La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les besoins logistiques pour le contrôle de qualit é et de s é curit é des denr é es alimentaires: Laboratoires et Assistance technique Dr Christo HILAN,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les besoins logistiques pour le contrôle de qualit é et de s é curit é des denr é es alimentaires: Laboratoires et Assistance technique Dr Christo HILAN,"— Transcription de la présentation:

1 Les besoins logistiques pour le contrôle de qualit é et de s é curit é des denr é es alimentaires: Laboratoires et Assistance technique Dr Christo HILAN, Directeur du laboratoire de FANAR, Institut de Recherche Agronomique du LIBAN

2 Introduction Un contrôle efficace nest pas limité à la prise des échantillons de produits et à lenvoi de ces échantillons au laboratoire. Il doit couvrir toutes les étapes de : production -transformation -entreposage -distribution, hygiène de tous ceux qui travaillent les aliments, et le contrôle des denrées crus et transformées, leurs étiquetages et leurs moyens de conservation. Le système doit comporter la création dune infrastructure: Administration Inspection Services danalyses.

3 Les Bases du Contrôle Alimentaire

4 A- Administration Administration locale Elle est représentée par les divers services des Ministères: Agriculture, Santé, économie et commerce, et municipalités. Fonctions Surveiller les opérations de routine Intervenir sur les bases des rapports des inspecteurs, et analystes. Coordonner avec tous les services concernés Planifier des programmes dinspection, déchantillonnage et danalyses. Participer à lélaboration de nouveaux règlements.

5 A- Administration Administration centrale Elle est représentée par un comité de coordination inter-institutionnel, capable de centraliser le système de contrôle national, 10 à 15 membres nommés selon les besoins nationaux Fonctions: Préparer,élaborer et réviser les règlements et lois en vigueur Aider à la mise au point des normes alimentaires. Coordonner toutes les activités de contrôle. Assurer les relations avec les institutions et le gouvernement. Éviter les doubles emplois dans les services de contrôle au sein des ministères concernés.

6 B- Inspection et échantillonnage des denrées alimentaires Inspecter les denrées Inspecter les locaux où ces denrées sont préparées, conditionnées, emmagasinées et détenues pour la vente, et Prélever des échantillons.

7 B- Inspection et échantillonnage des denrées alimentaires linspecteur doit Avoir des connaissances scientifiques dun chimiste et dun microbiologiste. A avoir une bonne formation et être impartial Savoir prélever des échantillons pour les analyses de routine et les analyses spéciales. Reconnaître les différentes formes de décomposition ou de non-comestibilité des aliments à lexamen visuel, olfactif ou même gustatif. Contribuer même à léducation du consommateur.

8 B- Inspection et échantillonnage des denrées alimentaires linspecteur doit disposer: De matériels déchantillonnage et dexamen, Des moyens de transport. Dun manuel dinspection composé de deux parties: lune centrée sur les prélèvements des échantillons et lautre sur le contrôle des différents types de denrées alimentaires. Ce manuel doit être distribuer à tous les concernés dans le contrôle des aliments.

9 C- Services danalyses des denrées alimentaires Les analyses au laboratoire ne couvrent quun pourcentage limité de tout le processus de contrôle. Mais contribuent à garantir la protection du consommateur Un laboratoire doit être accrédité à titre national et international, Il doit assurer les conditions de base : Infrastructure Équipement Personnel Méthodes coordination

10 C- Services danalyses des denrées alimentaires Linfrastructure Situé à proximité des zones industrielles et des portes importantes dentrée du pays. Cest un local vaste, des chambres spacieuses protégées de la poussière, du bruit et des vibrations où le laborantin peut travailler avec aise. Lélectricité et leau sont assurées ainsi que toutes les canalisations deau

11 C- Services danalyses des denrées alimentaires Équipement La présence déquipement moderne et sophistiqué contribue à donner des résultats précis et sûrs. Ces appareils danalyses doivent être surveiller par des personnes expérimentées pour leurs installations, leurs entretiens et leurs réparations. Il faut prévoir des pièces de rechanges mises à leur disposition.

12 C- Services danalyses des denrées alimentaires Personnel Le laboratoire doit être doté: danalystes, microbiologistes, techniciens et du personnel auxiliaire. En cas de pénurie, il faut recruter le personnel nécessaire La formation de toutes les personnes scientifiques travaillant dans un laboratoire doit être développée et continue.

13 C- Services danalyses des denrées alimentaires Méthodes Appliquer les techniques danalyses modernes et reconnues internationalement, et recommandées par le Codex Alimentarius, ISO, AOAC, FDA, AFNOR, CEE Unifier les méthodes danalyses appliquées dans les différents laboratoires du pays. Appliquer les méthodes danalyses spécifiées dans les règlements et les standardisations.

14 C- Services danalyses des denrées alimentaires Le laboratoire doit être doté Dune bibliothèque adéquate où on peut trouver des manuels analytiques modernes, des publications périodiques, et douvrages de référence. Un recueil de protocole de laboratoire doit être élaborer contenant : Les indications sur les é chantillons Les m é thodes à suivre.

