La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

D é veloppement psychomoteur du nourrisson et de l enfant Aspects normaux Dr. S. Fellak.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "D é veloppement psychomoteur du nourrisson et de l enfant Aspects normaux Dr. S. Fellak."— Transcription de la présentation:

1 D é veloppement psychomoteur du nourrisson et de l enfant Aspects normaux Dr. S. Fellak

2 D é finition: le d é veloppement psychomoteur de l enfant est un parcours d é licat qui s é tend depuis la naissance, voir même avant selon certains sp é cialistes, jusqu à l age adulte. le d é veloppement psychomoteur de l enfant est un parcours d é licat qui s é tend depuis la naissance, voir même avant selon certains sp é cialistes, jusqu à l age adulte. Il consiste en l acquisition et l apprentissage d un certains nombre de facult é s motrices; psychiques; affectives; intellectuelles et sociales. Il consiste en l acquisition et l apprentissage d un certains nombre de facult é s motrices; psychiques; affectives; intellectuelles et sociales. Permet à un individu adulte de bien s adapter à son milieu. Permet à un individu adulte de bien s adapter à son milieu. Ce d é veloppement se d é roule de fa ç on synchrone selon une chronologie bien pr é cise. Ce d é veloppement se d é roule de fa ç on synchrone selon une chronologie bien pr é cise.

3 D é veloppement avant un an Un à deux mois: suivri du regard, premiers sourires, diminution de la raideur des membres;Un à deux mois: suivri du regard, premiers sourires, diminution de la raideur des membres; Deux à trois mois: maintien et mouvement de la tête, gazouillement, reconnaissance de la m è re;Deux à trois mois: maintien et mouvement de la tête, gazouillement, reconnaissance de la m è re; Quatre à cinq mois: premiers rires, premiers mouvements des bras vers les objets, refus de la solitude;Quatre à cinq mois: premiers rires, premiers mouvements des bras vers les objets, refus de la solitude; Six à sept mois: se passe un objet d une main à l autre, se tient assis avec soutien, distingue les familiers des é trangers, aime prendre certains repas à la cuill è re;Six à sept mois: se passe un objet d une main à l autre, se tient assis avec soutien, distingue les familiers des é trangers, aime prendre certains repas à la cuill è re;

4 Huit à neuf mois: se tient assis seul et joue en cette position, fait au revoir avec ses mains, prononce parfois un mot de deux syllabes « papa », marche à 4, tente parfois de se lever;Huit à neuf mois: se tient assis seul et joue en cette position, fait au revoir avec ses mains, prononce parfois un mot de deux syllabes « papa », marche à 4, tente parfois de se lever; Dix à onze mois: tient debout sans soutien, prononce des mots;Dix à onze mois: tient debout sans soutien, prononce des mots; Douze mois: premiers pas, la pr é hension s affine(saisir les objets avec l ensemble de la main et les entre pouce et index).Douze mois: premiers pas, la pr é hension s affine(saisir les objets avec l ensemble de la main et les entre pouce et index).

5 Motricit é : Passage d une motricit é limit é e à la recherche de la nourriture à une motricit é cordonn é e et volontaire;Motricit é : Passage d une motricit é limit é e à la recherche de la nourriture à une motricit é cordonn é e et volontaire; Dvpt. Intellectuel et affectif: il faut:Dvpt. Intellectuel et affectif: il faut: Rester proche du b é b é ; Rester proche du b é b é ; Eviter de r é pondre a ses cris par la sucette; Eviter de r é pondre a ses cris par la sucette; Lui parler pour qu il puisse d é velopper son propre langage. Lui parler pour qu il puisse d é velopper son propre langage.

6 D é veloppement de 1 à 2 ans Le b é b é accomplit de grands progr è s. L'acquisition de la marche lui permet de d é couvrir l'univers qui l'entoure. C'est le moment de lui offrir des jeux d'assemblage de formes et de couleurs. Le b é b é accomplit de grands progr è s. L'acquisition de la marche lui permet de d é couvrir l'univers qui l'entoure. C'est le moment de lui offrir des jeux d'assemblage de formes et de couleurs.

