La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Julien Damon Etudiants OBJET : Politique de la ville Voici une synthèse très claire, même si avec quelques défauts orthographiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Julien Damon Etudiants OBJET : Politique de la ville Voici une synthèse très claire, même si avec quelques défauts orthographiques."— Transcription de la présentation:

1 Julien Damon Etudiants OBJET : Politique de la ville Voici une synthèse très claire, même si avec quelques défauts orthographiques

2 Territoires urbains sensibles et politique de la ville La politique de la ville a pour objet de réduire les inégalités territoriales et dagir sur les quartiers, en définissant notamment des territoires prioritaires. Cest pourquoi les évolutions des territoires urbains sensibles sont fortement dépendantes de la politique de la ville. Face aux défis sociaux et urbains actuels et à venir, comment renforcer laction publique en renouvelant la politique de la ville ? Evolution du cadre géographique et budgétaire de la politique de la ville Des territoires ressentis par leurs habitants comme plus délaissés et plus dangereux que le reste de leur agglomération Une concentration deux fois supérieure de ménages pauvres dans les logements situés en ZUS Source: INSEE – enquête logement 2004 – Rapport ONZUS 2004 Les territoires prioritaires des Contrats Urbains de Cohésion Sociale Source: rapport du Sénat 2006 Les Quartiers de la politique de la ville :148 DSQ -1989: 296 DSQ, 136 conventions de quartiers et 130 « Ville-Habitat » : 751 ZUS -2007: plus de 2300 quartiers CUCS La montée en charge du Plan de Rénovation urbaine à partir de 2003 explique laugmentation du budget de lEtat. Celui-ci est abondé par des financements des collectivités locales et dautres partenaires (CDC, Offices HLM…)

3 Des écarts persistants entre les quartiers et leurs agglomérations malgré quelques améliorations Source: Enquête INSEE -ANPE – Persistance dun fort taux de chômage des jeunes de moins de 25ans en ZUS malgré une faible réduction des écarts avec leur agglomérations On constate un effet de rattrapage grâce au dispositif des ZFU des quartiers sur leur agglomérations Inégalités et limites des solidarités La mise en relation des extrêmes (communes comportant les ZUS les plus peuplées,et communes sans ZUS, formant deux ensemble 4 millions de personnes) révèle de fortes inégalités, les communes concernées par la politique de la ville cumulant les handicaps: Doivent gérer des charges socio-urbaines importantes (logements sociaux…) Disposent de ressources faibles (Cf. potentiel financier et revenus moyens des habitants) Doivent donc exercer une pression fiscale importante sur des populations et des entreprises déjà fragilisées Les écarts de ressources ne sont même pas totalement compensés par les mécanismes de péréquation (de type DSU – Dotation de solidarité urbaine) En terme demploi En terme déducation En terme dactivités Source: DGCL – indicateurs DIV

4 Forces Une population plus jeune que la moyenne nationale Des élus et des professionnels de qualité, très engagés dans laction sur le terrain Un consensus politique pour ne pas laisser ces territoires à la dérive et pour les ancrer dans la République Une vie associative riche et dynamique qui met en place de vraies solidarités actives Faiblesses Persistance dun grand nombre de personnes ayant un bas niveau de qualification Un chômage structurel, en particulier celui des jeunes qui représente le double de la moyenne nationale avec une montée en puissance du chômage des jeunes diplômés (discrimination?) Enclavement persistant et manque, voire parfois absence de moyens de transports et de communication Insécurité et sentiment dinsécurité chroniques et en progression Fuite des « élites » vers des territoires moins stigmatisés Vieillissement progressif dune population pauvre et dépendante exigeant de fait plus daides sociales et sanitaires de la part de communes déjà lourdement handicapées Faible présence de services publics de qualité et de proximité Opportunités Une situation géographique qui place bien souvent ces territoires au cœur des grandes agglomérations avec de fortes opportunités foncières Une capacité de création dentreprises, y compris individuelles, et dactivités économiques renforcées par la mise en place de 100 Zones franches urbaines Une grande diversité ethnique avec des conduites nuptiales exogènes massives et une dynamique démographique importante Rôle très important des femmes et des jeunes filles comme acteurs démancipation, de solidarité et de changement Mise en place depuis 2004 dun plan national de Rénovation urbaine qui se propose de rénover en profondeur la structure de de ces quartiers et de leur fonctionnalité et dont le terme est mis à léchéance de 2013 Menaces Des émeutes urbaines récurrentes qui mettent à bas tous les efforts consentis et menacent en permanence toute idée républicaine du « vivre ensemble » Développement avéré de logiques mafieuses liées aux divers trafics et en particulier à celui des stupéfiants fortement rentables et impliquant des familles et des réseaux de plus en plus étendus Emprise de mouvements religieux intégristes ou à caractère sectaire qui trouvent dans ces quartiers une population « cible » fragilisée et en perte de repères sociaux et identitaires Découragement progressif des acteurs sociaux et politiques de terrain face à lampleur des problèmes et au manque de moyens pour y faire face

