La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MALADIES AUTO-IMMUNES Pathologies complexes : multifactorielles Facteurs génétiques Facteurs environnementaux Facteurs Immunologiques Supposés mais non.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MALADIES AUTO-IMMUNES Pathologies complexes : multifactorielles Facteurs génétiques Facteurs environnementaux Facteurs Immunologiques Supposés mais non."— Transcription de la présentation:

1 MALADIES AUTO-IMMUNES Pathologies complexes : multifactorielles Facteurs génétiques Facteurs environnementaux Facteurs Immunologiques Supposés mais non prouvés - Infiltration des lésions par des cellules immuno-compétentes - Réponse aux traitements immuno suppresseurs - Modèles animaux Ex : Diabète insulino-dépendant, polyarthrite rhumatoïde sclérose en plaques

2 COMPOSANTE GENETIQUE DIFFICILE A CERNER Probablement plusieurs gènes impliqués (modèles de transmission familiale) Chaque gène naurait pas le même poids dans la susceptibilité Les pathologies sont hétérogènes avec des histoires naturelles différentes en fonction des formes cliniques des gènes différents Le caractère multifactoriel des pathologies auto-immunes complique lanalyse gène de susceptibilité en l absence de composante environnementale pas d incidence de la maladie A ce jour : seuls les gènes du Complexe Majeur d Histocompatibilité clairement identifiés (le plus souvent HLA classe II) Le risque relatif associé à HLA reste faible Ex : SEP DRB1*1501 DQB1*0602 RR 3 (50 % des patients)

3 HLA ET AUTO-IMMUNITE 1ère description chez lHomme : 1971 (Mac Devitt) Depuis, plus de 30 associations HLA et maladies décrites Accès à la biologie moléculaire : notion de séquences spécifiques à risque la plus documentée DQB ASP-57 nég dans le DID chez lHomme et la souris NOD Cependant les mécanismes sous-tendant ces associations restent mal compris du fait :. de la complexité de ces maladies. de notre ignorance de lévénement déclenchant. de la méconnaissance des autres facteurs génétiques associés. de labsence de définition de lAg cible

4

5 QUELS SONT LES GÈNES DU COMPLEXE HLA IMPLIQUÉS Complexe HLA224 gènes parmi lesquels 128 fonctionnels 40 % fonction immune De nombreux gènes candidats sont en fort déséquilibre de liaison difficulté de conclure

6 GÈNES DU CMH ET MALADIES AUTO-IMMUNES Des associations génotypiques aux motifs de séquences : Comment le CHM sélectionne le peptide antigénique ?

7 ALLELES DE SUSCEPTIBILITE A LA PR : LOCUS DRB *0101/*0102 *0401 *0404 *0405 *0408 p < 0.04 p < p < 0.04 P.R. Témoin

8 LOCUS DRB1 / PR DRB *0101 Q R R A A *0102 Q R R A A *0401 Q K R A A *0404 Q R R A A *0405 Q R R A A *0408 Q R R A A *1001 R R R A A Séquences de susceptibilité

9 LOCUS DRB1 / PR Séquences de susceptibilité (SE) Variations de l aa en position SE-SE SE-X K-R R-X K-K R-R OR = 8.4 OR = 1.8 OR = 20.5 OR = 2 P.R. Témoin Human Immunology

10 ASSOCIATION DRB1*04 ET MALADIES AUTO-IMMUNES Comment les séquences d ancrage déterminent différentes maladies auto-immunes et permettent de remonter aux épitopes reconnus par les LyT autoréactifs ?

11 P.R.. Pemphigus Allèle DR4 impliqué DRB1*0401 / *0404 DRB1*0402 R2sidus polymorphes LQ R V (*0404) IDEV (*0402) DRB LQ R G (*0401) Charge en position DRB71 positive négative Charge en position 4 négative (D or E) positive (K or R) Critères pour les peptides P1 : V, L, I, M, F P1 : V, L, I, M, F sélectionnés P4 : D, E P4 : K, R P6 : S, T, N, V P6 : S, T, N, V Auto-antigène Inconnu Desmogléine 3 Réponse T TH1 TH2 CRITERES STRUCTURAUX POUR DES PEPTIDES CANDIDATS DANS DEUX MALADIES AUTO-IMMUNES ASSOCIEES A DR4

