La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Journée des médecins de ligue de la fédération française de Tennis La lutte contre le dopage: état des lieux Patrick MAGALOFF Directeur sport santé Commission.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Journée des médecins de ligue de la fédération française de Tennis La lutte contre le dopage: état des lieux Patrick MAGALOFF Directeur sport santé Commission."— Transcription de la présentation:

1 Journée des médecins de ligue de la fédération française de Tennis La lutte contre le dopage: état des lieux Patrick MAGALOFF Directeur sport santé Commission médicale du CNOSF Le 16 novembre 2013

2 > Le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) –Il représente les 96 fédérations affiliées, regroupées en 4 collèges (fédérations olympiques, nationales sportives, affinitaires ou multisports, scolaires ou universitaires) –Quelques chiffres: –64 millions de français -16 millions de licenciés dans les clubs représentés par le CNOSF -16 millions de pratiquants non licenciés -32 millions de non-pratiquants

3 –Parmi ses nombreuses attributions et responsabilités, il veille à la bonne santé du sport et de ses pratiquants, quels que soient leur niveau de pratique, leur discipline et leur cadre dactivité –Il a mis en place une Commission médicale qui regroupe deux composantes: Composante haut niveau. Composante Sport santé.

4 > Dopage et conduites dopantes –Une conduite dopante est une consommation de substance pour affronter un obstacle réel ou ressenti par lusager ou par son entourage, aux fins de performances. –Le dopage est une pratique interdite, définie par la réglementation: cest lutilisation, par des sportifs compétiteurs, de substances ou de méthodes interdites, figurant sur une liste établie chaque année par lAgence mondiale antidopage. Le dopage représente donc une forme particulière de conduite dopante.

5 –Pourquoi le sportif, lui, na-t-il pas le droit de se doper?

6 > Quelques évidences: –Le dopage existe –Il existe à tous les niveaux –Aucun sport nest à labri –Tous les champions ne sont pas dopés

7 Agence mondiale anti-dopage LAgence mondiale antidopage (AMA) - Mission - Objectifs - Budget - Programme de coordination ¨ADAMS¨ - Convention Internationale contre le dopage dans le sport

8 > Points positifs –Uniformisation des sanctions. –Grâce à ADAMS, localisation des sportifs. –Les contrôles à postériori. –Avènement du « Passeport biologique ». –Plus grande collaboration avec les entreprises du médicament. –Limplication toujours plus grande des structures chargées de lutter contre les trafics ( Police, Douanes, INTERPOL)

9 > Points négatifs –Pourcentage de contrôles positifs insuffisant. Pourquoi? On ne cherche que ce que lon connait. Détection difficile voire impossible de certaines molécules ( hormones de croissance, micro-doses dEpo, substances en phase de recherche) ou procédés ( transfusions autologues). –Mobilisation de certaines FI et de certains Etats insuffisants. –Difficulté du consensus. –Professions médicales et paramédicales peu formées donc peu sensibilisées.

10 Code mondial 2015 Sanctions à lencontre des individus –La durée de la suspension sera de quatre ans lorsque la violation des règles antidopage nimplique pas une substance spécifiée (classe S3, S5, S6b, S7, S8, S9, P1 et P2) et que lorganisation antidopage peut établir que la violation est intentionnelle. –Si lintentionnalité, donc la triche du sportif ne peut être établie, la sanction sera de deux ans.( Exemple : résultat danalyse anormal suite à un contrôle en compétition pour la prise dun produit utilisé hors compétition où il nest pas interdit). –Prise dune substance spécifiée ou dun produit contaminé, la sanction sera au minimum dune réprimande sans sanction à deux ans de suspension en fonction du degré de la faute du sportif. –La notion de « une autre personne » est notée dans chaque article ce qui veut dire que lentourage du sportif sera bien davantage inquiété que par le passé. –De nombreux articles concernent la collaboration du sportif repenti favorisant la lutte contre le dopage avec des remises de peine prévues à cet effet. >

11

12 > Le Ministère de la Santé et des Sports –En France, lÉtat a créé une administration spécifique chargée des sports, ce qui lui permet dassumer ses fonctions régaliennes dans lensemble des domaines où le sport et ses pratiquants sont concernés –Missions en matière de lutte et de prévention contre le dopage : Prévention –Actions des DRJSCS –Actions avec la commission médicale du CNOSF –Action avec le N°Vert ¨Ecoute Dopage¨ –Antennes médicales de prévention du dopage Recherche –IRMES –INSERM

13 > LAgence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD) > Autorité publique indépendante, elle a été créée par la loi du 5 avril 2006 relative à la lutte contre le dopage et à la protection de la santé des sportifs. Un décret du 29 septembre 2006 la fait naître le 1 er octobre suivant. >Domaines de responsabilités : - Contrôles antidopage - Analyses - Pouvoir disciplinaire et AUT - Prévention - Recherche - Action internationale ou en tant qu'instance consultative