15 C- Services danalyses des denrées alimentaires Coordination La coordination est dune importance primordiale entre: les laboratoires les organismes gouvernementaux, lorganisme national pour la normalisation et les organismes internationaux. Il faut aussi dresser linventaire de tous les laboratoires installés dans le pays et étudier leur champ daction et leur domaine de compétence en vue dune meilleure coordination et planification des services danalyses.

16 C- Services danalyses des denrées alimentaires Coordination La coordination est nécessaire et essentielle entre les analystes et les inspecteurs. Le laborantin devrait aussi apprendre à connaître les procédés de fabrication et les conditions dhygiène des établissements. Linspecteur de même doit visiter les laboratoires pour prendre conscience de la place quoccupent léchantillonnage dans le programme danalyses.

17 C- Services danalyses des denrées alimentaires La maîtrise de qualité La définition « Qualité » (norme ISO): «La qualité dun produit ou dun service cest lensemble de propriétés ou des caractéristiques dun produit ou dun service que lui confèrent laptitude à satisfaire des besoins exprimés ou implicites ». La maîtrise de la qualité pour le laboratoire est nécessaire pour: Inspirer confiance au demandeur danalyses, Prouver que tout a été mis en œuvre, depuis la réception des échantillons jusquà lédition finale du bulletin danalyses

18 C- Services danalyses des denrées alimentaires Maîtrise de la qualité-Conditions Le laboratoire doit mettre en place son système « dASSURANCE-QUALITE » pour donner une confiance appropriée. Les Conditions nécessaires: Létablissement de méthodes danalyses : Méthodes issues dun organisme international. La création de manuels danalyses qui rassemblent les méthodes utilisées. La création de «fiche de vie» pour les renseignements concernant lappareil scientifique.

19 C- Services danalyses des denrées alimentaires Maîtrise de la qualité- Conditions ( Suite) La création dun registre de solutions titrées et solutions témoins avec les résultats des vérifications et les contrôles intermédiaires. La création dune fiche «auto contrôle». Contrôles internes pour vérifier la fiabilité des mesures. La mise en relation avec une chaîne danalyse internationale: Contrôles externes dans des laboratoires extérieurs La nomination dun responsable qualité. Il poursuivra de près les contrôles internes et externes La mise en place dune fonction métrologique. Un programme général détalonnage, de vérification ou de calibrage de léquipement et du matériel doit être mis en œuvre.

20 D- La situation actuelle Les principaux problèmes décelés sont les suivants:

21 D- La situation actuelle 1-Absence dune administration centralisée Échec des efforts menés pour créer un comité de coordination inter institutionnel. Manque dorganisation, de concertation et de coordination entre les ministères concernés par le contrôle alimentaire: Agriculture- santé- Économie et Commerce. Les textes législatifs régissant lorganisation et le contrôle des denrées alimentaires sont anciens et nont pas fait lobjet de modification ou dactualisation. Les textes réglementaires concernant les missions et prérogatives attribuées sont restés imprécis, ambigus, voire contradictoires. Le recueil complet des normes libanaises et de standards nest pas encore achevé.

22 REGLEMENTATION 60 textes disparates sur: Lorganisation des services publics(19) Les textes à portée générale sur les produits(6) Les textes à portée sensorielle:Origine animale(20),Origine végétale(15) Décret-Loi No:71/83, 9 Septembre 1983 la salubrité des aliments = au ministère de la santé Décret-Loi No: 54/83, 29 juillet 1983 la répression des fraudes = ministère de léconomie. Mais,il confie à diverses administrations ( Agriculture-Économie-Santé) la perquisition, le prélèvement des échantillons,et les enquêtes préliminaires. Décret-Loi No: 12253, 2 Avril 1969 précise la compétence du ministère de la santé pour contrôler les produits dorigine animale comme le lait Décret-Loi No 12301, 20 Mars 1963 précise que le contrôle des produits dorigine animale relève du ressort du ministère de lagriculture

23 D- La situation actuelle 2-Désorganisation de ladministration locale

24 Une lutte dinfluence et un chevauchement des activités existent entre les agents de contrôle des services concernés des ministères de la Santé et de lAgriculture. Le contrôle sanitaire des installations, des lieux de vente et du personnel reste un problème très important.

25 D- La situation actuelle 3-Modes dinspection Lors de prélèvement il nest mis en œuvre aucune technique déchantillonnage. Léchantillon prélevé nest pas représentatif du lot de marchandise soumis au contrôle. Le contrôle, à la source ou à la production, fondé sur lexamen des matières premières, des documents commerciaux et de létiquetage nest pas systématique.

26 D- La situation actuelle 4-Les moyens matériels La pénurie des moyens matériels mis à la disposition des services chargés. Les locaux sont très peu confortables. Le matériel de prélèvement est inexistant. Les services chargés des contrôles ne disposent pas de véhicules.

