La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lessor des sciences sociales www.unites.uqam.ca/philo/cours/PHI6001/index.htm.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lessor des sciences sociales www.unites.uqam.ca/philo/cours/PHI6001/index.htm."— Transcription de la présentation:

1 Lessor des sciences sociales

2 Ce que nous héritons Méthode pour garantir la qualité de la connaissance (rationalisme: induction ou méthode inductivo-déductive). La science se termine par les hypothèses, elle ne commence pas avec. Objectivité/subjectivité (statut du sens commun) Séparation entre fait et valeur.

3 Facteurs contribuant à lessor Réussite des sciences physiques et biologiques (médecine): observation, théorie, rôle de lexpérience, réussite, mathématisation. Intériorité du sujet: pas de science de lintérieur (Kant, Gall). Fechner: mesure. Révolution politique: les choses peuvent être autrement. Besoin pour létat de contrôle.

4 Prédécesseurs Montesquieu, Vauban, Petty, Graunt, Grotius, Spinoza, Hobbes. Mécanisme Mathématique Harvey Analogie prince/coeur

5 Prédécesseurs: Petty Père de léconomie politique ou de larithmétique politique ou de lanatomie politique. « Shop-arithmetik ». Appuyer les décisions politiques sur données quantitatives. Ville de Londres: nombre denfants morts de vers sans convulsion, varicelle, etc. Prévision démographique.

6 Prédécesseurs: Hobbes Létat est un corps artificielle. Explication mécanique, plus volonté divine. Mathématique et raison. Les principes de la politique est la connaissance des mouvements de lesprit

7

8 Contenu du cours John Stuart Mill: liberté vs déterminisme, la possibilité et la forme des lois dans la « science morale ». Durkheim: lexistence de « faits sociaux » et la nécessité dune science pour les appréhender. Mead: lutilisation des cultures différentes comme expérience naturelle sur lhumain. Le potentiel libérateur des SH. Lombroso: la criminologie et lexplication biologique

9 1. J. S. Mill ( ): les sciences morales

10 Problème central: naturalisme « Si les phénomènes moraux et sociaux sont véritablement des exceptions à luniformité et invariabilité du cours général de la nature; et jusquà quel point les méthodes, à laide desquelles un si grand nombre de lois du monde physique ont été rangées parmi les vérités irrévocablement acquises et universellement acceptées, pourraient servir à la construction dun corps de doctrine semblable dans les sciences morales et politiques. » (xx)

11 État des sciences de lhomme Les autres disciplines ont découvert consciemment la méthode scientifique, suivant « la gradation ascendante de leur complication ». Les sciences de lhomme sont toujours en attente de leur « constitution scientifique définitive ». Cela tient au fait que létude de lhomme est la plus complexe et la plus difficile.

12 Kuhn Les disciplines passent par une série détats: immature-mature. Immaturité est caractérisée par débats internes de fonds, non reconnaissance des données produits par les autres, utilisation dun vocabulaire différents, pas de modèle. Mature: paradigme, modèle, résolution de problèmes.

13 T1T2 révolution Science normale

14 Doute Induction a produit des lois au sujet du corps humain, mais concernant les lois de lesprit et celle de la société, labsence de loi laisse certains douter que ni une ni lautre ne peut être sujet dune science. Stuart Mill pense que lon peut généraliser les méthodes suivies pour létude des phénomènes physiques aux phénomènes humains. Quel degré de perfection peuvent-elles atteindre? Écarter une question dabord: le déterminisme.

15 Déterminisme La question des lois demande que lon réponde à celle sous-jacente du déterminisme. « Les actions des hommes sont-elles, comme tous les autres événements naturels, soumises à des lois invariables? Y trouve-t-on positivement cette constance de causation qui est le fondement de toute théorie scientifique des phénomènes successifs? » (417)

16 Liberté et nécessité En faveur du déterminisme des actions et des pensées. Contre lintuition que nos actions sont le fruit de notre libre arbitre.

