La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quelle utilité pour l’homme étouffé, effacé ? Que faire quand on ne sait plus quoi faire ? Un brin de réponse : tenter, inlassablement, de comprendre Guy.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quelle utilité pour l’homme étouffé, effacé ? Que faire quand on ne sait plus quoi faire ? Un brin de réponse : tenter, inlassablement, de comprendre Guy."— Transcription de la présentation:

1 Quelle utilité pour l’homme étouffé, effacé ? Que faire quand on ne sait plus quoi faire ? Un brin de réponse : tenter, inlassablement, de comprendre Guy Ardiet, Lyon St Cyr - CEZERIAT, le 31 mai 07

2 Bien sûr, des situations sont parfois plus complexes que d’autres ; Pour ce qui peut faire souffrance, c’est la sensation aigue d’injustice.

3 Trois définitions Utile : dont l’usage, l’emploi, est avantageux à quelqu’un ou à la société L’homme utile apporte à quelqu’un ou à la société. L’exclus du travail n’est-il pas exclu de l’utilité sociale ?

4 Etouffer : Priver d’air, asphyxier, oppresser Episode de reconduite à la frontière ; « un étranglement sur un passager; l’homme perd connaissance, yeux révulsés, langue pendante, écume aux lèvres … » Témoignage des passagers du vol Paris-Bamako, Roissy, 26 mai 07

5 Effacer : 1) Faire disparaître sans laisser de trace (une variante : expulser) 2) Faire oublier (une variante : l’indifférence) L’homme effacé : celui qu’on a gommé de la communauté

6 La ligne directrice de l’exposé Une souffrance liée à l’exclusion, au « rejet », à la notion de personne inutile, indésirable, ou en tout non prévue d’être vue, là où elle est vue Une souffrance d’être transparent Un écart, même « écartèlement », entre « espéré » et « vécu »

7 Une première conséquence -Pour le sujet invisible : distorsion du réel (santé à 2/plusieurs vitesses)  monde à 2/plusieurs réels  Pour le professionnel : souffrance par l’écart entre le désir pour l’autre, semblable à soi, et le constat imaginé de son avenir (si on est « aidant », ce n’est pas par hasard)

8 Un exposé en 4 volets 1) Un essai de clarification 2) Ce qui est particulier à la souffrance psychique de la personne en grande pauvreté 3) Ce qui est commun entre elle et la personne qui intervient auprès d’elle 4) Quelques constats et les propositions qui leur sont secondaires

9 Syndrome d’exclusion sociale, souffrance psychique Les définitions sont nombreuses : Exclusion : perte des sécurités de base : travail, formation, logement, diplôme, culture, … (J.Wrésinski) Souffrance psychique, non psychiatrique, d’origine sociale (Lazarus) Les conséquences : honte, inhibition, découragement (Maisondieu)

10 On se débat avec des notions complexes La justice, l’égalité, l’honneur, le mérite … en somme, le bon côté des choses Et des éléments bien différents : l’autonomie perdue, la vulnérabilité, la stigmatisation, le mépris, l’abandon, … et ce que ces mots évoquent !

11 Simple : souffrance psycho- sociale Souffrance de l'individu, du professionnel de santé, du professionnel social, du professionnel administratif Douleur à expression psychique, somatique, ou mixte, suite à une impasse.

12 Les 4 fonctions de l'aidant : imaginaire, choisie, réalisée, et non réalisée La fonction imaginaire : celle de sa formation : une intériorisation La fonction choisie : celle qu'on décide, en soi même : adaptation des consignes ; une adaptation vitale

13 La fonction réalisée ; 3 évaluateurs: soi d'abord, le pair (ou hiérarchie), la personne aidée La fonction non réalisée : 3 évaluateurs: soi d'abord, le pair (ou hiérarachie), la personne aidée

14 La personne aidée évalue l'action réalisée, et celle non réalisée ; un espace de rencontre - la parole est un acte posé parmi d'autres. L'important : non l'acte, mais le motif profond de cet acte Penser l'action avec le regard du partenaire - j'entends par partenaire non l'autre professionnel du réseau, mais la personne "effacée" que je rencontre. Ce mot d'effacé peut traduire ma propre mise en retrait ; mais aussi la notion que le monde (du travail, des amis,...) m'a gommé.