7 Motricit é : La marche lui permet de d é couvrir tout ce qui l entoure (surveillance é troite), é largit son niveau d action et de connaissance; Motricit é : La marche lui permet de d é couvrir tout ce qui l entoure (surveillance é troite), é largit son niveau d action et de connaissance; Contrôle des sphincters: Contrôle des sphincters: - vers 15 mois: contrôle anal; - vers 15 mois: contrôle anal; - de 18 à 24 mois: contrôle v é sical diurne; - de 18 à 24 mois: contrôle v é sical diurne; - entre 3 et 4 ans: contrôle nocturne. - entre 3 et 4 ans: contrôle nocturne. On ne parle d é nur é sie qu à partir de 5 ans.

8 D é veloppement intellectuel et affectif: * D é veloppe une v é ritable intelligence et comprend le symbole et la mimique de ses parents; * D é veloppe une v é ritable intelligence et comprend le symbole et la mimique de ses parents; * Conscience de son existence et de son corps; * Conscience de son existence et de son corps; * P é riode d opposition(br è ve) : conflit interne entre la d é pendance affective encore forte vis- à -vis de sa m è re et l autonomie traduit par le « NON » oppos é purement verbal * P é riode d opposition(br è ve) : conflit interne entre la d é pendance affective encore forte vis- à -vis de sa m è re et l autonomie traduit par le « NON » oppos é purement verbal (par exemple, si on lui propose un jouet, il dira « non », mais il le prendra) : c est une fa ç on d exprimer sa personnalit é qu il faut pas consid é rer comme une r é ponse agressive. (par exemple, si on lui propose un jouet, il dira « non », mais il le prendra) : c est une fa ç on d exprimer sa personnalit é qu il faut pas consid é rer comme une r é ponse agressive.

9 D é veloppement du langage: s effectue en grande partie au cours de cette deuxi è me ann é e (premi è re phrase). Il ne prononce que quelques mots mais; Il comprend beaucoup de termes correspondant à des actions ou à des objets qu on lui montre. Rôle primordial de la communication avec l enfant

10 Quelques conseils: * faut-il être autoritaire?: bien sur que « NON » -Il faut pas dire non devant toute demande de l enfant mais il ne faut pas c é der à touts ses d é sirs (compr é hensif et explicatif); * faut-il être autoritaire?: bien sur que « NON » -Il faut pas dire non devant toute demande de l enfant mais il ne faut pas c é der à touts ses d é sirs (compr é hensif et explicatif); - Il faut adopter une attitude vis- à -vis de chaque demande de b é b é et s'y tenir fermement, tout en laissant une part d initiative a l enfant. - Il faut adopter une attitude vis- à -vis de chaque demande de b é b é et s'y tenir fermement, tout en laissant une part d initiative a l enfant. *Succion du pouce: permet à l enfant de calmer une angoisse latente et de s endormir rapidement, doit pas inqui é ter les parents. L'enfant cessera, d'ailleurs, de lui-même de sucer son pouce, souvent apr è s une intervention ou une remarque d'une tierce personne (comme le dentiste). É vitez donc toute intervention directive à ce sujet. *Succion du pouce: permet à l enfant de calmer une angoisse latente et de s endormir rapidement, doit pas inqui é ter les parents. L'enfant cessera, d'ailleurs, de lui-même de sucer son pouce, souvent apr è s une intervention ou une remarque d'une tierce personne (comme le dentiste). É vitez donc toute intervention directive à ce sujet. * La sucette ou t é tine: ne doit en aucun cas repr é senter un moyen pour se d é barrasser de l enfant. * La sucette ou t é tine: ne doit en aucun cas repr é senter un moyen pour se d é barrasser de l enfant.

11 Le D é veloppement à partir de deux ans A partir de deux ans le d é veloppement de l enfant s affirme à tous les niveaux motrice que psychoaffectif, mais la grande d é couverte demeure, vers 4 ans, la rentr é e scolaire. A partir de deux ans le d é veloppement de l enfant s affirme à tous les niveaux motrice que psychoaffectif, mais la grande d é couverte demeure, vers 4 ans, la rentr é e scolaire. Motricit é : Mont é e des escaliers, course en parall è le avec le d é veloppement du tonus musculaire. Motricit é : Mont é e des escaliers, course en parall è le avec le d é veloppement du tonus musculaire.