14 Le sport pour la santé - Ed. 01/ Agence Française de Lutte contre le Dopage PRÉSIDENTCOLLÈGE (instance disciplinaire antidopage de lAFLD) PRÉSIDENTCOLLÈGE SECRÉTAIREGÉNÉRALFONCTIONNEMENT DES SERVICES SECRÉTAIREGÉNÉRALFONCTIONNEMENT PRÉROGATIVES ÉTABLISSEMENT PRÉROGATIVES ÉTABLISSEMENT PRINCIPALES DU BUDGET PRINCIPALES DU BUDGET CELLULE DISCIPLINAIRE SERVICE FINANCIER ET ADMINISTRATIF CONSEILSCIENTIFIQUE DIRECTEUR DU DEPARTEMENT DES CONTRÔLES DIRECTEUR DU DEPARTEMENT DES CONTRÔLES DIRECTEUR DU DEPARTEMENT DES ANALYSES DIRECTEUR DU DEPARTEMENT DES ANALYSES SECRETARIAT DE LAGENCE CELLULE MEDICALE PREVENTION RECHERCHE

15 > Agents anabolisants –Utilisés pour : Le développement de la masse musculaire (effet anabolisant) pour gagner en force, en vitesse ou en puissance Lamélioration de lendurance, de la charge dentraînement physique,de la volonté, de la vitesse de guérison après une blessure (musculaire) et la sensation dêtre bien dans sa peau –Risques liés à lutilisation : Trouble du comportement, agressivité Rupture tendineuse, déchirure musculaire Cancer du foie Arrêt de la croissance Développement de la pilosité, perturbation des cycles menstruels, infertilité (pour les femmes) Atrophie des testicules, lésions de la prostate, impuissance et infertilité (pour les hommes)

16 > Hormones peptidiques, facteurs de croissance et substances apparentées : cas de lhormone de croissance –Lhormone de croissance est responsable de la croissance du squelette,des organes et des muscles –A usage répété, elle permettrait une amélioration de la force et de la vitesse de contraction musculaire –Risques liés à lutilisation : Croissance anormale des organes Hypertrophie osseuse Déformation irréversible des os plats :faciès chevalin Hypertension et insuffisance cardiaque Diabète Maladie de Creutzfeldt Jacob

17 > Hormones peptidiques, facteurs de croissance et substances apparentées : cas de lErythropoïetine (EPO) –La prise dEPO améliore le transport doxygène vers les muscles, laugmentation de la durée dentraînement en repoussant dans le temps la sensation de fatigue –La prise dEPO permet daugmenter la VO2max, soit laptitude de lorganisme à utiliser de loxygène au cours de leffort –Risques liés à lutilisation : Obstruction des vaisseaux sanguins due à laugmentation de la viscosité du sang et à une diminution de la fluidité sanguine Arrêt cardiaque pouvant entraîner la mort

18 > Hormones peptidiques, facteurs de croissance et substances apparentées : autres hormones –Gonadotrophine chorionique (hCG) –Gonadotrophines hypophysaires et synthétiques (LH) –Insuline –Corticotrophines

19 > Bêta-2 Agonistes –Utilisés pour : une augmentation de la fréquence cardiaque et un relâchement des muscles bronchiques et utérins leur vertu anabolisante (à des doses très supérieures aux doses thérapeutiques) –Risques liés à lutilisation : Trouble du comportement,agressivité Rupture tendineuse,déchirure musculaire Cancer du foie Pathologie cardiaque

20 > Diurétiques et autres produits masquants –Les diurétiques sont des médicaments favorisant lexcrétion rénale dions tels que sodium, potassium, etc. –Les produits masquants accélèrent ou retardent lélimination de substances interdites, par exemple les anabolisants, et permettent ainsi davoir des contrôles faussement négatifs –Risques liés à lutilisation : Déshydratation,problèmes rénaux Trouble du rythme cardiaque Hyperglycémie

21 > Alcool –Lalcool est interdit en compétition seulement dans un certain nombre de sports quil faut connaître, avec un seuil de violation 0,10 g/l. –Leffet recherché de lalcool est la détente et la levée de l'inhibition. –Risques liés à lutilisation. Ils sont de plusieurs ordres : Immédiats : –Etat divresse –Troubles digestifs –Violences A plus long terme : –Cancers, cirrhose –Troubles cardio-vasculaires –Maladie du système nerveux et troubles psychiques –Dépendance

22 > Bêta-bloquants –Les bêta-bloquants sont des médicaments qui régulent et ralentissent le rythme cardiaque –Ils sont utilisés dans certains sports comme anti-stress. Ils limitent aussi les tremblements des extrémités –Risques liés à lutilisation : Trouble du rythme cardiaque Dépression psychique Impuissance sexuelle si utilisation répétée