15 Un exemple de gomme Gommer, c’est disqualifier, c’est ne pas imaginer comment l’autre va recevoir mon message Je suis « hors les clous » si j’imagine que j’en suis dispensé ; mais ……. la personne en précarité disqualifie elle aussi l’aidant : par son échec, elle le traite d’inutile et d’incapable – bien involontairement 99 fois sur 100

16 La complexité n’est pas le désespoir Complexité : l'étayage des pratiques ne peut partir des institutions, mais doit aller des personnes "invisibles" aux institutions. Commencer par les échanges de savoir, les co-formations, en "parité" ; un préalable pour connaître comment faire : des groupes mixtes, selon les modalités les plus faciles pour les plus souffrants. Eviter la « proposition pour demain 9h »

17 Aucun dispositif de soin ne peut être efficient, s'il n'est pas validé par le lecteur à qui il est destiné. Un exemple :

18

19 France : 9% d’adultes en illettrisme (INSEE, oct. 05) Un tel document exclut ; il induit une disqualification, puis une nécessité d'assistance ! S'il déclenche un mouvement de colère, la faute est, hélas, et à tort, reportée à celui qui conteste. Ou on a alors un renoncement en miroir. (* soit 2,3 millions de personnes)

20 Comment aller plus loin Avec, pour citer Saül Karsz, d’abord désigner, puis interpréter, enfin rater. Rater, « sujet réel, donc qui résiste » Rassurant, de savoir que le réel résiste : exemple des taux de chômage, ou de mal logement (travaux de la MRIE) : on parle des zones grises, donc non éclairées ! -2 millions de chômeurs, -2 millions « non temps plein », dispensés d’emploi

21 Un mécanisme implacable Plan cohésion sociale : suivi mensuel, convocations, relances à délais très courts : « oubli, erreur, épuisement » (Elisabeth Maurel) Cela nous rassure : si on est inutile, les mécanismes d’enfoncement sont bien rodés.

22 Et pourtant : Comme on le verra, on retrouve : SolidaritéMobilisation Combat pour la dignité EspérancePartageFêteJoieRires

23 Les éléments spécifiques au plus pauvres : réalités Ne pas avoir de logement, de travail, d’argent … Ne pas savoir lire Etre en grande solitude Ne pouvoir se soigner – vision, soins dentaires

24 Les plus pauvres : le vécu Honte, peur, angoisse, dépression, perte des repères (temps, repères et soins corporels), vécu constant de rejet, Modification semi-consciente des événements, recherche de considération, interprétation, imagination, fantasmes, fuite dans le rêve, repli sur soi, …

25 Les réactions communes aux abandonnés et à ceux qui s’en préoccupent : De la douleur : culpabilité, angoisse, sentiment d’abandon, lassitude, épuisement, voire désespoir De la colère, l’envie de se battre, de crier, de témoigner, de militer

26 Deux mécanismes de défense La recherche de bouc émissaires (administration, le collègue, le voisin, le professionnel, …) enfin, un responsable Résignation, détachement : on laisse tomber. Dans le meilleur des cas, culpabilité, au pire, indifférence, dépression, maladies, toxiques, suicide …

27 Souffrance commune Elle peut être celle de ne rien voir, de ne plus savoir regarder d’un œil neuf. Soit on utilise le mauvais outil … Soit on regarde de très loin …

28 Donc, modifier la distance avec l’autre Créer ce qui va faire similitude Ne pas avoir peur de l’autre ; y compris dans ce « rien » qu’on ne pourra changer Exemple des demandeurs d’asile : carte du pays, livrets santé : 2 outils où ils sont « enseignants »

29 Recommandations

30 Loi de 1998 Accès effectif de tous aux droits fondamentaux dans les domaines de l’emploi, du logement, de la protection de la santé, de la justice, de l’éducation, de la formation, de la culture, de la PROTECTION de la famille et de l’enfance

