La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

3. Problèmes dopérationnalisation et de mesure. 3.1.1. Problèmes généraux du passage des concepts aux indicateurs 1.La plupart des concepts quutilise.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "3. Problèmes dopérationnalisation et de mesure. 3.1.1. Problèmes généraux du passage des concepts aux indicateurs 1.La plupart des concepts quutilise."— Transcription de la présentation:

1 3. Problèmes dopérationnalisation et de mesure

2 Problèmes généraux du passage des concepts aux indicateurs 1.La plupart des concepts quutilise la sociologie ne sont pas directement observables. Exemples : Autoritarisme, Xénophobie, Ethos, Milieu urbain. 2. Il faut donc les approcher par des sortes dindicateurs (on réserve le mot indice pour un autre usage). 3. On nomme (Kinnear et Taylor) opérationnalisation le double fait de définir un concept et de lui associer des indicateurs. 4. Certains ( Bailey) parlent même dun processus à trois étages : conceptuel, empirique et opérationnel. P.ex. : 1) Pouvoir = aptitude…(cf. Weber), 2) Aptitude = Prise de décisions + Influence, 3) Quelles décisions, pondérées comment; influence dans quels domaines, selon quelles modalités?. Dans mes termes : Concepts, dimensions, indicateurs.

3 Validité Cette sorte de distance entre concept et indicateur soulève deux genres de problèmes : celui de la validité et celui de la fidélité. On désigne par validité le fait de savoir si la mesure utilisée approche vraiment le concept, et lapproche sans sur- ou sous-estimer une dimension de celui-ci. Comment évaluer cette validité ? On mentionne classiquement quatre techniques : a) On parle de face validity pour désigner le simple fait que lindicateur a une validité évidente, qui saute aux yeux : p.ex. les coups et blessures pour désigner un aspect (et non la totalité) de la violence familiale. b) La predictive validity mesure la corrélation entre les indicateurs retenus pour le concept et un comportement test ultérieur. P.ex. attitudes xénophobes et vote antiétrangers ; échelle de satisfaction maritale et séparation ultérieure. c) La concurrent validity mesure la corrélation entre les indicateurs retenus et une autre mesure du même phénomène. P.ex. Echelle de xénophobie et appartenance à un parti xénophobe. d) la construct validity vise à maximiser la corrélation avec un élément que lon souhaite voir logiquement relié au concept employé. P.ex. Entre deux mesures de niveau social, on choisit celle qui corrèle le mieux avec un « critère », p.ex. tel genre de préjugés, ou celle qui rejoint le mieux des corrélations précédemment observées.

4 Validité (suite) Il ne faut pas confondre cette validité dans lopérationnalisation des concepts avec lidée de validité interne ou externe des dessins de recherche, dont nous avons parlé plus haut. Les premières désignent laptitude des dispositifs dexpérience ou de comparaison à vérifier/infirmer une hypothèse donnée. La validité des indicateurs se réfère aux concepts eux- mêmes. Une mauvaise validité de lopérationnalisation du concept amène bien sûr à ce que lon nomme des erreurs systématiques de mesure (systematic error), par différence avec des erreurs aléatoires (random error), qui tiennent aux question de fidélité des indicateurs.

5 Fidélité La notion de fidélité désigne le fait que la mesure opérée ne varie que si le sujet observé varie. Ex. dune balance et du poids de la personne. Elle est souvent discutable parce que les indicateurs retenus sont trop superficiels, trop généraux, trop sensibles à lhumeur du moment. Cest évidemment un sérieux problème dans les études longitudinales. On mesure souvent cette fidélité par des opérations de test-retest, menées sur des échantillons-pilotes. Attention toutefois à l'effet de sensibilisation ou de halo. Il arrive aussi que l'on utilise la technique des split-halves, mais elle est d'une application moins générale. Notons de surcroît qu'il y a 4 sources principales d'infidélité dans la récolte d'une information: - les dispositions à court terme du répondant: fatigue, mauvaise humeur, angoisse,santé.. - les facteurs de situation : lieux, moments, personnes présentes - les canaux utilisés : téléphone, poste, interview - et enfin les indicateurs eux-mêmes.

6 Nécessité dune pluralité dindicateurs Les problèmes de validité et de fidélité font qu'il est très rare de pouvoir "mesurer" un concept avec un seul indicateur. En effet, chaque indicateur pris isolément est souvent -sectoriel (par cela même non valide seul) -polysémique -instable Il est donc essentiel, sauf exception, d'employer plusieurs indicateurs et de les réunir ensuite en une mesure globale. Il n'y a pas de règle pour savoir où s'arrêter dans l'accumulation d'indicateurs. Des régularités empiriques font que l'on peut parler ( Lazarsfeld) d'interchangeabilité des indicateurs: plusieurs ensembles d'indicateurs différents amènent cependant à des corrélations semblables avec des variables pertinentes. Mais la porte est quand même ouverte à des problèmes de redondance et de pondération. La corrélation inter- indicateurs est évidemment un critère essentiel: éviter en général la corrélation parfaite (un des indicateurs napporte rien) et labsence totale de corrélation ( les indicateurs analysés touchent probablement deux phénomènes différents). Attention toutefois dans ce dernier cas au caractère « causal » ou « deffet » ( par rapport à la variable latente) de lindicateur considéré.

