La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prévention de la maltraitance des aînés fragilisés

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prévention de la maltraitance des aînés fragilisés"— Transcription de la présentation:

1 Prévention de la maltraitance des aînés fragilisés

2 Objectifs: Définir, repérer et identifier la maltraitance des personnes âgées sous toutes ses formes, Identifier les réseaux existants et les étapes à franchir lors d’un constat de maltraitance

3 Qui sont les personnes âgées?

4 Qui sont les personnes âgées?
D’une façon générale, une personne âgée est un ADULTE CITOYEN qui, même si elle devient fragile et vulnérable, est un homme ou une femme à part entière ayant des droits et des devoirs comme tout le monde.

5 Pourquoi parle-t-on de plus en plus de la maltraitance des personnes âgées?

6 Vieillissement de la population
Sur les 61 millions d’habitants, la France compte 16.2% de personnes âgées. On estime qu’en 2020, elles représenteront environ 30% de la population. Espérance de vie: 83.8 ans pour les femmes 76.7 ans pour les hommes Chiffres INSEE du 1 janvier 2006

7 Maltraitance des personnes âgées
personnes âgées seraient concernées par la maltraitance, en France. 5% des plus de 65 ans 15% des plus de 75 ans 1 situation sur 6 est actuellement repérée.

8 ? Besoins de la personne Besoin d’actualisation Besoin d'estime
droits et libertés de la PA Respect Besoin d’actualisation • Culturel (tous les arts) • Spirituel • Compréhension cognitive AIDER à faire et non "faire à la place" ACTIVITÉS d'éveil Besoin d'estime • Estime de soi (statut, réussite) • Estime des autres (réputation). considération ? Liberté d’expression Besoin d'appartenance • Affection et reconnaissance par les relations intimes, les amis Intimité VIVRE debout Information ANIMER Besoin de sécurité • Sécurité • Propriété • Violence • Difficultés financières • Logement. Propriété La sensibilisation sur des abus ou négligences ne peut avoir lieu que si le projet de vie servant de référence a été défini au préalable. Notamment les divers comportements ou actions. Ce projet de vie repose pour notre part sur une conception de l’humain découlant de l’école de pensée humaniste. Parmi les principaux représentant de cette école on relève Carl Rogers ( ) et Abraham Maslow ( ). C’est ce dernier qui sert de base à notre réflexion, Virginia Henderson ayant, dans le monde soignant, classé des besoins à partir des travaux de Maslow. Nous indiquons les droits de la personne et ceux du citoyen qui en découlent sans pour autant oublier qu’en face des droits existent des “devoirs” ... Pour de plus amples renseignements sur Maslow et Henderson voir sur le site Gérontologie en institution les pages sur Maslow, Henderson, Poletti, soins... <http://membres.lycos.fr/papidoc/573besoinsmaslow.html> Identité Besoins physiologiques • Maintien de la vie (faim, soif, élimination, évitement de la douleur, etc.) PRENDRE SOIN SOIGNER continuité Participation Hiérarchie des besoins de Maslow Augmenter la mémoire de Power Point si affichage incorrect

9 Le non-respect des besoins, des droits et des libertés de la personne constitue une maltraitance

10 Que dit la loi?

11 Code civil Chacun a le droit au respect de sa vie privée (art 9)

12 Code pénal Obligation de dénonciation
Toute personne, sauf les personnes soumises au secret professionnel, qui ne signalerait pas une personne âgée en danger, peut être poursuivie pour non dénonciation de mauvais traitements (article du Code pénal). En outre, toute personne, y compris les personnes soumises au secret professionnel, peut être poursuivie pour non assistance à personne en péril (article du Code Pénal).

13 Maltraitance familiale
Film: Secrets de famille ou la loi du silence Maltraitance… accidentelle? La vieillesse « fardeau » En trop dans sa famille Chantage affectif La bourse ou la vie DVD « comment maltraiter un vieillard à domicile? » de l’équipe ALMA France

14 Les différentes formes de maltraitance

15 les maltraitances physiques : Séquestration, ligotage, bousculades, sévices sexuels, coups, gifles, Brûlure... - les maltraitances psychologiques : Menaces de rejet, de rétorsion, insultes, humiliation, infantilisation, chantage, culpabilisation, tutoiement, privation des visites... - les maltraitances financières : Vols, signatures forcées, héritage anticipé, spoliation d’argent, de biens mobiliers et immobiliers,... - les maltraitances médicales : Abus de neuroleptiques, privation de médicaments nécessaires, non-prise en charge de la douleur, non-prise en charge de la dépression... - les maltraitances civiques : Privation des droits élémentaires du citoyen (ex : privation de sorties), contrainte sur bulletin de vote... - les négligences actives : Privation des aides indispensables à la vie quotidienne (manger), enfermement...   - les négligences passives : Oubli, abandon, indifférence -...

