La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mythes et vérités à propos des Patriotes de 1837-1838 Gilles Laporte SPHQ, Trois-Rivières 17 octobre 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mythes et vérités à propos des Patriotes de 1837-1838 Gilles Laporte SPHQ, Trois-Rivières 17 octobre 2008."— Transcription de la présentation:

1 Mythes et vérités à propos des Patriotes de Gilles Laporte SPHQ, Trois-Rivières 17 octobre 2008

2

3 Quest-ce quêtre patriote vers 1837 ? Voulaient-ils faire lindépendance alors ? Fut-ce une guerre entre Français et Anglais ? Que propose vraiment le Rapport Durham ? Voulaient-ils le gouvernement responsable ? Mythes et vérités à propos des Patriotes

4

5 1775 ~ 1848 LÂge des révolutions De labsolutisme à lÉtat de droit De « sujets du Roi » à enfants de la patrie. De la « sujétion » à la liberté, républicains, patriciens. De « vive le Roi », à « vive la Liberté » à « vive la France »… Quest-ce quun patriote vers 1837 ?

6 « Allons enfants de la Patrie Le jour de gloire est arrivé Contre nous de la tyrannie. Amour sacré de la Patrie Conduis, soutiens nos bras vengeurs! Liberté, Liberté chérie! Sous nos drapeaux, que la victoire Accoure à tes mâles accents » La Marseillaise, 1792

7 « Tous les hommes sont créés égaux; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. » Déclaration dindépendance des États-Unis, 1776

8 « Nous travaillerons sans peur et sans reproche, comme dans le passé, à assurer à tout le peuple, sans distinction, les mêmes droits, une justice égale et une liberté commune ». Louis-Joseph Papineau ( ) « La langue et la culture sont la propriété sacrée du peuple et doivent par conséquent être défendues avec ferveur par ses représentants. » +

9 Issus du commerce, des villes, anglophones Issus du monde rural, francophones Voulaient-ils le gouvernement responsable ? s

10 s

11 Robert Baldwin ( ) The making the Legislative Council elective might convert that body into an additional engine of hostility against the Executive Government; but could never supersede the necessity for the concession of the principe contented for. Baldwin to Glelelg, uil 13, 1836, Appendix to The Journals of the Houseof Assembly of Upper Canada from the 8 th day of November, 1836 to the 4 th day of March 1837

12 1.Que de ce jour et à l'avenir, le peuple du Bas-Canada est libre de toute allégeance à la Grande-Bretagne, et que le politique entre ce pouvoir et le Bas-Canada, est maintenant rompu. 2.Qu'une forme républicaine de gouvernement est celle convient le mieux au Bas-Canada, qui est ce jour déclaré être une république. Déclaration dindépendance du Bas-Canada, février 1838 Voulaient-ils lindépendance alors ?

13 « Si certaines de vos 92 Résolutions sont acceptables, dautres incompréhensibles, et dautres encore absurdes, une chose est certaine, cest que mises ensemble elles signifient une révolution, une véritable déclaration dindépendance de la Grande-Bretagne ! » Bartholomew Conrad Gugy, Député de Sherbrooke ( ) Dès 1834 et les 92 Résolutions…

14 « Ce n'est pas tant le sentiment des affronts et des injustices subis que le vieil instinct de haines traditionnelles de races qui se réveillait en nous; nous combattions bien le despote, mais c'était surtout l'Anglais que nous aimions coucher en joue ! » « Je ne sais pas combien j'en ai tué; mais (...) je tirais certainement sans remords. » Philippe-Napoléon Pacaud Était-ce une guerre entre Français et Anglais ? Était-ce une guerre entre Français et Anglais ?

15 « Les Rébellions dans la colonie du Bas-Canada apparaissent ainsi comme une crise sociale généralisée, qui concerne à la fois le développement des institutions politiques, les orientations et les profits à tirer du développement économique et le développement de lidentité coloniale. » Jean-Paul Bernard, 1986 Inégalités sociales + Crise des institutions démocratiques = réponse identitaire

16 « Nous pensions que les rebelles arrivaient pour nous tuer et, serrée dans les bras de Tina, je mefforçais de reprendre mes esprits quand Mr. Parker se fraya un chemin dans la foule pour nous dire que nous navions rien à craindre… ils ne sattendaient pas à nous trouver vivantes. Nous regardâmes le village en flammes jusquà 4 heures du matin; une vision terrible mais très belle. » Lady Jane Ellice, Journal, Beauharnois, 4 nov 1838 Mais quen pensent les Anglais ?

17 « C'est pour les tirer de leur infériorité que je veux donner aux Canadiens notre caractère anglais. » « Je le désire pour l'avantage des jeunes instruits que la différence du langage et des usages sépare du vaste Empire auquel elles appartiennent. » « Je désire plus encore l'assimilation pour l'avantage des classes inférieures. S'ils essaient d'améliorer leur condition, en rayonnant aux alentours, ces gens se trouveront nécessairement de plus en plus mêlés à une population anglaise ; s'ils préfèrent demeurer sur place, la plupart devront servir d'hommes de peine aux industriels anglais. » Que propose vraiment le Rapport Durham ?

18 « Le vieux Patriote se bat mais surtout il se souvient. Son arme première, c`est la mémoire et sa mission : instruire les générations à venir. » Marianne Thibeault, historienne

19 Quest-ce quêtre patriote vers 1837 ? Appartenir à la patrie populaire plutôt quêtre sujet dun roi. La « souveraineté » passe du Roi à la Nation. Partout mènera au nationalisme moderne.

20 Voulaient-ils le gouvernement responsable ? Plutôt « laméricaniser » la politique. Élire les députés ET les ministres. Le gouvernement responsable est un compromis entre démocratie et monarchie.

21 Voulaient-ils lindépendance ? Dabord assurer que le peuple choisisse bien ses dirigeants. LAngleterre naurait alors plus eu son mot à dire…

22 Était-ce une guerre entre Français et Anglais? Dabord pour des motifs politiques. La tension et la violence menèrent à un affrontement ethnique. Deux nations qui se connaissent mal et se craignent lune lautre.

23 Que voulait le Rapport Durham ? Nous assimiler pour notre bien... La sentence de Durham existe toujours. Parler français en Amérique : un geste effronté et militant.

24 PowerPoint Mythes et vérités à propos des Patriotes de disponible sur le site :

25 LUnion de 1840 : Que faire ? Denis-Benjamin Viger ( ) Boycotter ce mauvais gouvernement. Préserver notre culture et résister à lassimilation. Louis-H LaFontaine ( ) Abandonner le rêve dun pays français Collaborer et participer à lÉtat Obtenir la reconnaissance de nos droits : Victoire ! les ministres viennent du parti majoritaire : responsabilité ministérielle.

26 Tradition libérale : Participer à lÉtat L-H LaFontaine Wilfrid Laurier Athanase David Pierre Trudeau Jean Chrétien Stéphane Dion Tradition conservatrice : Assurer la survie culturelle D-B Viger Henri Bourassa Maurice Duplessis Daniel Johnson Mario Dumont Tradition libérale et nationaliste : Un État français Les « Rouges » A-A-É Dorion en lutte avec le pouvoir clérical (Honoré Mercier) … Parti Québécois (1968)


Télécharger ppt "Mythes et vérités à propos des Patriotes de 1837-1838 Gilles Laporte SPHQ, Trois-Rivières 17 octobre 2008."

Présentations similaires


Annonces Google