentes de lentourage et du soi tel quil apparaît aux yeux des autres. Agir en fonction des règles implicites et explicites de la situation. –Monitorage de soi faible Implique une conscience de soi privée. Être en contact avec les aspects intérieurs de soi. Agir en fonction de nos valeurs, nos standards personnels, nos désirs et nos croyances.

68 Énoncés traduits librement de la version révisée de lÉchelle de monitorage de soi (Snyder & Gangestad, 1986) 1. Je peux seulement défendre des points de vue auxquels je crois*. 2. Jimagine que je joue un peu la comédie pour impressionner ou pour divertir les autres. 3. Je pourrais probablement être un bon comédien. 4. Dans les rencontres sociales, je nessaie pas de dire ou de faire des choses que les autres aiment*. 5. Je ne suis pas toujours la personne que je parais être. Vrai ou faux Note: Accordez un point à chaque réponse notée « vrai ». Un score élevé indique Un monitorage de soi élevé. *Pour cet énoncé, le pointage doit être inversé.

69 Conséquences interpersonnelles Monitorage de soi –Sujets monitorage de soi élevé agissent plus selon la situation (Snyder & Monson, 1975) –Relations interpersonnelles différentes (Snyder & al, 1983) –Choix de partenaire amoureux et comportements sexuels (Snyder & al, 1985, 1986) –Expression dun préjugé (Klein, Snyder & Livingston, 2004)

70 Attitude de lauditoire envers les personnes gais Niveau de préjugé Niveau de préjugé en fonction du monitorage de soi et de lauditoire. Adapté de Klein et al. (2004)

71 BONNE SEMAINE


Télécharger ppt "Le soi Robert J. Vallerand, Ph.D.. Le soi 1. Quest-ce que le Soi ? 2. Le Soi comme contenu a) Concept de soi b) Estime de soi c) Schémas sur le soi."

Présentations similaires


Annonces Google