16 La maltraitance, qu’est-ce que c’est?

17 Définition de la maltraitance
« Tout acte ou omission commis par une personne, s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d’une autre personne ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière ». D’après le conseil de l’Europe

18 Maltraitance et maltraitances…!!!
Une aide à domicile explique: « Mme x est fatiguée; elle ne veut pas le reconnaître mais hier, quand je suis arrivée chez elle, elle était effondrée et son mari, enfermé dans la chambre. Mme X pleurait « c’est fini, je ne peux plus! tu te rends compte? Je l’ai giflé, frappé… et le pauvre, il ne comprend rien. Cette nuit, encore, il a enlevé le matelas et sorti tous nos habits de l’armoire, il avait l’air si affolé… et moi, plus encore! Dis moi ce qu’il faut faire? Peut-on parler, dans ce cas, de maltraitance? Cette gifle est un acte maltraitant, certes mais nous ne pouvons ici parler de maltraitance. C’est un acte brutal, mais très certainement unique, qui ne se reproduira pas. Mme X en a parlé pour devenir mal traitante, pour éviter que son acte se répète, pour prévenir ce que nous appelons maltraitance. Elle a en effet pris CONSCIENCE du danger de maltraitance.

19 Un gérontologue a dit « chacun de nous peut être maltraitant, parce qu’il peut nous arriver d’avoir un passage à vide, un instant de dépression, un moment où notre tolérance s’épuise, où nous ne pouvons plus nous contrôler ». (docteur HUGUENOT)

20 Peut-on parler, dans ce cas, de maltraitance?
Une aide à domicile écoute la plainte de Mme Petit. « faites quelque chose. Aidez-nous ! notre fille a recommencé nous harceler, à nous insulter, à nous voler de l’argent, à nous rendre la vie infernale. Mon mari et moi n’en pouvons plus. Elle a même basculé son père, il s’est rattrapé juste à temps. Nous avons plus de 75 ans tous les deux. Notre fille est alcoolique depuis longtemps… elle ne veut pas se faire soigner. Que faire ? Peut-on parler, dans ce cas, de maltraitance? Oui, c’est une situation de maltraitance. Les actes sont répétés, réitérés continuellement. L’alcoolisme empêche la fille de prendre conscience de ce qu’elle inflige à ses parents. Il y a maltraitance car il y a répétition des actes ou omissions (répétitions conscientes ou non)

21 Où y a t-il le plus de maltraitance? A domicile ou en institution?

22 30% en institution 70% à domicile
Selon les données statistiques de l’ALMA

23 Comparaison de la maltraitance à domicile et en institution
Catégories de maltraitances domicile institutions Physiques 15% 12.2% Psychologiques 29.2% 14.3% Financières 21.3% 6.9% Médicales 1.9% 2.9% Négligences 15.1% 48.6% Civiques 5.8% 6.5%

24 Maltraitance par le personnel soignant, les aides à domicile
Images de la vie quotidienne

25 Droit à l’intimité Droit à l’intimité SCÈNE 1
Satisfaction des besoins de sécurité et d’estime de soi (Maslow) • Description : Pimprenelle ouvre les volets et va faire la toilette d’Isabelle alors qu’il fait nuit. • Analyse : • La soignante ne demande pas à la Résidente si elle veut qu’on ouvre les volets. • La soignante ouvre les volets alors qu’il fait nuit : les voisins vont voir tout ce qui se passe dans la pièce. • La soignante ouvre la fenêtre alors que la Résidente est en combinaison et va avoir froid. • Synthèse : • Respecter la pudeur. • Veiller au confort de la personne. • Demander à la personne si elle veut qu’on ouvre les volets en lui signalant qu’il fait encore nuit. • Proposer à la Résidente d’ouvrir fenêtre et volets après la toilette et l’habillage car si on les ouvre avant, elle risque d’avoir froid. • Le changement de la température ambiante risque de provoquer un changement de comportement : difficulté pour accepter le soin. Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

26 • Veiller au confort de la personne.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction des besoins définis par Maslow - de sécurité - d'estime de soi • Respecter la pudeur. • Veiller au confort de la personne. • Demander à la personne si elle veut qu’on ouvre les volets en lui signalant qu’il fait encore nuit. (le visage comme le périnée - et les seins chez la femme - sont des zones “intimes”) • Proposer à la personne d’ouvrir la fenêtre après l’habillage car si on le fait avant, elle risque d’avoir froid. • Le changement de la température ambiante risque de provoquer un changement de comportement entraînant une difficulté pour accepter le soin.