27 D- La situation actuelle 5-La concertation entre les laboratoires Une concertation entre les laboratoires officiels chargés des analyses simpose. Prévenir les conclusions différentes suite à la mise en œuvre des méthodes danalyses différentes et des critères dinterprétation variables.

28 D- La situation actuelle 6- Relations entre services dinspection et laboratoires Le manque de relation et de concertation est très préjudiciable Les prélèvements sont presque tous envoyés pour des contrôles bactériologiques. Les prélèvements à des fins physico-chimiques nexistent pas. Les agents de contrôle norientent pas les laboratoires dans leurs recherches La motivation de lagent qui a procédé au prélèvement déchantillon nest pas connue. (Additif interdit? Vérification de létiquetage? Pourcentage dun ingrédient ?) Lagent de contrôle nest pas au courant des possibilités analytiques des laboratoires, de leurs capacités et champs daction, et du nombre déchantillons quils peuvent traiter mensuellement.

29 Analyses Microbiologiques, Chimiques et Parasitologiques ( )

30 D- La situation actuelle 7-Organisation/ Suivi/ Évaluation. La comptabilisation des actes, et lenregistrement des procès verbaux de prélèvement et des résultats danalyses ne sont pas observés systématiquement. La rédaction de bulletin de contrôle, de compte rendu mensuel nest pas généralisée. Il est impératif que linformation circule entre les services dun même ministère mais également entre tous les services chargés du contrôle des denrées alimentaires.

31 E-Les services danalyses existant au Liban Le laboratoire de FANAR à lInstitut de Recherches Agronomiques du LIBAN UNDP/FAO/LEB90/003 «Contrôle alimentaire» et TCP/8822 « assistance pour développer les capacités nationales ». Il applique des méthodes analytiques de référence selon les normes et techniques recommandées par le Codex Alimentarius. Il est doté déquipements modernes nécessaires mais non suffisants.

32 E- Les services danalyses existant au Liban Le laboratoire de FANAR à lInstitut de Recherches Agronomiques du LIBAN (suite) Des consultants internationaux et nationaux ont formé le personnel du laboratoire dans les domaines de la bactériologie, pesticides, métaux lourds, biochimie et éducation du consommateur. Un bon nombre de laborantins a profité de bourses de formation à létranger dans les spécialisations suivantes : résidus de pesticides, dadditifs alimentaires, de métaux lourds, dantibiotiques et dhormones.

33 E- Les services danalyses existant au Liban Le laboratoire de FANAR à lInstitut de Recherches Agronomiques du LIBAN (suite) est en mesure dexécuter selon les procédures techniques et normes internationales les analyses : Analyses microbiologiques de toutes les denrées alimentaires avec lidentification des bactéries et des champignons. Analyses des Aflatoxines Analyses des métaux lourds Analyses des pesticides résiduels, avec la formulation des pesticides Analyses des résidus dantibiotiques dans les denrées dorigine animale. Analyses des colorants et des additifs alimentaires. Identification des huiles Analyses chimiques diverses.

34 E- Les services danalyses existant au Liban Le laboratoire de FANAR à lInstitut de Recherches Agronomiques du LIBAN (suite) est en mesure dexécuter toutes les analyses des contaminants et produits toxiques, Il assure un contrôle de sécurité et de salubrité et ne sintéresse pas au contrôle de qualité de toutes les denrées alimentaires. Il est reconnu régional pour la santé animale, mais ses activités dans le domaine vétérinaire sont limitées à la disponibilité des réactifs de diagnostic

35 Le Laboratoire de Fanar- LARI Tout genre daliment Frais – Congelés- Transformés Dorigines Animale ou Végétale Tous les niveaux: Production Transformation Distribution Points de ventes Envoyés par Ministère de lAgriculture Ministère de la santé Publique Ministère de lÉconomie et du Commerce Ministère des Municipalités Ministère de la Défense Douanes Usines Alimentaires Secteur privé

36 Nombre dAnalyses des Échantillons dAliments ( )

37 E- Les services danalyses existant au Liban Le laboratoire central du Ministère de la Santé. Ce laboratoire est de référence en matière danalyse des denrées alimentaires. Il est récemment équipé de matériels performants. Le personnel, pour les analyses bactériologiques et physico-chimiques, est très réduit. Ses principales activités portent actuellement sur le contrôle des produits pharmaceutiques.

38 E- Les services danalyses existant au Liban Le laboratoire de lInstitut de Recherches Industrielles. Cest un établissement presque privé et les importateurs paient les frais danalyses. Il est doté dun équipement moderne et dun personnel qualifié. Son spectre dactivité porte aussi sur les produits industriels non alimentaires.

39 E- Les services danalyses existant au Liban Les laboratoires privés. Dans ces laboratoires des importateurs, fabricants et transformateurs de produits alimentaires effectuent à leurs frais un auto contrôle analytique de leurs produits.


Télécharger ppt "Les besoins logistiques pour le contrôle de qualit é et de s é curit é des denr é es alimentaires: Laboratoires et Assistance technique Dr Christo HILAN,"

Présentations similaires


Annonces Google