12 PEPTIDES CANDIDATS DANS LE PEMPHIGUS MOTIF1 46 V KS L RT IN MV F 7 peptides dérives de la séquence de la desmogléine peuvent se fixer sélectivement sur la molécule présentatrice DRB1*0402 : Possibilité de prédire l épitope T reconnu pour un auto-antigène connu

13 IMPORTANCE DIDENTIFIER LA MOLECULE DE PRESENTATION Exemple de la Sclérose en plaques

14 Quelles stratégies pour identifier les gènes impliqués ? STRATEGIE DE CRIBLAGE ANONYME : Etude dans un large panel de familles atteintes des fréquences et de la transmission de marqueurs polymorphes (VNTR : Variable Number Tandem Repeat), répartis sur l ensemble du génome Objectif : repérer des régions chromosomiques à risque STRATEGIE GENES CANDIDATS : 1 - Sélectionner un gène dont le produit est potentiellement impliqué dans la physiopathologie de la maladie 2 - Déterminer l existence d un polymorphisme de ce gène (SNP : Single Nucleotide Polymorphism) - soit à partir des banques de données (séquençage du génome humain) - soit en séquençant le gène sur un panel d individus 3 - Tester le(s) SNP caractérisé(s) sur des familles atteintes : - analyses de transmission du polymorphisme. «Familles triplets » informatives +++ : test TDT. « Familles à cas multiples » : test IBD

15 PRINCIPE DES METHODES STATISTIQUES : TEST IBD abab cdcd adad adad acac bcbc bdbd 1 germain a une chance sur 4 de partager 2 H avec le patient IBD2 : 25 % 1 germain a une chance sur 2 de partager 1 H avec le patient IBD1 : 50 % 1 germain a une chance sur 4 de partager 0 H avec le patient IBD0 : 25 % En analysant 100 familles de paires de germains atteints pour un marqueur donné : attendu (si pas de liaison) observé IBD2 25 (25%) 40 (40%) distorsion par rapport à IBD1 50 (50%) 55 (55%) transmission du marqueur IBD0 25 (25%) 5 ( 5%) au hasard gène de susceptibilité

16 PRINCIPE DES METHODES STRATISTIQUES TDT (Transmission Disequilibrium Test) allèle 1 - Soit un marqueur biallélique SNP allèle 2 - Sélectionner parmi les familles de triplets celles où, au moins, un parent est hétérozygote pour le SNP Allèle 1 Allèle 2 Allèle 1 Allèle 2 - Si lallèle nest pas lié à la maladie, la probabilité de transmission de lallèle 2 du patient serait de 50 % Sur 100 parents informatifs allèle1/allèle 2, le résultat attendu serait. fréquence allèle 2 transmis : 50. fréquence allèle 2 non transmis : 50 - En cas de liaison avec la maladie, fréquence augmentée de lallèle 2 transmis à lenfant atteint ex 70 % allèle 2 impliqué dans la susceptibilité génétique

17 CONTRAINTES POUR CE TYPE DETUDE Prélèvements des patients et de leurs parents Disposer dun grand nombre de familles (seuls les parents hétérozygotes sont informatifs) AVANTAGES Se libérer de lutilisation d une population contrôle (biais dans lappariement) Les familles sont leur propres contrôles

18 ASSOCIATION DE LHAPLOTYPE DRB1*1501-DQB1*0602 AVEC LA S.E.P. DR OU DQ ?

19 ANALYSE DE FAMILLES TRIOS SEP PAR TDT familles SEP - 76 parents informatifs : DRB1* DQB1*0602 DRB1* X DQB1* X 0% 25% 50% 75% 100% n = 62 n = 14 observedexpected TransmisNon transmis Liaison avec la SEP p < (Science 1997) Chez les Caucasiens : DRB1*1501 et DQB1*0602 en déséquilibre de liaison absolu QUESTION : DR? ou DQ ?

20 DISTRIBUTION DES ALLELES DRB1*15 et DRQ1*0602 DANS LA POPULATION MARTINIQUAISE CONTROLES LOCAUX CONTROLES MARTINIQUAIS (n = 200) (n = 100) *1501 (88 %) * 1501 ( 13 %) DRB1*15 26 % *1502 (12 %) 21 % * 1502 (13 %) *1503 ( 0 %) * 1503 (74 %) *1501 (10 %) DQB1* % *1501 (100 %) 29 % *1503 (48 %) *1101 (21 %) autres (21 %) CONCLUSION CHEZ LES MARTINIQUAIS *1503 sous-type de DR15 le plus fréquent 42 % des allèles DQB1*0602 non associés à DRB1*15 Tissue Antigens