12 Le D é veloppement psychoaffectif: Le D é veloppement psychoaffectif: Il se poursuit avec la prise de conscience progressive par l'enfant de son identit é, au cours de la troisi è me ann é e. B é b é commencera alors à dire « je » et « moi ». - prend conscience de son sexe (gar ç on ou fille) et commence à s interroger sur l origine des enfants (donner une explication simple mais juste). - prend conscience de son sexe (gar ç on ou fille) et commence à s interroger sur l origine des enfants (donner une explication simple mais juste). - vers cinq-six ans l enfant prend conscience qu il n est plus le centre du monde, mais une personne vivant parmi d autres. Ce qui le pr é pare plus à la p é riode scolaire proprement dite. - vers cinq-six ans l enfant prend conscience qu il n est plus le centre du monde, mais une personne vivant parmi d autres. Ce qui le pr é pare plus à la p é riode scolaire proprement dite.

13 L é cole : primordiale dans le d é veloppement de l enfant: L é cole : primordiale dans le d é veloppement de l enfant: - Encourager l enfant d y aller ( attitude des parents); - Encourager l enfant d y aller ( attitude des parents); - Faire aimer l é cole, les autres enfants et les instituteurs; - Faire aimer l é cole, les autres enfants et les instituteurs; - Apprendre à lire, é crire, calculer … ; - Apprendre à lire, é crire, calculer … ; - Surtout, l enfant apprend à mieux vivre en soci é t é ; - Surtout, l enfant apprend à mieux vivre en soci é t é ; - Jusqu' à sept ans, elle est plutôt consid é r é e comme un jeu s é rieux et une occasion d'imiter les adultes; - Jusqu' à sept ans, elle est plutôt consid é r é e comme un jeu s é rieux et une occasion d'imiter les adultes; - Entre sept et onze ans, l' é cole est fr é quemment consid é r é e comme une contrainte p é nible, accompagn é e toutefois d'une vie sociale appr é ci é e par l'enfant; - Entre sept et onze ans, l' é cole est fr é quemment consid é r é e comme une contrainte p é nible, accompagn é e toutefois d'une vie sociale appr é ci é e par l'enfant; - Ce n'est que dans le secondaire que l' é cole est v é ritablement per ç ue comme un lieu d'apprentissage o ù l'on pr é pare sa vie d'adulte. - Ce n'est que dans le secondaire que l' é cole est v é ritablement per ç ue comme un lieu d'apprentissage o ù l'on pr é pare sa vie d'adulte.

14 L é ducation : L é ducation : Eduquer c est amener à la connaissance de soi et du monde, à la v é rit é et à l é quilibre; - Toute é ducation doit conduire vers l extension des dispositions mentales, pour cela il faut qu il soit faite par un é ducateur sage et é quilibr é ; - Toute é ducation doit conduire vers l extension des dispositions mentales, pour cela il faut qu il soit faite par un é ducateur sage et é quilibr é ; - Tout le monde est responsable ( parents, enseignants, soci é t é… ); - Tout le monde est responsable ( parents, enseignants, soci é t é… ); - lutter contre le r é tr é cissement mental en é duquant nos enfants sur des valeurs humaines loin de toutes pr é jug é s. - lutter contre le r é tr é cissement mental en é duquant nos enfants sur des valeurs humaines loin de toutes pr é jug é s.

15 Définition de la Santé selon lOMS La sant é est lé quilibre et l harmonie de toutes les possibilit é s de la personne humaine (biologiques, psychologiques et sociales) Cet é quilibre exige: D une part, la satisfaction des besoins fondamentaux de l Homme (nutritionnels, affectifs, é ducatifs et sociaux) D une part, la satisfaction des besoins fondamentaux de l Homme (nutritionnels, affectifs, é ducatifs et sociaux) D autre part, une adaptation, sans cesse remise en question, de l Homme à un environnement en perp é tuel mutation. D autre part, une adaptation, sans cesse remise en question, de l Homme à un environnement en perp é tuel mutation.


Télécharger ppt "D é veloppement psychomoteur du nourrisson et de l enfant Aspects normaux Dr. S. Fellak."

Présentations similaires


Annonces Google