17 Énoncé de la doctrine de la nécessité philosophique « Étant donnés les motifs présents à lesprit, étant donnés pareillement le caractère et la disposition actuelle dun individu, on peut en inférer infailliblement la manière dont il agira; et que si nous connaissions à fond la personne et en même temps toutes les influences auxquelles elle est soumise, nous pourrions prévoir sa conduite avec autant de certitude quun événement physique ». (419)

18 Irrésistibilité Lusage ordinaire veut simplement dire que, étant donné certains motifs, une action sen suivra, si rien ne lempêche. Les causes ne mènent pas invariablement et nécessairement à leurs effets: elles ne sont pas irrésistibles. Fatalisme.

19

20 Nécessitarien Action effet de notre caractère et caractère formé par éducation, circonstances, etc.. Mais le désir de façonner son caractère est aussi une circonstance, il a le pouvoir de le modifier. « Sils ont pu nous placer sous linfluence de certaines circonstances, nous pouvons pareillement nous placer nous-mêmes sous linfluence dautres circonstances. » (424)

21 Retour: Météorologie La condition pour quil puisse y avoir science est que les faits se succèdent daprès des lois constantes,même si on ne connaît pas ces lois ou quon ne peut les découvrir. Météo: on arrive pas à prédire et pourtant on ne voudrait pas dire que cest parce quil ny a pas de lois! Mais trop de facteurs à considérer, trop de circonstances antécédentes, rendent la science imparfaite.

22 Continuum Entre science parfaite et imparfaite. Cause générale et causes secondaires. Marée: attraction soleil/lune, mais également direction des vents, fond de locéan, etc. Pas science exacte, mais prédiction utile. Science de lhomme sont du même type.

23 Prédiction Pas prédiction particulière (problème avec le caractère qui est constitué par circonstances nombreuses et variées, souvent inconnues). « Cependant, beaucoup des effets quil importe le plus pour les hommes de rendre susceptibles dêtre prévus et contrôlés étant, comme les marées, déterminés dans un bien plus large mesure par les causes générales que par les causes partielles prises ensemble, …, il est évidemment possible … de faire des prédictions qui se vérifieront presque toujours …» (432)

24 Faits sociaux « Toutes les fois quil ne sagira que de savoir comment agira, sentira et pensera la grande majorité de la race humaine ou de quelque nation ou classe de personnes, ces propositions équivaudront à des propositions universelles … dans les recherches sur les faits sociaux une généralisation approximative équivaut, pour la plupart des besoins pratiques, à une généralisation exacte… » (432)

25 3 disciplines Psychologie Éthologie (science de la formation du caractère) Sciences sociales.

26 Psychologie Lois des phénomènes mentaux: pensées, émotions, volitions, sensations. Sont causés par autres états mentaux (psychologie) ou par états du corps (physiologie). Matérialisme (Comte): tous causés par le corps. Pas de lois psychologiques, psychologie branche de la physiologie. Mais nous navons accès quaux successions (état de la physiologie), uniformités observables, nous pouvons formuler des lois, nous ne pouvons abandonner la psychologie pour une physiologie inchoative.

27 Lois générales « Toutes les fois quun état de conscience a été déterminé par une cause quelconque, un état de conscience ressemblant au premier, mais dintensité moindre, peut se reproduire sans la présence dune cause semblable à celle qui lavait produit dabord. » (p. 437) Impression a son idée. Lois de lassociation (semblable, succession) Combinaisons chimiques des idées. Pas réduction. Nous devons étudier les états complexes.

28 Éthologie « … Le nom éthologie sera celui de la science ultérieure qui détermine le genre de caractère produit conformément à ces lois générales par un ensemble quelconque de circonstances, physiques et morales … léthologie est la science qui correspond à lart de léducation … » (456-7)

29 Lois empiriques/lois causales Loi empirique: succession, uniformité, coexistence. Ex: les vieux sont sages. Est-ce à cause de la vieillesse quils sont sage? (non, cest lexpérience qui explique la régularité). Caractères nationaux: les français. Changement de situations, changement du caractère.