27 Droit au respect de l’intimité
SCÈNE 2 : Droit au respect de l’intimité Satisfaction du besoin de sécurité et de propriété (Maslow) + Description : Éva entre sans frapper et impose ses décisions centrées sur sa tâche et non sur les besoins de la personne. • Analyse : • La soignante ne frappe pas avant d’entrer. • La soignante ne se présente pas, ne sourit pas. • La soignante ne propose pas d’aider à faire la toilette. • La soignante impose de commencer par le visage • La soignante provoque un malaise chez la personne. • Synthèse : • Frapper avant d’entrer • Se présenter. • Nommer la personne par son nom • S’excuser quand on dérange. • Parler d’aide à la toilette et non de laver (objet) • Commencer la toilette par les parties neutres, mains et membre supérieur Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

28 Dans quelle mesure peut-on se permettre de nommer une personne âgée « mamie »?

29 Doit-on obliger une personne âgée à se laver ?

30 • Frapper avant d’entrer.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction des besoins définis par Maslow - de sécurité - de propriété • Frapper avant d’entrer. • Se présenter. • Nommer la personne par son nom. • S’excuser quand on dérange. • Parler d’aide à la toilette et non de laver (objet). • Commencer la toilette par les parties neutres, mains et membre supérieur. (Le visage, comme le périnée sont des zones “intimes”. Idem pour les seins chez la femme).

31 Droit au respect et à la dignité
SCÈNE 3 : Droit au respect et à la dignité Satisfaction des besoins d’estime de soi et des autres (Maslow) + Description : Pimprenelle exprime son “senti” qui est désobligeant pour Isabelle qui vient d’aller à la selle sur la chaise percée. + Analyse : • La soignante manifeste une répulsion (paroles, gestes) devant la Résidente. • La Résidente peut penser que c’est elle qui dégage une odeur nauséabonde. • La soignante a-t-elle frappé avant d’entrer ? + Synthèse : • Contrôler ses attitudes verbales et non-verbales dans des situations gênantes pour la personne. • Frapper avant d’entrer dans la chambre de la Résidente. • Constater positivement que la Résidente a déféqué en soulignant l’importance d’aller à la selle. Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

32 • Frapper avant d’entrer dans la chambre.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction des besoins définis par Maslow - de sécurité - de propriété - d'estime de soi - d'estime des autres • Frapper avant d’entrer dans la chambre. • Contrôler ses attitudes verbales et non-verbales dans des situations gênantes pour la personne. • Constater positivement que la personne a déféqué en soulignant l’importance d’aller à la selle.

33 Droit à la responsabilité et à la participation
SCÈNE 6 Droit à la responsabilité et à la participation Satisfaction des besoins de maintien de la vie, d’estime de soi et d’estime des autres (Maslow) • Description : Pimprenelle va habiller elle-même Isabelle car elle est pressée. • Analyse : • La soignante agit à la place de la personne alors que cette dernière pourrait faire seule ou avec un peu d’aide. • La soignante ne respecte pas le rythme de la personne et ne lui laisse pas le temps de choisir ses vêtements. • La personne est malheureuse d’être lente. • La personne est obligée de se soumettre• La soignante abuse de son pouvoir. • La soignante, si elle a une raison valable d’être pressée ce matin-là doit l’expliquer à la personne. • Synthèse : • Accomplir les actes de la vie quotidienne, est primordial pour conserver l’autonomie. • Favoriser le maintien des capacités de la personne pour les gestes usuels de la vie quotidienne (ici l’habillement). • Respecter le rythme de la personne. • Revoir l’organisation du travail car le rôle du soignant est de favoriser l’autonomie de la personne. • Donner à la Résidente des explications satisfaisantes, s’il y a une raison valable d'être pressé, pour éviter qu’elle ne se dévalorise en croyant que sa lenteur est seule en cause. Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

34 • Respecter le rythme de la personne.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction des besoins définis par Maslow - de maintien de la vie - d'estime de soi - d'estime des autres • Accomplir les actes de la vie quotidienne est... primordial pour conserver l’autonomie. • Favoriser le maintien des capacités de la personne... pour les gestes usuels de la vie quotidienne (ici s'habiller). • Respecter le rythme de la personne. • Revoir l’organisation du travail car le rôle du soignant… est de favoriser l’autonomie de la personne. • Donner à la personne des explications satisfaisantes - s’il y a une raison valable d'être pressé - pour qu’elle ne se dévalorise pas en croyant que sa lenteur est seule en cause.