7 Le dimensionnement des concepts Pour maîtriser plus sûrement cette question de la redondance et de la pondération des indicateurs, l'outil le plus adéquat est celui du dimensionnement. On nomme dimensionnement le fait de décomposer un concept en ses diverses facettes ou composantes essentielles, et de travailler la recherche d'indicateurs sur la base de ces composantes plutôt que sur celle du concept. Cela améliore franchement la validité et permet une certaine équi-pondération des composantes. Il n'y a pas de règles générales pour ce dimensionnement, mais on peut en prendre quelques exemples qui en montrent l'utilité et la praticabilité.

8 Exemple 1 : Le concept dintégration Au plan psychosociologique, le concept d'intégration peut, globalement, définir l'ampleur des liens qui unissent une personne à un milieu donné et son degré de maîtrise des codes et ressources de ce milieu. On peut aisément distinguer les dimensions suivantes : - Au plan culturel, on réfère à la connaissance et la capacité d'utilisation des principaux codes et normes du milieu considéré ( langue, habitudes alimentaires, usages de civilité, histoire du groupe,etc). - Au plan fonctionnel, on réfère aux liaisons existant entre diverses "institutions" locales et la personne: emploi, assurances sociales, école, logement, système sanitaire, associations diverses, etc - Au plan relationnel, on réfère aux liens avec des amis, des membres de la parenté, des réseaux de sociabilité, etc. - Au plan socio-spatial, on réfère à la "maîtrise" de l'espace considéré: possibilité de mobilité dans l'espace considéré, centralité de la domiciliation éventuelle, niveau d'orientation spatiale,etc Selon l'optique théorique adoptée, on pourrait aussi définir des niveaux d'intégration idéologique, affective

9 Exemple 2 : Le concept de participation religieuse Le concept de participation religieuse désigne ladhésion active de la personne à un ensemble de valeurs ou de croyances véhiculées par une institution. Il appelle la distinction entre les dimensions suivantes: - le plan idéologique fait référence au degré de croyance dans les dogmes ou valeurs de la foi ou de lidéologie considérée; - le plan rituel évoque le degré de fréquentation des cérémonies, des rencontres, des sacrements éventuels; - le plan fonctionnel réfère à la prise de responsabilités ou au soutien matériel apporté à l'organisation concernée; - le plan informationnel réfère au degré de connaissance des normes, codes, histoires,organisation, etc, de la foi ou de lidéologie considérée.

10 Exemple 3. Le concept de sous- culture La notion de sous-culture désigne un système de valeurs et de codes ancrés dans un groupe social et organisé dans un ensemble de procédures jugées légitimes. Les dimensions suivantes se laissent déduire de cette définition provisoire: - La dimension des mythes: ensemble de croyances et de savoirs relatifs à lorigine du groupe, à ses objectifs, à ses temps forts ou épreuves; - La dimension des codes, langagiers, vestimentaires, esthétiques utilisés par le groupe; - La dimension des rites (cérémonies, fêtes, rites de passage, marquage des temps et des lieux) - La dimension de lorganisation: transcription de la culture du groupe dans des rôles, processus de décision et systèmes daction reconnus

11 Fonctions du dimensionnement On voit aisément par ces divers exemples que la mise à jour ou la clarification des dimensions du concept remplit cinq fonctions importantes: a) expliciter le concept b) distinguer diverses formes ou types de manifestation du concept plutôt quune seule mesure ordinale ou métrique c) choisir plus facilement, dans chaque facette, des indicateurs dotés d'une "face validity" d) pondérer au besoin les diverses dimensions e) faire un tri raisonné en cas de surabondance d'indicateurs

12 Assemblage des indicateurs Il est bien clair que sil faut plusieurs indicateurs pour approcher un concept, il convient réciproquement de disposer in fine dune seule mesure. Il convient donc de regrouper les indicateurs en une mesure densemble. Ce regroupement peut prendre trois formes différentes: Les Typologies où la variable est constituée dagencements spécifiques, qualitativement différents, détats dindicateurs ou de dimensions Les Indices, où la variable est constituée par une somme de points – allant de 0 à p – formant une variable ordinale ou métrique Les Echelles, où la variable est constituée par une suite détats ou de configurations hiérarchiquement ordonnés.


Télécharger ppt "3. Problèmes dopérationnalisation et de mesure. 3.1.1. Problèmes généraux du passage des concepts aux indicateurs 1.La plupart des concepts quutilise."

Présentations similaires


Annonces Google