30 « Ce ne sont pas les lois empiriques, mais les lois causales qui les expliquent, qui constituent les vérités réellement scientifiques. » (448)

31 Lois simples et complexité Quelques lois simples peuvent causer une grande complexité. Circonstances. Comment trouver les lois: expérimentations? Pas possible Observation? Difficile (et général, les français …)

32 Déduction Lois sur la formation du caractère déduites ou dérivées des lois psychologiques. On peut déduire à partir des lois de la psychologie ce que sera un caractère dans des circonstances données. Rôle des lois empiriques est de valider les lois du caractère. Est-ce bien ce que lon observe?

33 Éthologie Observer types de nature humaine Noter les circonstances dans lesquelles ces types dominent. Expliquer caractéristiques du trait par circonstances.

34 Sciences sociales Sciences des masses collectives et des phénomènes qui constituent la vie sociale. Le nombre de causes concourantes est élevé. Effet sur la prédiction. Politique jusquà maintenant: médecine sans fondements scientifiques.

35 Gâteau à étages Les phénomènes sociaux sont des phénomènes de la nature humaine produits par laction de circonstances extérieures sur des masses dêtres humaines. Les lois sociales sont des conséquences des lois psychologiques.

36 Non-émergentisme « Les lois des phénomènes sociaux ne sont et ne peuvent être que les lois des actions et des passions des êtres humains réunis dans létat de société. … Les hommes ne se changent pas, quand ils sont rassemblés, en une autre espèce de substance douée de propriétés différentes, comme lhydrogène et loxygène sont différents de leau …

37 Les êtres humains en société nont dautres propriétés que celles qui dérivent des lois de la nature de lhomme individuel, et peuvent sy résoudre. » (Chap. VII, sec,1)

38 Ce dont dépendent les actions « Jinsiste seulement sur ce qui est vrai de tout gouvernants,à savoir, que le caractère et le cours de leurs actions subissent, dans une large mesure (indépendamment de tout calcul dintérêt personnel), linfluence des idées courantes, des sentiments habituels, des manières générales de penser et dagir, qui dominent dans la société dont ils sont membres … » (Chap. VIII, sec. 3)

39 Éthologie politique Caractères nationaux: la plus importante des lois sociales. Caractère détermine tous les autres phénomènes sociaux. « Plus progressera la culture de la science de léthologie, mieux seront comprises les diversités de caractère individuel et national, et plus diminuera probablement le nombre de propositions quon croira pouvoir en toute sûreté considérer comme des principes universels de la nature humaine. »

40 Note: féminisme « On remarque ou on suppose entre lhomme et la femme un foule de différences mentales et morales; mais dans un avenir qui, on peut lespérer, nest plus très-éloigné, une liberté égale et une position sociale également indépendante deviendront lapanage commun des deux sexes, et leur différences de caractère seront, ou entièrement détruites, ou considérablement modifiées. » (455)

41 Science sociale générale Étudie les états de société (existence simultanée de tous les faits ou phénomènes sociaux (croyance, état de lindustrie, occupations habituelles). Tente de trouver lois qui explique comment un état produit celui qui lui succède. Progrès de la race humaine (Comte, dynamique sociale): penchant spéculatif est relié au progrès. Trois phases: surnaturels, métaphysiques et scientifiques.

42 2. Durkheim ( ): la sociologie

43 Naturalisme Faits sociaux soumis aux mêmes principes dordre et de déterminisme que les sciences de la nature. Pas de raison de penser le contraire. « Notre principal objectif, …, est détendre à la conduite humaine le rationalisme scientifique … » (RMS, p. 74)

44 1. Historique Pas sentiment que les sociétés sont soumises à des lois (impression de désordre). Mentalité primitive, pensée magique. Sociétés dépendaient de notre volonté, plastiques, donc pas ce quelles sont, mais ce quelles devraient être.