21 ASSOCIATION DR-DQ ET SEP EN MARTINIQUE CONTROLES S.E.P. (n = 100) (n = 63) DRB1*15 21 % (n = 21) 39.7 % (n = 25) p 0.01 OR = 2.47 DRB1* % (n = 3) 12.7 % (n = 8) p < 0.05 OR = 4.70 DRB1* % (n = 15) 28.5 % (n = 18) p < 0.05 OR = 2.26 DQB1 * % (n = 29) 49.2 % (n = 31) OR = 2.01 DQB1* % (12 / 79) 15.4 % (6 / 39) NS (DR15 neg) CONCLUSION Chez les Martiniquais : DQB1*0602 rôle neutre dans la S.E.P. : DRB1*1501 et *1503 impliqués DR > DQ Tissue Antigens 2003

22 DRB1*1501 et *1503 plus important que DQB1*0602 Dans la S.E.P., le peptide MBP est considéré comme un peptide immuno-dominant potentiellement auto-antigénique Sa présentation est HLA-DRB1*1501-DQB1*0602 restreinte Hypothèse : si DRB1*1501 et *1503 jouent un rôle réel dans la maladie en présentant MPB 85-99, ils doivent partager les mêmes capacités de présentation pour ce peptide ETUDES FONCTIONNELLES

23 APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE Une lignée T CD4 spécifique du peptide a été générée chez un sujet DRB1*1501-*0401 La spécificité de la lignée est contrôlée par un test de prolifération : IS > 2 cpm > 500 La lignée est testée dans différents contextes de présentation DRB1*1501, DRB1*1503, DRB1*0401 La restitution HLA-DRB1 est confirmée par des tests de blocage avec un anticorps monoclonal anti-DR (L243)

24 Figure 1 : Expérience de blocage de la reconnaissance du peptide MBP 8589 Figure 2 : HLA de la lignée T MBP spécifique L APC DRB1*1503 présente le peptide MBP à la lignée T spécifique avec la même efficacité que l APC 1501 (IS = 30) ETUDES FONCTIONNELLES : ROLE DE DR

25

26 Une étude génétique chez des sujets non caucasiens suggère que DR est plus important que DQ dans la génétique HLA de la SEP Au niveau du locus DR, deux allèles proches sont impliqués :. DRB1*1501 Caucasiens. DRB1*1501 Martiniquais et *1503 Les caractéristiques structurelles de *1501 et *1503 sont en accord avec les données fonctionnelles L ensemble de ces résultats suggère que lassociation DR / SEP rend plus vraisemblablement compte dun rôle direct de DR dans la maladie que d un déséquilibre de liaison avec un autre gène non identifié CONCLUSION

27 Les molécules HLA contrôlent la réponse T auto-immune à deux niveaux : - en sélectionnant le répertoire T des cellules matures - en sélectionnant le répertoire de peptides présentés au lymphocytes T IMPLICATION DES MOLECULES HLA DANS LE PROCESSUS AUTO-IMMUN

28 LES LECONS DU MODELE ANIMAL : LES SOURIS TRANSGENIQUES Comment HLA sélectionne le répertoire T ?

29 ANALYSE DES SOURIS DOUBLEMENT TRANSGÉNIQUES POUR HLA ET TCR (SANTAMARIA ET AL ) Souris NOD (I-A g7 ) transgénique pour un TCR spécifique dun antigène des cellules beta de Langerhans. accélération du DID. le TCR transgénique (VB11) positivement sélectionné Souris transgénique croisée avec des souris I-A b, I-A q, I-A k. le nombre total de thymocytes est réduit. le nombre de T CD4 VB11 est. l animal est protégé du diabète CONCLUSION : le HLA protège la souris NOD via une sélection négative (valable pour ce transgène)

30 ANALYSE DES SOURIS DOUBLEMENT TRANSGÉNIQUES POUR HLA ET TCR (MATHIS ET AL ) Souris NOD (I-A g7 ) transgénique pour un TCR spécifique de l insuline. insulite massive à 3 semaines. diabète à 20 semaines Croisement de la souris transgénique avec une souris I-A b. la souris I-A g7b montre une incidence réduite de DID comparée à la souris I-A g7 homozygote. pas d évidence d une délétion du TCR transgénique. du nombre de LyT utilisant un TCR endogène CONCLUSION : Le HLA protège du diabète pour une sélection positive de clones T endogènes à effet protecteur