35 Droit à la continuité Droit à la continuité SCÈNE 9
Satisfaction du besoin d’affectivité et d’appartenance (Maslow) • Description : Sophie vient s’occuper de Françoise en l’absence de Pimprenelle • Analyse : • La soignante éprouve de la difficulté à assurer les soins de Françoise du fait de la relation privilégiée de celle-ci avec Pimprenelle. • Il y a frustration de la Résidente, dû à l’absence de la personne significative. • Synthèse : • Permettre l’expression des émotions ressenties par Françoise : « Ça vous dérange beaucoup que Pimprenelle soit absente ? » • Proposer à la Résidente d’expliquer comment Pimprenelle s’y prend pour lui donner ses soins. • Tenter de lui donner les soins dont elle a besoin en respectant ses directives. • Connaître le vécu de la Résidente. • Savoir que le soignant reflète en miroir, des images positives ou négatives du vécu. Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

36 • Connaître le vécu de la personne.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction des besoins définis par Maslow - d'affectivité - d'appartenance • Permettre l’expression des émotions ressenties par Françoise : « Ça vous dérange beaucoup que Pimprenelle soit absente ? » • Proposer à la personne d’expliquer comment Pimprenelle s’y prend pour lui donner ses soins. • Tenter de lui donner les soins dont elle a besoin en respectant ses directives. • Connaître le vécu de la personne. • Savoir que le soignant reflète en miroir, des images positives ou négatives du vécu.

37 Droit à l’intimité Droit à l'intimité Scène 13
Satisfaction des besoins de propriété, d’affectivité et appartenance (Maslow) • Description : Marine, qui fait le ménage, incite Isabelle à jeter des bibelots afin qu’il y en ait moins à entretenir • Analyse : • La soignante critique à haute voix les objets et utilise le terme péjoratif de “babioles”. • La soignante ne pense qu’à se faciliter le travail, au détriment de la personnalité de la Résidente. • Elle incite à jeter des objets personnels qui sont significatifs pour la personne. • Synthèse : • Respecter les objets personnels de la personne qui peuvent lui rappeler des souvenirs et être des repères dans le temps et l’espace. • S’abstenir totalement de commentaires qui déprécient la personne âgée dans ses possessions personnelles • Permettre à la personne d’organiser son espace personnel selon son bon vouloir tout en respectant les contraintes de sécurité ou d’hygiène. Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

38 Des interventions correctes dans
le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction des besoins définis par Maslow - de propriété - d'affectivité - d'appartenance • Respecter les objets personnels de la personne qui peuvent lui rappeler des souvenirs et être des repères dans le temps et l’espace. • S’abstenir totalement de commentaires qui déprécient la personne âgée dans ses possessions personnelles. • Permettre à la personne d’organiser son espace personnel selon son bon vouloir tout en respectant les contraintes de sécurité ou d’hygiène.

39 Droit à l’information et à liberté d’expression
Droit à information et à la liberté d'expression Droit à l’information et à liberté d’expression SCÈNE 14 Droit à l’information et à la liberté d’expression Satisfaction des besoins de sécurité, de propriété et maîtrise (Maslow). • Description : Éva qui vient chercher Isabelle pour l’accompagner à la kinésithérapie, insiste, et ne lui laisse pas le choix. • Analyse : • La soignante n’est pas à l’écoute de la personne et ne tente pas de lui apporter un soulagement. • La soignante impose un traitement. • La soignante n’explique pas le traitement à recevoir. • La soignante se substitue à la personne. • Synthèse : • Écouter attentivement la personne. • Rechercher les causes de son incapacité. • Donner des informations complètes sur le traitement à recevoir. • Argumenter pour convaincre. • Respecter la décision finale de la personne. Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

40 • Écouter attentivement la personne.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction des besoins définis par Maslow - de sécurité - de propriété - de maîtrise • Écouter attentivement la personne. • Rechercher les causes de son incapacité. • Donner des informations complètes sur le traitement à recevoir. • Argumenter pour convaincre. • Respecter la décision finale de la personne.