45 Même les prédécesseurs Lois de la vie sociale ne sont pas des enchaînement causaux, mais normes venant de considérations sur la nature humaine. Déduction de modèles (économistes: loi du marché), purement normatif (écarts sont écarts de la norme).

46 Comte Science est une parce que le monde est un. Déterminisme des lois, gain des sciences. Sociale doit lêtre également (résistance fruit du préjugé). Renversement de la perspective: on ne peut modifier les sociétés quen suivant leurs lois. Fatalisme: Intérêt à connaître les lois pour modifier la société. Pas conservatrice. Spencer: sociétés organismes biologiques, soumises à lévolution.

47 Fait et objectivité « Traiter des faits dun certain ordre comme des choses, ce nest donc pas les classer dans telle ou telle catégorie du réel; cest observer vis-à-vis deux une certaine attitude mentale. Cest en aborder létude en prenant pour principe quon ignore absolument ce quils sont, … comme les causes inconnues dont elles dépendent, ne peuvent être découvertes par lintrospection, même la plus attentive. » (77)

48 Conditions « Pour quune véritable sociologie puisse exister, il est nécessaire que se produisent dans chaque société des phénomènes dont cette société soit la cause spécifique et qui nexisteraient pas si elle nexistait pas, et qui ne sont ce quils sont que parce quelle est constituée comme elle lest. Une science ne peut être fondée que si elle a pour matière des faits sui generis distincts de ceux qui constituent lobjet détude des autres sciences. » (SDS, p. 11)

49 Corollaire Pas tous les traits qui se ressemblent dans un groupe qui sont sociaux (leau est mouillée). Les phénomènes sociaux nont pas pour cause immédiate et déterminante les individus. Sinon, la sociologie serait une forme de la psychologie. Il faut que les idées et actions collectives soient différentes des idées et actions individuelles et quelles aient besoin de lois différentes pour être expliquées.

50 Émergence Tarde: « La société, …, nest rien en dehors des individus qui la composent: ils sont tout ce quelle a de réel » (8) Faits sociaux sont des inventions individuelles propagées par le biais de limitation. Émergence: « Les consciences individuelles, en sassociant dune manière stable, dégagent, par suite des rapports qui séchangent entre elles, une vie nouvelle, très différente de celle dont elles seraient le théâtre si elles étaient restées isolées les unes des autres: cest la vie sociale. » (8)

51 Le tout et les parties Le tout est plus que la somme de ses parties. Cuivre et étain (mous)=bronze (dur) Particules non-vivantes=vivant Consciences particulières=consciences associées. Règne social, tout comme il y a un règne minéral, animal et individuel.

52 Extérieur/intérieur Puisque pas produit par individu, faits sociaux viennent de lextérieur. Ils exercent pression sur lindividu (pas nécessairement contrainte ou violence), un peu comme le milieu physique sur le corps (milieu morale). Ces faits ou idées ont une autorité sur nous, il y a de la résistance (variable) au changement (droit, religion, coutume).

53 Faits sociaux « Donc la caractéristique des faits sociaux réside entièrement dans lascendant quils exercent sur les consciences particulières » (SDS, 15) Signes extérieurs: 1) résistance à ceux qui sécartent de la norme. 2) Ils ne peuvent pénétrer dans lindividu quen suivant le processus qui va de lextérieur à lintérieur.

54 Moules « Ils consistent comme en des moules en lesquels nous sommes nécessités à couler nos actions. » (RMS, p. 122) Courants dopinion: poussent au mariage, suicide, crime. Faits sociaux. Mesurable grâce aux statistiques. Statistiques expriment « état de lâme collective » (102)

55 Changements Mauss et Fauconnet: modifient létat des idées et des tendances. Formation de la cité accentue le régime de la famille patriarcale: cest que le complexe didées et de sentiments au sujet de la famille qui est changé. Les faits sociaux agissent sur les représentations: ils ne sont pas « automoteurs » (la cause est au dehors)

56 2. Divisions des sciences (1) Morphologie sociale: forme extérieure et matérielle de la société (type de sol). Expliquer phénomène. « La présence ou labsence denceintes, de marchés, la construction dédifices publics et leur inégale diversité par rapport aux établissements privés,.. » (SDS, p.10). Doit être expliqué.