23 > Stimulants –Ces substances comprennent les amphétamines, ladrénaline, les dérivés éphédrinés, la cocaïne, le modafinil, les bêta-sympathico- mimétiques –Ces stimulants accroissent la concentration, lattention, la confiance en soi et diminuent artificiellement la sensation de fatigue –Risques liés à lutilisation : Grande excitation,agressivité Accoutumance et dépendance Modification du psychisme Trouble du rythme cardiaque Hypertension artérielle

24 > Narcotiques –Les narcotiques comprennent les opiacés et les analgésiques de synthèse. Sont extraits des opiacés (dérivés de lopium) : la morphine,lhéroïne ou la méthadone –Ces produits provoquent un relâchement musculaire et une diminution de la sensibilité. Ils sont consommés dans le but de lutter contre la douleur –Risques liés à lutilisation : Trouble du comportement,excitation,agressivité Accoutumance et dépendance Dépression respiratoire Diminution de la concentration et de la capacité de coordination

25 > Cannabis –Les effets de la consommation cannabique sont : légère euphorie envie spontanée de rire légère somnolence –A dose répétée,elle entraîne un désintérêt, une démotivation, une diminution de lattention –Cest un anti-douleur,un myorelaxant. Certains sportifs lutilisent aussi pour lutter contre le stress et lanxiété avant, pendant et après la compétition, pour augmenter diverses facultés de perception sensorielle –Risques liés à lutilisation : Baisse de la vigilance Troubles de la mémoire Perte de la capacité dapprentissage Accoutumance,voire dépendance Effets pulmonaires Accroissement de la sensibilité de lorganisme aux maladies infectieuses Problèmes vasculaires graves

26 > Glucocorticoïdes –La cortisone est une hormone normalement produite par la partie externe des glandes surrénales (corticosurrénale) –Lutilisation dun glucocorticoïde en pratique sportive repose sur son action antalgique due à leffet anti-inflammatoire qui soulage la douleur –Il stimule la volonté et recule le seuil de perception de la fatigue au cours de leffort –Risques liés à lutilisation : Fragilisation des tendons et des muscles : risque de rupture et de claquage Fragilisation des os (fuite de calcium) : risque de fracture de fatigue Diminution des défenses immunitaires : risque dinfections diverses Rétention deau et de sodium : risque dœdème Troubles psychiques et agressivité

27 –Le dopage sanguin: Auto transfusion Hétéro transfusion –Lusage de produits améliorant la consommation, le transport ou la libération doxygène : Transporteurs doxygène à base dhémoglobine Les perfluorocarbones Le RSR13 Linterleukine-3 > Manipulation chimique et physique > Amélioration du transfert doxygène

28 > Dopage génétique –Ce quil faut promouvoir, à condition den fixer les limites : lusage thérapeutique, après fabrication de cellules souches spécialisées : osseuses, musculaires, cartilagineuses, tendineuses ou graisseuses –Ce quil faut éviter à tout prix : cest le détournement à des fins de dopage, cest-à-dire le transfert de cellules ou déléments génétiques ou l utilisation de cellules, déléments génétiques ou dagents pharmacologiques modulant lexpression génique endogène, et ayant la capacité daugmenter la performance sportive.

29 Les molécules dont on parle…..

30 AICAR Intervient au niveau des mitochondries des cellules musculaires. (Ce nest pas un médicament) Lexercice physique est un activateur de lAMPKinase, système enzymatique capteur du statut énergétique des cellules. AICAR fait la même chose, est donc un facteur damélioration des performances. De plus, lactivation de lAMPKinase participe à la fonte graisseuse avec un délai de 8 semaines avant de lobserver. Arrêt des travaux de recherche car suspicion de dommages au niveau de lactivité motrice spontanée et dune immunodépression favorisant les affections virales et bactériennes

31 >

32 Les SARMs (modulateurs sélectifs des récepteurs aux androgènes) Nouvelle catégorie danabolisants avec des effets androgéniques très limités.(Pas daction sur la prostate chez lhomme et peu deffet virilisant chez la femme) Un mois après la divulgation montrant les effets sur la masse musculaire de jeunes adultes volontaires sains du LDG-033, un SARM en étude clinique, ce composé était proposé sur Internet. Pourrait envahir le milieu du dopage au même titre que les stéroïdes anabolisants

33 Les hormones thyroïdiennes La lévothyraxine devrait très bientôt être considérée comme un stimulant. Outre son effet anorexique, elle augmente la consommation doxygène au niveau des muscles (VO2max) ainsi que le débit et le rythme cardiaque.

34 mai-14 Le Sport pour la Santé MALLETTE DINFORMATION

35

36

37

38 > Merci de votre attention


Télécharger ppt "Journée des médecins de ligue de la fédération française de Tennis La lutte contre le dopage: état des lieux Patrick MAGALOFF Directeur sport santé Commission."

Présentations similaires


Annonces Google