41 Droit à l’information et à liberté d’expression
Droit à information et à la liberté d'expression Scène 16 Droit à l’information et à la liberté d’expression Satisfaction du besoin de sécurité, de propriété et de maîtrise (Maslow). • Description : Éva exige que les ordres de prescription du médicament soient exécutés • Analyse : • La Résidente n’a pas été informée d’un changement de traitement. • La soignante ne donne pas les explications adéquates. • La soignante oblige la personne à prendre son nouveau médicament. • Synthèse : • Donner les explications complètes sur le changement survenu et permettre à la personne de faire un choix éclairé (la personne comprend les explications et les conséquences de son choix). • Argumenter pour convaincre. • Respecter la décision finale de la personne (chacun de nous est responsable de sa propre vie). Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

42 • Argumenter pour convaincre.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction des besoins définis par Maslow - de sécurité - de propriété - de maîtrise • Donner les explications complètes sur le changement survenu et permettre à la personne de faire un choix éclairé (la personne comprend les explications et les conséquences de son choix). • Argumenter pour convaincre. • Respecter la décision finale de la personne (chacun de nous est responsable de sa propre vie).

43 Droit au respect et à la liberté d’expression
Scène 27 Droit au respect et à la liberté d’expression Satisfaction du besoin de réalisation de soi (Maslow) • Description : Pimprenelle change de programme télé en fonction de ses goûts sans tenir compte de ceux d’Isabelle. • Analyse : • La soignante ne demande pas l’avis de la Résidente et change de chaîne. • La soignante n’est pas à l’écoute du langage non-verbal de la Résidente car elle ne la regarde pas. • Synthèse : • S’informer du désir de la personne. • Accepter son choix et le respecter. Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

44 • S’informer du désir de la personne.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction du besoins défini par Maslow - de réalisation de soi • S’informer du désir de la personne. • Accepter son choix et le respecter.

45 Droit au respect et à la dignité
Scène 29 Droit au respect et à la dignité Satisfaction du besoin de sécurité (Maslow) • Description : Pimprenelle exige que la personne se lève sans tenir compte de ses handicaps et sans ajuster son aide. • Analyse : • La soignante ne se présente pas. • La soignante n’informe pas la Résidente des raisons du lever. • La soignante utilise la mauvaise technique pour le lever du fauteuil. • La soignante utilise le “on”. • La soignante n’appelle pas la personne par son nom. • La soignante ne se place pas à la hauteur des yeux de la Résidente pour lui parler. • Synthèse : • Se présenter. • Expliquer la raison de sa présence. • Utiliser les principes de déplacements sécuritaires des Résidents. • Se placer à la hauteur des yeux de la personne ; s’adresser à elle. • Éviter l’utilisation du “on”. • Appeler la Résidente par son nom. Dans le cadre du prendre soin . . . • 1 - Identifier les éléments incorrects • 2 - Nommer les interventions correctes

46 • Expliquer la raison de sa présence.
Des interventions correctes dans le cadre du PRENDRE SOIN pour la satisfaction du besoin défini par Maslow - de sécurité • Se présenter. • Expliquer la raison de sa présence. • Utiliser les principes de déplacements sécuritaires des personnes. • Se placer à la hauteur des yeux de la personne ; s’adresser à elle. • Éviter l’utilisation du “on”. • Appeler la Résidente par son nom.

47 Evolution de la maltraitance
Catégories principales de maltraitances 1995 2000 Physiques 13% 21% Financières 32% 22% médicales 3% 18%

48 Profil des personnes maltraitées
Dans 96% des cas, il s’agit de personnes âgées souffrant d’une dépendance physique ou psychologique plus ou moins lourde.

49 Qui maltraite? (données ALMA 2001)
Les auteurs « présumés » de maltraitances Domicile Institution Famille (enfants) 73% (64%) 16% Entourage non familial (voisins, amis, professionnels…) 27% 84%

50 Qui maltraite en famille?
Fils % Fille % Conjoint 13% Neveux / nièces 6% Belle-fille / Gendre 6% Petits enfants 2%

51 Pourquoi cette maltraitance au sein de la famille?
Une trop grande fatigue Un comportement énervant répété de la personne âgée Des problèmes financiers Des problèmes personnels… peuvent inciter à des comportements de maltraitance.