57 Division des sciences (2) Physiologie sociale: manifestation des société (religion, morale, économique). Ère de la spécialité. Pas de cloisons étanches.

58 Nouveauté Ne traite pas ces phénomènes (économie, religion) comme sils étaient indépendants. « Les laissaient comme suspendus dans le vide » (Sociologie, p. 7). Ils sont solidaires dautres phénomènes sociaux (salaire, pas seulement offre et demande, mais conception morale). Ils sont reliés à un même système social.

59 « … les faits quelles étudient respectivement sentrelacent, telles les fonctions dun même organisme, et sont étroitement liés les uns aux autres. » (SDS, p. 18). Découvert par étude comparative.

60 (3) Sociologie générale (synthèse, elle dépend des analyses de la physiologie) En dernier. Il veut éviter les erreurs de la sociologie spéculative de ses prédécesseurs. « Cest de la sensation que ce dégagent toutes les idées générales, vraies ou fausses, scientifiques ou non. » (RMS, p. 136)

61 3. Méthode: Observation Définition (séloigne du sens commun) Basée sur observation provisoire dabord (il nexiste pas de faits bruts, il faut les dégager de lépaisseur du réel): on ne peut les photographier. « La timidité en face des faits est tout aussi dangeureuse que la trop grande audace … » (Mauss et Fauconnet)

62 Comparaison diachronique Question: comment sest constitué x ou y, quelles en sont les causes, fonctions. Histoire comparée (pas forme actuelle, elle nous semble alors simple et lisse). Il faut faire apparaître les parties. Cest le rôle de lhistoire (microscope social). Institution se constituent fragment par fragment (ex. parenté, comment elle vient à dépendre des deux parents). Observer sa naissance.

63 Méthode: comparaison synchronique « Or nous navons quune manière de démontrer quentre deux faits il existe une relation logique, un rapport de causalité par exemple, cest de comparer les cas où ils sont simultanément présents ou absents et de chercher si les variations quils présentent dans ces différentes combinaisons de circonstances témoignent que lun dépend de lautre. » (15, équivalent de lexpérimentation).

64 Comparaison Comparer entre eux des sociétés (historien étudie les sociétés individuelles). Autre question: doù vient quune norme (mariage, divorce, meurtre) soit observée différemment dans différentes sociétés? Comment elle varie avec institutions sociales.

65 Réalité/apparence « Le physicien, le chimiste font abstraction de ces représentations usuelles et la réalité, telle quils nous la font connaître, se trouve être, en fait, singulièrement différente de celle que les sens perçoivent immédiatement. Le sociologue doit faire de même, il doit se mettre en face des faits sociaux en oubliant tout ce quil croit en savoir, comme en face de linconnu. » (17) Prénotion: monogamie, moralité chez les « sauvages » (sanction pénale).

66 « Cest aux données sensibles quelle doit directement emprunter les éléments des définitions initiales. » (RMS, p. 136)

67 Crime Normalité (santé): quand il se produit dans la moyenne des sociétés du même type. Quand il reflète une adaptation de la vie générale aux conditions dexistence. Le crime est normal, non pathologique: il est impossible de ne pas en avoir. Monastère: des choses futiles deviennent des crimes. Crime anticipe la morale à venir: Socrate.

68 Science inductive Éviter les erreurs de léconomie qui pose lexistence de lagent guidé uniquement par ses intérêts. Hypothèses doivent être posées à la fin de lenquête, pas au début.

69 4. Exemple Suicide Crime et mariage Inceste Parenté

70 Définition du concept Séloigner du sens commun. « Mort qui résulte directement ou indirectement dun acte positif ou négatif, accompli par la victime elle- même et quelle savait devoir produire ce résultat. » (p. 79).