31 MALADIES AUTO-IMMUNES ET DIFFERENCIATION T Comment HLA sélectionne Th1 / Th2 ?

32 L AFFINITE HLA-PEPTIDE CONTRÔLE LA DIFFERENCIATION Th1/Th2 Génotype Peptide Affinité Différenciation CMH-peptide T A. SW (H-2 S ) EAIQPGCIGGP K +++ Th1 APL : EAIQPGCIGGP + / - Th2 BIO.PL (H-2 u ) ASQ M RPSQR +++ Th1 APL : ASQ R RPSQR + / - Th2 A.SW (H-2 S ) EAIQPGCIGG P K +++ Th1 APL : EAIQPGCIGG A K + / - Th2 Une affinité élevée d une molécule HLA pour un peptide favorise une différenciation Th1

33 Pour une même densité de complexe HLA/peptide la nature de la molécule HLA contrôle la différenciation Th1/ Th2 Génotype Chargement in vitro Densité complexe Différenciation CPA du peptide CMH-peptide Th1 / Th2 H - 2 S 0.1 µM + / - Th µM +++ Th1 H - 2 b 10.0 µM + / - Th µM +++ Th2 Chez la souris H-2 b, le génotype CMH contrôle la différenciation fonctionnelle Th1/Th2 en sélectionnant un répertoire T de faible affinité pour le complexe CMH-peptide

34 INTERACTIONS HLA / AUTRES SYSTEMES GENETIQUES Exemple de la sclérose en plaques : HLA et CTLA-4

35 ARGUMENTS EN FAVEUR CTLA-4 GENE CANDIDAT CTLA-4 localisé en 2q33 : région identifiée par Ebers et al (1996) comme potentiellement à risque dans la SEP Rôle de CTLA-4 dans la régulation de lactivation lymphocytaire T Le traitement par un anticorps anti-CTLA-4 de souris EAE : sévérité de la maladie +++ Chez lhomme : CTLA-4 gène potentiellement candidat dans plusieurs maladies auto-immunes (diabète, maladie de Basedow, maladie d Addison, thyroïdite de Ashimoto) Dans la sclérose en plaques, aucune étude concluante portant sur les polymorphismes connus - SNP A/G en position 49 de lexon 1 - microsatellite (AT)n en position 642 de lexon 4 - SNP C/T en position -308 du promoteur

36 STRATEGIE 1 - Existe-t-il d autres polymorphismes (SNP) encore non décrits du gène CTLA-4 qui pourraient être informatifs ? Réponse : 149 sujets contrôle sains séquencés. mise en évidence d un nouveau polymorphisme SNP caractérisé par une substitution C/T avec fréquence de T = 9.4 % 2 - Mise en place de conditions expérimentales simples permettant de génotyper ce nouveau SNP dans une large cohorte d individus. Choix PCR-SSP 3 - Génotypage de 1233 individus appartenant à 411 familles triplets SEP (banque nationale sclérose en plaques)

37 GENE CTLA-4 (CD152) ET SCLEROSE EN PLAQUES

38 ANALYSE TDT SUR SNP C/T DE CTLA-4 Parents informatifs Allèle C Allèle C Témoin p hétérozygotes C/T transmis non transmis % Familles SEP (n = 411) Familles DR (n = 215) Familles DR NS (n = 196) La comparaison de la transmission de lallèle C dans le sens groupes DR15+ et DR15- 2 = 10, p < Argument : - en faveur de l hétérogénéïté génétique de la SEP - en faveur d une interaction CTLA-4 / DR15 RESULTATS

39 REPLICATION DE LETUDE SUR UNE COHORTE INDEPENDANTE Résultats non contradictoires avec les données préliminaires négatives à partir des autres SNPs connus et déjà étudiés. SNP -308 négatif sur les familles testées (49 T, 46 NT). pas de déséquilibre de liaison avec -308 (p = 0.29) 199 Familles triplets SEP d Europe du Sud : Italie (n = 113), Portugal (n = 86) Parents informatifs Allèle C Allèle C Témoin p hétérozygotes C/T transmis non transmis % Familles SEP (n = 199) Familles DR (n = 60) Familles DR (n = 139)

40 GENE CTLA-4 ET SCLEROSE EN PLAQUES


Télécharger ppt "MALADIES AUTO-IMMUNES Pathologies complexes : multifactorielles Facteurs génétiques Facteurs environnementaux Facteurs Immunologiques Supposés mais non."

Présentations similaires


Annonces Google