52 Pourquoi la maltraitance par le personnel
Épuisement Impatience Manque de moyen Manque de temps Cupidité…

53 Quels sont les signes permettant de dépister une maltraitance

54 Les facteurs de risque Facteurs liés à la personne âgée:
Degré de dépendance, états démentiels, situation financière, isolement social… Facteurs liés à l’auteur: Alcoolisme, toxicomanie, problèmes financiers, antécédents de violence familiale… Facteurs liés à l’environnement: Locaux trop exigus ou non adaptés au degré de dépendance, isolement géographique…

55 Maltraitance = sujet tabou ?

56 1/ craintes des victimes
· subir des représailles · être abandonnées · être mises en institution alors qu’elles préfèrent rester à domicile 2/ perception des victimes Les personnes âgées ne se rendent pas toujours compte de la gravité de la situation qu’elles vivent. 3/ attitude du milieu L’entourage peut nier le problème ou son importance. Souvent minimisation de l’incident à l’origine de la plainte. L’entourage peut également méconnaître les ressources d’aide.

57 Que faire en cas de suspicion de maltraitance
Que faire en cas de suspicion de maltraitance ? Signaler, en parler, lever le silence Pour échanger, analyser et comprendre

58 A qui s'adresser ? Contacter par courrier ou par téléphone : Les autorités administratives: La DISS (Conseil général) ou la DASS Les autorités judiciaires :  Le parquet, c'est à dire le procureur de la république au tribunal de grande instance du département;  Les services de police ou de gendarmerie.

59 Un signalement téléphonique par un professionnel doit toujours être confirmé par écrit.  

60 Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Beauvais
Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Beauvais 20, bd Saint Jean BEAUVAIS Conseil Général de l’Oise - Direction des Interventions sanitaires et sociales 1, rue Cambry BEAUVAIS Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales 13, rue Biot BEAUVAIS

61 Signalement par le Citoyen

62 Signalement par les directeurs d’établissements

63 Suite et conséquences administratives du signalement

64 Mesures préventives Dépistage
Soutien aux familles prévention épuisement Organisation médico-sociale Réduire l’isolement Travail en réseau Formation des soignants Associations de victimes Éducation, information du public

65 Le Centre Local d’Information et de Coordination
Le C.L.I.C. LE CLIC Le Centre Local d’Information et de Coordination

66 UN ACCUEIL, UNE ECOUTE, UN SOUTIEN
Conseils personnalisés. Local sur 5 cantons. Informations générales sur le vieillissement avec une approche de proximité. Coordination des actions et suivi des mises en place des plans d’aide.

67 Le CLIC est un service gratuit

68 Deux antennes

69 C’est un guichet

70 L'ALMA alma

71 Qu’est-ce que c’est? L’association ALMA (allô maltraitance des personnes âgées) a été lancée en 1995 par le professeur Robert Hugonot et la fondation nationale de gérontologie.

72 Concrètement, il s’agit de 39 centres d’écoute en France et 600 bénévoles.

73 Ses missions Fournir des statistiques sur la maltraitance
Ecouter et prévenir la maltraitance envers les personnes âgées

74 Pourquoi appeler ALMA? Pour partager des angoisses, des colères, les tristesses, les craintes, les frustrations et trouver conseils, orientation et soutien. N° national:

75 Quelques chiffres En 2002: 7366 appels reçus
68% appels relatifs à des faits de maltraitance Tout appel reçoit une réponse.

76 L’équipe d’ALMA Des écoutants (bénévoles)
Des référants (retraités bénévoles ou délégués: médecin, Assistante sociale, juriste, psy…) Un comité technique de pilotage représentant de toutes les professions sanitaires, sociales et judiciaires (DDASS, DISS, procureur de la république, police, gendarmerie, juges des tutelles, associations d’aide à domicile…) des professionnels (1 avocat, 1 conciliateur, 1 notaire, 1 médecin gériatre, psychologues, psychiatres et responsables d’établissement)

77 Rôles de chacun les écoutants: notent, classent et transmettent aux référents Les référents: assurent le suivi des appels (consultent, orientent et complètent) Le CTP: Reconnaître la réalité de la maltraitance Informer les référents sur les modalités de traitement des dossiers En milieu familial et institutionnel, transmettre des informations et réfléchir aux moyens de prévention

78 interventions Évaluation psychosociale éloignement des protagonistes
Entretien avec la famille, les soignants éloignement des protagonistes dénonciations


Télécharger ppt "Prévention de la maltraitance des aînés fragilisés"

Présentations similaires


Annonces Google