71 Suicide Croyance dans la dégénérescence de la France (contraire de la natalité=suicide). Débat autour de la question de savoir qui, des anglais ou des français, avait le plus haut taux de suicide (melancolia anglica) Bureaucratie: statistique sur les déviances (dont suicide: âge, occupation, méthode, cause, conditions météo). Médicalisation: Pinel et le traitement moral (masturbation, climat, musique, hérédité).

72 Explication Démographie, par le biais de la loi économique de la concurrence, ne réussit pas à expliquer les faits sociaux. Mesure du bonheur dun peuple: consommation (variation de la consommation et de la natalité). Maladie ou santé dun peuple: suicide. « Graves perturbations dans les conditions organiques de la société » (Suicide et natalité, p. 5)

73 Explication « Les sociétés où les suicides sont les plus fréquents sont moins bien portantes que celles où ils sont plus rares. » (p.5) Théorie habituelle: haute natalité, suicide comme soupape de sûreté. Vrai, mais: natalité trop faible peut lêtre également. France.

74 Explication Natalité-mortalité = croît physiologique. Croît physiologique comparativement au taux de suicide. Corrélation entre un croît faible et un taux de suicide élevé. Campagne vs ville: croît fort en campagne, moins de suicide. Natalité trop faible est pathologique

75 Normalité biologique « Or il ny a pas de propriété organique qui soit bonne indéfiniment et dune manière absolue. Tout développement biologique est sain à partir dun certain point jusquà un autre: il y a pour tous les phénomènes de la vie une zone normale en-deçà et au-delà de laquelle ils deviennent pathologiques. » (22) Cause pas organiques ou raciales (Canada). Causes sociologiques: « régression des sentiments domestiques »

76 3. Margaret Mead ( ): lanthropologie

77 Adolescence et sexualité Sintéresse à la période de ladolescence et à la sexualité. Se demande si la période de ladolescence et si la sexualité sont vécues de la même façon partout dans le monde? Nature humaine.

78 Lanthropologie et lexpérience naturelle Méthode de lexpérience contrôlée: expérience naturelle de variations des paramètres. Lanthropologie est la méthode permettant laccès à ces données.

79 Esprit vs biologie « Comme toute société humaine, chacune de ces tribus avait donné à la différence entre les sexes une interprétation sociale particulière. En comparant ces interprétations, il est possible de discerner plus clairement la part des constructions de lesprit par rapport à la réalité des faits humains biologiques. » (viii).

80 Rôle de lanthropologie Apprécier lampleur des virtualités de la condition humaine. Boas, la « façon dont la personnalité réagit à la culture ». (294)

81 Adolescence Boas: « Dans notre propre société, lindividu est assiégé de difficultés que nous imputons généralement aux traits fondamentaux de la nature humaine. Quand nous parlons des problèmes de lenfance ou de ladolescence, nous estimons que ce sont là des périodes dadaptation inévitables, par lesquelles tout le monde doit passer... Les résultats de cette minutieuse enquête confirment... que bien des comportements que nous attribuons communément à la nature humaine, ne sont en fait que des réactions contre les contraintes de notre civilisation. » (294-5)

82 Rôle sexuel « Nous traiterons du comportement sexuel du point de vue du tempérament, nous examinerons les postulats culturels selon lesquels certaines attitudes tempéramentales sont naturellement masculines, dautre naturellement féminines... Jétais loin de soupçonner que les tempéraments que nous considérons comme propres à un sexe donné peuvent nêtre que de simples variantes du tempérament humain, et que cest léducation qui, avec plus ou moins de succès et selon les individus, permet aux hommes et aux femmes, ou aux deux, de sen approcher. » (xii)

83 Béhaviorisme ou déterminisme environnemental « Raisonnant daprès ses observations du comportement de lhomme adulte chez dautres civilisations, lanthropologue parvient souvent aux mêmes conclusions que le béhavioristes, qui étudie le tout jeune enfant, non encore façonné par son milieu. Se penchant, lui aussi, sur le problème de ladolescence, il lui apparut que certains comportements de ladolescent dépendaient du milieu social révolte contre lautorité, doute religieux, idéalisme, luttes et conflits cependant quon voulait en faire une caractéristiques dun certain stade de son développement physique. Il connaissait le déterminisme de la civilisation, la plasticité de lêtre humain... » ( ).