31 Eviter l’urgence Prendre bien attention au respect de l’infimité Piste la démonstrativité « obligatoire » Ne jamais généraliser

32 Voir la modification de la personne *** Essayer de mettre en relation ses désirs et la réalité

33 Créer un projet d’utilité Investissement par l’autre : en quoi suis-je investi par l’autre, qu’ai-je reçu de lui (et non comment je l’ai aidé) Reconnaissance – se reconnaître identiques Utilité sociale : quel rôle social joue la personne présente (expérience des « adultes relais sans papiers », à Paris

34 Combattre 3 idées fortes et fausses 1) Les personnes qui ont le RMI et la CMU sont des profiteurs 2) La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde 3) Une bonne gestion financière va aboutir à une bonne gestion humaine

35 Les personnes qui ont le RMI et la CMU sont des profiteurs Profit : augmentation des biens que l’on possède, par exemple AAH : 621 euros; RMI : 440 euros ……………………….COMPARONS : Cours du CAC 40, cours de la bourse, placements … Et revenu des ménages en habitat social (parc public et privé)

36

37 La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde La déontologie serait : Pour un pays riche et développé, de combien doit être son effort (réel, c’est-à-dire orienté vers les populations démunies), pour aider ? En somme, « la France doit accueillir une partie de la misère du monde »

38 Une bonne gestion financière va aboutir à une bonne gestion humaine C’est ici confondre l’outil et l’objectif ; le but est une gestion humaine des projets ; la finance n’est qu’un outil au service de l’homme. Dans une décision donnée, parle-t-on de rentabilité, ou de bien-être ?

39 Les préalables, pour chacun, quelle que soit sa position d’aidant ou d’aidé : Relation de confiance : « une espérance ferme en l’autre » Ecoute ; écouter : « s’appliquer à entendre » Respect : « accorder une considération admirative » Compréhension : « donner un sens clair, avoir une connaissance intuitive de quelqu’un »

40 Pour cela, 2 points importants Importance de la formation des professionnels (santé, social,, par des parcours de rencontre et de dialogue Pour une bonne connaissance de la situation des personnes en précarité ou, plus loin encore, en grande pauvreté Constitution d’un projet avec la personne

41 Les pratiques qui « cassent » (source : ORSPERE ONSMP) Ne laisser que des conditions de survie (besoins primaires) Absence de lieu de vie à soi Dossier et personne non différenciés Absence de réponses concrètes Attribution d’une identité de victime, sans étude de famille, école, travail, … Oubli du risque de malentendu (autre vécu) Aidant isolé, révolté, impuissant) Injonctions paradoxales aux professionnels (Aidez, mais débrouillez-vous)

42 Les pratiques qui aident Etre reconnus en tant que personnes (droit au silence) Visibilité, prise de parole Intégration à un groupe Attention portée aux liens familiaux Liberté d’élaboration de réponses individualisées, loin des dispositifs globaux Partir de l’analyse de la personne Créer des réseaux pluri professionnels, de partage des connaissances

43 Conclusion Certes, on vit un individualisme érigé en norme : solitude, culpabilisation de l’échec Mais des référentiels se construisent: espaces pour les professionnels Evolution sociale des démocraties: le cerveau évolué, multifactoriel, prend le pas sur le cerveau archaïque, binaire

44 Bibliographie François Dubet, Injustices, l’expérience des inégalités au travail, 2006, Editions du Seuil, Paris Michel Joubert et Claude Louzoun, Répondre à la souffrance sociale, 2005, Editions Erès, Ramonville Colette Pitici, Les bricoleurs de la précarité, Revue Rhizome « Réinventer l’institution », N° 25, déc.06, - téléchargeable sur

45 Ce diaporama sur Contact : Site pour lecture et publications à venir (toute recherche est bienvenue)

46


Télécharger ppt "Quelle utilité pour l’homme étouffé, effacé ? Que faire quand on ne sait plus quoi faire ? Un brin de réponse : tenter, inlassablement, de comprendre Guy."

Présentations similaires


Annonces Google