5 Leviers daction publiques mobilisables Mettre en place une politique de solidarité financière entre les communes : lactuelle dotation de solidarité urbaine (DSU) ne corrigeant quà la marge les inégalités entre les communes, il faut introduire une grande réforme de la dotation globale de fonctionnement (DGF) en tenant compte de critères de charges socio-urbaines, pour aider structurellement les communes qui cumulent le plus de handicaps à sen sortir Introduire par la loi de manière plus forte et contraignante la solidarité intercommunale et la solidarité entre les communautés dagglomération, afin de permettre une meilleure répartition des richesses et des charges. Décentraliser fortement la politique de la ville au niveau des agglomérations, avec des aides appropriées de lÉtat, Et en évaluer les effets à posteriori et non plus à priori En finir avec les formes contractuelles actuelles de la politique de la ville qui ne favorisent ni une véritable décentralisation ni une véritable déconcentration des pouvoirs de lEtat. Il sagit de déléguer au maximum les compétences et les moyens aux élus, en particulier au niveau des agglomérations, et aux Préfets afin quils puissent dans le cadre dune politique nationale négocier localement les solutions les plus adaptées. Scénarios possibles dévolution Tendanciel On continue à gérer ces territoires urbains sensibles « au fil de leau » avec des mesures par-ci par-là et des plans sans lendemains car sans souffle ni moyens. On aura des révoltes et des émeutes sporadiques qui se banaliseront tant elles seront fréquentes mais que lon apprendra à mieux gérer sur le plan sécuritaire et médiatique. Face à léchec collectif de ces populations on pourra toujours arguer la réussite de quelques uns pour justifier le fait que « certains » peuvent sen sortir sils sen donnent les moyens. Ces territoires deviennent des réserves permanentes de populations fragiles. Scénario de « traitement homéopathique continu » Le Plan national de rénovation urbaine ainsi que les différentes améliorations apportées à la politique de la ville et aux autres politiques publiques font que certains territoires sensibles voient leur situation saméliorer au niveau urbain mais un peu moins au niveau social et économique, la majorité de ces territoires continue à se dégrader; La situation général du pays ne saméliore pas et dautres territoires, notamment dans le pavillonnaire bon marché, se fragilisent et appellent des interventions massives des pouvoirs publics. La crise urbaine mérastase. Scénario de la « sécession urbaine » Malgré les efforts publics, la fatigue des acteurs et la dilution des responsabilités politiques et financières entraînent lapprofondissement de la crise sociale et économique qui aggrave la situation dans les territoires sensibles. Echec du plan de rénovation urbaine par manque de moyens et dattractivité de ces quartiers. Développement massif de logiques de ghettos ethniques et communautaires couplé à un intégrisme religieux et sectaire en pleine expansion. Emprise mafieuse sur les quartiers et développement dune logique économique parallèle de subsistance. Prééminence durable de populations allocataires dépendantes malgré la baisse des prestations servies. La dissociation entre travail et revenu sinstalle durablement. Ces territoires deviennent ceux de la pauvreté et des « classes dangereuses » Scénario de la « ville pour tous » Redéfinition radicale de la politique de la ville; remobilisation volontariste de lensemble des politiques publiques de droit commun (éducation, santé…); mobilisation de moyens financiers exceptionnels sur une durée limitée; déconcentration des moyens et décentralisation des compétences vers les collectivités territoriales; intégration obligatoire des quartiers sensibles dans tous les plans de développement local avec primes à lappui. Ces territoires deviennent partie intégrante de leur agglomération, ils perdent leur monofonctionnalité au profit dune inscription multiforme dans leur territoire urbain. Ceci est renforcé par un désenclavement urbain en matière de transport qui favorise les déplacements et les échanges. Leur jeunesse et leur diversité ethnique deviennent un atout dans des villes et des agglomérations qui cherchent à sinscrire dans la mondialisation.

6 Adil Jazouli, Responsable de la « Mission Prospective et stratégie », Délégation Interministérielle à la ville Ressources documentaires Rapports de 2004 à 2007 de lObservatoire national des zones urbaines sensibles Rapport du Sénat, Rapport d'information n° 49 ( ) de M. Pierre André, au nom de la mission commune d'information Banlieues Personne ressource


Télécharger ppt "Julien Damon Etudiants OBJET : Politique de la ville Voici une synthèse très claire, même si avec quelques défauts orthographiques."

Présentations similaires


Annonces Google