84 Dimension politique Révolte, les rôles sexuels, sont des résultantes du milieu. Libéralisme de Mead: « Si le milieu social est la cause des difficultés, de la détresse même, de ladolescence, alors nhésitons pas, et apportons à ce milieu les modifications susceptibles de réduire cette tension, de mettre fin à cet effort angoissé dadaptation. » (455)

85 Tension et solution Tension de notre civilisation: mobilité sociale, autorité des parents quant aux valeurs, choix sexuels difficiles (liberté de moeurs en conflit avec les parents, sinon, en conflit avec groupe de pairs). Solution: abriter les enfants face à ces tensions? Non, « Lon doit montrer à ladolescent que de nombreuses voies souvrent devant lui, et ne pas imposer un choix qui dépend de lui, et de lui seul. Libre de tout préjugé, de toutes les contraintes quimplique un conditionnement trop précoce à un ordre de valeurs quelconque, il doit arriver lesprit lucide aux carrefours de la vie. » (464)

86 Pluralisme « Mais il suffirait de prendre conscience de limmense diversité des solutions apportée par lhomme depuis des millénaires, aux problèmes de lexistence, pour que se dissipe cette exclusivisme. Lorsque les différents groupes de la communauté cesseront de proclamer la moralité de leurs causes respectives, lorsque chacun deux se contentera de recruter ceux qui, par tempérament, sont naturellement portés vers lui, alors se trouveront réalisées les conditions idéales de la liberté et de tolérance auxquelles peut seule prétendre une civilisation hétérogène. » (464)

87 3. Lombroso

88 Criminologie Lombroso. Haeckel: « Lontogénèse récapitule la phylogénèse » « Une des idées qui a le plus influencée la science de la fin du XIXe siècle » (Gould) Justification hiérarchique: les adultes de groupes inférieurs correspondent aux enfants de groupes supérieurs.

89 Les enfants dabord Femmes et sauvages sont des enfants: émotivité. Justifie limpérialisme: un devoir des développer des ressources que les peuples primitifs ne peuvent développer. Mongolisme (Down)

90 Le singe en nous Cesare Lombroso: considère un crâne et à ce coup dinspiration lui donne la clé du problème du criminel, il est « un être atavistique qui reproduit dans sa personne les féroces instincts de lhumanité primitive et des animaux inférieurs. Ainsi sexpliquaient anatomiquement les mâchoires énormes, les hautes pommettes, les arcades sourcilières proéminentes, …, les oreilles en forme danse …les tatouages, la paresse excessive, lamour des orgies et le besoin irresponsable de faire le mal pour le mal … » (160)

91 Évolution Régression évolutionniste Se comportent comme des singes dans un société civilisée (il faut donc prouver que les animaux sont des criminels, les sauvages le sont aussi, ils ne rougissent pas). Possible didentifier les criminels grâces aux signes anatomiques. « Nous sommes gouvernés par des lois muettes, … le crime en somme apparaît comme un phénomène naturel. » (161) Déterminisme (biologie) Peine de mort.

92 E) Meutriers allemands A) Voleurs de boutiques

93

94 Critique « Il ne sest pas dit: voici un fait qui me suggère une induction, voyons si je ne me trompe pas … le siège est fait davance, on cherche ses preuves, on défend sa thèse … » (170) Causes sociologiques.

95 Conclusion Déterminisme Émergentisme Science spéciale Plasticité humaine


Télécharger ppt "Lessor des sciences sociales www.unites.uqam.ca/philo/cours/PHI6001/index.htm."

Présentations similaires


Annonces Google